• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Pour tout savoir sur l’IPIOP

Pour tout savoir sur l’IPIOP


Un ami m’a appelé un soir. Méfiant par précaution, il me demanda, déguisant sa voix par habitude : - « Qu’est-ce que cet Institut dont j’entends parler pour la première fois et qui donne des sondages avec une précision à double virgule ? Moi qui suis bien renseigné par profession, j’ai été incapable de répondre aux questions de la direction. Elle est très agitée car ton Institut intéresse furieusement qui tu imagines. Qu’est-ce que tu peux m’en dire ? »

Une nouvelle fois je venais de foutre le bordel. Non seulement je révolutionnais le monde de l’édition par une initiative dont il n’était pas sûr qu’elle se relèverait (Cf. Une grande cause nationale) mais, dans le même temps, j’inquiétais au plus haut niveau.

- « Cher ami, ravi de t’entendre. Viens à la maison, je vais t’expliquer. »

Un hélicoptère furtif du GLAM se posa deux heures plus tard, à l’ombre de la grange, sans réveiller le poulailler. Mon ami en descendit, rasant les murs, entra par une porte dérobée et s’assit, soupirant d’aise.

- « Ça fait plaisir de te revoir. » Moi, je ne change pas, je me reconnais sans effort. Mais lui, alors, méconnaissable. Son nez plutôt retroussé était devenu d’aigle. Rouquin, il était noir ébène. De teint plutôt pâlot, il avait la peau bistre, la barbe longue, les yeux noirs. Seule la voix était restée et la manière de vous serrer la main. Il la laissait pantelante, les métacarpiens fracassés. C’était bien lui. Il confirma.

- « T’inquiète ! Je reviens d’une mission en immersion dans les rues de Kaboul. »

Je commençais, comme à l’habitude, par mon cordial spécial pour ami à la peine. Je redoublai le traitement pour faire cesser son tremblement, une conséquence sans doute d’un excès de thé noir dans les tchaikanas.

Il enchaîna direct : - « C’est quoi ce truc ? ».

Je riposte, toujours avide d’une conversation entre amis :

- « L’histoire est longue, t’as 5 minutes ?

L’IPIOP vient de loin, mais sa création est récente. C’est l’acronyme d’Institut de Perception Intuitive de l’Opinion Privée. Un dissident de l’EMA l’a créé. Tu comprends déjà tout. L’EMA, l’école interdite, la crème de la crème, les surdoués de nos petits génies. Les recalés pantouflent à Polytechnique ou à Normal Sup. Chez eux, les supercalculateurs font grève, dégoûtés. Ce sont des extraterrestres, des extralucides. On leur doit tous nos succès et depuis longtemps : super phénix, les avions renifleurs, la piste de décollage du Charles-de-Gaulle, les abattoirs de la Villette, Malpasset, Beaubourg, la voie sur berges, la tour Montparnasse. Ils conseillent Sarkozy depuis peu. Bush les réclame. Ils sont capables de tout, ne doutent de rien, calculent tout, prévoient tout. Ils n’auront jamais de Nobel. Ils ne publient rien. Secret défense.

Tu sais que nous, les Français, on a le gène des mathématiques. On s’y illustre depuis l’Antiquité. Tu vas me demander comment ça se fait ? C’est l’inné. Moi, par exemple, je m’y intéresse depuis toujours. Dès la onzième je maîtrisais la règle de trois. Je laisse mon esprit prendre la tangente. Je dérive à tout-va et ne m’en laisse pas compter. Tu connais notre Education nationale. Avide de résultats, faisant de la réforme continue sa règle de vie, elle démarre l’initiation aux maths dès la maternelle. Les assistantes ont reçu la formation idoine. Elles ont toutes, en plus de leurs aptitudes à changer les couches, à donner le biberon, un master en arithmétique. Les bambins et les bambines, dès leur sevrage apprennent à compter avec leurs menottes potelées et savent très vite que 1 + 1 font 2 ; que papa plus maman c’est un couple. Le stade de primaire devient rapidement élémentaire car on n’a pas de temps à perdre.

C’est le temps des additions, des multiplications, des divisions. Les soustractions, traumatisantes car apportant – quelque part – une frustration, sont abordées un peu plus tard. Tout commence par une réflexion sur le 2. 2 + 2 = 4 ; 2 X 2 = 4. La compréhension est rapide. Une fois le concept accepté, aucune Eglise ne s’y oppose, aucune communauté ne se sent outragée. L’invention est arabe. Cela aide beaucoup. La division par 1 pose un problème. On ne peut le cacher. 1 divisé par 1 fait toujours 1 ; multiplié par 1 fait encore 1 mais pourquoi 1 X 0 fait 0 ? Où passe le 1 ? Ce casse-tête a un mérite. Il permet une première orientation. Ceux qui refusent l’obstacle sont dirigés avec délicatesse, sans leur enlever leurs illusions vers des options où la réflexion mathématique n’est pas concernée. L’ENA pour eux est un garage accueillant. Leur incapacité à soustraire, additionner, diviser, trouve là à s’exprimer et plus tard on leur devra nos déficits, nos dettes, nos budgets en déséquilibre et Bercy en faillite.

Les autres, heureusement plus nombreux, vont dans les filières d’avenir où il faut savoir compter, mesurer, établir un devis, calculer les forces de traction, de résistance, doser, calibrer. Ils feront d’excellents charpentiers, maçons, plombiers, tailleurs de pierre, etc.

Débarrassés des idiots congénitaux, nos élèves abordent les mathématiques supérieures. S’ils maîtrisent le calcul différentiel des intégrales dérivées, les classes préparatoires à Polytechnique sont pour eux. Qu’ils en sortent à la botte ou au képi, ils intégreront, en rang serré, l’Insee, une centrale d’achats, l’inspection des finances, un consortium d’eaux usées et sales, etc. Ceux qui auront su ne pas trop se fatiguer en raves parties, en rallyes dans le 16e ou en mauvaises habitudes, finiront dans le front office d’une banque de la place de la Bourse ou dans la back room d’une autre du Marais.

Tout ça pour te dire que ceux dont je viens de parler ne sont pas concernés. Seuls ceux avec la cervelle surdimensionnée par un lobe fronto-pariétal surnuméraire dédié aux mathématiques nous intéressent. Ils sont faciles à repérer avec leur protubérance occipito-frontale, une espèce de petite banane du genre fressinette que la vulgate appelle la bosse des mathématiques et qui, pour les paléontologues, serait un souvenir du crétacé. Ce sont eux qui vont se retrouver à l’EMA (l’École de mathématiques appliquées). Ils y mathématisent un niveau qu’ils sont les seuls à comprendre. Pour eux, c’est une tour d’ivoire, pour nous une tour infernale. Quelques-uns s’en échappent, cessent de calculer, se remettent à penser et, comme il faut bien vivre, font travailler les autres.

De là sort l’IPIOP, ce concept New Deal pour un New World (la formule est d’Olivier, un blogueur nickel). Sa précision extrême permet la double virgule. Tu sais bien qu’un sondage est une somme de mensonges. Il faut aller dans le sens du client qui cherche surtout à se rassurer. On interroge un panel représentatif, mais qui répond ce qui lui passe par la tête ; soit il veut faire plaisir ; soit emmerder. Mais surtout pas dire ce qu’il pense, surtout que le plus souvent il ne sait que penser. Il n’a plus l’habitude. Le sondage est un simulacre qui convient à tout le monde. L’argent est bien dépensé, bien gagné et fait tourner la machine. Même les sondés sont contents, eux qui attendent les résultats pour savoir ce qu’ils devront faire ou croire.

Avec la perception intuitive, on est passé dans une autre dimension. On pose toujours des questions, le recueil se fait par contact direct, en chair et en os, car ce qui compte ce n’est pas la réponse, mais la façon et la réaction à l’interrogation : la mimique, les temps d’hésitation, l’accélération du cœur, la transpiration, le regard qui erre, les rides au front qui se font, se défont, les lèvres qui s’agitent, même pour ne rien dire, les dandinements des pieds, les mains qui bougent. Tout importe, tout est analysé, disséqué, transformé en paramètres à valeur variable, en équations à multiples inconnues. Et, de l’apparence, on extrait la vérité. Tout est enregistré par une caméra multifonction : son, image et le reste. Un logiciel super pointu mouline les données. Rien à voir avec le vieux détecteur de mensonges des Ricains car il y a un plus qui fait appel à la nanotechnologie dont on ne sait rien et qui fait la différence.

Te voilà aussi renseigné que moi. Les possibilités sont immenses, effrayantes. On ne lave pas le cerveau, on l’essore ».

Surpris, content, inquiet, mon ami se leva, remercia, s’envola. Dans une carte postale reçue hier, il me dit qu’il a repris du service à un arrêt de bus à Kaboul. Son rapport a été très mal accueilli. On ne veut surtout pas connaître ce que pensent réellement les gens, la vérité étant trop dangereuse. Il me dit en post-scriptum de ne pas m’inquiéter pour lui ; même si le terrain est miné, il y est plus à l’aise que dans son bureau à Paris.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Gül 6 juin 2008 13:27

    Dancharr,

    C’est G-E-N-I-A-L !!!!


    • Dancharr 6 juin 2008 20:37
      Alors, pardonné ?

       


    • Gül 6 juin 2008 20:41

      Et comment !

      Je vous préfère mille fois comme cela.

      Amicalement.

      Gül.

       


    • delicemetis 6 juin 2008 17:02

      je suis désolé, je ne fais pas souvent de commentaires ngatifs, mais la j’ai pas le choix...

      C’est vraiment ennuyeux et dénué de sens.


      • arroc 6 juin 2008 17:19

        Excellent. Quoique la majorité des enarques issus de sciences-po soient précisément recrutés pour leur incapacité à additionner 2 et 2. Quant à les multiplier entre eux, n’en parlons même pas.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 20:10

          « Ça fait plaisir de te revoir. » Moi, je ne change pas, je me reconnais sans effort. Mais lui, alors, méconnaissable. Son nez plutôt retroussé était devenu d’aigle. Rouquin, il était noir ébène. De teint plutôt pâlot, il avait la peau bistre, la barbe longue, les yeux noirs. Seule la voix était restée et la manière de vous serrer la main. Il la laissait pantelante, les métacarpiens fracassés. C’était bien lui. Il confirma

           

          Danchar , excusez moi de vous tutoyer , t’ as la patate .

           

          one again ...


          • Gül 6 juin 2008 20:46

            C’est cool, hein Cap’tain, un p’tit article comme ça, juste avant le vik-end ! Qu’il soit bon pour vous....

            P.S. : J’ai vu et je regrette que vous vous soyez fait moinssé pour des constatations tout à fait réelles sur les prix de l’essence.

            Je crois que beaucoup ici ne comprennent pas le sens de votre poésie, toute l’expérience de la vie avec ses bons et ses mauvais côtés, que vous nous communiquez.

            Moi, je vous aime beaucoup, vous êtes un rayon de soleil, n’en déplaise aux imbéciles qui ne savent pas lire entre les lignes....


          • Dancharr 6 juin 2008 21:11

             

            Captain,
            Content que vous soyez content.
            Finalement, un blog ça permet d’avoir des amis qu’on aimerait bien voir.

          • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 21:20

            Gül , t’ es vraiment sympa , je sais que t’ es pas du même bord que moi , mais ce qui compte le plus pour moi c ’est la gentillesse , et il ne m’ en faut pas plus , j’ te fais un bisou , si tu permets ...


          • Gül 6 juin 2008 21:21

            Non seulement je te permets mais je t’en fais un aussi !

            Bonne soirée Cap’tain !

             


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 21:22

            Danchar , vous avez la façon , genre artiste ...

             

            Les mots on les lance en l’ air , vous savez les replacer ...


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 21:23

            mort de bonheur ...


          • Gül 6 juin 2008 21:24

            C’est très joli ça ! Par exemple....

            Je suis que l’auteur appréciera !

             


          • Gül 6 juin 2008 21:24

            Je suis sûre, bien sûr...

             


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 21:28

            avoir des yeux d’ enfants , et regarder la vie de ses 6 ans ...


            • Gül 6 juin 2008 21:39

              Et même avoir des yeux de 41 ans

              Et regarder la vie comme elle vous prend !

               


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 21:42

              tous les âges ont du bon ,

               

              un des plus beaux c ’est quand on est innocent ...


              • Gül 6 juin 2008 21:45

                Ouais, Cap’tain, Mais je crois que je le suis trop...

                 


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 juin 2008 21:50

                Gül , l’ ingénuité est tellement plus jolie que toutes les certitudes qui ne doutent de plus rien ...


                • Gül 6 juin 2008 21:57

                  Sûrement cher Cap’tain, mais dans ce monde de brutes, ça fait souffrir...

                  Mais c’est pas grave, Hauts les coeurs ! Et laissons la place aux rires des enfants



                • Dancharr 1er janvier 2009 17:59
                  Cap’tain,
                  J’ai l’impression que Nestor, il a pas chômé ce jour, question roteuses. Mais quelle bonne occasion de refaire les stocks.
                  Merci pour 009 la neuve qui fera oublier la vieille 008. Je l’espère sans y croire, car l’avenir, je sais où il mène et il n’y a que les bouteilles que j’aime bouchées.
                  La vie au jour le jour, bien arrosé si le temps est au sec, voilà ce que je préconise et vous la souhaite avec plein d’amusez-vous autour et le conseil de n’en pas perdre une miette.
                  Amicalement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès