• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > Une favorite de retour à l’Elysée

Une favorite de retour à l’Elysée

Chef d’état ou pas, un homme reste un homme avec les dérives souvent cachées au peuple. François Hollande s'installera à l'Elysée le 15 mai 2012 avec sa compagne. Mais les murs du « Château » gardent discrètement les turpitudes qu’ils abritent. Juste un peu d’histoire pour vous distraire…

Avec ses 365 pièces, l’Elysée fut le théâtre de la vie des grands et de petits hommes. Mais les femmes ne furent jamais absentes.

Parfois, l’histoire semble se répéter. En 1753, le roi Louis XV installe sa favorite la marquise de Pompadour dans l’ancien palais du comte d'Évreux. C’est une duchesse de Bourbon, Louise-Marie-Bathilde d'Orléans, qui s'y installe en 1787. L'hôtel est rebaptisé « l'hôtel de l'Élysée » en raison de son jardin dont les ifs se mêlent à ceux du carré de l'Élysée

L’article 62 de la Constitution de 1848 disposait que le Président est « logé aux frais de la République » et réside « au lieu où siège l'Assemblée nationale », donc à Paris. Louis-Napoléon Bonaparte, premier président de la République élu au suffrage universel en 1848, se voit assigner non pas les Tuileries mais le palais de l'Élysée.

C‘ est dans le Salon vert que Gaston Doumergue y épouse civilement Jeanne Graves le 1er juin 1931. Gaston Doumergue est le premier célibataire à être nommé à cette fonction. Très populaire, celui que l'on a affectueusement surnommé "Gastounet" se fait surtout remarqué par les économies qu'il impose à la présidence, qui menait jusque-là un train de vie... princier. La présidence doit se contenter de cinq véhicules simples et d'une voiture d'apparat.

Le 2 février 2008, le président Nicolas Sarkozy épousa dans le Salon vert la chanteuse et actrice Carla Bruni-Tedeschi.

En mai 2007, la nouvelle première dame de France, Cécilia Sarkozy, épouse de Nicolas Sarkozy, décida de faire du salon Bleu son bureau. Après le remariage, en 2008, du président Sarkozy avec Carla Bruni, cette dernière garda le salon Bleu comme lieu de travail.

Ce salon fut le lieu de rencontre hebdomadaire du Président de la République Félix Faure et sa maîtresse Marguerite Steinheil. C'est d'ailleurs dans cette pièce que le président Faure rendit son dernier souffle le 16 février 1899 à suite d'une ultime visite de Madame Steinheil qui restera dans les annales.

Louis-Napoléon Bonaparte était un amoureux des femmes. Au début de son règne, l'homme est célibataire mais cela ne l'empêche pas d'accumuler les conquêtes. Pendant son règne, il a même un secrétaire chargé de s'occuper de ses maîtresses, le comte Felix Bacciochi. En 1852, cependant, celui qui est empereur depuis seulement un an s'éprend d'une jeune femme, la belle Eugénie de Montijo. Cette dernière lui fait comprendre que pour trouver le chemin de son cœur et de sa chambre, il lui faudra "passer par la chapelle". Louis-Napoléon obtempère et épouse la belle en janvier 1853. Cependant, cela ne l'empêche pas de continuer à avoir des maîtresses. Mais les maîtresses n'ont pas droit à l'entrée principale de l'Elysée. Le président, qui était loin d'être un modèle de fidélité, prenait ses précautions pour rencontrer ses maîtresses à l'insu du personnel du palais, et surtout l'une d'entre elle, la délicieuse Louise de Mercy-Argenteau. Pour voir tranquillement sa belle, il fait construire un souterrain reliant la sacristie de la chapelle du palais au 18 rue de l'Elysée, charmant hôtel à l'anglaise où habite sa maîtresse.

Quand je pense que Christian Prouteau n’a pas indiqué à son patron, François Mitterrand, ce moyen pour rejoindre Anne Pingeot et leur fille Mazarine, pas doué le super flic !

Autres rumeurs sur ce lieu de grandeur : La scène se serait passée dans les appartements privés de l'Elysée le 31 décembre 2007 : Carla Bruni, passant près du lit présidentiel en compagnie de Rachida Dati, aurait au passage lancé : "Tu aurais bien aimé l'occuper, n'est-ce pas ?"

Imaginons la même scène entre Valérie Trierweiler et Ségolène Royal…

Mais l’honneur est (presque) sauf. Nous aurions pu avoir comme Président Monsieur D.S.K…..

 

Illustration : http://livre.fnac.com/a1863981/Georges-Poisson-Les-secrets-de-l-Elysee


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 8 mai 2012 09:30

    « Mais l’honneur est (presque) sauf. Nous aurions pu avoir comme Président Monsieur D.S.K »

    Votre petite et minable dague que vous plantez dans le cadavre politique de la victime du complot gros comme une maison gâche tout plaisir de lire cet article frivole à la Gala. J’imagine que vous traitez de violeur Julian Assange, aussi. Votre cécité de moraliste bigot vous enlève toute crédibilité.


    • Papybom Papybom 8 mai 2012 09:48

      Bonjour Deneb,

      Une dague, que nenni, juste une banderille qui ne lui fera pas bien mal. La bête a le cuir épais.

      Ni bigot, ni athée simple observateur. Je préfère le sourire à l’insulte.

      Cordialement.


    • appoline appoline 8 mai 2012 18:23

      Deneb,


      Pas besoin de complot, DSK et son appendice sont tout à fait capables de se mettre dans la merde. Point besoin est de le pousser dans le dos, une fois passons, mais là avec le nombre de procès d’hier et d’aujourd’hui, il n’y a plus aucun doute. Oui, nous avons eu chaud et même s’il y avait eu complot, on devrait donner une médaille à celui qui l’a fomenté.

    • Expat2011 8 mai 2012 09:41

      @Deneb :


      + 1 

      • Norgay-sherpa 8 mai 2012 10:28

        J’en connais une pour laquelle le régime alimentaire - vie privée comme politique - des 5 prochaines années est tout trouvé. Ségolène Royal : couleuvres à tous les repas !

        (PS : Je suis pas de droite, j’ai voté pour elle en 2002.)


        • Deneb Deneb 8 mai 2012 10:38

          En 2002 ? Alsheimer ?


        • Papybom Papybom 8 mai 2012 10:52

          Deneb,

          Je vous laisse méditer sur ce texte  :

          La jeunesse n’est pas une période de la vie,
          elle est un état d’esprit, un effet de la volonté,
          une qualité de l’imagination,
          une intensité émotive,
          une victoire du courage sur la timidité,
          du goût de l’aventure sur l’amour du confort.
          On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années : on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.
          Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.
          Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui, lentement, nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.
          Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
          Il demande, comme l’enfant insatiable : Et après ?
          Il défie les événements et trouve de la joie au jeu de la vie.
          Vous êtes aussi jeune que votre foi.
          Aussi vieux que votre doute.
          Aussi jeune que votre confiance en vous-même.
          Aussi jeune que votre espoir.
          Aussi vieux que votre abattement.
          Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
          Réceptif à ce qui est beau, bon et grand.
          Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.
          Si un jour, votre coeur est mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

          Traduction d’un extrait du discours d’adieu du Général Mac Arthur,
          Intitulé « Duty Honor Country » aux étudiants de l’école Militaire de West Point. 1962.

          Cordialement.


          • Deneb Deneb 8 mai 2012 11:06

            Citer des militaires parlant à d’autres militaires comme sagesse universelle, il faut le faire. Le doute serait un signe de vieillesse ? Et la foi un signe de jeunesse ? Ridicule !
            Apprenez que la foi est stérile, le seul engrais pour faire pousser les idées, c’est le doute.


          • amipb amipb 8 mai 2012 12:47

            Deneb, votre foi dans le doute vous honore.


          • totor totor 8 mai 2012 11:06

            AAAAHHHHHHH !!!!!!
            si les murs pouvaient parler !!


            • Ariane Walter Ariane Walter 8 mai 2012 15:11

              Super ton article papybom ! Très amusant !
              N’écoute pas la critique .
              la majorité (silencieuse ! hihihih !! ) lit et apprécie !

              Quant à l’allusion finale à DSk elle rappelle un autre soupir de soulagement. pas lui !!!!!

              Quand on pense qu’il voulait dans son gouvernement descoing, et que la blonde avec qui ill était avant l’épisode diallo, était sa femme, merci !


              • Papybom Papybom 8 mai 2012 17:05

                Bonjour Ariane Walter,

                 

                Merci de votre passage. Les critiques ne me dérangent pas, si est reste dans le domaine du correct. Sans être un intellectuel, j’observe...

                Par exemple :« Citer des militaires parlant à d’autres militaires comme sagesse universelle, il faut le faire ». C’est amalgamer l’ensemble des militaires à des idiots.
                 
                CQFD, propos racistes envers une société. Je préfère ne pas répondre, les visiteurs jugeront….

                Cordialement.


              • wesson wesson 8 mai 2012 16:07

                bonjour l’auteur, 

                en tout cas concernant les popotins sur les présidents actuels et nouveaux, ainsi que leurs compagnes et favorites putatives, les commentateurs risquent d’en être pour leur frais.

                Hollande aurait en effet souhaité ne pas déménager à l’Elysée pour sa présidence, et rester dans l’appartement qu’il habite depuis 2007 au 8, rue Cauchy. Sauf que le service de sécurité du chef de l’état est contre : ils disent que un digicode et un visiophone ne sont pas suffisant !

                • Papybom Papybom 8 mai 2012 16:50

                  Bonjour Wesson,

                   

                  Votre commentaire me donne à réfléchir. Erreur ou humour  ?

                  Popotin (n.m.)

                  croupe, croupion, cul, derrière, fesse, fessier, pétard, pot, train, valseur

                  Popotin (n.m.) (familier)

                  derrière, fesse, fesses, fond, postérieur, arrière-train  (familier), croupe  (familier), croupion  (par plaisanterie), cul  (vulgaire), derche  (argotique), fessier  (familier), fondement  (PejArgPop, vieux), hémisphère  (emp : plur, familier), partie charnue  (emp : plur, littéraire), pétard  (populaire)

                  Alors que  :

                  Potin, nom masculinSens 1 Commérage, cancan. Quoique dans le cancan (Le French cancan) , les dames agitent leur popotin  !

                  Plus sérieusement, dans mon précédent article : Train de vie qui déraille, je proposais une vidéo sur le train de vie des ministres norvégiens. Mais, en France, cela semble impossible. Le chef d’Etat doit craindre le peuple. Pour certains, c’est plutôt le peuple qui doit craindre certains chef d’état.

                  Cordialement.


                • wesson wesson 8 mai 2012 19:28

                  " Votre commentaire me donne à réfléchir. Erreur ou humour  ? « 


                  Je m’en voudrais de confirmer dans un sens ou dans l’autre.

                  Les »favorites putatives" peuvent toutefois être interprétées comme un indice. 

                • Roubachoff 8 mai 2012 19:16

                  Trois remarques :

                  A) Un président n’est pas un monarque.

                  B) Une femme avec qui on n’est pas marié n’est pas une favorite.

                  C) Un président qui n’est pas un monarque et qui vit avec une femme sans être marié est un être humain normal.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès