• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Petit précis d’intolérance à l’usage de tout un (...)

Petit précis d’intolérance à l’usage de tout un chacun

Ça se passe près de chez-vous !
 

JPEG La Ballade nord-irlandaise

Vous n'êtes pas sans savoir que la chanson de Renaud Séchan : la Ballade nord-irlandaise, fait partie de celles qui sont le plus souvent reprises dans les chorales de France et de Navarre. Que ce soit dans les écoles ou bien dans les groupes amateurs, chacun prend plaisir à entonner ce magnifique hymne à la paix. Hélas, il y a toujours quelques distorsions entre les louables intentions et la triste réalité d'une société sensible sur bien des points.

De-ci, de-là, il est de notoriété publique qu'un couplet disparaît, subit les coups de ciseaux de la censure ; la bien-pensance faisant fi du caractère sacré de la création artistique. Choisir c'est respecter dans l'intégralité ce qu'a voulu exprimer l'auteur et non pas pratiquer une sélection conforme aux caprices de son auditoire.

Puisque cette position de principe ne semble pas être générale, j'invite les intolérants de tous poils, de toutes confessions, de toutes sensibilités à suivre ce petit précis de l'intolérance afin d'être en mesure de couper, de tailler, d'éliminer tout ce qui peut porter à controverses, discussions malsaines, polémiques pénibles dans le brûlot d'un personnage peu recommandable.

Chacun sera ainsi plus à même de pratiquer sans honte l'ignoble geste de la censure en prétendant se référer à un tiers : une recommandation venant d'internet. Se laver les mains étant enla matière la plus sûre manière de ne pas sentir les remugles de l'infâme pratique qui, à n'en point douter, a encore de beaux jours devant elle.

Examinons chaque couplet sous le regard aiguisé de celui qui cherche la petite bête. Je pense qu'il y a matière à déclencher les foudres des groupes de pression, à blesser des minorités et des personnes sensibles à des sujets précis. Nous devons veiller désormais à respecter le consensus : ce merveilleux concept qui ne laisse place qu'à la médiocrité si appréciée de la variété. Le succès toujours plus important des chansons anglo-saxonnes se nourrit de l'incompréhension presque générale qu'elles suscitent dans le bon peuple

Le premier n'échappe pas aux bonnes raisons de l'évincer. Les amis des arbres fruitiers ont souvent émis des réserves sur la confusion entre le fruit « la grenade » et cette impitoyable arme de guerre. Les biologistes se plaignent, quant à eux, du fait qu'il paraît absurde de vouloir obtenir des grenades sur un oranger et que cette chanson trouble des jeunes esprits en pleine découverte des sciences de la nature. Soyons donc sans pitié pour ce quatrain douteux et si imprécis.

Le deuxième semble le moins critiquable de tous. Il faut pourtant entendre les griefs de l'association des victimes du mal de mer qui reproche le choix peu judicieux du bateau pour se rendre à Derry. D'autres, au nom de la morale, aimeraient obtenir des précisions sur la nature exactes de la relation entre le parolier et sa bien-aimée. Un voyage, dans la promiscuité d'un voilier en-dehors des liens sacrés du mariage, ne peut être promu au rang d'exemple pour les plus jeunes. Malgré son aspect consensuel, ce passage devra être retiré.

Le troisième couplet tombe impitoyablement sous les coupes de la loi Évin. Prétendre dans une chanson faire l'apologie de la consommation de bière devrait justifier l'interdiction définitive de cette chanson. Il n'est malheureusement aucun recours possible contre cette dramatique erreur du créateur. D'autant que des personnes bien informées feront des gorges chaudes des difficultés de ce monsieur avec l'alcool. Il convient donc de s'abstenir de cet extrait délictueux.

Le couplet suivant est naturellement celui qui est le plus souvent amputé dans les écoles confessionnelles : ce qui peut se concevoir, mais aussi dans des écoles publiques, au nom d'une conception absurde de la laïcité. Non seulement nous comprenons cette démarche qui efface ce qui tombe sous le coup du blasphème,mais nous serions en droit d'exiger des excuses publiques et un acte de repentance de la part de ce triste mécréant. Nous espérons tous que Dieu, dans sa très grande miséricorde, lui pardonnera ce que nous ne saurions tolérer dans cette vallée de larmes. Ce passage se trouve lui aussi placé à l'index !

Le dernier quatrain pourrait ainsi constituer un ensemble acceptable, susceptible de satisfaire tout un chacun. C'est sans compter sur la requête des diabétiques qui souhaitent que toute incitation à la consommation de produits sucrés soit désormais prohibée. Nous sommes ici au cœur d'un véritable problème de santé publique et nous devons entendre leurs plaintes. C'est sans plaisir mais avec le sentiment d'œuvrer pour le bien de tous, que nous demandons le retrait de ce dernier passage.

Il ne vous reste plus qu'à fredonner ce magnifique air qui se passe, reconnaissez-le, de paroles, toutes sujettes à caution. Ainsi, vous ne choquerez personne et vous passerez une merveilleuse soirée consensuelle. Ne me remerciez pas, j'ai agi dans le souci louable d'apporter mon aide à tous les chafouins, les atrabilaires et les ronchons qui ne manquent pas dans notre bel hexagone, jadis traîné dans la boue par le sieur Renaud. Voilà une belle et douce vengeance que chacun appréciera à sa juste valeur.

Sus aux contestataires, aux libres penseurs, aux agnostiques et à tous ces prétendus artistes qui veulent se démarquer de toutes les conventions qui ont jadis fait la grandeur d'une France Une et Indivisible. Notre pays dispose de tant de belles régions qu'il est parfaitement inutile d'inciter notre jeunesse à partir se promener à l'étranger, fût-ce en Irlande du Nord !

Intolérablement sien.

 

Pièce à charge.

 

J'ai voulu planter un oranger
Là où la chanson n'en verra jamais
Là où les arbres n'ont jamais donné
Que des grenades dégoupillées

Jusqu'à Derry ma bien aimée
Sur mon bateau j'ai navigué
J'ai dit aux hommes qui se battaient
Je viens planter un oranger

Buvons un verre, allons pêcher
Pas une guerre ne pourra durer
Lorsque la bière et l'amitié
Et la musique nous feront chanter

Tuez vos dieux à tout jamais
Sous aucune croix l'amour ne se plaît
Ce sont les hommes pas les curés
Qui font pousser les orangers

Je voulais planter un oranger
Là où la chanson n'en verra jamais
Il a fleuri et il a donné
Les fruits sucrés de la liberté

 

Renaud Séchan

Contrevenant notoire.

Quoique vous fassiez, hélas, la Sacem fondera sur vous ...


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Bilil-en-mer Bilil-en-mer 12 juin 2015 09:41

    Comme d’hab, article pour initiés où on s’ennuie à 100 sous de l’heure...
     
    Le mieux c’est de rassembler tous les articles dans un bouquin que personne n’achètera au lieu de faire souffrir les cobayes d’Agoravox au quotidien 


    • C'est Nabum C’est Nabum 12 juin 2015 10:27

      @Bilil-en-mer

      Je suis heureux de vous compter parmi la cohorte de mes détracteurs.
      Savez-vous que rien ne vous oblige à parcourir mes billets ennuyeux ?

      Je ne voudrais pas vous importuner davantage


    • philouie 12 juin 2015 09:50

      Chanson de propagande qui ne fait que répéter la doxa officielle qui ne voit dans la question irlandaise qu’un affaire religieuse et omet l’aspect colonial et indépendantiste.
      A censurer de A à Z.


      • C'est Nabum C’est Nabum 12 juin 2015 10:28

        @philouie

        Voilà qui a le mérite d’être clair.

        Et l’on prétend que la musique adoucit les mœurs !


      • mmbbb 13 juin 2015 18:09

        @C’est Nabum cela depend de quelles musiques Le RAP m’agresse Quant a la tolérance comme disait mon grand pere il y avait des maisons pour ca Et comme le disait W Allen lorsque tu entends la Walkyrie tu as envie d’envahir la Pologne J’apprecie vos article Nabum mais que voulez vous c’est le retour sur experience qui me rend méfiant des grandes idees genereuses .J’ai ete berce par de trop grandes d’illusions qui vous affaiblissent l’ame .J’ai pris un instinct de chat je suis toujours courtois mais si la personne m’importune c’est tres direct et je protege farouchement ma vie privee


      • Pascal L 12 juin 2015 10:50

        Comment peut-on invoquer la tolérance pour montrer sa propre intolérance ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:51

          @Pascal L

          J’en appelle à l’intolérance !


        • Pascal L 13 juin 2015 16:52

          @C’est Nabum

          « J’en appelle à l’intolérance ! »
          Au moins c’est clair ! Alors n’essayez pas de trouver de l’intolérance chez les autres pour justifier votre propre intolérance ! Cette argumentation ne peut pas fonctionner.

        • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 12 juin 2015 10:55

          J’habite en Irlande et j’ai un oranger ..sur le bord de ma fenêtre..

          Analyse de texte ultra rapide

          cela dit il manque un détail,un tout petit détail ...la couleur orange est la couleur des protestants anglicans d’Irlande. qui se retrouve sur le drapeau irlandais...les orangistes qui entre autre défilent tous les ans le 12 juillet par provocation pure...célébrant une ancienne victoire sur les catholiques....et sur Louis XIV qui avait envoyé des troupes soutenir les catholiques

          -Au cours de la bataille, les 36 000 soldats de Guillaume d’Orange commandés par le maréchal Schomberg, qui n’est autre que le réfugié huguenot Armand-Frédéric de Schomberg écrasent les 23 000 soldats (dont 7 000 Français) de l’armée franco-jacobite. Le maréchal Schomberg y trouve la mort.

          ainsi la chanson de Renault peut etre tout à fait perçue par des « initiés » à un éloge des protestants anglicans...et amis...

          la phrase :  Ce sont les hommes pas les curés
          Qui font pousser les orangers

          confirme cette « impression » , les curés ne sont pas des hommes donc...

          diatribe anti catholique donc...

          pour finir en beauté : "Je voulais planter un oranger
          Là où la chanson n’en verra jamais
          Il a fleuri et il a donné
          Les fruits sucrés de la liberté"

          l’oranger a fleuri, donc le protestantisme anglican a fleuri , et plus largement les loges ont fleuries,allusion nette aux loges de type franc mâcon..

          qui aboutit aux fruits sucrés de la liberté ..le pouvoir aux 1%..

          cette chanson est donc un éloge franc maçonnique et anglican à l’écrasement des catholiques en Irlande et aussi à sa domination qui apporte liberté et fruits sucrés......pour les gagnants..

          euh et les autres ??$
          qu ’ils crèvent !!!

          nous avons ici un hymne au nouvel ordre mondial..........


          • philouie 12 juin 2015 11:10

            @howahkan Hotah
            ce qui explique qu’il prenne le bateau. pour la conquête. donc.
            merci pour cette explication de texte.


          • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:52

            @howahkan Hotah

            Je m’incline devant un spécialiste


          • psynom 14 juin 2015 04:37

            @howahkan Hotah

            La chanson « qui n’en verra jamais » (des orangers) doit être « Sunday, bloody Sunday » de U2.

            « … Et la musique nous feront chanter » fait écho à « How long, how long must we sing this song ? »,
            les « fruits sucrés  » fait écho à « Wipe your tears away. » aux larmes salées... des cathos.

            Pas grave, cette belle Ballade nord-irlandaise est de tolérance et de paix, car elle ne se réjoui que de l’élimination des cathos... C’est tolérable, la LICRA n’en réclamera jamais la censure, ni la condamnation de l’auteur.


          • César Castique César Castique 12 juin 2015 11:09

            C’est quand même un peu « décalé » au moment où le président de la Licra entend faire débaptiser le séculaire quartier de la Négresse, à Biarritz, et où le maire (Les Républicains) de Tourcoing annule un spectacle intitulé « Boudin et chansons », qui devait être joué à l’occasion d’une fête de la musique.


            • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:53

              @César Castique

              Je suis toujours à contre-temps, contre-courant, contre-sens


            • Crab2 12 juin 2015 15:22

              "En France, c’est l’ennui, on se fait chier" dixit Booba, - moi en Juilllet prochain je me rends au festival d’Orange

              http://laicite-moderne.blogspot.fr/search?q=Booba


              • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:53

                @Crab2

                La diatribe contribue à ce résultat, c’est bien connu ...


              • philouie 12 juin 2015 16:01

                ce qu’il y a intéressante dans les explications données par howahkan Hotah et qui sont tout à fait vérifiables, par exemple ici. , c’est qu’on nous présente cette chanson comme une ode à la tolérance quand il s’agit d’un parti-pris envers un des belligérants.
                Nous pourrions donc en résumer le sens par :
                Nous vous obligerons à être libre en vous forçant à abandonner vos croyances.


                • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:54

                  @philouie

                  Le risque est grand je l’avoue


                • Loatse Loatse 12 juin 2015 16:13
                  Bonjour C’est Nabum

                  Vous m’avez fait peur ! ;) j’ai cru un moment qu’on avait censuré cette si belle chanson, Qu’il était devenu impossible de l’écouter dorénavant dans son intégralité soit avec le (les ?) passage qui fait polémique...

                  Vérifié sur youtube, elle est intacte ! mais bon veillons tout de même, il était question récemment, sérieusement d’amputer la marseillaise des passages qui pourrait inciter les moutons à se rebeller contre l’ordre étab... oups pardon qui pourraient laisser supposer qu’ils sont discriminatoires...

                  ps : je vous suspecte de ne pas avoir pris votre dose de prozium,

                  C’est nabum, un déviant émotionnel ? smiley


                  (dans le film équilibrium, la nouvelle société veille à ce que chaque individu ne puisse plus éprouver/exprimer ce qui pourrait devenir sujet à polémique. Exit donc les chansons,, les livres (ceux ci sont brûlés ainsi que les souvenirs)

                  Coupables de mettre en péril l’idéologie dominante zombifiante et par voie de conséquence la fameuse paix sociale, les déviants pourchassés, se cachent pour écouter un disque ou lire.(ce qui est interdit sous peine de mort« ..

                  Certes il n’y avait plus de conflit : Quasi tout ce qui pouvait être source de discorde (rebelles comme objets) avait été éradiqué,

                   »petit inconvénient " : la joie de vivre aussi s’était évaporée...













                  • philouie 12 juin 2015 17:49

                    @Loatse
                    la nouvelle société veille à ce que chaque individu ne puisse plus éprouver/exprimer ce qui pourrait devenir sujet à polémique.
                     
                    C’est justement ce que propose la chanson : « tuez vos Dieux à tout jamais ».

                    nous avons ici un hymne au nouvel ordre mondial, disait howahkan Hotah


                  • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:56

                    @Loatse

                    Ce que j’évoque se passe régulièrement dans les écoles de France

                    dans les deux camps on retire le couplet qui évoque Dieu pour des raisons différentes mais toutes ridicules !

                    On prend en l’état ou on choisit une autre chanson


                  • philouie 13 juin 2015 07:40

                    C Nabum,
                    un commentaire sur les explications de howahkan Hotah ?


                    • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 07:56

                      @philouie

                      Je ne suis pas au niveau ...

                      Vous savez bien que je ne suis Rien qui vaille


                    • philouie 13 juin 2015 07:58

                      @C’est Nabum
                      D’où le saurais-je ?


                    • C'est Nabum C’est Nabum 13 juin 2015 09:23

                      @philouie

                      C’est écrit sur ma présentation ...

                      Je n’ai pas fréquenté l’université française et à ce manque de titre, je ne suis rien ici


                    • philouie 13 juin 2015 10:30

                      @C’est Nabum
                      Nous partageons alors la même rienitude.
                      Du temps que je vous tiens, je veux en profiter pour vous raconter une petite histoire.
                      J’habite pas loin de la Loire, mais plutôt près de ses sources. l’année passée, nous sommes allés visités des amis en Vendée. Nous avons fait le chemin jusqu’à Saint Nazaire en prenant les petites routes du bord de Loire. Nous l’avons fait parce que vos articles m’en avait donné l’envie.
                      Je vous en remercie donc.
                      Bonne journée.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 14 juin 2015 08:23

                      @philouie

                      Je suis rempli de fierté quand on m’apprend que la Loire est devenue un point de visite après la lecture de mes articles.

                      Merci du fond du cœur


                    • lahalle 13 juin 2015 10:07

                      Bonjour,
                      Petite précision pour le second couplet,qui vous semble le moins critiquable, les Anglais, toujours aussi efficaces dans l’humiliation des peuples occupés avaient débaptisé Derry et l’appelaient Londonderry, nom que la ville porte d’ailleurs encore officiellement aujourd’hui....
                      Adoncques, si vous faites chanter ce couplet tel quel, vous allez nous vexer les gentils envahisseurs britons...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès