• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Ces merveilleux mots d’enfants

Ces merveilleux mots d’enfants

Tous les parents se souviennent de paroles adorables prononcées par leurs chérubins à l’âge tendre. Après les premiers gazouillis qui ravissent les papas et mamans viennt les premiers mots puis les phrases articulées, maladroitement ! Des années après, on sourit encore avec tendresse de ces perles d’innocence et de naïveté. J’ai récolté quelques trésors sur le web.

Quelquefois la logique de enfants défie la nôtre que l’on croit pourtant solidement campée, cartésienne, raisonnable en somme. Avec sa logique en gestation, le bambin de trois pommes, nous laisse parfois sans voix :

Une certaine logique...

"Si majeur, ça veut dire adultes, alors nous sommes des auriculaires."
(Charlette 5 ans - 24 juillet 2008)

"Si j’étais un garçon, est-ce que j’aurais été dans le ventre de papa ?"

La logique du tout petit peut être un recours contre l’injustice dont il se sent victime : "Quand maman est fatiguée, pourquoi c’est moi qui dois aller se coucher ?"

Le sens déductif de l’enfant réserve encore quelques surprises : "Moi, je dors dans mon lit et mon petit frère dans le sien. Maman et papa dorment ensemble parce qu’ils sont de la même grandeur."

L’étonnement devant les objets insolites :


Voyant un très grand pylône électrique : "C’est la Tour Eiffel de quelle ville ?"
(Lucas 5 ans - 31 mars 2008)

En passant devant une éolienne dans un pré où brouttaient des vaches un jour de pleine chaleur, un fils s’exclame : "t’as vu Papa, il est gentil le fermier : il a mis un ventilateur pour ses vaches" ...

"- C’est quoi une échographie

- C’est pour voir si le bébé n’est pas handicapé.

- Ah bon, on voit aussi le fauteuil ?" (Léa 4 ans - 09 avril 2008)

Alexandre assiste à l’échographie de ma petite soeur et dit au Médecin "hé c’est crypté, t’as pas payé la télé ou quoi ?" (Alexandre 4 ans - 17 septembre 2006)

Une infirmière héberge une petite citadine qui vient pour la première fois à la campagne. L’enfant s’intéresse beaucoup à la basse-cour, au milieu de laquelle trône un paon. Soudain, celui-ci fait la roue. Alors la petite fille s’écrie tout excitée : "Madame, madame, viens vite ! ....une de tes poules est en fleur".

Les mots déformés, une source inépuisable d’enchantement :

"Regarde le beau feu dentifrice !"

"Le plus gros animal du monde c’est un rhinopopotame."

"Regarde le joli épouvantable à oiseaux ! "

"Quand est-ce qu’on mange ? Je creuse de faim..."

Mon fils cadet, remarquant que son grand frère Olivier (qu’il appelait "Hé") n’avait pas fermé le robinet de la salle de bain : "Papa, "Hé a pas fermé le gros binet !"

Des mots inventés !

Restons dans l’anecdote personnelle, cette fois c’est mon fils aîné dans ma voiture se rendant au terrain où son grand-père avait posé sa caravane : "Pépé est allé campiner !"

Un parent raconte : "Me baladant avec ma fille Louise cet été sur la plage du Pays Basque (pas très loin d’une autre plage fréquentée par les naturistes) elle s’inquiète soudain de savoir si on ne risque pas de rencontrer des "Tounuïstes" !"

En vrac :

A Saint Nicolas je vais demander un anti-vol pour mon vélo, et au Père Noël je demanderai les clés. (Cédric 9 ans - 15 septembre 2003)

Pour aller à Paris, il faut y aller en bateau, car le monsieur de la météo a dit "Paris, l’île de France" (Lucas 6 ans - 11 juin 2008)

Boris, 5 ans , apprend le nom des nuages et cite fièrement en regardant un ciel particulièrement chargé : " regarde, le ciel est rempli de cumulonimbus et d’airbus "

Margot et sa maman discutent dans la chambre :

- Pour notre maison de vacances on va acheter des lits superposés.

- Ah bon ??? Parce que mon lit n’est pas bien posé !??

Année 1999 : Luc jour au foot avec une petite amie (expérimentée) du même age. En pleine action, elle lui crie : "je suis Zidane et toi t’es Petit". Luc, véxé arrête de jouer et répond : "non, je ne suis pas petit !"

Manon regarde un chien muselé dans la rue : "Mamie, pourquoi on l’empèche de parler ?"

La petite Marie joue avec le chat. Celui-ci, énervé, sort ses griffes : "Oh, maman, s’écrie Marie, regarde les dents de ses pattes !"

"Maman as-tu encore mal aux crampes ?"

Ma nièce lors d’une promenade quand elle était petite et voyant un chien dalmatien : "Oh ! regarde : un 101 dalmatiens !"

Mon frère (anecdote racontée par ma mère), juché sur un tabouret et regardant par le judas de la porte d’entrée, voit un vendeur d’aspirateurs : "Maman, c’est encore le marchand de balais en morceaux !"

Les mots d’enfants qui illustrent cet article (en-dehors des perles familiales) viennent de sites suivants :

Le site enfandises. (les citations portant le nom et l’a^ge de l’enfant)

Le site Dispourquoipapa.free

Le site tadine.ca


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Avatar 6 septembre 2008 11:34

    Ca fait du bien un papier comme le tien dans ce monde de brutes, la taverne...

    Autre ex :

    >"Dis papa, quel travail il faisait Joseph ?"

    >"Il était charpentier"

    >"Et Marie, elle travaillait ?"

    >"Non, elle s’occupait du ptit Jésus..."

    >"Alors pourquoi le petit Jésus il était à la crêche ? " smiley


    • La Taverne des Poètes 6 septembre 2008 18:28

      Mais alors qui s’occupait du jardin d’Eden ? Personne ? Laissé en friches ? Pas étonnant qu’on y trouva deux nudistes et un serpent...


    • christine.p christine.p 6 septembre 2008 12:45

       mon fils voyant dans son livre du Père Castor un cheval brun avec ses quatre pieds tout blanc < oh viens voir Maman on lui a mis des snow-bottes>


      • La Taverne des Poètes 6 septembre 2008 18:33

        Merci. J’adore les mots authentiques. Vous pourrez lui raconter ceci, s’il est encore petit :

        - Sais-tu pourquoi, nous les chevaux, nous portons des fers à nos sabots ?

        - ...

        - C’est pour faire "cataclop, cataclop" quand nous galopons.


      • La Taverne des Poètes 6 septembre 2008 18:38

        Pourquoi les J rafes,

        ainsi que les O truches ont-elles un grand cou ?

        Pour voir les L éphants

        et les okap I quand ils font pipi.

        Sans eau les O taries car les eaux sont taries.

        La faute aux I popothames ?

        Où donc les S turgeons

        poseront les E  ?

        J’ai vu le pum A regarder le zébu.

        Quand le zéb U dit « j’ai tout bu », le puma le mangea.


      • La Taverne des Poètes 6 septembre 2008 18:44

        Lire les lettres en gras à la verticale... smiley


      • pseudo pseudo 6 septembre 2008 22:57

        @ La Taverne

        Puisque vous semblez aimer la lecture en biais :


        http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre1930.html


      • morice morice 6 septembre 2008 12:48

         Merci la Taverne pour ce grand bol de fraîcheur... implacable logique enfantine.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 septembre 2008 13:50

          J’adore les mots d’enfant, plein d’innocence,

          Tiens donc, le petit Nicolas il y a quelques mois a dit : "je serais le président du pouvoir d’achat"

          C’est-y pas beau, cette poésie de môme !


          • La Taverne des Poètes 6 septembre 2008 18:11

            Et oui, Bernard, on aurait pu mélanger les deux titres de mes derniers articles. Cela aurait donné "Ces voyous qui nous font des mots d’enfants".



          • rocla (haddock) rocla (haddock) 6 septembre 2008 14:35

            Le pouvoir d’ Aïcha s’ est multiplié avec Rachida ...


            • La Taverne des Poètes 6 septembre 2008 18:21

              Le président du pouvoir d’Aïcha (Aïe cha fait mal...) bientôt quitté par la Dati.

              Tic-tac tic-tac
              La Dati t’a quitté
              Tic-tac tic-tac
              La Dati t’a quitté
              Tic-tac tic-tac
              T’es cocu qu’attends-tu ?
              Cuite-toi t’es cocu
              T’as qu’à, t’as qu’à t’cuiter
              Et quitter ton quartier
              La Dati t’a quitté
              Ta tactique était toc
              Ta tactique était toc
              la Dati t’a quitté
              Ote ta toque et troque
              Ton tricot tout crotté
              Et ta croûte au couteau
              Qu’on t’a tant attaqué
              Contre un tacot coté
              Quatre écus tout comptés
              Et quitte ton quartier
              La Dati t’a quitté
              La Dati t’a quitté
              La Dati t’a quitté
              La Dati t’a quitté

              Des clous ! c’est pas du Lapointe...


            • La Taverne des Poètes 9 septembre 2008 19:01

              Prends ta gratte, vieux / ça passera mieux.
              Ou pas...


            • maxim maxim 6 septembre 2008 15:00

              un gamin devant une photo ..

              " dis Papa ,c’est toi et Maman sur la photo ? "

              " mais oui mon petit ,tu vois on était jeunes mariés ..."

              " et pourquoi c’est toi qu’est assis sur la chaise ,et Maman qu’est debout  ? "

              " parce que moi même je ne pouvais plus tenir debout ,et ta mère ne pouvait plus s’asseoir ! "


              • maxim maxim 6 septembre 2008 16:10

                c’est le Dimanche aprés midi ,Monsieur et Madame s’offrent une petite sieste crapuleuse ...

                le gosse a été reveillé par les bruits ,et passe dans le couloir ,la porte de la chambre des parents n’est pas bien fermée ..

                le gosse " arrêtez ,j’ veux pas de p’ tit frêre ni de p’ tite soeur !...."

                Monsieur et Madame ont changé de position .........

                le gamin repasse dans le couloir ..

                " arrêtez , j’ veux pas de p’tit chien non plus !..."


                • claude claude 6 septembre 2008 19:10

                  merci pour cette immense bouffée de fraicheur pour le week-end !
                   smiley


                  • Krokodilo Krokodilo 8 septembre 2008 16:52

                    Rafraîchissant sujet !

                    Je voulais rajouter que certains mots d’enfant sont basés sur ce que Piaget a appelé l’assimilation généralisatrice, c’est-à-dire que l’enfant applique à un mot un principe qu’il a déjà acquis, afin d’obtenir la signification qu’il a dans sa tête.
                    Dans ton article, il y a par exemple celui-ci :
                    "Pépé est allé campiner !"
                    Où l’enfant combine camping et l’infinitif des verbes du premier groupe, ceux qu’on apprend en premier.

                    Ou encore :
                    " Tounuïstes" !"
                    où l’enfant a combiné un faux nom commun (tout nus) et un des suffixes utilisé pour les métiers -iste (trompettiste, cycliste, etc.)

                    A noter que ce principe est celui qui a été adopté pleinement par l’espéranto pour dériver des mots, car on peut rajouter le suffixe des métiers (-ist, il se trouve que c’est le même que dans l’exemple) à n’importe quelle racine : kanto, le chant, kantisto, le chanteur.

                    Autre exemple de mot d’enfant sur ce principe :
                    garer la voiture, puis, au moment de partir : "Papa, tu vas dégarer la voiture ?"


                    • Georges Yang 8 septembre 2008 17:43

                      Ces gosses, vivement qu’ils aillent au bistro, ils sortent déjà des brèves de comptoir !


                      • La râleuse La râleuse 9 septembre 2008 15:59

                        Il faudrait vraiment être un véritable hypocondriaque pour ne pas craquer.
                        Et, nostalgie aidant, je crois bien que plus on est âgé et plus on est attendri(e).


                        • Krokodilo Krokodilo 9 septembre 2008 16:32

                          J’ai souvent du mal à afficher la page du samedi d’Agora vox ; personne d’autre n’aurait ce problème par hasard, et l’explication ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires