• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Marcher sur des œufs

Marcher sur des œufs

Sortez de votre coquille ! 

La peur qui donne des ailes !

Voilà une posture qui demande bien des qualités et pose plus de problèmes qu'elle n'en résout. On marche sur des œufs comme d'autres sur des charbons ardents. C'est sans doute une question de génération ; le charbon a été renvoyé dans les oubliettes de l'histoire : il donnait mauvaise mine ! Les œufs ont supplanté le boulet, ils sont sortis de leur coquille, les poules de nos jours pondent au-delà du raisonnable …

Il est certain que le vocabulaire évolue au gré des progrès sociétaux. On peut envisager une étape nouvelle, le nid-de-poule ayant, paraît-il, disparu de notre univers routier. Affirmation bien sujette à caution : on ne circule plus de nos jours sans casser des œufs et épuiser nos amortisseurs. L'état et ses substituts locaux apparemment ne sont plus en capacité d'entretenir le réseau routier, c'est pourquoi sans doute, dans un avenir proche, nous reviendrons à la marche.

Il nous faudra alors marcher sur des œufs en ayant bien soin de séparer la ligne blanche à ne pas franchir, de la ligne jaune qui est passée de mode. La signalétique routière n'a d'autre objet que de transformer la chaussée en patinoire y compris avant que monte la neige au créneau. Le sel qu'on y déverse alors favorisant le travail du pâtissier qui, de Paris à Brest, cherche à obtenir une consistance idoine et une adhésion ad hoc.

Marcher sur des œufs c'est encore faire l'impasse sur la seule question qui vaille dans l'histoire de l'humanité : « Qui de l'œuf ou de la poule a commencé ? ». La réponse soulagerait les défenseurs des animaux qui n'osent imaginer que nous puissions piétiner des poules pour nous donner des ailes. Le foulage de l'œuf devenant alors un pis-aller, une manière de ménager la crémière.

Il est incroyable de penser qu'on peut se prendre de bec quand le simple examen d'une expression ordinaire donne du grain à moudre aux polémiques du moment. On marche sur des œufs, on ne respecte pas la poule et on laisse tranquille le coq qui fait le beau sur le clocher. Il faut admettre qu'en ce lieu, il est à l'abri de nos piétinements intempestifs à moins que les batailles de clocher de l'heure, ne mettent à bas ce perchoir si peu œcuménique !

Des esprits rationnels trouveront mon propos sans queue ni tête. C'est méconnaître la morphologie des gallinacés. C'est la crête rouge de colère que je leur réponds qu'ils feraient mieux de ne pas venir ici brouiller les œufs et ma nécessaire réflexion. S'ils veulent mettre les œufs dans le plat, qu'ils aillent se faire fouetter ailleurs ! Je leur fais d'ailleurs aimablement remarquer que je ne les ai nullement invités à aller se faire cuire un œuf ; la marche serait trop simple pour qui a le mollet souple.

Nous pourrions en venir aux mains. Je me vois leur pocher un œil ou bien le leur mettre au beurre noir. Ils pourraient se retrouver avec un œuf de pigeon sur la tête, toutes choses que je désapprouve. Revenons donc à plus de tranquillité et évitons de nous conduire comme une poule qui a trouvé un couteau. Ne tuons pas ce billet dans l'œuf, il mérite d'éclore au grand jour. Laissons- le se faire aussi gros que le bœuf que je n'ai nulle intention de voler ….

J'en arrive au terme de cette démonstration laborieuse. J'ai pondu un billet dont je n'ai pas à être fier. Inutile de mirer le résultat. Il ne laisse pas passer la lumière ; la fable n'est pas fraîche et l'ampleur de la tâche a étouffé mon ambition dans l'œuf. Je retourne, l'air penaud, à mon point de départ. Je récupère tous mes œufs, les range dans mon panier tout neuf et cesse de me torturer un crâne parfaitement dégarni.

Laissons en paix la poule aux œufs, elle dort en paix ! Fermons l'enclos, le renard pourrait venir nous mettre tous d'accord. Quittons le poulailler sur la pointe des pieds. C'est l'heure de revenir à de plus sages intentions. Chercher du poil aux œufs ne nous a conduits nulle part. Laissons la volaille couver, j'espère que vous n'avez pas gobé cette farce !

Ovulement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 21 février 2014 14:39

    Bonjour c’est Nabum

    J’ai vu de mes yeux vu et je ne suis pas la seule, un vieux coq, crête au vent semer la zizanie dans bien des poulaillers, sans crainte apparente d’y laisser des plumes...

    Il y a peu de temps encore, l’emplumé s’égosillait l’oeil aux aguets, non loin de la nouvelle poêle à frire :

    « On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs ! »

    Nous restera t’il la possibilité d’une île (flottante) pour mettre nos couvées à l’abri ou bien allons nous, déplumés que nous sommes déjà, finir en nuggets ?

    Que peuvent nos frêles coquilles contre ces becs acérés ?




    • C'est Nabum C’est Nabum 21 février 2014 20:21

       Loatse


      Ce coq ne tient pas en place, il se prend de bec avec toutes les pintades !

    • Jean Keim Jean Keim 22 février 2014 08:57

      Ça alors ! J’en suis tout ébaubi, pas une réaction, pas le moindre petit mot sur la question qui dans le texte reste en suspend « qui de l’œuf ou de la poule a commencé l’histoire de gallus gallus » , y aurait-il une baisse de tonus parmi les promptes dégaineurs de stylos. Sont-ils des Bic, aïe ! Voilà encore un autre sujet de dispersion de la folle du logis :

      > Bic était un baron ce qui risque de relancer l’épineuse question de l’histoire de la révolution.
      > Bic a fait fortune avec son invention, là je laisse jouer votre imagination.

      • C'est Nabum C’est Nabum 22 février 2014 09:20

        Jean Keim


        Enfant, Bic jouait aux filles avec les enfants de manants
        Il a su rester simple et il a écrit une belle page de l’industrie nationale
        Il a voulu faire du bateau et c’est là que l’affaire coula à pic 

        Bic à pic, quelle fin tragique !

      • pens4sy pens4sy 23 février 2014 00:39

        @ l’auteur
        merci pour cet exercice aussi bien stylistique qu’allégorique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires