• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Les pérégrinations d’un cœur d’artichaut

Les pérégrinations d’un cœur d’artichaut

Une histoire à la noix !

JPEG - 203.8 ko

Fable jardinière ...

À force de semer à tout vent, même quand on est un peu dur de la feuille, un artichaut fort apprécié par la gente potagère finit par se faire une tête de chou. Nul ne saura jamais pourquoi, mais bien des rivaux se frottaient les fans. « Adieu les histoires à l'eau de rose, les romances à deux sous » s'exclamaient nos frustrés déconfits. Que nenni, une belle laitue s'exclama « Qu'il est chou ! » L'autre de lui décocher un cher joli sourire de ses yeux en amande et la dame fondit.

Un plus jaloux que les autres vint ramener sa fraise, s'indignant du succès de ce légume ordinaire. « Moi qui ai une peau de pêche, je ne parviens pourtant jamais à mettre du beurre dans mes épinards et de belles conquêtes dans mon plumard » s'indigna cette mauvaise graine. « Ce n'est que pour celui-là qu'elles se mettent toutes en rang d'oignons pour attendre leur tour. Elles se bercent toutes d'illusions persuadées qu'elles sont qu'il leur fait la cour quand il se contente de piétiner leur jardin !

Vous devinez aisément que de tels propos finissent toujours par vous faire prendre un marron. Une grande asperge le traite de cornichon avant que de succomber à son tour devant le bel artichaut breton. Le ronchon ne s'en tient pas pour dit, il a de l'oseille et pense jouer le tombeur de ses dames. Ce qui fonctionne parfois pour les grosses légumes, est passé de mode dans notre panier de saison.

« Il faut avoir un pois chiche dans la tête pour agir de la sorte » lui rétorque un vieux légume qui faisait le poireau dans une longue file d'attente où tous ses compagnons étaient en rang d'oignons. Le mauvais coucheur reçut la remarque en pleine poire. Cette fois, il était déconfit. C'est un bulbe de cerfeuil, haut comme trois pommes qui venait de le poignarder dans le dos. Il était soupe au lait, il vit tous les autres se fendre la pêche, son sang ne fit qu'un tour et la discussion tourna au vinaigre !

Chez les légumes c'est une manière courante d'entretenir l'amitié et de conserver ses amis. Pourtant cette fois, l'affaire vira au brouet indigeste. Le mauvais compagnon en avait gros sur la patate, il ne pouvait accepter qu'on mît en doute sa virilité lui qui avait belles racines solidement plantées en terre. Il se fâcha tout rouge tant et si bien que les autres s'étonnèrent de voir une tomate passer du vert à l'écarlate en si peu de temps.

Les plus cossards se firent un sang de navet. L'altercation tournait à l'algarade, une bien mauvaise salade. L'un des belligérants allait finir par manger les pissenlits par la racine, « C'est trop bête ! » s'exclama un citron convaincu qu'il fallait faire un zeste pour apaiser les tensions.

C'est pourtant à cet instant que le couvercle de la cocotte minute finit par exploser. Le belliqueux appuya sur le champignon, lui brisant le pied. L'autre avala son chapeau et faillit s'étrangler d'indignation. Pendant ce temps, bien à l'écart de cette agitation déraisonnable, notre artichaut coulait de doux instants avec une citrouille nullement effrayée par la réputation de notre lascar.

Tout ce beau monde finit pourtant dans le panier à salade quand les poulets surgirent à l'improviste. Après avoir cuisiné tout ce petit monde, ils les laissèrent mijoter de longues heures en cellules. L'inspecteur qui avait les oreilles en chou-fleur, un souvenir lointain de son passé de rugbyman, accommoda tout ce joli monde aux petits oignons. Un agent ramena sa fraise et mis son grain de sel à ce joli potage.

On se régala au commissariat. Jamais plus belle soupe on ne vit dans tout le pays. Un agent que tous appelait Poil de carotte décréta que, pour que la soirée fût belle, il fallait ajouter une petite poire pour la soif. Comme on se trouve en pays d'Olivet, William, puisque tel était son véritable nom mit à exécution cette drôle d'idée alambiquée. Car dans notre pays, tout finit sans modération, c'est la seule morale de cette folle macédoine de légumes !

Jardinièrement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Brontau 15 décembre 2012 16:00

     Je n’ai, hélas, Nabum, l’esprit assez vif et allègre pour souligner dignement cette folie végétale et jubilatoire qui, comme l’artichaut que vous célébrez, dissimule ses bienfaits et ses tendres lumières sous de multiples couches de feuilles ! D’autres, je l’espère, viendrons lui rendre hommmage avec des trouvailles et des jeux d’artifices de mots. A bientôt. 


    • C'est Nabum C’est Nabum 15 décembre 2012 20:11

      Brontau


      Je suis un artisan des mots, un simple amateur dont l’unique désir est de faire plaisir à quelques lecteurs. Je n’espère pas des joutes verbales en échange mais simplement quelques sourires !

      Merci 

    • alinea Alinea 15 décembre 2012 22:34

      J’ai aimé le zeste du citron qui ramène sa fraise tout en ayant un sang de navet ; mais le plus beau c’est le poulet passé en cuisine sans passage à tabac !
      La générosité de l’artichaut n’étonne personne quand on sait, comme disait Coluche, que c’est le seul gros légume qui en laisse plus, après qu’on l’a mangé !
      Bravo C’est Nabum !!!


      • C'est Nabum C’est Nabum 16 décembre 2012 06:32

        Alinea


        Puisque nos politiciens sont dans es choux, il me fallait bien me pencher un peu sur la chose jardinière. C’est un monde bien plus agréable que notre faune de gens importants.

        Merci de partager ce simple plaisir d’écriture

      • ggo56 15 décembre 2012 23:09

        Chapeau bas à votre art, si chou !!!


        • C'est Nabum C’est Nabum 16 décembre 2012 06:32

           ggo56


          J’espère que c’est un chapeau de paille !

        • jluc 16 décembre 2012 00:22

          C’est de l’humour potage.

          Avec Escherichia Coli dans la distribution, vous pourriez nous faire un épisode des Experts Potagers


          • C'est Nabum C’est Nabum 16 décembre 2012 06:34

             jluc


            Je suis moi même resté très potage et parfois hélas un peu brouet

            Quant à la télévison, c’est devenu un bouillon d’inculture, oublions vite votre proposition !

          • Muriel74 Muriel74 16 décembre 2012 20:00

            sansTopinambour ni Trompettes dans cet article, les légumes anciens vous disent « nous en Patissons »
            , Salsifi !
            la citrouille et le marron,non mais... ? c’est moi !i le Potimarron
            Par la Crosne de Saint Nicholas, ce Nabum aurait-il oublié que nous étions là alors qu’il n’était Panais ?
            Vertement vôtre smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires