• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Sarkozy l’Africain : une vérité qui dérange

Sarkozy l’Africain : une vérité qui dérange

La polémique sur qui a livré le meilleur Discours aux Africains entre Sarkozy au Sénégal en juillet 2007 et Obama au Ghana en juillet 2009 n’a pas lieu d’être. Je ne parlerai même pas du discours de Ségo au Zénith en juillet 2011...

D’ailleurs, Madame Royal nous a refait son cirque hier en demandant pardon aux Ghanéens de la part du peuple Américain : "Barack s’est conduit de façon ignoble en étalant toute sa classe - autant dire ’je vous ai conquis’... quelle mufflitude, quelle malpolité !"

La polémique, disais-je donc, n’a pas lieu d’être. Car contrairement à cet imposteur de Barack Obama, Nicolas Sarkozy peut réellement s’adresser aux Africains en toute connaissance de cause et en toute franchise.

Selon sa biographie officielle ("Satisfaction" par Henri Aïken’t Guaino - Editions Paris Match*), Nicolas Paul Stephane Sarkozy De Nagy-Bocsa est né à Sangatte de père Burkinabé et de mère inconnue (elle ne quitte jamais sa burqa), a été abandonné par son géniteur, puis a été élevé par ses arrière-arrière-arrière-arrière grand parents Jacques et Bernadette.

Allergique au fromage de tête, Nicolas part se refugier chez un vieux gourou Turc, le temps de comprendre qu’il est également allergique à l’imparfait du subjonctif. C’est dans une roulotte, hébergé quelques mois par une bande de bohémiens, qu’il conçoit les premières moutures de son projet d’Union pour la Méditerranée en étudiant les scènes de ménage entre Enrico Macias et Rika Zaraï. Au passage, il découvre avec stupeur qu’il n’est pas allergique à la musique de Didier Barbelivien.

L’année d’après, Le Petit Nicolas parvient de justesse à échapper à une raffle destinée à l’engager de force dans le rallye dansant de la Comtesse Cunégonde Hautefraise von Proutprout Baldemort : prenant son courage et sa Rolex à deux mains il saute sans bouée de "L’Album", le yacht de la Comtesse**, puis s’échoue épuisé, à vingt mètres de là, sur les côtes hostiles de Neuilly-sur-Seine.

Pendant que Barack Obama, après de longues vacances à Hawaii et en Indonésie, avance tout peinard dans ses études de droit jusqu’à Harvard, le pauvre Nicolas Sarkozy doit trimer et se contenter de Nanterre. Il échoue même à Sciences Po parce qu’il n’a pas la chance de maîtriser dès la naissance la langue anglaise.

Pendant que l’athlète Barack Obama tombe sans se fatiguer la femme de sa vie, le malingre Nicolas Sarkozy doit composer avec ses nombreux handicaps pour séduire Cécilia Emmanuelle Mignon Eau-Bénite, petite fille du compositeur du très célèbre Canon de Facho Bells, hymne de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X.

Alors oui, Nicolas Sarkozy peut regarder l’Afrique dans les yeux sans baisser le regard, et ce même sans être entouré par une brigade de CRS...

... à condition que Muammar Kaddafi porte des Ray-Ban.



* pour la biographie non officielle, revoir "In Memoriam Nicolas Sarkozy" (p.. deux ans déjà !).
** aux canardophiles : ne cherchez pas le contrepet (ou alors laissez le en commentaire)
---
initialement publié sur blogules.

Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 14 juillet 2009 09:50

    Trés bien. Enfin un article d’investigation , qui dit le vrai.


    • Reinette Reinette 14 juillet 2009 09:58

      oui surtout bien carresser l’auteur dans le sens du poil et dire lui dire merci

      sinon votre commentaire part dans les oubliettes d’AV !


    • ferdicco 14 juillet 2009 11:04

      N’importe quoi.

      Voici le discours d’Obama au Ghana que j’ai découvert ce matin, rien à voir avec le racisme de Sarko.


      • stephanemot stephanemot 14 juillet 2009 11:20

        nous sommes bien d’accord

        j’espere que vous n’avez pas pris ce papier au premier degre


      • stephanemot stephanemot 15 juillet 2009 01:31

        @miragne

        - Barack Obama est avant tout the right man at the right place at the right moment. La portee historique de sa victoire de novembre dernier ne saurait se resumer a une histoire de couleur de peau.

        - « je ne suis pas raciste, moi ! », me dites-vous... a en juger par vos precedents commentaires, permettez-moi d’en douter


      • meridien meridien 14 juillet 2009 16:35

         ageablement surpris, je suis, par la tournure de votre article

        continuez..meridien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès