• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Tout ce que vous avez voulu savoir sur le remaniement sans vous faire taper (...)

Tout ce que vous avez voulu savoir sur le remaniement sans vous faire taper sur les doigts

JPEG Ne vaut-il pas mieux passer la main ?

Ainsi donc, il a lieu le remaniement ; fameux, miraculeux ou pitoyable, c'est selon ses rêves, ses illusions ou ses détestations. Chacun voit midi à sa porte même si pour certains, la dernière heure a sonné. Les mots sont porteurs de sens et puisque que remaniement il y a, le préfixe « re » suppose la répétition, une réitération de la chose susnommée.

Il nous faut donc d'abord examiner ce « Manier » préalable qui suppose que l'action avait déjà été entreprise avant qu'il ne faille se résoudre à la reprendre. Le verbe vient du vieux français, il trouve son sens originel dans cette main que semble avoir perdu le « remanieur » du jour. Confier donc cette besogne à un manuel a bien plus de sens qu'il n'y paraît dans ce monde intellectuel douteux. Quoique, à y regarder de plus près, les synonymes qu'on nous propose ne cessent de m'intriguer.

Manier pourrait tout aussi bien se traduire à la nuance près par actionner, gouverner, conduire, régir, tripoter et triturer. Je frémis au plaisir qui doit être le vôtre en découvrant ainsi que celui qui gouverne, tripote et triture pour notre gouverne. Pas étonnant qu'avec des interprétations aussi proches, il ne soit pas aisé de garder les mains propres et la tête haute dans l'exercice périlleux du pouvoir.

Quant à l'action, hélas, elle ne fut pas à la hauteur de ce que nous espérions . S'il y en eut, c'est bien plus dans les coulisses avec une main chaude et cajoleuse. Je crains que notre bon président n'ait compris de ses obligations que l'impérieux tripotage auquel il se livre nuitamment après une petite promenade motocycliste. A force de ne demander la main de personne, il finira bien par en prendre une en pleine face !

Mais laissons-là ces considérations intimes pour revenir à notre verbe du jour. Il a fallu remanier, c'est à dire tripatouiller à nouveau la surface des choses, modifier l'apparence pour tromper le microcosme ou simplement l'occuper un peu. Du remaniement au reniement il n'y a qu'une petite nuance et il serait bien utile de lui demander de se livrer à l'exercice avec la main sur le cœur.

Remanier pour un artisan serait donc remettre son ouvrage sur le métier. Ainsi, notre bon président qui passe la main à un premier ministre jeune et ambitieux, espère que ce dernier aura la main qui file. La menotte dans un gant de velours pour une main de fer : la nouvelle version de ce jeu de mains et de dupes auquel se sont livrés nos duettistes dans les alcôves du palais.

Le printemps hélas, pour précoce et chaud qu'il soit, devrait nous rappeler à plus de prudence. Ce « remanier-là », cette seconde main confiée à un second couteau devenu tête de filature, n'a pas la main verte, c'est le moins que l'on puisse dire. La rose va faner et les jardiniers désertent le navire. On devine déjà une maigre récolte et l'usage de pesticides pour chasser les parasites.

Retournons aux synonymes de ce verbe second qui paradoxalement est porteur de plus de sens voisins que l'action initiale, comme si la réitération ou la redondance, multipliait les possibles ou les interprétations. Ce « remanier » pourrait devenir au gré de leurs envies : arranger, changer, corriger, modifier, refondre, renouveler, reprendre, retoucher, réviser, revoir, transformer. Le manuel a de quoi s'occuper  !

C'est parce que la correction a eu lieu que le changement a dû se faire. Je doute hélas que la donne en soit modifiée pour autant. Tout est à revoir, rien ne changera vraiment et les modifications à la marge ne font que nous exaspérer un peu plus. La grande transformation qu'en d'autres temps, le candidat nommait changement, n'aura jamais lieu. Tout est à reprendre à la base et c'est justement, elle, qu'on insulte en ignorant ses désirs !

Tiens donc, l'enquête à laquelle je me livre m'apporte des commentaires assez curieux. On écrit ici où là que le bon prince a été contraint de remanier alors qu'il n'y tenait pas franchement. On lui aurait donc forcé la main ? Mais qui donc ? Un coup de main qui s'apparente à un coup de force contre celui qui en manque singulièrement ! La chose est drôle …

Ce remaniement, en outre, est chargé de la promesse d'un resserrement de l'équipe. On va mettre à la porte les petites mains, ne garder que les gros bras. On peut deviner que le masculin, une fois encore, va se tailler la part du lion dans ce jeu de dupes. Il y aura donc un bras de fer dans les coulisses pour qu'un courant prenne la main, pardon, reprenne la main puisque remaniement il y a.

Curieusement tout cela me laisse un goût amer et une curieuse démangeaison au niveau du pied. Il y a en effet quelques coups de pieds qui se perdent à destination de ces nobles séants et il serait grand temps d'en profiter pour en donner un autre dans la fourmilière. En attendant, je regarde d'un œil distrait cette nouvelle donne. Les cartes sont battues et nos oreilles rebattues et, depuis bien trop longtemps, nous n'avons plus la main.

Manuellement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • jako jako 2 avril 2014 09:12

    Merci Nabum, l’article avec l’exacte représentation de notre situation shadokienne on pourrait en rire mais non , plus envie...


    • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 10:01

       jako


      Une vérité qui mériterait d’être diffusée un peu partout il me semble

    • colere48 colere48 2 avril 2014 10:15

      Ayrault nous a conduit au bord du gouffre,
      avec Valls nous allons faire un grand pas en avant.


      • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 12:07

        colere48


        Ce n’est certes pas un pas sur le côté et encore moins vers la gauche
        Plus dure sera la chute ! 

      • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 11:53

        Comme je l’écrivais sur mon dernier billet :

        "Une réattribution, d’un nouveau Premier ministre ?

        Bravo. Ce sera une Vals, pour mener le bal avec le Manuel d’emploi en plus, en prénom.


        • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 11:54

          en fin d’article, je remarquais que je n’avais pas traduit le titre bilingue de cet article « Zo_Dom & Go_More »Au mieux, cela voudrait dire « Si sot et Toujours plus ». smiley


        • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 11:58

          J’ai appris hier que votre nouveau premier était catalan de Barcelone.

          Une première...
          J’adore Barcelone. Est-ce un bon ou un mauvais signe ?

          • JL JL 2 avril 2014 12:06

            à L’enfoiré,

            vous vous emmerdez tant que ça, en Belgique ?

            Non, je plaisante. Je vous aime bien, tant que vous restez à ce niveau d’’impertinence !

             smiley


          • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 12:09

             L’enfoiré


            Je n’ai pas votre talent pour évoquer les affaires politiques

          • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 12:56

            JL,

             « vous vous emmerdez tant que ça, en Belgique ? »
            Ai-je l’air de m’emmerder en Belgique quand vous voyez mes articles ?
            Je crois qu’il y a un problème de lecture si c’était le cas.

          • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 13:00

            Mais il y a une différence avec le Français moyen.

            Le Belge aime voyager partout dans le monde. On est partout.
            C’est un petit pays d’où on sort sans s’en apercevoir, après une centaine de kilomètres.
            Barcelone, cela vit, c’est une ville flamboyante.
            J’y ai été souvent et j’y retourne toujours avec plaisir.
            La Catalogne est très différente du reste de l’Espagne.
            La langue y est spécifique.
             

          • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 13:28

            L’enfoiré


            Je ne voyage qu’à pied !
            J’irai sans doute un jour arpenter votre si belle Belgique

          • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 13:58

            Et, oui, je me souviens d’un de vos billets qui le disait.

            Nous utilisons tous les moyens de communication en fonction de leur disponibilité et de la distance du déplacement.
            Ce sera à pieds, à cheval ou en voiture, dans un premier temps.
            En voiture, en train, à la croisière en bateau, en avion, dans un second.
            Je vais vous en dire plus.
            Il y a une différence entre les nord et le sud.
            On rencontre plus de flamands en vacances à l’étranger que de wallons.
            Il y a des raisons à cela, mais ce serait trop long pour les exposer ici.

          • claude-michel claude-michel 2 avril 2014 13:22

            Bonjour Nabum...après un tripotage en règle me voici prêt a vous dire « BRAVO » pour le remaniement de cet article a surtout ne pas retoucher+++Changer un ministre hélas n’apportera rien de 9...vu que nos moyens (et nos caisses) sont au 36eme dessous...Même les cafards ont déserté le trou dans lequel nous sommes...et notre avenir se trouve sous des nuages bien noirs.. !


            • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 13:29

              claude-michel


              Ne soyez pas pessimiste, Ségolène est revenue !

            • claude-michel claude-michel 2 avril 2014 13:49

              Par C’est Nabum ...heu...rien à cirer de cette femme ?


            • L'enfoiré L’enfoiré 2 avril 2014 14:32

              « Ségolène est revenue »


              C’était en 2006.
              Bien avant le déluge, évidemment smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 16:17

              claude-michel


              Hollande est dans ses petits souliers


              • C'est Nabum C’est Nabum 2 avril 2014 16:17

                 L’enfoiré


                L’éternel recommencement

              • bernard bernard 2 avril 2014 20:37

                « Faire du neuf avec du vieux... » (sic)

                La couche de peinture ne dissimulera pas les « erraflures » existantes.
                La preuve, Motebourg et Fabius se dispute déja le commerce.

                Excellent début pour ces « nouveaux anciens ».

                Ma conclusion, essayer de faire du neuf avec du vieux, ça ne fait jamais que du vieux !

                Mais ce n’est que mon avis !

                 smiley smiley smiley


              • bernard bernard 2 avril 2014 20:40


                Les éraflures avec deux « R » sont plus... profondes. smiley smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 3 avril 2014 06:16

                 bernard 


                On pourrait quallifer tout ça de replatrage !


              • bernard bernard 3 avril 2014 07:31

                Les murs sont lézardés, et pour les renforcer, on change la tapisserie.

                Trop Fort !

                 smiley smiley


              • C'est Nabum C’est Nabum 3 avril 2014 09:50

                 bernard 


                C’est l’après qui posera problème ...

              • Vipère Vipère 2 avril 2014 23:04

                 

                Nabum

                 

                Ségolène à l’écologie, c’est plutôt une bonne nouvelle, elle n’ a plus qu’ a coincer la bulle, tout est fait, elle n’a plus qu’a regarder pousser les pâquerettes et toucher son chèque à la fin du mois !

                Fort heureusement la nature, n’a jamais eu besoin d’un ministre, elle se débrouille très bien toute seule, pourvu qu’on lui fiche la paix !

                Avez-vous déjà vu une pâquerette attendre le feu vert d’un ministre pour pointer son museau ?

                D’ailleurs, le maestro a déjà fait le boulot et du bon boulot. La verdure, les arbres, les fleurs, les petits oiseaux, la météo, le grand Manitou a tout réglé dans les moindres détails.

                Le mieux qu’elle ait à faire, Ségolène, c’est de ne rien faire. L’écologie, ce n’est pas compliqué, moins on touche à la nature, plus elle prospère. Si on fait le contraire, bonjour les dégâts ! Il est plus facile d’appeler un plombier pour déboucher l’évier que de faire venir le maestro pour réparer la nature. 

                Les écologiste, c’est connu, cultivent « l’inutile ». Plantés derrière un bureau, ils font pousser des statistiques et des dossiers qui ne servent à rien et à personne. 

                Heureusement, qu’ ils ne font pas la pluie et le beau temps, sans quoi, tout irait de travers, ils auraient tout le pays sur le dos. Les agriculteurs, les jardiniers, les touristes, les R.T.T. istes, tous seraient mécontents de la météo et des écolo ! trop de soleil, pas assez de pluie, plus de vent, moins de nuages...

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires