• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Ne porte pas Rouflaquette qui veut...

Ne porte pas Rouflaquette qui veut...

 Que valent les rouflaquettes pour emballer les filles ?

La question mérite d’être posée, car pour l’heure, ces dames se font encore discrètes sur le sujet.

Et pourtant elles feraient bien de s’en saisir à pleine pogne, car les Dieux du stade commencent à s’y intéresser férocement.

Le rugbyman Maxime Médard a relancé la mode et depuis que nos gladiateurs des temps modernes se prennent d’affection pour le calendrier Pirelli, il n’est pas loin de voir bientôt pousser la Rouflaquette aux abords de la bistouquette.

L’ami Presley, lui, l’avait bien compris qui cultivait cet art mieux que la guitare.

Clarifions tout de suite un point d’importance : la rouflaquette n’est nullement une extension de cheveu, mais bien un artifice de poil. Et pourtant l’histoire laisse entendre qu’à l’origine, il s’agissait d’une mèche roulée et colée sur la tempe en forme d’accroche coeur.

En fait, la rouflaquette moderne est membre de la confrérie de la moustache en guidon, favori, accroche coeur, bacchante, papillote juive orthodoxe, plus exactement de la famille des pattes de tempe, et cousin germain du poil de bistouquette.

Vu sous cet angle, la rouflaquette serait une patte de tempe virile, affranchie à l’air libre et coquette.

S’il y a un mec qui symbolise à merveille la Rouflaquette, c’est bien JPR Williams, encore un rugbyman, de la mythique équipe des Red Devils, années 70.


 

A l’époque, le tournoi se jouait à cinq. Une époque piégeuse où le coq se faisait plus souvent plumer par la Rose qui sortait ses épines venimeuses pour mieux anesthésier le gallinacé braillard. Un "Good game fellow" réveillait nos gars de retour aux vestiaires... trop tard, la perfide Albion avait fait déjà distillé son venin mortel.

Une époque où les arbitres ne pouvaient être que britanniques et où la mêlée ne pouvait être que pourrie par ces bouffeurs de grenouille.

Le tandem Couderc-Albaladejo n’y pouvait mais... qui savait cependant se pâmer sur le maillot ensanglanté de Jean Pierre Rives, le jeu de jambe de Skrela et, comme à chaque France-Galles, disserter des heures sur les rouflaquettes de JPR Williams.

Les rencontres de l’époque se jouaient col relevé et la lessive anti-redéposition venait de faire son apparition à la télé, portée par un jeu à trois mi-temps, dont la deuxième se déroulait plus souvent dans la boue que sur le sec et où les joueurs finissaient le match avec le pif bourré de ouate.

Les arrières avaient des mollets de poule et les avants se soignaient la bedaine à la Mützig.

Les costauds d’alors avaient des noms à coucher dehors sans duvet, Paparemborde, Spanghero, Gruarin, l’accent était rocailleux et les oreilles se portaient en choux fleurs, tout près des rouflaquettes.

Le gnon et la pique à l’oeil n’étaient pas encore sur la liste des anesthésiants interdits et la pénalité forcément "injustifiée" tenait lieu de surface de réparation et de pater noster.

Viril mais correct, disait le speaker sans trop y croire.

Alors les filles, la Rouflaquette, virile et correcte ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Gül 8 avril 2009 19:50

    Bonsoir Yohan smiley

    Les rouflaquettes, bof, bof.... Pourvu que ça ne revienne pas à la mode !

    Concernant le rugby, tu m’excuseras mais je laisse les commentaires à de plus informés que moi.

    Par contre le jeune homme qui illustrait ton article en début de journée a déjà été emmené par une concurrente ? Zut, alors... !

    A moins que,...noooon, ....un ami cartholique serait tombé dessus ??? Quelle horreur ! smiley


    • Annie 8 avril 2009 20:22

      @Yohan,
      Je vais faire honte à Gül parce que je m’intéresse plus au rugby qu’aux rouflaquettes ou aux beaux rugbymen musclés (Gül c’est une question d’âge). D’abord Yohan je ne sais pas si je vais vous pardonner de ne pas avoir mentionné Blanco, fabuleux, incroyable, magique No 15. J’étais en 1978 à l’Arms Park (prix de la place 80 francs), et j’ai vu les rouflaquettes de JPR Williams de près (enfin d’assez près). Pas très impressionnée mais même sans ses rouflaquettes, JPR n’aurait jamais pu faire la une des dieux du stade. Par contre quel(s) joueur(s) ; le pays de Galles a gagné ce jour là, difficile de les battre avec ces chants gallois qui vous prennent aux tripes (même si l’on encourage l’équipe adverse).

      Alors les rouflaquettes c’est pas mon truc, mais merci pour la petite ballade down memory lane.


      • Gül 8 avril 2009 22:15

        Ho ! Annie !

        Je le prends comme un compliment cette histoire d’âge ! Ferais-je si jeune ????? smiley

        Yohan,

        Les commentaires vont arriver demain, je suppose que les articles mis en ligne aujourd’hui vont avoir une durée de vie plus longue que la moyenne, ça semblerait logique !

        D’autre part, c’est intéressant, on vote « oui » à l’article et ça marque « non » ????

        Je suppose qu’Annie a fait comme moi et a voté oui, tu as vu le résultat ? Tu es à 100% de votes négatifs !!!!!

        Quel délire ce soir !

        Bref....Cessons de diverger, il est où le numéro de tél du bellâtre qui fut l’icône de ce billet un temps donnée, hein, il est où ???? smiley)


      • Yohan Yohan 8 avril 2009 21:50

        Merci les filles. Au moins vous êtes là. On est un peu à l’ouest avec tous ces changements. Blanco ? j’avais trop peur qu’il fasse de l’ombre à mon sujet


        • Annie 8 avril 2009 22:05

          Surtout que le sujet est dans la rubrique People ??
          Blanco, mon héro. Et vous avez l’âge de vous souvenir des frères De Villiers.


          • Yohan Yohan 8 avril 2009 22:38

            J’ai l’impression que le compteur marche à l’envers. Je me suis plussé et c’est moinsse qui imprime ????


            • maxim maxim 8 avril 2009 23:10

              bonsoir ...

              eh bien nous sommes tous un peu déroutés ce soir ...

              est ce que cette nouvelle formule relancera l’intérêt qui commencait à décliner ?peut être par la routine et les habitudes prises par certains pour monopoliser Avox ,ou du moins s’imposer en vedettes ,l’avenir nous le dira ....

              Yohan ,

              dommage que les photos jointes à ton article aient disparu ,ce n’est pas que je sois sensible aux rouflaquettes ,bien quà une certaine époque j’ai porté les pattes lorsque c’était la mode !

              si il faut poser en tenue d’Adam dans un calendrier destiné à booster la promo d’Avox ,je peux encore sans complexes y figurer ,ayant toujours pris soin de mon anatomie ...

              je ne joindrai pas de photos ce soir pour ne pas donner de vertiges aux dames présentes !respectant la paix des ménages .....

              encore bonne soirée à tous les amis !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires