• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > La mort d’un grand monsieur

La mort d’un grand monsieur

Monsieur Raymond Devos vient de mourir. Tristesse.

J’ai toujours aimé les mots. Dans les livres, les chansons, les sketches même ! Enfant, je dévorais la Comtesse de Ségur, je fredonnais les paroles de Michel Sardou et je reprenais à mon compte les textes et mimiques de Fernand Raynaud.

Au fur et à mesure du temps, j’ai changé de lectures et de chansons ; mais pour remplacer Fernand Raynaud, il me fallut attendre les années 1980 et l’humour décalé de Raymond Devos. Il me captivait avec ses histoires absurdes, sous une avalanche de mots qu’il débitait à une allure folle, avec une aisance toute déconcertante. Essayez donc d’apprendre « Sens dessus dessous » et de le réciter, non ! de le jouer... Ou « Mon chien, c’est quelqu’un »... Déjà, les lire, c’est mourir de rire, alors tenter de les interpréter... Mais vous pouvez également vous risquer à déclamer l’un de ces courts poèmes, Je hais les haies, au hasard, en tâchant encore de ne pas vous emmêler dans les assonances et les métaphores.

Personne ne pratiquait l’absurde aussi talentueusement et avec autant de classe.

Il va manquer quelqu’un au pays de l’humour et de l’ironie...


Moyenne des avis sur cet article :  3.97/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Isabelle Ménétrier 16 juin 2006 10:17

    Et bien faites très cher, parlez-nous de Devos. Cordialement,


  • Marie Pierre (---.---.1.50) 16 juin 2006 10:53

    Pour une fois d’accord avec vous : méler Sardou, la comtesse de Ségur et Fernand Raynaud à Raymond Devos, c’est un deshommage.


  • Marie Pierre (---.---.1.50) 16 juin 2006 10:55

    A Iabelle Demetrier : justement, mieux vaut ne pas en parler, personne n’y arriverait. Juste dire sa tristesse.


  • Rocla (---.---.130.227) 16 juin 2006 10:34

    J’ ai appris hier soir qu’ il avait un lapin, qui avait un truc bizarre sous son petit nez,en regardant de plus près,c’ était un bec de lièvre.

    Merci pour tout Monsieur Raymond.

    Rocla


    • M. West : vous êtes chiant en fait, non ? (---.---.155.115) 18 juin 2006 15:57

      Devos, c’était tout juste une reprise de l’almach Vermot. jeux de mots foireux et réactionnaire de base. Pas de quoi en faire un drame.

      Ceci dit, je préfére quand même sa prose à la votre. Dommage que ce soit lui qui soit parti, et pas vous.

      PS : vous les prenez quand vos vacances ?


    • matthieu (---.---.221.242) 16 juin 2006 12:06

      Demian,

      La prétention est inversement proportionnelle au talent revendiqué. Vous en êtes un exemple criant (et urticant).

      Vos « interventions » ne seraient que pathétiques s’il elles n’étaient qu’occasionnelles. Hélas ! Vous avez évidemment un avis sur tout....

      Merci de bien vouloir ne pas me répondre, cela nous fera à tous des vacances.

      Bien à vous,

      Matthieu Prat


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.98) 16 juin 2006 12:49

        Sincèrement, j’aurais du mal à résumer la vie de Devos, la peur de rater sa biograhie. C’est bien mieux de vois Isabelle résumer ses sentiments, après tout elle est la seule à en parler sur Agoravox, et ça change des ’Il est mort, Raymond Devos, et blablabla’, des chroniques lèche-bottes et pas toujorus sincère.

        C’est un hommage touchant, je trouve, je suis sûr que Raymond Devos aurait été touché de voir comme il a pu influencer son public. Alors, continuez Isabelle à parler des personnages qui vous ont marqués, ne faîtes pas attention aux Damien à l’West et aux autres journalistes de canards vexés, la tête à l’envers de n’avoir pu faire si bel hommage...


        • Isabelle Ménétrier 16 juin 2006 13:10

          Merci Ludovic. Le but était d’en parler de manière humaine et ressentie et non pas encore une fois de façon professionnelle et nécrologique. Et pour le reste, je viens pour échanger, communiquer. Que les agresseurs en tout genre ne se fatiguent pas, je ne réponds pas à la violence.


        • Le-Troll-Heureux (---.---.29.175) 16 juin 2006 14:28

          @ Isabelle

          Oui je trouve aussi Demian (qu’il m’arrive d’ailleurs d’apprécier sous d’autres latitudes) très injuste envers vous Isabelle ; il frôlerait même la méchanceté.

          Merci pour cet hommage sincère qui nous dit la place que tenait Raymond Devos dans votre univers.


          • 3p (---.---.102.41) 17 juin 2006 07:40

            Raymond Devos disait : « Moi, lorsque je n’ai rien à dire, je veux qu’on le sache ».

            Il a du s’inspirer de Demian West


          • Le-Troll-Heureux (---.---.29.175) 16 juin 2006 15:57

            Ne soyez pas trop triste Demian, la mort de l’illustre c’est aussi le glissement vers l’immortalité.


            • Rocla (---.---.130.227) 16 juin 2006 16:33

              Si Dieu n’ est pas marié,pourquoi parle -t-on de sa grande Clémence ?

              Raymond Devos


              • Lrnt (---.---.29.83) 16 juin 2006 17:26

                .... ce que j’oie est triste.

                Raymond Devos


                • Rocla (---.---.130.227) 16 juin 2006 17:30

                  ...Je me suis remis à la clarinette,c’ est ce qui se rapproche le plus de l’ anglais.

                  Raymond Devos


                  • frederickh (---.---.102.41) 16 juin 2006 21:02

                    Isabelle a eu envie de faire un petit clin d’œil à Raymond Devos en hommage à son grand et incomparable talent dans la maîtrise du « verbe » peint en « sens » des « mots ».

                    L’intro ne concerne qu’Isabelle (de la Comtesse de Ségur à Fernand Raynaud) ! D’accord, Sardou fait figure d’intrus, mais bon !

                    « Il pratiquait l’absurde... » , un absurde qui souvent n’était pas plus absurde que certaine réalité, aujourd’hui plus que jamais.

                    Il va enfin connaître l’immortalité, lui qui disait :

                    « Je crois à l’immortalité, et pourtant je crains bien de mourir avant de la connaître. »

                    La tristesse est là,

                    Merci Isabelle.

                    Bien à toi


                    • Isabelle Ménétrier 16 juin 2006 21:35

                      « Je hais les haies qui nous emmurent, je hais les murs qui sont en nous ».


                      • normand chaput (---.---.221.254) 16 juin 2006 23:44

                        Devos est mort ! Mais non, c’est impossible...


                        • lily (---.---.138.240) 17 juin 2006 00:06

                          Dèjà un jour sans lui.Pour moi Devos, c’est un magicien.Celui qui vous fait passer de l’autre coté du miroir...


                          • 3p (---.---.102.41) 17 juin 2006 08:40

                            Merci pour cet article Isabelle, et n’écoutez pas les fâcheux pédants narcissiques.

                            Continuez


                            • Caïus (---.---.3.242) 17 juin 2006 13:56

                              Sa science de l’absurde par le double (au moins) sens des mots doublée d’une nature angoissée, qu’il mettait en scène me semble t-il, le rendent unique et touchant.


                              • minijack (---.---.80.91) 18 juin 2006 17:48

                                Le paradoxe et l’impertinence jouxtaient chez lui l’à-propos et la rêverie. Les fils de couleurs de sa pensée lunaire s’emmêlaient en de délirantes arabesques qui ravivaient les couleurs de l’âme, s’émaillant de larmes de rires ou s’irisant de flaques de joie.

                                Poète surréaliste bien plus qu’amuseur public, le gros homme a misé sur la légèreté du propos pour faire s’envoler les soucis et emporter son monde dans un autre, aussi lointain que familier.

                                Se jouant des maux et des mots, parsemant ses phrases d’étoiles, le divin Devos nous a séduit jusqu’au tréfonds de l’âme sans jamais descendre sous la ceinture, fût-ce celle de Van Allen.

                                Maille après maille, en courtes poésies sans faille, le tricoteur de mots a patiemment fait sa pelote et s’en est allé.

                                Adieu l’Ami. Tu nous manqueras.


                                • Rocla (---.---.18.143) 18 juin 2006 23:27

                                  Farpaitement Minijack !

                                  Rocla

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Isam


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès