• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Josiane Balasko, angélique marquise des sans-papiers

Josiane Balasko, angélique marquise des sans-papiers

Hier soir, l’apparition sur laFrance 2 de Josiane Balasko en égérie des sans-papiers de Cachan, appelant le bon peuple à manifester pour exiger leur « libération », a sans doute eu du mal à passer dans pas mal de chaumières. On se serait cru dans un tableau de Delacroix. Il ne manquait que la poitrine découverte pour monter au combat, en agitant une bannière déchirée par les balles de ceux qui cherchent à défendre leurs privilèges. Les bons sentiments, oui. Mais à quel prix ? Faudra-t-il que la cohésion nationale soit en lambeaux, avant qu’on accepte de se mettre autour d’une table pour discuter à froid d’un problème qui est encore largement devant  nous, et non se contenter de hurler avec les loups vert-de-gris en manipulant des arguments qui n’ont pas évolué d’un iota depuis le début des années 1790, alors que le monde a radicalement changé autour de nous ?

Hier, l’artiste est venue faire l’éloge du travail au noir, jugé « indispensable » pour faire tourner notre économie de misère. Les Français n’acceptant plus de faire les « sales » ou « petits » boulots, il serait donc utile et nécessaire de disposer d’un réservoir de main-d’oeuvre apte à les assumer. C’est la version « chair à canon » de nos militaires bien intentionnés de la fin du XIXe siècle, qui prévoyaient déjà les tristes moments que nous allions devoir passer devant les Allemands. Version « économie nouvelle » ou « économie équitable », ça donne : chair à serpillières, truelles et torchons.

Essayons de réfléchir : quels secteurs ces clandestins peuvent- ils être employés de façon plus ou moins « régulière » pour pouvoir payer chaque mois un loyer et les différentes factures qui vont avec, sans être obligés d’avoir recours en permanence aux aides sociales et sans se sentir obligés de faire une ribambelle de gamins qui vont taper sur un ballon entre deux voitures en stationnement en se prenant pour Zidane, avant d’apprendre à « se débrouiller » dans une autre réalité ?

Les ateliers de couture ? Chasse gardée des Chinois, des Indiens, et des Turcs. Les Africains n’y touchent que rarement, sauf pour les boubous, des caftans familiaux et quelques productions aussi typiques que marginales. La restauration ? Il est fini et bien fini, le temps béni du plongeur planqué derrière des piles de casseroles, au fond d’une cuisine aux murs couverts de crasse. Les restaurateurs sont de plus en plus contrôlés. La sécurité ? Difficile de nous faire croire qu’une société accepte de confier la garde de ses locaux à une personne hors la loi, surtout avec un chien. L’agriculture ? Le travail n’intéresse plus que des saisonniers. Même un vendangeur n’accepte plus de devoir attendre deux ou trois jours sans salaire pour passer d’une vigne à une autre, quand le raisin n’est pas encore mûr. Alors, le bâtiment ? Eternel pourvoyeur de main-d’oeuvre à tout faire. Sauf que le bâtiment aujourd’hui, en dehors des petits boulots de rénovation, est devenu un secteur spécialisé qui ne peut donner du travail qu’à des ouvriers ayant une expérience reconnue, même pour décharger et stocker un camion de matériaux sur un chantier. Et pas question de mettre un clandestin avec une camionnette dans les rues de Paris. D’autant que dans le secteur de la rénovation, depuis des années, c’est la foire d’empoigne. N’importe qui acceptant n’importe quoi, à n’importe quel prix, ce qui met sur la paille pas mal de petites entreprises qui, jusque-là, avaient été des plus performantes. Alors pour rester compétitives, ces entreprises s’adressent désormais à la main-d’oeuvre polonaise ou d’autres pays de l’Europe de l’Est, jugée particulièrement efficace, ce qui met sur la paille nombre de bricoleurs. On n’en sort plus. Restent l’entretien et la manutention dans de petits locaux de banlieue, en se faisant passer pour un membre de la famille ? On en revient alors toujours au même point. Bizarre que personne ne songe à dénoncer cette forme d’exploitation de l’homme par l’homme, et du cousin par le cousin.

Que propose Josiane Balasko ? Je lui suggère d’aller voir ailleurs comment les choses se passent. Que Jamel Debouzze lui fasse faire un tour au Maroc, loin de la Mamounia et des cinq étoiles de Ouarzazate. 40 à 60 % de l’économie (la fourchette est large) y est définie comme « souterraine » par les économistes, c’est-à-dire qu’elle ne rapporte quasiment rien dans les caisses de l’Etat. Trafics, travail au noir, contrebande, contrefaçons, vendeurs à la sauvette, vendeurs de cigarette à l’unité et cireurs de chaussures. L’Algérie doit connaître, à peu de choses près, le même pourcentage, si ce n’est plus. De cette activité, la collectivité ne retire rien. Rien pour l’éducation, rien pour la santé, rien pour les investissements collectifs. Résultat, le fisc marocain chasse impitoyablement ceux qui ont le tort de travailler officiellement. Pudiquement, les responsables marocains nomment cette économie parallèle le « secteur informel », et dans la classe politique on commence même à entendre des responsables politiques déclarer sans rire qu’il faut « officialiser l’informel ». On se demande bien comment... Autant officialiser le piratage et la piraterie, les « petites bonnes » réduites en esclavage, le travail des enfants, les « marchés aux voleurs » qui fonctionnent à plein régime, à l’instar de celui qui déborde sur les trottoirs de Barbès. Officialisons... Officialisons... Donnons une prime de management à ceux qui trichent, à ceux qui vivent dans cet « informel » mirifique. Et réclamons au passage toujours plus d’éducation, de justice sociale et d’équipements collectifs... En ces temps de rentrée, je me demande comment un professeur peut arriver à expliquer à ses élèves le fonctionnement démocratique d’une société, avec de tels exemples qui passent en boucle à la télé pour faire l’éloge de l’illégalité, sans oublier qu’avec le rap, les nouveaux « apprenants » ont déjà leur dose.

D’après ce qu’on nous dit : à Cachan, il y a deux groupes de population, les sans-papiers et ceux qui en possèdent. A ceux-ci, on vient de s’apercevoir subitement qu’il est venu s’ajouter un troisième groupe : ceux qui se sont glissés en douce dans le tas pour profiter de ce qui sera peut-être,  demain, une aubaine. Alors soyons clairs. Les « régularisés » doivent-ils être prioritaires sur les familles qui ont déposé depuis des années des demandes de logement sociaux ? Les sans-papiers doivent-ils bénéficier d’un passe-droit médiatique, une sorte de viatique miraculeux ? Et les resquilleurs, qui comptent tirer parti du brouhaha médiatique, toucheront-ils une commission au passage ?

Que propose Josiane Balasko ? Régulariser tous les trois ou quatre ans les hors la loi, ceux qui trichent avec un visa touristique, les faux sportifs, les faux artistes, les faux malades, les faux persécutés-dans-leur-pays, les familles mono ou polygames qui enseignent à leurs enfants comment on doit pleurer devant un journaliste, en fait tous ceux qui pensent qu’une loi n’est faite que pour être détournée. Et quel message compte-t-elle faire passer à ceux à qui la société a appris à vivre dans cette légalité, et qui l’acceptent sans rien dire, souvent avec des fins de mois difficiles et des retraites de misère, ceux qui se font chaque jour rattraper par des textes de loi pour payer leurs impôts, une contravention, une facture d’électricité en retard ?

De telles bouffées de colère médiatique sont contre-productives de justice et de cohésion sociale. Dans peu de temps, elles finiront par donner des hauts-le-coeur à des franges de plus en plus délaissées d’un peuple qui s’est toujours montré ouvert sur le monde extérieur, et que des nantis insultent chaque jour en le faisant passer pour raciste. Ce qu’il n’est pas, tant s’en faut. Nous ne tarderons pas à voir les conséquences politiques d’une telle agitation au moment des élections. Il ne restera alors à Josiane Balasko et à ses amis qu’à rameuter les « bonnes âmes » pour qu’elles descendent dans la rue, au lendemain d’un scrutin auquel « personne ne s’attendait »...

Patrick Adam


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (277 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • (---.---.101.9) 6 septembre 2006 10:48

    Très bon article. Lundi soir, Jean Reno avait l’intelligence de déclarer qu’il gardait ses opinions politiques pour lui, reconnaissait son amitié pour Sarko mais déclarait n’être qu’un saltimbanque, que son opinion était celle d’un citoyen, qu’il n’avait aucune compétence particulière en politique et que par conséquent, il n’avait pas à en parler. Balasko elle, aurait mieux fait de se taire, de faire la comédienne, ça lui réussit quand même mieux (encore que...). Imaginons qu’un politique viennent sur un plateau télé pour estimer qu’elle joue très mal dans son dernier film ; qu’en dirait-elle ? Trouverait-elle le mélange des genres justifié ?


    • La girafe rebelle La girafe rebelle 6 septembre 2006 11:13

      un tres bon commentaire posté sur Jeff, un article sur une expulsion nauséabonde. De la part de la girafe docile !

      Lettre ouverte d’un témoin de l’expulsion de Jeff (IP:xxx.x21.237.148) le 5 septembre 2006 à 14H24 et blablabla

      et patati et patati ! on comprend comment ça se fait que des gens comme sarkozy ou lepen vous prennent pour des imbéciles finis et des idiots ignares à qui on caresse la quequette !smiley

      Déja allez demandez à vos gouvrnements d’où vient l’argent qui finnit dans les chambres de compensation comme Clearstream.

      Demandez ler pourquoi ils courrent tous se mettre associé ou administrateur dans des grandes banques, des multintionnales, pourquoi ils bradent à tour de bras des entreprises publiques non rentables qui deviennent la poule aux oeufs d’or une fois qu’ils ont filé les actions à bas prix à leurs petits copains !

      C’est à cause des immigrés aussi que les cd ne se vendent plus et que vous piratez sur le net des oeuvres en copyright ? Donc, c’est à cause des immigrés qu’ils ont voté la Davsi ?

      c’est à cause des immigrés qu’ils ont vôté le CPE ?smiley

      c’est aussi des immigrés qui siffonaient des millions de francs à la mairie de Paris ?

      C’est à cause des ilmmigrés que l’affiare total elf est sorti ? Y a combien de milliars qu’ils se sont mis dans la poche ?

      c’est aussi les immigrés qui ont ecaissé l’argent que Guy Drut a détourné ?smiley

      a un moment donné les gars, faut réfléchir un peu

      bon vous êtes racistes ! ok c’est bon, pour ça vous voyez, c’est un peu normal d’ailleurs vu le passé exclavagiste et collonisateur actuel de la france !

      mais faut arrêter de dire que les immigrés viennent bouffer votre pain

      ou alors demandez en les preuves écrites à vos gouvernements corrompus ! je sens qu’on va bien rigoler !

      Demandez leurs combien Total siffonent de pétrole en Afrique : Tchad, Gabon, angola, congo Combien de forêts vous saccager en afrique pour avoir du bois exotique dans vos maisons, privant ainsi les gens là bas de leurs ressources ?

      demandez leurs cobien de guerres, combien de présidents africains honètes ils ont fait tué pour continuer à voler le pain des africains, pain que vous mangez ici !

      demandez leur combien ils paient le cacao quand ils veulent bien nous payer, demander leur où atterit l’argent du developpement qu’ils ponctionnent sur vos impôts, demandez leur où atterrit l’argent qu’ils paient de temps en temps sur les matières premières qu’ils veulent bien payer au prix qu’ils veulent ? demandez leurs pourquoi cet argent finit au club de paris ?

      demandez à vos gouvernants pourquoi ils provoquent des guerres en Afrique, arrosent avec des armes chacune des arties au combat alors que pendant ce tzemps ils trouvent des gens avec qui créer des conscessions pour voler or, diamant, coltane, uranium......

      Demander leur pourquoi alors même que beaucoup de pays d’Afrique apprique les politiques financières qu’ils vous décrivent comme étant les mailleures et avec lesquelles il gère l’europe et la france, les ays africains vont de pis en pis ?

      demander leur d’où viennet la croissance qu’ils sont fières de vous présenter comme étant quelque chose de positif ?

      en vérité, je vous le dis, si il y a un continent qui supporte la misère des autres, à savoir l’occident dont LA FRANCE ET LES FRANCAIS, c’est l’Afrique"

      alors, un conseil, mettez la un peu en veilleuse ! parce que le jour où les africains arriveront à se débarrasser des dicataeurs que la clique chiraco-pasqua-lepen-mitterand a installé chez nous en nous tuant et en volant nos biens, ça va barder pour vos fesses ! !smiley


    • chantecler (---.---.4.15) 6 septembre 2006 11:27

      Ca tombe bien,hier je voulais réagir au message de Jeff,mais j’ai eu des problèmes avec mon PC. Je trouve son argumentaire lisible,mais son post commence par la dérision bla bla etc,et finit par des menaces:gare à vos fesses:tout un programme !Dommage.


    • chantecler (---.---.4.15) 6 septembre 2006 11:50

      Je voulais dire girafe rebelle ou docile,et non jeff. Si Josiane Balasko a réellement fait l’apologie du travail au noir,je trouve ça stupide et contre-productif. Il y a d’autres moyens d’aborder l’immigration en regardant à moyen et long terme et voir ce que ces immigrés peuvent apporter à notre pays en terme de civilisation,de solidarité,de générosité,d’apports pour notre économie et notre avenir,une fois régularisés,c’est à dire assimilables.Sur la base d’un consensus et d’un« contrat ».


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 6 septembre 2006 15:03

      GIRAFFE REBELLE

      Donc quand vous vous serez débarassé de vos dictateurs entretenus par la France , Bla bla bla , attention à nos fesses .

      Merci de nous prévenir , j’en tremble déja pour éventuellement mon arrière , arrière petit fils .

      Pace e salute .


    • CAMBRONNE CAMBRONNE 6 septembre 2006 15:35

      Sans aucun regret , j’ai raté la prestation de Balasko hier soir mais avec ce bon récit et un peu d’imagination j’arrive à voir la scène .

      Y’EN A MARRE de voir défiler toute cette faune d’intellos de broussaille qui ont un message à faire passer . Quelle compétence ont ils ?

      Il y a un sondage sur Avox pour savoir si les « artistes » ont raison ou tort de soutenir l’un ou l’autre des candidats . On parle en particulier de Doc Gineco qui , horreur , soutient Sarko .

      Patrick Adam citait Jean Reno qui soutient Nicolas Sarkozy et qui ne se prend pas pour un sociologue pour autant . C’est le cas de Johnny également que je n’ai jamais entendu faire de commentaires politiques .

      On se pose des questions parceque depuis quelques années les Hommes , femmes politiques de droite ont des soutiens du milieu artistique ou intellectuel . Ce qui n’arrivait jamis à l’époque où le « PARTI » était puissant .

      Les commentaires débiles d’Yves Montand ne choquaient personne mais un « artiste » se serait vu mal si son engagement à droite avait pu être prouvé .Souvenons nous de Sardou qui a eu à faire à une caballe redoutable et s’est fait traiter de facho aprés avoir été boycotté .Il la joue discrêt depuis .

      BALASKO se la joue mère Thérèsa et je suis persuadé qu’elle doit en énerver plus d’un . Tout ça c’est bon pour Jean Marie ...

      Je vous quitte car je dois aller surveiller mon chantier , il y a deux ou trois Maliens qui m’ont l’air un peu fainéants . Un petit coup de chicotte va les réveiller Paaaatron .

      Vive la République quand même .


    • elena 6 septembre 2006 16:22

      « Imaginons qu’un politique viennent sur un plateau télé pour estimer qu’elle joue très mal dans son dernier film ; qu’en dirait-elle ? »

      — >> Erreur fatale : précisément la politique N’EST PAS UN METIER !! (voir l’éthymologie du mot)Tant qu’on n’aura pas compris çà, beaucoup de problèmes resteront en l’état.

      Ceci dit, je suis d’accord avec le début de votre commentaire (et c’est pour cela que le système de « représentants » et de « représentés » est sans doute le moins pire des systèmes) car l’idée n’est pas que ce soit une cacophonie générale où chaque « people » se la ramène à tout bout de champs. Mais il est un devoir pour chacun de prendre ses responsabilités (pour ne pas être un mouton !) et tant mieux si Josiane Balasko l’a fait sur ce qui lui tient à coeur (Que ses films soient bons ou mauvais est une toute autre question , fort intéressante du reste, mais aux enjeux moins vitaux que ceux de notre vie en collectivité)


    • EricB 6 septembre 2006 19:20

      « ...car l’idée n’est pas que ce soit une cacophonie générale où chaque »people« se la ramène à tout bout de champ ».

      En même temps, ce systême ne nous épargne pas non plus les retours inattendus sur la scène médiatique d’ex-politic-people, qui n’ont plus aucun mandat, mais se croient encore investis d’une « mission » et d’un « message » salvateur... Je n’ai pas nommé L.J.


    • tal 7 septembre 2006 09:48

      Curieusement les réactions les plus vives,et les propos les plus acerbes,se font toujours à l’encontre des personnalités du monde du spectacle ou du sport, dont les sensibilités sont à gauche.S’agissant de pesonnalités aux opinions marquées à droite, ils sont toujours désignés comme ne se mélant pas de politique...Ou alors on fait le silence, pour ne parler que de leur engagement pour la cause animale.


    • La Taverne des Poètes 6 septembre 2006 11:57

      Un article qui a valeur de parti-pris comme l’intervention de la Balasko. Les partis-pris ne se rencontrent jamais et ne permettent pas de discussion ni donc de solution acceptable.


      • wieeinstlilimarleen 6 septembre 2006 22:31

        Seriez-vous en train de prétendre qu’il est interdit d’avoir un avis, donc de prendre parti ? Tous les articles doivent-ils être neutre ? Devons-nous tous mollement observer le monde dans une plate neutralité ?

        Pourquoi voulez-vous trouver une solution alors que ce qui est patent est le désaccord sur la nature du problème ?


      • Maxjak 6 septembre 2006 11:59

        Merci pour cette article qui a le mérite de répondre d’une certaine manière aux commentaires de la bronzée et échevellée Balasko. Je me demande ce qu’une personne avec autant de moyens (lobying et financier) attend pour construire à ses frais un centre d’hébergement pour squatteurs... ça au moins elle remonterait dans mon estime !


        • EricB (---.---.59.72) 6 septembre 2006 12:06

          Excellente analyse. Moi aussi, j’ai trouvé Balasko carrément ridicule, mais je crois que c’est bien « à l’insu de son plein gré » qu’elle s’est vu défendre le travail au noir, poussée dans les retranchements d’une position fort mal argumentée.

          Tous ces gauchistes caviar commencent à m’insupporter, comme d’ailleurs je crois, à un nombre croissant de citoyens. Que les Thuram et autres Balasko accueillent donc chez eux les squatteurs de Cachan, puisqu’ils en ont, eux les moyens et la volonté. Ca donnera infiniment plus de cohérence à leur propos. Ne devient pas l’Abbé Pierre qui veut !


          • (---.---.52.177) 6 septembre 2006 12:09

            en plus, ils critiquent l’apport positif de la colonisation...qu’ils restent chez eux s’ils haïssent la france


            • Frédo45 Cabouin 6 septembre 2006 12:17

              « Hier, l’artiste est venue faire l’éloge du travail au noir, jugé »indispensable« pour faire tourner notre économie de misère. Les Français n’acceptant plus de faire les »sales« ou »petits« boulots, il serait donc utile et nécessaire de disposer d’un réservoir de main-d’oeuvre apte à les assumer. C’est la version »chair à canon« de nos militaires bien intentionnés de la fin du XIXe siècle, qui prévoyaient déjà les tristes moments que nous allions devoir passer devant les Allemands. Version »économie nouvelle« ou »économie équitable« , ça donne : chair à serpillières, truelles et torchons. »

              Je n’ai pas entendu la même chose que vous, alors ! Il ne me semble pas qu’elle ait fait l’éloge du travail au noir mais plutôt sous-entendu que si le gouvernement s’intéressait un peu plus à ces patrons verreux qui profitent de ces immigrés clandestins, peut-être que l’immigration deviendrait moins problématique, pour autant qu’il y ait un problème avec l’immigration. Dire que les Français ne veulent plus se salir les mains dans des métiers difficiles n’est pas scandaleux. Regardez dans le BTP le nombre de salariés immigrés ou issus de l’immigration et on se rendra vite compte de la véracité de ces propos !


              • EricB (---.---.59.72) 6 septembre 2006 12:47

                Non, on ne peut pas dire qu’elle ait fait directement l’éloge du travail au noir, mais elle a été forcée d’admettre, malgré elle, qu’une des conséquences inéluctables de cette immigration incontrolée (qu’elle était venue défendre) était le travail au noir et l’exploitation de cette main d’oeuvre bon marché.

                Mais là ou un Coluche ne s’est pas contenté d’aller pousser une gueulante au Journal télévisé, là ou un Abbé Pierre s’est battu pendant l’hiver 56 pour les sans-abris, dans un contexte climatique et économique sans comparaison avec l’été 2006, on a aujourd’hui l’impression que toutes ces nouvelles ames charitables viennent plus faire leur auto-promotion sur le dos de la misère humaine.


              • Rocla (---.---.166.108) 6 septembre 2006 14:05

                Je connais un patron verreux,il a une usine de double vitrage,c’ est donc un patron doublement verreux.

                Rocla


              • reminder 7 septembre 2006 04:50

                Je ne suis pas d’accord avec la croyance qu’il faut forcément des immigrés dans le bâtiment. Si les ouvriers sont bien payés, des français de souche accepteront ces métiers c’est aussi simple que cela... tous les travaux mêmes’ils sont peu qualifiés sont nécessaires et comme dit le proverbe « il n’y a pas de sot métier » j’ajouterai « il n’y a pas de métier dégradant » : un employé qui nettoie des toilettes remplit une tâche fort utile et c’est un métier honorable !


              • ___ 9 septembre 2006 18:06

                Reminder, « Si les ouvriers sont bien payés, des français de souche accepteront ces métiers c’est aussi simple que cela »

                Ahlala Reminder, s’il suffisait de bien payer les gens pour qu’ils acceptent un travail, cela fait longtemps que les patrons le feraient ! Regarde autour de toi : Tu ne vois jamais ça. Personne ne prend un poste pour son niveau de salaire.

                Je suis moi-même chef d’entreprise : Quand je me suis installé, je me suis dit comme tout jeune patron (et comme toi en ce moment) : « Pour qu’il accepte mon travail, il suffit d’en augmenter le salaire. Avec le salaire de Jean-Marie Messier, mon poste sera forcément pourvu. » Mais les choses ne se sont pas passé ainsi.


              • tarouilan (---.---.167.241) 6 septembre 2006 13:31

                Soyons un peu sérieux..... toutes les mesures de Sarko....... ont été prisent après les troubles de banlieue, et qui étaient les animateurs de ces troubles ?......

                Nous savons tous, que se sont des personnes...... jeunes, qui ont la nationalité française.......... à 99% ......il a été difficile de trouver un ‘sans papiers’ et quand on en trouvait enfin un, on le brandissait comme un trophée, la politique de l’autruche .... le manque courage cela suffit ....

                La communauté chinoise .... est à des années lumières de ces troubles de banlieue ... et à son égard des « RAFLES » dignes des plus sombres moments d’un passé que l’on espérait à jamais banni... reprennent..... les Chinois ne causent aucuns troubles à la société française, ils ont plus que toutes les qualités d’intégration requises .... et sont la cible exclusive des rafles honteuses qui se déroulent dans certains quartiers parisiens... quartiers cosmopolites ... ou jamais le moindre originaire d’Afrique du Nord ou d’autres latitudes de ce continent, ne fait l’objet du moindre contrôle.... et pour cause ... on ne veut pas de troubles...c’est quasi-irréalisable. ... Immédiatement des troubles graves se produisent avec caillassage des policiers....il faudrait pour cela des forces de police beaucoup plus conséquentes... des troubles importants seraient généré même avec des forces policières conséquentes par ce type de vérification de papiers...et les autorités publiques veulent éviter cela...... donc on se limite à ces attaques ciblées et racistes à l’encontre des Chinois ...sans défense..... attitude honteuse qui n’est justifiée que par le racisme viscéral de la classe dirigeante qui nous gouvernent à l’égard de la Chine... (j’ai le déshonneur et la honte d’en connaître quelque uns).


                • EricB 6 septembre 2006 13:57

                  Là, on ne pourra pas dire que vous ne défendez pas bec et ongles le travail au noir ! je ne suppose pas que ces « rafles » dont vous parlez concernent des chinois légalement installés. Et puis de grâce, évitez les amalgames : un chinois illégal en 2006 n’a pas grand-chose à voir avec un résistant de 44 ou un juif de 42.


                • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 6 septembre 2006 18:51

                  Je suis heureux de voir que quelqu’un dise enfin la vérité sur ce problème, c’est vrai qu’il y a des immigrés asiatiques (Chine, Vietnam, Cambodge, Laos) qui travaillent et ne foutent pas la merde. Le problème n’est pas tant l’immigration que le comportement de gens dont la France à donné sa nationalité et qui pissent dessus en chantant « la France est une pute qu’il faut baiser... »

                  On va mettre dehors des immigrés asiatiques pour dire ensuite « vous voyez le nombre d’immigré a baissé mais la délinquance continue de monter » donc ce n’est pas la faute aux immigrés. Il faut arrêter de prendre les citoyens français pour des cons.


                • vigie (---.---.95.191) 6 septembre 2006 13:35

                  Marre de ce battage médiatique incessant sur l’immigration tout au long de l’année, vous êtes vous amusé à compter le nombres de fois que ce sujet est évoqué à la télé publique tout au long de l’année. Et ces acteurs, actrices, donneur de leçons, bonne conscience d’une société en perdition, l’exemple moral que leur donne leur statut d’artiste, maître a pensée aux solutions novatrices, et humanistes, franchement leur égo me lasse, comme s’il suffisait de déclamer sa diatribe a la télé et se poser en géotrouvetout des solutions des flux migratoires. Bien a l’abri dans leur cocon douillet, avec des revenues plus que confortables, les voilà qui débarque en Zorro de solutions toutes faites que l’on leur a glissé dans le creux de l’oreille, les y ka faut kon de l’injustice sociale sont la, francais dormez tranquille ! .Mais honnêtement face à cette immigration, pouvons nous fonctionner sans règles ???

                  Allez voir dans un pays comme les Etats-Unis, ou autres si vous rentrez sans règles, sans critères, sans quota, nous ne sommes pas responsables de la misère du monde. Et que ferons-nous si ses immigrés n’arrivent pas a s’intégrer, cela existe, certain veulent immigrer en emmenant avec eux, leur cadre de vie, traditions, même celles qui violent les lois francaises, faire rentrer les gens en masse, c’est bien joli, mais encore faut t’il pouvoir leur offrir, un travail, un logement, un service de santé digne de ce nom, bref tout cela a un coût et personne n’en parle comme si cela se règlerais ensuite le plus naturellement du monde. Arrêtons de rêver, il faut une immigration choisie, responsable, avec des quotas, des règles, par exemple savoir parler le francais correctement, avoir une volonté de s’intégrer dans la société, bref tout un panel de règles de bon sens et le respect des individus. Pour finir je dirais à madame balasko, la castafiore des sans papiers, madame les conseilleurs ne sont pas les payeurs, même si je ne mets pas en doute votre sincérité, vous n’avez pas le monopole du cœur et du bon sens, et votre intervention, même si vous avez été sollicité par les associations, était plutôt maladroite, aussi arrêtez de vous faire des films


                  • Rocla (---.---.166.108) 6 septembre 2006 13:36

                    Avec un article autant tourné vers le pessimisme,nous sommes murs pour un suicide collectif,faisons nos testaments,une pensée pour maman et Pan.Adieu monde cruel.

                    Rocla


                    • (---.---.79.184) 6 septembre 2006 14:01

                      Si avec l’aide de Balasko et de tout les autres Lepn ne fait pas 30%, c’est à desesperer. Merci, josiane !


                      • Yan Essal 6 septembre 2006 14:38

                        Merci tout d’abord d’avoir écrit cet article , manifestement la confusion est grande et entretenue d’ailleurs , entre ceux qui dénoncent comme vous ce nouvel esclavagisme et l’extrême droite voire l’extrême racisme .

                        En fait , et vous avez raison de le dire , le travail au noir prôné par Balasko et les bobos bien pensants , n’est ni plus ni moins que de l’esclavagisme ; Il s’agit en fait de sous payer un pauvre diable comme autrefois pratiquaient les esclavagistes .

                        Pire même !

                        Car nos modernes négriers , contrairement à leurs parents , n’assument ni le gite , ni le couvert , ni les soins de leurs esclaves , ils se contentent de crier haut et fort que la société doit le faire à leur place en se drapant derrière leur bon coeur !

                        Ainsi donc , et si j’étais le fisc , j’irai voir de plus près les chantiers de rénovation de la superbe villa de Balasko , j’imagine que bon nombre de quasi esclaves à qui elle offre le café , doivent s’échiner comme des forçats pour faire un coquet nid à cette grande dame qui les défend à la télé !

                        Mais il y a pire à mon sens que le travail au noir , en fait , tout le monde sait maintenant , comme vous le relevez , que le travail n’est plus rentable, par contre ,ce flot de nouveaux arrivants, de migrants sans papiers , sont de très bons consommateurs et comme le disait fort naïvement une tenancière des sans papiers , c’est un potentiel consumériste donc qui va relancer ladite consommation ..... et faire gagner encore plus de sous à nos marchands et à nos capitalistes ;

                        Ainsi , sous couvert de solidarité , c’est bien de la consommation qu’il s’agit et d’un financement de cette consommation soit un moyen détourné de puiser dans la poche du citoyen honnête comme vous dites , pour mieux engraisser le capital .

                        Ne nous y trompons pas , ce mouvement d’immigration massif voire de substitution de population , n’est ni plus ni moins qu’une combine destinée à accroitre encore les marges bénéficiaires en soutenant une consommation forcée .

                        Qui dénonce cela ? personne, la droite et la gauche unis dans le même intérêt et servant de façon différente le même patron s’emploie à magnifier le phénomène . L’extrême droite , empétrée dans son racisme primaire et son allergie au social ne voit pas le phénomène .

                        Aussi ,et encore une fois , merci d’avoir exprimé cela . Il était temps d’entendre un autre discours .


                        • Satyagraha 6 septembre 2006 15:09

                          « Ne nous y trompons pas , ce mouvement d’immigration massif voire de substitution de population , n’est ni plus ni moins qu’une combine destinée à accroitre encore les marges bénéficiaires en soutenant une consommation forcée . »

                          Une combine ? Complotée par qui ? Les douaniers ?

                          C’est si difficile de comprendre que quand sa famille crève de faim on aille chercher à manger ailleurs ? Et quitte à aller ailleurs, ces gens préfèrent aller dans ces pays qui exploitent leurs ressources sans rien leur rendre en retour, si ce n’est d’innombrables efforts « diplomatiques » (à la Pasqua) pour corrompre leurs dirigeants...

                          Les français ont colonisé de nombreux pays et financé bien des guerres civiles. Le peuple français, auto-centré sur son seul nombril et sous-informé, ne comprend pas que les pauvres viennent chercher leur dû au point de risquer leur vie pendant le voyage.

                          Pour un crétin, il est plus facile de taper sur les faibles que de comprendre les ressorts psychologiques de notre volonté obstinée d’être les plus forts.


                        • Yan Essal 6 septembre 2006 16:31

                          Les français ont colonisé de nombreux pays et financé bien des guerres civiles. Le peuple français, auto-centré sur son seul nombril et sous-informé, ne comprend pas que les pauvres viennent chercher leur dû au point de risquer leur vie pendant le voyage."

                          Les Français ? Quels Français ?? vous ? en tout cas pas moi ! C’est ce genre d’accusation à caractère raciste qui devient de plus en plus imbuvable .

                          Ainsi « les Français » , sale race sans doute pensez vous ... et vous vous permettez de dire ça en France !

                          Connaissez vous un peuple aussi tolérant que les Français qui accepterait de telles injures racistes chez eux ?

                          Jamais un peuple ne s’est tant consacré à l’aide altruiste et précisément à aider les pays en difficulté , jamais un peuple ne s’est autant sacrifié et n’a payé de sa personne pour cela au point même que les anciens « colonisés » se ruent pour redevenir français voire se révoltent contre leurs propres dictateurs qui s’engraissent sur leur misère ! Il est temps donc de citer le proverbe d’ancien Français et qui est toujours plus que valable :

                          "poignez vilain il vous oindra Oignez vilain , il vous poindra !"


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 septembre 2006 16:51

                          Très juste : qui donne de la voix contre les immigrés en les accusant d’être source de tous nos maux ne peut affirmer sans mentir qu’il agirait autrement qu’eux dans leur situation.

                          Cela suffit à invalider toutes leurs imprécations fondées sur une incapacité crasse à se mettre à la place des autres. Crétinisme de relativement nantis qui ne veulent pas comprendre les motivations des moins favorisés pour ne pas être dérangés par leur misère. "Les pauvres sont intrinsèquement mauvais ; certainement plus que les riches, car Dieu récompense les riches pour leurs mérites, c’est bien connu ! Quelle sotise !


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 septembre 2006 15:09

                          Cet article pointent quelques faits pour en cacher d’autres tout aussi problématiques , à savoir que l’essentiel de la production des fruits et légummes en espagne est récoltée par des marocains et que si les saisonniers du magreb restent chez nous c’est d’abord parce qu’ils craignent de ne pouvoir revenir, la saison prochaine. Quant au BTP il raconte n’importe quoi, tout le monde sait que c’est le règne de sous-traitance qui permet d’embaucher des soi-disant clandestins sous-payés. Ce ne sont surement pas les immigrés clandestins ou réguliers qui commandent l’économie chez nous et sont responsables de la misère chez eux.

                          Nous tolèrons bien les loups et ls ours. Pourquoi pas des hommes et des femmes qui ne nous veulent aucun mal, sinon travailler pour nous à des conditions que nous n’accepterions pas. Luttons plutôt contre l’exploitation qu’ils subissent et obligeons les employeurs à les traiter dignement en leur donnant un statut de droit. Il n’est pas démontré qu’ils coûtent plus à la Sécurité Sociale que les prétendus bons français qui cumulent les visites chez les médecins, les congés de maladie et les examens et analyses de laboratoire redondants . La prévention est sacrifiée par le système de santé au profit de la médecine à l’acte libérale payée par la collectivité.

                          Si l’auteur a une recette humaine pour éviter les expulsions d’enfants hard qu’il nous le fasse savoir ; et s’il pense que la majorité des français acceptera de voir ce genre de scène en direct chez eux, aux heures de repas , il se trompe. Heureusement nous ne sommes plus en 42 où la plupart pouvaient penser que les juifs n’avaient qu’à retourner chez eux via l’Allemagne...*

                          En attendant s’il se trouve bien dans le désert marocain, qu’il y reste, mais à charge de réciprocité...


                          • vigie 6 septembre 2006 18:55

                            Quelques chiffres glané sur le net pour fixer les idées :

                            COÛT DE L’IMMIGRATION POUR LA FRANCE 50 MILLIARDS D’EUROS SELON UN ANCIEN EXPERT DU FMI

                            Dans le numéro précédent de La Voix des Français, nous avions, à propos de la question du coût de l’immigration, cité l’évaluation de l’Institut de géopolitique des populations qui arrivait à un résultat de 36 milliards d’euros annuels. En utilisant une autre méthodologie, Gérard Pince, ancien expert financier auprès de grands organismes internationaux comme la Banque mondiale et le FMI, arrive, lui, à un résultat de 50 milliards annuels. Son étude a été publiée par le magazine Monde & Vie. Nous en publions, ci-dessous, quelques extraits significatifs.

                            MÉTHODOLOGIE

                            Les statistiques de l’INSEE permettent de répartir les immigrants et leurs descendants par zone d’origine : Europe et pays du tiers-monde. Cette répartition correspond aux différences objectives qui distinguent ces deux populations (Importance respective des flux migratoires, structure par âges, disparités dans les taux de chômage et par conséquent dans les revenus et le besoin de protection sociale). À partir de ces informations, tous les agrégats de l’économie française (Revenu initial, protection sociale, revenu disponible, consommation effective, dépenses et recettes publiques, valeur ajoutée et produit intérieur brut) peuvent être répartis entre trois comptes (immigrés européens, immigrés des pays tiers, population d’accueil). Pour opérer cette ventilation, on utilise des clefs de répartition à l’image de la comptabilité analytique d’entreprise. Tout chiffre est donc justifié soit par une source primaire (INSEE, DRESS) soit par une clef de répartition fondée sur des données émanant d’une source officielle. Sans prétendre à l’exactitude scientifique, on obtient ainsi pour 2004 des résultats pertinents avec une marge d’incertitude de l’ordre de 10 %. Au cours de ma vie professionnelle, j’ai travaillé en Afrique avec des équipes de la Banque mondiale et du FMI et nous parvenions à évaluer les coûts et bénéfices d’un projet sur 10 ou 15 ans en utilisant cette méthodologie.

                            RÉSUMÉ

                            Les immigrés et leurs descendants directs représentent une population de 10,2 millions (près de 17 % de la population métropolitaine). Les personnes originaires des pays tiers (Maghreb et Afrique noire à titre principal) sont au nombre de 6,2 millions. Les immigrants et leurs descendants des pays tiers disposent de faibles revenus initiaux qui sont majorés par une vigoureuse politique de redistribution sociale. Cette politique se traduit par une détérioration des Finances publiques et des comptes sociaux : l’immigration des pays tiers se solde par un déficit annuel de 50 milliards d’euros qui représente 84 % du déficit global de l’État (60 Mds en 2004). Au niveau du Produit Intérieur brut, les caractéristiques socioéconomiques de l’immigration des pays tiers entraînent en 2004 une moins-value de 67 milliards d’euros, ce qui représente annuellement une perte de 1.100 euros par habitant et de 4.400 euros pour une famille de 4 personnes (28.860 FF). En définitive, cette immigration appauvrit l’économie française au lieu de contribuer à son développement.

                            Voir ci-dessous des extraits de ce bilan économique de l’immigration :

                            L’accès au marché du travail

                            En 2004, 27,5 millions de personnes actives sont présentes sur le marché de l’emploi (chômeurs inclus). Sur ce total, les immigrés et leurs descendants représentent environ 3,7 millions (13,5 %). Le taux d’activité des immigrés européens se rapproche de celui du reste de la population (55 % environ pour les personnes âgées de 18 ans et plus). En revanche, il n’atteint que 53 % pour les sujets des pays tiers alors que leur taux devrait être plus élevé (en raison d’une structure de leur population plus favorable à l’accès au marché du travail) [...]. Ces différences entre les deux catégories de population s’amplifient au niveau du chômage. Les taux de chômage affichés pour la première et la seconde génération d’immigrants s’élèvent respectivement à 16,7 % et 30 %. En fait, les taux de chômage des Européens sont pratiquement du même ordre de grandeur que ceux du reste de la population. Leur prise en compte sous le sigle commun « d’immigrés » aboutit à une moyenne qui camoufle les mauvais résultats de la population des pays tiers : La première génération enregistre en effet un taux de 23 % et leurs descendants atteignent 40 %. En définitive, la population active occupée se limite à 2,8 millions de personnes dont seulement 1,25 pour les immigrés des pays tiers. Contrairement à une idée reçue, les immigrés n’occupent pas systématiquement les travaux pénibles et dangereux. 67 % de la première génération travaille dans les services (contre 74 % pour l’ensemble de la population) et notamment dans les services d’aide aux entreprises et aux particuliers. S’agissant des emplois secondaires et primaires (hors services), on les trouve à titre principal dans le secteur de la construction (14 % au lieu de 6 % pour l’ensemble de la population). La seconde génération ne se distingue pas de l’ensemble de la population et travaille dans les services à hauteur de 74 %. Cela signifie que la notion de pénibilité ou de dangerosité attachée au travail des immigrés tend à s’estomper [...].

                            Revenus, protection sociale, consommation

                            Avec 17 % de la population, les revenus initiaux des immigrés et de leurs descendants ne représentent que 10 % du total. En fait, cette moyenne camoufle de profondes disparités. Les immigrés européens ont un revenu initial comparable à celui de la population non immigrée. En revanche, les immigrés des pays tiers (10,4 % de la population) ne contribuent qu’à hauteur de 4 % au revenu initial total. Par individu, leur revenu initial se limite à 5.800 euros (moyenne nationale : 14.400). Cette situation résulte des taux d’activité plus faible, de l’importance de la population qui n’est pas en âge de travailler, du chômage et des moindres qualifications offertes. Les immigrés perçoivent environ 14 % des prestations sociales, hors dépenses de santé. Ce chiffre peut paraître modeste parce qu’il s’applique à des prestations qui comprennent les retraites auxquelles la population des pays tiers émarge peu en raison de sa jeunesse. En déduisant les retraites (209 Mds) les immigrés des pays tiers reçoivent 22 % des prestations sociales (pour 10,4 % de la population). En définitive, la consommation effective des immigrés des pays tiers s’élève à 75 Mds, soit une consommation individuelle de 12.100 euros, à comparer avec le revenu initial de 5.800 euros provenant du travail réel effectué. On mesure ainsi l’effet de redistribution joué par la puissance publique : avec 6 euros gagnés par son travail, on peut en consommer 12 ! Grâce à ces mécanismes, le pouvoir de consommation d’un ménage immigré des pays tiers peut s’avérer proche ou supérieur à celui d’un ménage moyen (qui compte il est vrai beaucoup moins de personnes à charge). Cette situation très attractive contribue à l’augmentation des flux migratoires [...].

                            Incidence sur les finances publiques et le budget social Les finances publiques de la France comportent trois volets : le budget de l’État, les finances des collectivités locales et enfin le Budget social qui verse les différentes prestations (retraites, remboursement des soins de santé, indemnités de chômage, allocations familiales, etc.). Au total, ces trois ensembles représentent en dépenses 881 Mds (55,3 % du Produit intérieur brut) et 821 Mds en recettes (impôts, cotisations sociales), soit un déficit de 60 milliards en 2004, qui se reporte sur la dette publique. S’agissant du Budget de l’État, les immigrés des pays tiers participent aux dépenses à hauteur de 14 %. Ils alourdissent notamment les dépenses de l’éducation et celles du Ministère du travail, de la santé et de la cohésion sociale du fait des problèmes liés à leur intégration à l’emploi (travailleurs sociaux, et différentes subventions à la formation). En revanche, ils ne fournissent que 4,5 % des recettes et leurs contributions se réalisent surtout par le biais de la TVA et des taxes associées (TIPP) sur la consommation. Les mêmes observations s’appliquent aussi aux budgets locaux des collectivités locales. En ce qui concerne les comptes sociaux, les immigrés des pays tiers ne consomment que 9 % des dépenses globales parce qu’ils émargent très peu au titre des retraites en raison de la structure de leur population (voir plus haut). En retour, leurs contributions aux recettes par le biais des cotisations sociales et de la CSG ne représentent que 4,3 % des ressources. Dans ces conditions, le tableau consolidé des opérations de l’État pour les trois entités (budget général, budgets locaux, comptes sociaux) donne les résultats suivants (en milliards d’euros en 2004).

                            Dépenses : Ressources : Résultat :

                            Français de souche : 735 733 -2

                            Immigrés européens : 53 48 - 5

                            Immigrés pays tiers : 93 40 -53

                            TOTAL : 81 821 -60

                            (en milliards d’euros en 2004) Ces chiffres montrent que le déficit chronique de nos finances publiques provient des comptes des immigrés des pays tiers. Toutefois, les mêmes calculs appliqués à d’autres catégories (telles que les retraités, ou a fortiori les enfants de moins de 18 ans) donneraient des résultats encore plus mauvais.[...].


                          • Yan Essal 6 septembre 2006 19:11

                            « Nous tolèrons bien les loups et ls ours. Pourquoi pas des hommes et des femmes qui ne nous veulent aucun mal, sinon travailler pour nous à des conditions que nous n’accepterions pas » ’’’’’’’’’’’’’’

                            Finalement vous êtes né deux siècles trop tard car c’est exactement le discours que tenaient les esclavagistes pour les faire venir par bateaux entiers et les faire travailler dans les plantations« àtravailler pour nous à des conditions que nous n’accepterions pas »

                            Ce discours néo esclavagiste me sort par les yeux tant il est hypocrite . Vous embauchez chez vous certainement au black un pauvre diable sous payé à qui vous faites l’obole tout en lui faisant faire « des travaux dégradants » !

                            Bravo et belle mentalité !

                            Le pire c’est que , comme vos ancètres les colons , vous vous drapez de dignité et parlez du bien que vous leur faites en les faisant travailler de la sorte !

                            L’esclavage a été condamné comme crime contre l’humanité et manifestement cela ne vous émeut pas , vous en rajoutez !

                            Si nous avions un gouvernement digne de ce nom , vous et vos semblables , les buveurs de sang, condescendants , paternalistes et bien derrière leur montagne de fric, vous feraient payer au prix coutant ces pauvres diables exploités . Mieux , il vous ferait leur payer une prime d’éloignement et un billet d’avion tous les mois pour pouvoir rentrer chez eux .

                            gageons qu’à ce prix juste vous réfléchirez à deux fois avant d’embaucher en catimini des esclaves .

                            J’attends donc que le gouvernement agisse dans ce sens et sur simple dénonciation en provenance de ces pauvres gens , des esclavagistes tels que vous soient astreints à leur payer leur du !


                          • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 6 septembre 2006 19:27

                            Monsieur Reboul quand vous dites « Il n’est pas démontré qu’ils coûtent plus à la Sécurité Sociale que les prétendus bons français qui cumulent les visites chez les médecins, les congés de maladie et les examens et analyses de laboratoire redondants » je vois que vous avez la chance de ne pas être allé à l’hôpital public ces derniers temps, si vous n’avez rien à faire un week-end allez donc à l’hôpital Bichat, ou l’hôpital Européen de la Roseraie, ou d’ailleurs n’importe quel hôpital parisien.

                            J’ai malheureusement eu la triste expérience de l’hôpital Bichat ou nous étions pratiquement les seuls français sur une population très hétéroclite et colorée de personnes prises en charge à 100% car déclarées à faibles (ou sans) revenus, alors que nous qui avons cotisé toute une vie on nous a demandé plus de 1000 Euros.


                          • EricB 6 septembre 2006 19:30

                            « J’attends donc que le gouvernement agisse dans ce sens et sur simple dénonciation en provenance de ces pauvres gens , des esclavagistes tels que vous soient astreints à leur payer leur du ! »

                            Je crois bien que c’est ce qui se prépare et que ceux qui embauchent des travailleurs illégalement seront redevables des coûts d’expulsion, apres s’être évidemment acquitté des charges afférentes à l’emploi illégal.


                          • ZEN etienne celmar 6 septembre 2006 20:32

                            @Bateleur,

                            Moi aussi, je suis allé récemment à l’hopital ; J’ai été anesthésié par un médecin noir (quelle horreur !) sous-payé, agréablement soigné par une infirmière d’origine algérienne ....

                            En France , beaucoup d’ hopitaux ne fonctionneraient plus ou fonctionneraient mal sans ces médecins étrangers qui sont scandaleusement mal payés !


                          • wieeinstlilimarleen 6 septembre 2006 22:42

                            « Quant au BTP il raconte n ?importe quoi, tout le monde sait que c ?est le règne de sous-traitance qui permet d ?embaucher des soi-disant clandestins sous-payés. Ce ne sont surement pas les immigrés clandestins ou réguliers qui commandent l ?économie chez nous et sont responsables de la misère chez eux. »

                            Point de détail : un soit-disant clandestin, ça n’existe pas.

                            C’est qui « tout le monde » qui sait ? Travaillez-vous régulièrement sur des chantiers, dans quelle mesure êtes vous familier avec les contrôles qui y sont réalisés ? Vous dites que c’est le propre de la sous-traitance. Qui dit sous-traitance dit grosse structure. Or, les grosses structures ne sont-elles pas les plus surveillés ?

                            Renseignez-nous ! Donnez-nous vos sources (non « tout le monde » n’est pas une source vérifiable).

                            « Luttons plutôt contre l ?exploitation qu ?ils subissent et obligeons les employeurs à les traiter dignement en leur donnant un statut de droit. »

                            Tout à fait d’accord. Par contre, vous êtes conscient que ça implique des les compter comme chômeurs, s’ils chôment. Ca implique qu’ils aient au minimum le SMIC. Vu qu’il y a du chômage, vous croyez que beaucoup d’employeurs vont choisir des immigrés qui parlent pas forcément bien français, qui n’ont pas les mêmes coutumes, sans que ça ait le moindre avantage financier ? On peut en douter. Ca fera donc une hausse du chômage. Faudra t-il financer ces chômeurs avec le RMI ? Nécessairement, ça aura aussi un prix. Ce n’est pas aussi simple que « tolérer les loups et les ours » qui a priori s’alimentent tous seuls et dont on contrôle scrupuleuse l’évolution en nombre.

                            Concernant votre comparaison entre les expulsions actuelles et les wagons à bestiaux nazis, j’ose espérer que vos mots on dépassé votre pensée. Un voyage en avion, certes attaché, ce n’est pas un entassement massif dans un wagon où l’on voit des gens mourir d’etouffement devant soi.


                          • wieeinstlilimarleen 6 septembre 2006 22:46

                            Etienne, d’un coté vous répondez violemment à quelqu’un qui se pose la question du coût des clandestins en terme d’hospitalisation (il avait le tort, certes, de mélanger différence de couleur et statut de clandestin), de l’autre vous vous plaignez du scandale de médecins mal payés.

                            Vous savez par qui sont payés les médecins ? Par la collectivité. Concrètement, plus il y a de clandestins soignés et de chômeurs soignés, plus cela coûte à la société. C’est mathématique. C’est bien que cela existe, je ne dirais pas le contraire. Maintenant, déclarer que ça n’a pas de coût, c’est mentir.

                            Ensuite, un medecin mal payé, ça donne quoi, comme salaire, au fait ? Mal payé, ça veut dire qu’ils n’ont pas pu acheter le Porsche Cayenne ou qu’ils ont du mal à joindre les 2 bouts ?


                          • ZEN etienne celmar 6 septembre 2006 22:59

                            "Concrètement, plus il y a de clandestins soignés et de chômeurs soignés, plus cela coûte à la société. C’est mathématique. C’est bien que cela existe, je ne dirais pas le contraire. Maintenant, déclarer que ça n’a pas de coût, c’est mentir.

                            Ensuite, un medecin mal payé, ça donne quoi, comme salaire, au fait ? Mal payé, ça veut dire qu’ils n’ont pas pu acheter le Porsche Cayenne ou qu’ils ont du mal à joindre les 2 bouts ? "

                            Alors, on les laisse crever, c’est cela ?...

                            Vous lisez mal,je parlais des médecins, chirurgiens..étrangers qui sont sous-payés par rapport à leurs collègues français, vous ignoriez ?


                          • wieeinstlilimarleen 7 septembre 2006 09:36

                            Je repose ma question, puisque vous n’y répondez pas : Mal payé, ça veut dire qu ?ils n ?ont pas pu acheter le Porsche Cayenne ou qu ?ils ont du mal à joindre les 2 bouts ?


                          • ZEN etienne celmar 7 septembre 2006 14:19

                            Décidémment, il faut apprendre à LIRE...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès