• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Un gros pépin dans la machine à Papin

Un gros pépin dans la machine à Papin

Pour les journées du Patrimoine

Vulcain, c'est pas malin …

325439.jpg

Il était une fois une belle invention : la machine à vapeur ! Comme toutes les créations humaines, elle simplifia bien des existences, provoqua tout autant bon nombre de transformations qui ne furent pas toutes en faveur des travailleurs. Elle suscita de grandes innovations et eu aussi quelques heures sombres. La Loire n'échappa pas à cette belle et folle aventure. Nous allons attacher nos pas à ce panache de fumée noire que nous apercevons au loin.

Tout à commencer sur notre dame Liger en son estuaire. Quatre ans après les premières tentatives sur la Garonne, « la Loire » fut notre premier bateau à vapeur en 1822. Pour une première, les constructeurs n'avaient pas lésigné : 250 passagers pour un trajet Paimbœuf Nantes. Tout le monde était alors confiant dans les forces du progrès …

0805inexpls01.jpg

Orléans dut patienter un peu pour découvrir les joies d'un bateau qui remonte le courant sans effort quand le vent vient à manquer. Le « Nantais » fut ainsi le premier à abaisser sa cheminée en passant sous notre pont Royal. Quatre ans plus tard, notre bonne ville avait un vapeur portant fièrement son nom pour la satisfaction de tous.

Il transportait passagers et marchandises dans un ordre et une présentation qui n'avaient plus rien à voir avec les mariniers à voile et au halage. L'uniforme et les bonnes manières étaient de rigueur. Un certain perroquet n'en aurait certainement pas perdu son latin, mais malheureusement l'histoire ne peut jamais être réécrite autrement qu'en Bonimenteries ! Nous étions en 1829, le ciel n'était pas encore assombri par la terrible histoire que je vais vous narrer !

grelnavi.jpg

Nous sommes le 15 septembre 1837, la famille Bernard vient rendre visite à des cousins d'Orléans. Partie de Nantes, Madame, grande bourgeoise est accompagnée de sa domestique pour surveiller ses cinq enfants. On ne sait jamais ce qui peut arriver sur un bateau. La Loire recèle tant de pièges pour autant de sollicitations merveilleuses qui peuvent attirer ses petits diables …

Pour son malheur, c'est ainsi qu'elle nommait sa progéniture. La bonne dame eut été plus avisée de se préoccuper du choix de son bateau. Le « Ville d'Orléans » aurait du lui inspirer confiance au lieu de quoi, elle lui préféra « Le Vulcain ». Qui donc avait pu avoir idée aussi saugrenue de baptiser ainsi un bateau ? Nul ne s'en vanta jamais …

France433.jpg

Tout avait bien commencer. Il faisait une belle arrière saison. Le temps était au beau, ce qui n'est peut-être pas sans incidence sur ce qui arrivera par la suite. Le capitaine avait fière allure dans son costume d'apparat. Il donnait des ordres, paradait sur le pont en faisant douces œillades aux belles dames sur le pont. Qu'il soit à voile ou à vapeur, un marinier de Loire n'en demeure pas moins un galant homme, toujours prompt à jouer les jolis cœur.

Madame Bernard n'était pas insensible à ce bel homme, bien de sa personne et aux manières si raffinées. Elle le convia dans sa cabine pour prendre le thé tandis que la brave bonne promenait la marmaille sur le pont. Notre capitaine en oublia certainement la manœuvre et ce jour-là, eut lieu le premier incident. Le barreur devait lui aussi suivre des yeux la domestique car le Vapeur se trouva engraver.

paquloire.jpg

Pendant deux heures, le Vulcain fut prisonnier de ce maudit banc de sable. La chaudière surchauffa, les roues ne parvenaient pas à dégager ce monstre de plus de 25 mètres de long. Il fallut l'aide de mariniers à voile pas très rancuniers pour tirer l'équipage bien habillé et ses passagers de ce mauvais pas. Le capitaine, échaudé par cette aventure était revenu à son poste …

Il était d'une humeur massacrante et voulut qu'on rattrape le retard. Il demanda à ce que l'allure fut augmentée. Dans la soute, la chaudière était chauffée à blanc. L'homme hurlait des ordres qui ne méritaient aucune contradiction. Il venait de la Navale et avait une conception toute aristocratique de son importance. Ce qu'il exigeait était exécuté sans discussion. La surchauffe menaçait. Mais il est difficile de faire entendre raison à un homme qui s'est trouvé ridiculisé devant une grande dame !

inexplosive.jpg

C'est à Ingrandes, à la frontière de la Bretagne et du reste du monde, que se déroula le drame. Vulcain était un nom du diable, la fournaise allait avoir raison des uniformes, de l'ordre et des malheureux passagers. Le conduit de la chaudière explosa, le feu prit immédiatement dans ce navire ou la panique fut à son comble ! La cloison de la cabine de Madame Bernard explosa sous la puissance de la déflagration. Par un malheurs concours de circonstance, la bonne et les enfants étaient rentrés de leur promenade.

Ce qui suivit fut alors un inextricable épisode de cris, de gestes de bravoures et d'autres beaucoup moins glorieux, de larmes et de frayeurs. Il est bien difficile d'en narrer le déroulement. Ce que l'on sait de cette malheureuse histoire c'est que la domestique eut un comportement exemplaire, qu'elle mis toute son énergie et son courage afin de tenter de sauver les enfants dont elle avait la garde. Elle fut bien mal récompensée par la destinée et la divine providence. Saint Nicolas ce jour-là avait sans doute mieux à faire sur la rivière !

images.jpeg

Malgré le dévouement de cette brave personne et bien qu'elle ait passé tous les enfants par la croisé, quatre pauvres victimes seront à déplorer. Elle succomba elle aussi bien vite, victime des risques insensés qu'elle prit. D'autres connurent hélas pareil sort et le spectacle qui donnèrent les survivants jeta un froid parmi ceux qui le virent. La traction à vapeur avait pris un coup dans l'aile. Ce qu devint le capitaine, nous n'en dirons rien par respect pour ceux qui n'en réchappèrent pas. Quand à madame Bernard, elle fut atrocement brûlé et ne tourna plus jamais les cœur d'un libertin.

Ce malheur ne fut pas le seul. Un ingénieur se pencha sur le problème. Il eut l'illumination et trouva un dispositif à basse pression pour diminuer considérablement les risques d'explosion. Il ajouta unéchappement des fumées sous l'eau pour diminuer encore les risques. Un marquis qui n'avait pas perdu la tête durant la révolution créa une compagnie au nom enjôleur : « Les inexplosibles ! ». Nous étions en 1837 et les procédés très agressifs de cet homme d'affaire firent le reste.

minesaum.jpg

Comme en 1842, la chaudière du « Riverain » explosa à Ancenis, provoquant alors grand émois et malheureuses victimes, les autres compagnie ne résistèrent pas. Elles avaient perdu la confiance des voyageurs et les batailles de la technologie et de la réclame.. C'est la compagnie des inexplosibles qui eut emporta cette bataille navale avant que le train vint mettre dans ce joli monde de la rivière à la raison. En 1852, la compagnie fermait la porte. D'autres vapeurs continuèrent encore quelques temps jusqu'à ce que le train finisse par passer partout.

De cette histoire, il n'y a qu'une morale à retenir. Elle faut pour la Loire comme pour bien d'autres circonstances. Il n'y a pas de fumée sans feu. Il se trouve encore le long de la rivière de bien inquiétantes cheminée aux panaches blancs. Que ceux qui prétendent qu'elles sont sans danger se souviennent du Vulcain et du Riverain. Ailleurs dans le monde aussi on affirmait qu'il n'arriverait jamais rien de fâcheux et depuis, nous avons vu sans en tirer les conclusions qui s'imposent …

copie-de-0025le-ville-de-nantesa-roue-1.jpg

Durablement vôtre.

JPEG - 33.2 ko

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • oncle archibald 16 septembre 2013 10:19

    Très belle histoire et si bien racontée qu’on en redemande ... Le feu est toujours la pire des choses sur un navire, et quand il se met aux fesses d’une belle dame « de la haute » alors là ... Cela tourne inéluctablement au drame ... 


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2013 12:24

      Mon oncle


      Même si deux grosses fautes de conjugaison sont venu mettre le feu au texte.

      C’est le risque de la surchauffe ! 

    • gaijin gaijin 16 septembre 2013 14:12

      inexplosibles
      insubmersibles
      ............
      ce diable de murphy ayant toujours raison même quand il a tort, les accidents arrivent, opiniâtres et innopinés ........
      extension de la loi de murphy :
      « la probalité de la survenue d’un accident est inversement proportionnelle au nombre de fois ou on vous affirme qu’il ne peut pas arriver »


      • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2013 16:22

         gaijin


        Je redoute le pire pour les nouvelles cheminée du diable qui trônent en bord de Loire ...

      • C'est Nabum C’est Nabum 16 septembre 2013 17:39

        Morvandiau


        Nous touchons le fond

        Ayez un peu de respect pour le deuil de cette dame. Le captaine suite à cette histoire mis sa barre en berne et vos allusions n’y pourront rien !

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 16 septembre 2013 22:39

        Que ce soit sur « le Vulcain » ou le Costa Concordia", les capitaines de bateaux n’ont rien de mieux à faire que de jouer les galants galonnés et faire la roue pour les beaux yeux des passagères. 




        • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 2013 06:49

          Prudence


          Le marin est ainsi fait 

          Le prestige de l’uniforme, l’étrangeté de sa fonction, les odeurs d’embruns ...

          Je ne sais ce qui les conduit toujours vers l’aventure ! 

        • Prudence Gayant Prudence Gayant 17 septembre 2013 16:44

          Les femmes aussi portent un uniforme dans certains métiers, renversent-elles autant de navire sur le fond que leurs homologues masculins ?


        • ggo56 16 septembre 2013 22:59

          @Nabum : Comment pouvez-vous publier des articles sans les relire (fautes de frappe : elle f#v#aut pour..), ne pas utiliser la correction automatique des fautes (les autres compagnie, qu’elle mis, la croisé ...) !!!
          Dommage, mais c’est comme une poubelle marseillaise sur un paysage enchanteur par ailleurs !


          • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 2013 06:51

             ggo56


            J’en suis navré 

            Sur Agoravox quand le billet est lancé, il est impossible de corriger les deux fautes énormes commises ici.

            Elles signifient sans doute que ce billet ne vaut rien. Voilà une belle manière de juger ! 

          • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 2013 07:11

            Morvandiau


            J’ai connu la cale et les fers toute ma vie à cause de ma dysorthographie maladive.

            J’ai appris à mépriser ceux qui ne me jugent qu’à partir de ce trouble si visible.

          • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 2013 09:48

            Morvandiau


            Pourtant c’est une plaie purulente ! 

            Je les accumule, j’enfile les perles et les fautes d’accord !

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 17 septembre 2013 16:42

            La première fois que l’on lit vos billets, c’est certain, la tentation est grande d’aller taquiner le prof faiseur de fautes, puis à la seconde fois, on se dit que après tout, nous aussi faisons des fautes et à la troisième quand on connait presque assez bien l’auteur, on s’en moque un peu de ses fautes. Les histoires sont plus intéressantes que les fautes glanées ici et là.




          • C'est Nabum C’est Nabum 17 septembre 2013 17:41

            Prudence


            Je suis un professeur fautif ! 

            J’ai honte 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès