• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Mettre les pieds dans le plat

Mettre les pieds dans le plat

La politique des petits pas ...

Le Meunier et la ballerine …

Tout est bon pour se montrer, pour se donner une posture qui fera date dans ce monde de l'apparence et de la futilité. Un Meunier est sorti de son moulin à vent pour se dresser, ulcérer, sur les bancs de l'assemblée, une ballerine à la main. Le voilà désormais intronisé Prince charmant de la rébellion réactionnaire. Pour défendre les valeurs ancestrales de la famille, le député dépité a osé mettre les pieds dans le plat. Quel courage politique !

Il rejoint dans ce cirque pathétique une prêtresse frigide de la révolution morale, l'amère porteuse d'une insurrection avortée, fomentée par les cliques les plus ringardes de la pensée nationale. Nous avons assisté à un conte de faits dérisoires, les soubresauts d'une France qui n'a jamais digéré mai 1968 et le courant d'airs de liberté que ce mouvement joyeux a généré.

La ballerine est la pantoufle de verre de la belle pauvresse qui ne sortira de sa si modeste condition que par le mariage avec un jeune, beau et merveilleux jeune homme de bonne famille. Meunier affiche sa conception exclusive de la famille, l'hétérosexualité à sens unique. La femme au foyer, l'homme aux affaires et les vaches seront bien gardées.

Tout ça pour ça ? Que nenni ! Derrière les manifestations du rejet et de l'intolérance, derrière les vociférations à l'assemblée et quelques coups de poing déplacés, il y a une tentative de négation de la démocratie. Paradoxalement, en appelant au référendum, nos professeurs de morale oublient un peu vite qu'avec la complicité des socialistes, il y a quelques années, ils ont rayé d'un trait de plume, le suffrage universel.

Ainsi, il y aurait un usage légitime du référendum quand celui-ci vient soutenir les valeurs de la tradition et de la bonne conscience quand il serait totalement infondé à exprimer la contestation économique et sociale. Notre Meunier aura beaucoup de pain sur la planche pour parvenir à nous expliquer cette subtile nuance.

Mais laissons-là ces ronds dans le marigot croupi de notre démocratie obsolescente. Le mariage pour tous est un épiphénomène et en cela, il est naturel que notre Meunier s'implique avec tant de véhémence. C'est surtout un point de détail dans l'état actuel de notre nation. Des sacs entiers de blé échappent à la meunerie nationale et partent clandestinement vers des moulins lointains. La minoterie internationale ne laisse que l'ivraie à nos pauvres finances exsangues et Meunier agite vainement les ailes de son moulin à parabole.

Jamais il n'y aura eu autant de chômeurs, autant de dettes, autant de méfiance pour les responsables politiques. Jamais notre industrie n'a été aussi menacée, notre commerce extérieur déficitaire, notre formation inefficace. Mais le sujet essentiel, la préoccupation majeure de nos chers élus était de mettre un anneau à l'annulaire de couples homogènes. C'est à désespérer de l'intelligence de nos élites supposées.

Je regarde Meunier agiter sa ballerine dans ce palais national, j'entends les vociférations de ses compères, je vois les hordes bien pensantes envahir nos rues et je me dis qu'il n'est pas simple d'être gai dans ce pays, optimiste ou bien simplement confiant. La médiocrité semble être la valeur essentielle pour se faire élire ou bien remarquer. La télévision est la lucarne de la vacuité, Meunier, à ce titre, a bien mérité son heure de gloire.

J'ai envie de chanter à tous ces gens en colère : « Meunier tu dors, ton moulin va trop vite, Meunier tu dors ton moulin va trop fort » dans une direction absurde et inutile. Qu'ils se réveillent tous, opposants déments et thuriféraires aveugles d'un pouvoir qui n'a jamais été aussi médiocre, qu'ils prennent la seule et nécessaire décision qui s'impose : la dissolution d'une cinquième République dans le coma.

Le pays n'essuie pas un grain, il est au cœur d'une tourmente. Le naufrage est inévitable. Il serait grand temps que tous retrouvent un peu de lucidité et se posent enfin les vraies questions ; affrontent les vrais problèmes. Que les citoyens mettent les pieds dans le plat, qu'ils chassent tous ces godillots parasites, qu'ils leur bottent les fesses pour repartir d'un pas nouveau sur un autre chemin. Nous irons nu-pieds sans ballerine ni Prince navrant. Notre démocratie doit être un palais de verre, qu'on cesse de nous rouler ainsi dans la farine à longueur de temps !

Farinement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Vipère Vipère 27 avril 2013 13:31

    Bonjour Nabum


    Une ballerine ! un symbole féminin par excellence.

    on est loin du conte de Cendrillon et de sa morale qui veut que tous les contes racontés aux enfants, se terminent dans le bonheur et la félicité d’un mariage et d’une famille, tout ce qu’il y a de plus traditionnelle !!!! 



    • C'est Nabum C’est Nabum 27 avril 2013 14:32

      Vipère


      Je me refuse à prendre position sur ce dossier d’union entre deux êtres ! 

      Je ne suis pas fondé à émettre un avis pour des problématiques qui ne sont pas miennes. ceux qui s’aventurent à trancher alors qu’ils ne sont pas concernés font preuve ici d’une mauvaise foi extraordinaire !

    • Vipère Vipère 27 avril 2013 14:01

      A la chasse aux escargots, Nabum ????


      • C'est Nabum C’est Nabum 27 avril 2013 14:33

        Vipère


        Le Nabum est en repas de famille !

        Un billet à venir à n’en point douter ...

      • L'enfoiré L’enfoiré 27 avril 2013 16:05

        « Le pays n’essuie pas un grain, il est au cœur d’une tourmente »

        On espère seulement que ce n’est pas le Radeau de la Méduse....
        Enfin, sur la Loire, il y a toujours la berge smiley

        • C'est Nabum C’est Nabum 27 avril 2013 16:32

           L’enfoiré


          Ne pas confondre les berges et les barges qui nous gouvernent 

        • Vipère Vipère 27 avril 2013 16:58

          On peut compter sur l’enfoiré pour nous remonter le moral !!!

          Il y a des turbulences et l’on est pas sorti de l’auberge !

          quant à l’auberge espagnole, c’est pire, il y a le feu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès