• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Nicolas et la Princesse...

Nicolas et la Princesse...

Quelques dangereux activistes ayant osé contester le Ministre de la Culture, suite à ses explications sur sa politique du Livre (voir le compte-rendu fidèle de Maurice Druot, dans notre édition précédente), notre bien-aimé Président de la Démocratie, en personne, a tenu, ce matin, à Strasbourg, a assurer son ministre de son soutient le plus ’’total’’.

Répondant aux questions des journalistes, le Président à déclaré qu’ « Il était grand temps que l’on prenne les choses en main. Moi, j’ai été élu pour ça, par vous. La France ne doit pas être effrayée par les réformes. La réforme du Livre est une priorité gouvernementale, une nécessité si nous voulons avancer dans ce monde qui change, qui bouge, et qui lit de moins en moins. »

Sur les causes profondes d’un tel projet de Loi, le Président a rappelé que « le principe de réalité devait l’emporter sur les rêveries des uns et des autres. Il faut le dire, et moi, eh bien je le dis, on ne peut pas accueillir tous les livres du monde. C’est impossible. L’immigration des livres est un vrai problème, qu’il faut savoir regarder en face. On ne peut pas tolérer ces livres étranges, parfois incompréhensibles, qui dérangent les gens et invitent à la réflexion. C’est bel et bien, l’Ordre public qui est enjeu, a ajouté le Président, et je ne transigerai jamais sur ce point. »

« Quand les gens disent que ces livres sentent mauvais, sont incompréhensibles, et coûtent chers », a développé le Président, « c’est peut-être maladroit de leur part mais on peut comprendre de tels propos dans la mesure où ça ne sert à rien de réfléchir. On ne produit rien en réfléchissant profondément. Ce qu’il faut c’est tout au contraire agir, et s’adapter au monde. »

« Si j’avais trop réfléchi, a dit le Président, tenant à faire une confession amicale, eh bien je n’en serais pas là, tellement ça tourne en rond les mots, et tellement elle est belle, ma femme. Regardez donc comment finissent ces faignants de profs, a-t-il ajouté – sujet sur lequel le Président entend d’ailleurs communiquer dans le mois à venir, disant « réfléchir à une Réforme de grande ampleur, dans la mesure que les deux problèmes, je veux dire Livre et Profs, sont souvent liés. Il ne faut pas que les rats quittent les navires pour revenir par la fenêtre, en effet. »

Le Président a ensuite abordé le point le plus sensible de la réforme, la distinction entre « les livres acceptables, bien intégrés, voire même utiles à la société » et les « autres, ceux auxquels il faut savoir dire non. » « Je ne veux pas polémiquer sur cette question, que l’on prend parfois de manière trop subjective. » « Un collège d’experts sera nommé, de toute façon, en cas de litige, dont le Président a d’ores et déjà indiqué quelques noms « dont nul ne saurait remettre en cause les compétences en ce domaine » : Latetitia Hallyday, Cauet, Steevie Boulay, Geneviève de Fontenay, Franck Ribéry et Jordy seraient « d’ores et déjà disposés à composer ce collège. »

Toutefois, le Président, envisage un moratoire sur la question des Classiques. Tout en faisant remarquer « qu’un Classique, faudrait déjà savoir ce que c’est. Il n’y a pas que du bon dans la Pléiade, par exemple, et il n’est pas certain que Socrate ait écrit lui-même ses livres. », le Président dit, sur cette question, vouloir l’apaisement : « On peut comprendre que les gens soient attachés à ce genre de livres. Voyez-vous c’est vrai que c’est souvent illisible mais ça s’est quand même intégré, au fil du temps, et donc, ce n’est pas comme les Roumains ou les Noirs qui n’ont pas de Classiques. » « Il faut faire le distinguo, a précisé le Président, et, dans un premier temps, les gens pourront encore, s’il le désire, accéder à « Narval, Ribot, Platoon, ou Prout. »

Le Président, revenant sur la mesure concrète de l’envoi citoyen des SMS permettant à chacun d’entre nous de vérifier l’intérêt du livre à la Cellule J’ai Lu du gouvernement, ou de signaler un abus manifeste à l’Etat, a tenu à faire savoir qu’il espérait « faire baisser le coût d’environ 15 ou 20%, c’est à l’étude. » Rappelons que le Ministre avait parlé, hier, de deux SMS à 0,51 centimes d’euros. Mais « Il ne faut pas qu’un acte citoyen soit surtaxé, a tenu à préciser le Président. Le problème du Livre ne doit pas handicaper les Français dans leur aspiration à une vie saine et épanouie. Il a précisé que l’intégralité des sommes serait affectée à l’autodafé. »

Enfin, sous les applaudissements, il a tenu à rappeler à la Princesse de Clèves, qui n’avait rien demandé, qu’elle pouvait se casser, la sale conne.

Francis Kuhn, pour CNN international.

Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • brigitte56 25 avril 2009 11:53

    Bonjour !
    Je suis contrariée que les Roumains n’ont pas des Classiques.
    Bizzarre !!!
    Je pense que c’est une manque de culture de la part de l’auteur.
    Je suis désolée !!!
    Il ya énormement des Classiques Roumains.


    • Jordi Grau J. GRAU 25 avril 2009 14:22

      Je pense que vous avez dû lire l’article un peu rapidement. Les propos sur les noirs et les Roumains ne sont pas de l’auteur, mais d’un mystérieux « Président de la démocratie » qui ressemble beaucoup à M. Sarkozy (en à peine plus caricatural).


    • Jordi Grau J. GRAU 25 avril 2009 14:24

      Très bon article. Rions encore, puisque c’est encore autorisé.


      • bluebeer bluebeer 25 avril 2009 14:29

        Excellent, j’adore. Encore, encore !


        • TimeLord Wetz25 25 avril 2009 15:08

          Excellent article !
          Pendant une seconde, j’ai eu peur ! En effet, de tels propos pourraient être tenus par notre intellectuel de haut niveau ! En effet, un type qui parle si mal n’a pas dû lire beaucoup. Ou alors si, des ouvrages tel que Voici, ou Paris Match, ou plus complexe, le Journal de Mickey.
          Le genre d’ouvrage qu’il serait bien capable de faire lire dans les collèges.


          • Fergus fergus 25 avril 2009 15:57

            Excellent ! Cela dit, pourvu que ce ne soit pas prémonitoire !

            Une chose est sûre : en matière de classique, une pièce de Corneille devrait être sauvée, car elle met notre Matamore en scène, comme je l’ai montré en janvier dans l’article suivant : Rentrée théâtrale : Sarkozy dans « L’Illusion comique ».


            • norbert gabriel norbert gabriel 25 avril 2009 17:02

              Oh là, inconscient plumitif ! Vous rendez-vous compte qu’un conseiller de la Présidence pourrait prendre votre article au pied de la lettre ??? Même si le pire n’est jamais sûr, faut faire gaffe avec les grands intellectuels qui nous gouvernent... je ne voudrais pas médire, mais il y a des mauvaises langues qui prétendent que la connaissance de la règle de trois n’est pas exigée pour être ministre ... de l’Education Nationale, d’ici qu’on apprenne que l’apprentissage de l’arithmétique éléméntaire n’est pas non plus obligatoire pour être ministre de l’économie, y a pas loin.... ça expliquerait le concept de croissance négative, ou celui de récession positive, c’est ça, positivons !


              • patroc 25 avril 2009 19:28

                 J’ai cru un moment au sérieux de l’article et c’est dans la liste du « collège d’experts » (lol) que j’ai pigé la parodie !.. Bien vu !.. Pire, çà pourrait être vrai, c’est à peine exagéré.. Très bien !..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires