• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Michael Vendetta ou le nouveau marketing du Net...

Michael Vendetta ou le nouveau marketing du Net...

Ceci n’est pas un nouvel article vociférant sur Michael Vendetta, créant et reprenant l’ensemble des mots d’oiseaux de notre vocabulairemais plutôt une "tentative" d’analyse de ce "phénomène", qui malheureusement pour certains est à admettre...

Petite tentative d’analyse marketing d’un phénomène tout simplement commercial.

Michael Vendetta n’est qu’une pub. Une pub sans fond, créée de toute pièce tel un personnage de cinéma.

La stratégie marketing était justement de faire semblant qu’il n’y en avait pas. Pendant plus d’un an, ce « Vendetta » a été faussement présenté comme un buzz internet, d’un gars proche du QI d’une huître. Création d’un comportement et d’un individu tête-à-claque qui n’a que pour but de se faire insulter et de « faire choquer ». Oui « faire choquer », c’est à dire que son texte est créé pour. 
On construit alors un blog sur Skyblog, on fait semblant de créer un personnage sur le long terme en antidatant des posts, comme s’il existait une vie normale avant la célébrité ( notez le flagrant anti-datage sur les premières photos du blog avec des photos prises en septembre pour des posts postés en juin...).

Comment créer un buzz-marketing ?

Au fond rien de plus simple, faire efficace sans faire trop voyant. L’idée a été déjà largement utilisée par exemple pour Cloverfield, qui avait lancé des real-vidéos sur des sites de partage, discrètement, en faisant avancer le buzz par lui-même, bouche-à-oreilles, liens, etc...vive le 2.0. Le coût est extrêmement faible et pourtant l’effet est sûrement plus efficace qu’une classique bande annonce de cinéma...

Là, pareil, le coût est « préparé » quelques mois à l’avance. un blog lancé le 12 septembre et balancé sur toutes les plateformes le lendemain, ça aurait été beaucoup trop voyant, trop flagrant. On lance le pavé, et on laisse faire des petites vagues. Puis, on revient tranquillement sur le net pour relancer l’effet.

Ce travail au fond nécessite une réelle analyse du système skyblog, de ses codes ( par exemples, les textes en couleur pour faire comme si, des photos genre real-life...mais surtout et toujours, la construction d’une identité à frapper...

Et là,c’est le grand lancement, déclenché ou pas (en disséminant des liens par ci par là ou en utilisant les groupes sociaux de façon toujours « discrète » ( création de groupe sur facebook anti-vendetta, comme si « ne pas connaître ce personnage », c’était louper à côté de quelques choses...

Les choses s’enchainent : plateaux-tv, magazines. Le personnage modelé est alors « irresistible »(ment con) mais efficace. Toute la presse people s’en empare ( ça fait vendre), les plateaux-télés ( ça fait genre on se fout de la gueule d’un gars mais ça fait de l’audimat), etc... Pendant ce temps, le « retour sur investissement » de la société Vendetta est faible, seulement peut-être quelques royalties mais rien d’extraordinaire.

On fait mijoter le tout pendant un an...des articles de skyblog ajoutés sporadiquement, et le reste fait toujours l’affaire. Ca y est, le personnage est clairement inscrit dans le « subconscient » des gens : « ah oui michael vendetta, un sublime c** ! » ; « ah moi, il me fait trop marrer ! » ; « ben moi, je crois qu’il existe pas (mais je regarde quand même à chaque fois qu’il passe à la télé parce que c’est un fou ! »...)
Inscription au paysage médiatique terminé, il fait partie de la maison.

Phase terminal...

On fait volontairement retomber la sauce. La faire trop remuer lasserait les « gens » (ou plutôt les potentiels consommateurs). On ralentit donc, le rythme de passage-tv, le rythme de publications skyblog...le soufflet retombe volontairement...mais le personnage survit toujours grâce à internet et son continuel buzz...
Et là, on profite, on relance toute la machine en le refourgant sur des plateaux télés exclusivement people ou musicaux et cerise sur le gateau, on fait enfin LA promotion publicitaire, l’annonce de la sortie prochaine d’un CD ( et de tous ses dérivés commerciaux qui vont avec). Comment ? Toujours par le net, en faisant juste relayer une vidéo qui fera forcément fureur en ces périodes d’après-fêtes, sponsorisé par 1/2 grands distributeurs (ici, il y a du nécessairement avoir une réelle démarche commerciale pour avoir des pages de reportage people et pour apparaître correctement sur les bons sites...télé-loisirs par exemple).

On annonce une sortie rapide, 31 janvier...et la machine médiatique réemballe et crée la pub gratuitement : « Comment ? Michael Vendetta va aussi faire de la musique ? »...
Hop, tout est rodé, on attend plus que le cd dans les plateformes légales (l’achat du CD, en terme physique rebuterait trop ses détracteurs, alors qu’un simple fichier audio bien placé dans les plate-formes de téléchargement légal sera plus efficace). Au fond, c’est une « honte » d’acheter Michael Vendetta mais ils vont l’acheter quand même...
Il faut regarder le nombre de fake sur les réseaux de partage qui tentent déjà de décourager les pirates...

Pourquoi cet article ?

Moi le premier, j’en ai vraiment rien à faire de ce personnage et malheureusement, j’entendrai forcément en cherchant mes stations radio son titre dans les semaines qui vont suivre, un peu à la Michael Youn...

La machine marketing a été extremement efficace mais c’est justement ça. On a affaire à une simple pub, formatée, caricaturée comme d’habitude, mais cette fois-ci on tombe beaucoup plus facilement dans le panneau parce qu’on est pas du tout habitué.
Il faut concevoir le skyblog alors comme une publicité long-terme mais entièrement gratuite.
Au fond, que va réellement coûter d’ailleurs la campagne de pub de M.Vendetta. En dehors du nombre de personnes qui encadreraient le personnage ( et donc leur salaire), il suffirait même pas de 5000 euros, matériel inclus.
Le buzz, c’est gratuit ; les plateaux-télés aussi, les photos, idem ; etc... Il n’y a plus qu’à vendre 25 000 titres et ça pourrait presque déjà être rentabilisé...plus les licences radios et là c’est jackpot...ben oui, skyrock va bien passer une dizaine de fois le titre...vu les bénéfices des publicités du blog ... ;-)

Alors bien-sûr, aucune preuve tangible...mais bon, en avons-nous besoin ?...

Comme dirait l’autre, méfions-nous donc des contrefaçons. Dans un monde, où l’on comprend de moins en moins comment tout fonctionne et qui fait quoi, il devient de plus en plus facile de créer de l’irréel publicitaire.
Le but étant, toujours, de se faire un max de fric.


Moyenne des avis sur cet article :  2.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Frodon

Frodon
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires