• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Recette pour privilèges

Recette pour privilèges

Conservation des privilèges

 Ah ils sont grands et intelligents nos politiciens !! L’élite bien pensante de notre société s’en donne à cœur joie.

 Englué dans ses incapacités à régler les problèmes de la gestion économique et sociale du pays, le gouvernement ne sait plus comment s’en sortir. En accumulant bourdes sur bourdes, de reculades en reculades le Gouvernement et la Présidence font l’objet d’attaques incessantes par les ténors de droite. Hé ça marche !!

 La discordance ne se situe pas sur comment redresser dans notre pays à la fois sur l’économie et le social, mais comment préserver voir améliorer les privilèges et intérêts électoraux !!

 Décidément cette société n’a plus rien à voir avec Liberté, Egalité, Fraternité. La fracture entre la France d’en haut et la France d’en bas est bien réelle. Pendant que les travailleurs, actifs retraités, chômeurs se battent pour sortir de leurs difficultés de fin de mois, l’élite de la société s’invective par presse interposée s’accusant mutuellement de menteurs de truqueurs voir de malhonnêtes. Que ce soit des PDG de grandes sociétés multinationales, des grands pontifes du barreau, ou de la médecine, des hauts dignitaires de banques tous luttent pour des intérêts mercantiles ignorants ce que c’est que se priver de repas pour payer son loyer , que de ne pas se soigner pour payer ses charges en électricité ou eau etc.

 Hier ces privilégiés refusaient la transparence qui consistait à contrôler leur enrichissement, Ils contestaient la loi contre le cumul des mandats. Aujourd’hui ils contestent les écoutes téléphoniques. Il faut bien se rendre à l’évidence, ils ne veulent pas que l’on s’en prenne à leurs privilèges.

 Les différences sont criantes et de plus en plus le peuple se rend bien compte que ce système n’engendre que des libertés pour les nantis et frustrations pour les pauvres. Le peuple se rend bien compte que 1€ pour un ouvrier n’a pas la même signification pour un prolo que pour une élite de la société. 

 C’est par ces mascarades politico-financières que ces oligarques espèrent soit abuser les électeurs ou les amener à s’abstenir de voter. Depuis 1848 le mouvement révolutionnaire à conquis le droit de vote pour les hommes, et seulement depuis 1944 pour les femmes. Avant ce droit était restreint et réservé aux élites de la société. On peut donc imaginer ce qui les arrangerait ces privilégies !!

 Ah si le peuple n’exigeait pas de salaire, si le peuple ne votait pas, si le peuple ne pensait pas !!

 Mais voilà dans le peuple il y a des gens qui luttent qui essayent d’informer, qui tentent avec de petits moyens de faire évoluer les consciences. Nous sentons bien que les magouilles de ces Monarco-républicains sont de moins en moins cachées, que le peuple s’interroge de plus en plus. Alors la lutte s’aiguise et il suffirait qu’une idée, qu’un choix de société fasse son chemin et génère une envolée du peuple pour qu’il en soit fini de ce système capitaliste qui engendre trop d’hypocrisie, trop de misère, trop d’injustices


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • spartacus spartacus 22 mars 2014 09:30

    C’est la définition du socialisme.

    Le socialisme est une idéologie qui prétend remédier à tous les problèmes de la société en édictant des règles et réglementations par la force coercitive de l’état. (Interventionnisme).
    A chaque règle visible qui donne des gagnants, existe une partie invisible de perdants.
    Les politiciens qui ne pensent qu’a se faire réélire, édictent alors plus de règles pour des gains politiques et électoralistes.
    Le socialisme a comme effet pervers de créer une demande incessante et croissante de lobby et communautés qui souhaitent des règles pour « gagner plus » sur le compte des autres. 
    C’est exactement ce que nous vivons. 



    • prolog 22 mars 2014 09:36

      ahah, quel rapport avec le socialisme ? mais bon... on ne trouve que ce qu’on cherche...

      Je suis d’accord avec l’article mais je ne ferais pas la distinction entre france d’en haut ou d’en bas. Tout le monde cherche à garder ses « privilèges » ou « acquis » et demande des règles pour ça. (au passage les règles sont presque toujours là pour légaliser le vol de son voisin mais passons...)
      Si la « France d’en bas » avait compris la nécessité absolue de partager pour éviter les guerres alors il n’y aurait pas de « France d’en haut ». Cette situation n’existe que parce que chacun veut tirer la couverture à lui... et après on peste sur ceux qui y arrivent alors que les plus cons ne sont-ils pas les perdants qui perdent depuis toujours mais continuent à vouloir jouer ?


    • Libertad14 Libertad14 22 mars 2014 14:01

      je ne sais pas si c’est la définition du socialisme, mais en France nous n’avons jamais fait cette expérience . Depuis la révolution de 1789, se sont les bourgeois qui ont gouverné en alternance qu’ils de droite, ou socialo-réformistes, ils se sont toujours fichu des intérêts du peuple. Le parti socialiste (PS) pratique la même politique que la droite capitaliste pour cause leurs dirigeants politique sortent des mêmes écoles et lisent dans la même bible. Pour ce qui est du peuple qui veut gagner plus , cela me parait normal . qui crée les richesses avec sa force de travail ?? Pas celui qui spécule en bourse, pas celui qui délocalise pour exploiter d’autres miséreux !! Quand on regarde les inégalité existantes entre un smicard et un président directeur général, il y a de quoi y réfléchir. aujourd’hui nous vivons une époque monarco-républicaine avec les seigneurs qui s’enrichissent et les gueux qui s’appauvrissent . peut on parler de fraternité, d’égalité, ou de liberté



    • spartacus spartacus 22 mars 2014 19:06

      @libertad14

      Je n’ai hélas pas la même vision des choses et croit que la France n’a jamais été libérale ni réellement capitaliste. Malheureusement. 
      Même la droite Française est socialiste. 

      Dans ces écoles Ena et Science Po la majorité de l’enseignement est réalisé par des doctrinaires Keynésiens (une forme de socialisme). L’enseignement libéral est « à charge ». Le Keysiannisme est une forme de socialisme (je vous le fait synthétisé) c’est vivre au présent sur le compte des générations futures. Quand le futur arrive, il en résulte dettes, chômage de masse, impôts, exclusions.

      Seul le niveau de revenu importe, et non l’écart avec les plus riches. 

      Imaginons un exemple : vous gagnez 2400€ par mois. Au Sael le salaire moyen est de 24€. C’est a dire qu’il y a entre vous et un habitant Saelien vous avez 100 fois plus de revenus que lui. Vous vous rendez compte ? 100 fois plus ! Que c’est inégalitaire !
      Vous réduire vos revenus à 24€ comme le Saélien moyen au nom des inégalités rendra t-il plus riche le Saélien ?

      Maintenant 2eme exemple : un investisseur crée une entreprise au village. L’entreprise embauche et crée de l’emploi. C’est donc bien l’investisseur qui crée la « richesse ». 

      Le salarié loue son travail au capital. Le capital ne retire de l’argent que si l’objet du travail du salarié est vendu. Quoi qu’il advienne du produit fabriqué vendu ou pas, le salarié touchera son salaire. Le salarié accepterai t-il d’être payé a 90 jours ou uniquement si la production est vendue ? Si la production n’est pas vendue le salarié accepterait il de ne pas être payé ?

      Le salaire est bien une « avance » du capital de l’investisseur sur la vente du produit finit. Le salarié est lié a l’entreprise par un simple contrat qu’il peut rompre à tout moment quel que soit les conséquences de son départ. L’entreprise ou le capital des actionnaires, ne peuvent fermer sans « assumer » les conséquences sociales.

    • rocla+ rocla+ 22 mars 2014 09:34

       Ah si le peuple n’exigeait pas de salaire, si le peuple ne votait pas, si le peuple ne pensait pas !!


      soit t’ es peuple  ou pas peuple .

      Si  tu veux être peuple reste peuple .

      Sinon démerde toi .

      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 22 mars 2014 09:52

        « Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.  »
        Albert Einstein


        • Vipère Vipère 22 mars 2014 12:19


          Tout est résumé de manière limpide par l’auteur :

          « ils ne veulent pas que l’on s’en prenne à leurs privilèges.  »

          « Ils » c’est à dire, nous autres -électeurs- ne devons pas toucher à leur grisbi qui ne cesse de grossir à mesure que le porte-monnaie des français maigrit...


          • Vipère Vipère 22 mars 2014 12:23


            De la liberté, de l’égalité, de la fraternité !

            C’est lui qui en parle le mieux .... vidéo ci-dessous :

            http://www.youtube.com/watch?v=As8dI7D0q5U smiley


            • HELIOS HELIOS 22 mars 2014 15:23

              ... rien a voir avec le socialisme - ou le capitalisme - rien a voir avec ceux qui s’enrichissent, rien a voir avec tout ce qui s’ecrit là...

              la realité, c’est que la vie, c’est le chacun pour soi et donc il faut des regles.
              Les regles seules sont insuffisantes et celles qui existent ne sont pas respectées.

              Comme il est illusoire de changer l’homme, il faut donc mettre en place un mecanisme de controle plus efficace.

              Il faut imperativement que ceux qui representent les interets de tous, en premier lieu la classe politique executive ou parlementaire, soit soumis a des controles citoyens frequents et contraignants.

              Puisque la morale n’est pas applicable, c’est le reglement et son assujetissement qui doivent primer, donc il faut divers systemes qui tout au long de tous les mandats doivent y suppléer et etre effectivement utilisés et appliques.

              quand au reste de l’article, il s’agit d’un simple mecanisme de redistribution de richesse et d’une bonne idée (le smic) les requins en on fait une horreur (le travailleurs sont de plus en plus payés au smic). C’est là que doit intervenir l’etat pour que la dignité humaine, quasiment acquise - mais se degradant actuellement - soit suivi d’une dignité sociale qui est completement niée, malgres quelques bonnes idées inapliquees ou inapplicables.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Libertad14

Libertad14
Voir ses articles







Palmarès