• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > People > Osons Patrick Sébastien !

Osons Patrick Sébastien !

La Corrèze, pas morte : son plus célèbre rejeton après Chirac déploie ses 52 ans dans un ouvrage en colère. Les mêlées de l’audimat, les en-avant des faux amis, les cravates des médias présentées comme les règles du jeu d’un sport sans esprit : la télévision.

D’emblée, cassons l’ambiance : oui, j’ai lu le livre de Patrick Sébastien. Une des meilleures ventes du moment, en librairie. Comme le Da Vinci Code (pas autant d’exemplaires, quand même), comme les romans de Marc Lévy ou les souvenirs de Jean-Claude Brialy.

Que certains beaux esprits ne s’illusionnent pas, les « gens » lisent comme ils regardent la télé.

Donc, oui, j’ai lu en intégralité le livre de l’amuseur public, comme on le surnommait avant. En entier. Parce que je ne travaille pas pour un des ces quotidiens où il m’aurait suffi de le feuilleter ou de résumer l’émission de Fogiel de dimanche pour disqualifier l’ouvrage et son auteur.

Je l’ai lu, et je ne mérite pas une médaille pour autant.

J’avais quelques réticences, il est vrai, plutôt persuadé (à la suite du Fogiel sus cité) de tomber sur un énième livre aigri d’un de ces présentateurs de télé hier à succès aujourd’hui has been, qui pleurnichent sur la dictature de l’audimat.

Après tout, il avait bouffé du gros gâteau quand ça roulait, qu’il se démerde avec ses échecs maintenant ! Dimanche soir, harponné par un Foucault très hâbleur, Sébastien n’était pas apparu à son avantage. Au contraire, il avait parfaitement renvoyé l’image du clown triste, triste de ne plus être aussi applaudi qu’avant, de ne plus signer autant d’autographes. En fait, pas du tout. Le livre du corrézien, chiraquien par amitié plus que par conviction politique (dans « homme », aurait-il pu écrire, il n’y a pas « homme politique »), ce livre commence par un pistolet sur la tempe.

Froid comme début, mais bon, on peut simplement être ici en présence de quelque simagrée roublarde de la part d’un tartuffe spécialiste du genre. Dans son film T’aime (qu’il s’obstine à considérer comme un injuste insuccès dû à la mauvaise foi des critiques parisiano-parisiennes, et que je m’obstine, après l’avoir vu, à considérer comme un film assez catastrophique, démagogique et niais, mais ce n’est qu’un avis), il en faisait déjà des tonnes pour tirer quelques larmes au spectateur indulgent. (Et il fallait l’être).

Donc, pistolet sur la tempe n’équivaut pas à sincérité troublante.

D’autant plus que tout continue sous forme d’une vraie fausse lettre à Lily, sa petite dernière.

Là, on se croirait un peu chez Pierre Perret, ou Yves Duteil, enfin sur des terrains pleins de cailloux et portes qui claquent comme des planchers au plafond... bref en mauvaise mélodie.

Les phrases sont courtes, simples. Les retours à la ligne fréquents. Comme dans les romans de Mary Higgins Clark. Ou d’Amélie Nothomb.

Puis le troupier plus comique mais bien sérieux d’un seul coup (de feu ?) se met à nous raconter quelques souvenirs, « en vrac » comme il l’écrit.

Jacques Martin, pour commencer. Son éviction brutale de la télévision, son accident cérébral. Le petit Nicolas (Sarkozy) qui lui pique sa femme. Sarkozy qui avait marié Jacques et Cécilia quelque temps auparavant ! D’où ce mot de Bouvard aux grosses têtes à un Martin vengeur : « Jacques, tu ne vas quand même pas tuer le maire de tes enfants ! »

Ah, ça y est, on rigole un peu. Ce n’est pas loin du canon, quand même, mais on est déjà loin de la mort. Et ça continue sur cet air-là, entre dénonciations et éloges, enfin surtout dénonciations. L’ex animateur de la 5 de Berlusconi nous parle de Sarko, beaucoup, de certaines confidences qu’il lui aurait faites sur les moyens d’arriver au pouvoir, coûte que coûte. C’était « un jour de mariage au château de Bity, dans un petit salon privé ». Mais Sébastien ne peut pas en dire plus. Crainte du procès.

Sarkozy, il ne l’aime pas. Pas assez franc du collier. Traître à Chirac. Ce livre n’arrangera pas grand-chose, sans doute.

Les chapitres portent des prénoms, Nicolas, Lino, Etienne, Paul, j’en passe et des meilleurs, et des pires, apôtres d’une vie passée de succès en insuccès, d’argent et de moins d’argent, de réussite et de doute. Rien de spectaculaire, rien d’explosif. La vie d’un homme public qui en veut à certains journaux, ou à certains journalistes, aux pratiques douteuses, qui en veut à certains patrons de chaînes, à la morale incertaine, mais tout cela n’est pas nouveau, on le sait déjà.

Ce qu’on sait peut-être moins, c’est la grosseur du yacht d’Arthur et ses « placards qui s’ouvrent au son de sa voix. » Des placards qui s’ouvrent au son de votre voix, fabuleux, non ? En voilà une révélation ! Arthur, l’animateur recycleur de la télévision française, a chez lui des placards qui s’ouvrent au son de sa voix ! Arthur qui n’a pas eu qu’une carrière longue, fleuve, et tranquille à TF1. Viré une première fois, c’est Patrick Sébastien qui lui tendra la main, le remettra dans le droit chemin, pavé de (peu de) bonnes intentions, surtout celles de se remplir les poches ! Arthur paiera sa dette, puis oubliera le briviste. Dur métier.

Mais il n’est pas que question d’audience dans ce livre, on y parle aussi disparitions. Disparition d’un fils, pour l’auteur, qui jouera le soir même de l’accident, comme si de rien n’était, surtout pour éviter de péter les plombs, et qui sera victime d’une attaque inqualifiable d’un grand journal, qu’il nomme Grand Quotidien, et dont on devine les lettres gothiques à cent mètres.

Disparition d’une enfant aussi, assassinée, Céline Jourdan, dont le père viendra voir l’animateur vedette pour qu’il retrouve celui qu’il considère, malgré son acquittement, comme l’assassin de sa fille. Sébastien retrouvera la trace et l’adresse du prétendu meurtrier mais ne la donnera pas au père meurtri. Qu’il ne devienne pas à son tour assassin. Histoire hallucinante, qui peut laisser penser que l’auteur se donne dans tout ce déballage le beau rôle, celui de l’âme pure qui sauve le monde de ses pires travers. Ce n’est pas tout à fait faux. Comme dans son film bide, Patrick Sébastien se donne ici un peu l’image du sage qui a compris la vie et qui peut l’apprendre aux autres. Au moins montrer la bonne voie. Le bon chemin.

Un peu « osé ».

La dernière partie du livre, elle, est très « Osons », l’émission Elkabachienne (Osons, c’était le slogan d’Elkabbach à France Télévisions) qui lui valut tous ses troubles, jusqu’au canon sur la tempe. La faute à quelques sketches délicats, mal perçus. Dieudonné avant l’heure.

En tout cas, l’épisode « Osons », raconté dans le détail, est la meilleure partie du livre. Elle s’avale comme un polar, sans blague. Elle se termine par quelques « doutes » émis sur la prétendue mort « accidentelle » de l’ami (de Patrick) Coluche. Et si ce n’était pas un accident ?

Bon, là, évidemment, on tique. On lève les yeux, voir s’il n’y a pas quelques soucoupes.

Tout le problème de ceux qui s’estiment « malaimés », ils peuvent se laisser aller à voir des complots partout.

Il n’empêche, même si Putain d’audience ne méritait pas le Goncourt du pamphlet, même s’il ne fera sans doute pas accélérer le rythme cardiaque de Patrick Le Lay, même s’il ne recadrera pas la télévision, même s’il est globalement mal écrit, qu’il paraît plutôt balancé comme ça comme on décocherait une paire de baffes, ses pages sentent quand même fortement la sincérité. Un numéro moins risqué que ce que prétend l’auteur (un peu mélodramatique, par moments) mais quand même assez courageux.

Patrick Sébastien, ce « brave con ami avec Paul Préboist », vaut mieux que tous les Delarue de l’église cathodique.

Ca ne se discute pas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • CAMBRONNE (---.---.82.109) 31 mai 2006 15:26

    @ Demian East

    Décidemment c’est vous qui êtes partout . Qu’est ce que Sébastien peut vous foutre et pouquoi attaquer notre ami Lilian Massoulier . Il a pondu un article sur un type que je n’aime pas et alors , c’est son droit . Il a écrit sur Samir Nassseri pour en dire du mal , c’est son droit . Vous êtes sur tous les fils à dire à tous ceux qui ne pensent pas comme vous que ce sont des cons et ce dans une langue absconde et ampoulée . Une fois de plus je vous dis MERDRE .


  • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 31 mai 2006 11:46

    Je suis absolument d’accord avec votre conclusion... Ce qui me fait marrer, c’est que Sébastien c’est fait flinguer pour ’Osons’, alors qu’aujourd’hui, on fait beaucoup plus trash... D’arrière, ce qui énerve Le Lay, ce n’est pas les insultes d’un Sébastien, c’est surtout que TF1 peut mettre la plus stupide des émissions de téléréalité ou la plus regardée série télé Américaine le samedi soir, la chaîne se fait régulièrement piler par son ancien troubadour...


    • zen (---.---.197.15) 31 mai 2006 12:40

      Lecture jubilatoire !Quel beau travail d’écriture ! Et vous mettez bien en évidence les ambiguités du personnage à la fois sympathique et pathétique...une acteur et une victime du PAF...

      Lilian ,donnez encore plus souvent à jouir de votre prose...


      • lamda (---.---.73.215) 31 mai 2006 14:08

        je me pose juste la question, qu’est ce qui pousse un éditeur à choisir un auteur. Car en ce moment, tous les présentateurs sortent un livre. Comment choisir ce livre plutôt qu’un autre ? car le choix est obligatoire on n’est pas Crésus pour pouvoir acheter tous les livres, et on dispose pas aussi du temps nécessaire pour les lire tous. Aussi, pour choisir on prend quelques caractères, quelques idées qu’on nous soufle. Alors par exemple pour ce livre, quand l’auteur nous dit à propos de Sarkozy, je sais tout, mais je ne dirai rien, alors il n’a qu’a tout garder pour lui, y compris son livre. On se demande d’ailleurs pourquoi il écrit si c’ est pour rien dire. Bien , il laisse au moins la place au choix d’un autre livre. Merci à l’auteur et sans rancune.


        • zoï (---.---.58.60) 31 mai 2006 15:02

          Je n’ai rien à dire : ma TV est éteinte depuis des siècles, et je n’ai pas envie de la rouvrir en lisant de tels livres !


          • zen (---.---.172.236) 31 mai 2006 17:56

            « ..des Siècles... » !!! Donnez-moi la recette de votre longévité...

            Un petit clin d’oeil dans ce monde de brutes...Amicalement.


          • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 31 mai 2006 15:44

            Merci pour ce texte très bien écrit (j’adore vos articles), qui m’a presque donné envie de lire ce dont normalement je me fous totalement : la vie des petits gâtés de la TV, toujours à chougner à la moindre anicroche dans leur parcours professionnel. D’ailleurs, Sébastien n’en est pas à sa première crise émotionnelle, je l’ai déjà vu au moins dans ma longue vie deux fois faire la une des journaux télé, braillant à la censure et au système pourri. Mais il faut avouer que c’est certainement un brave mec, il fonctionne par éclats, c’est tout. Je le préfère à vingt-cinq Fogiel ou à trente-cinq Arthur.

            En parlant de « une », merci à Demian West de continuer à laisser sa photo sur ses interventions dans le fil, c’est beaucoup plus commode pour sauter ses textes incompréhensibles, ça facilite grandement la lecture !


            • zen (---.---.172.236) 31 mai 2006 18:58

              Ca, c’est pas gentil pour Demian, qui met un point d’honneur à paraître profond...


            • Dapp (---.---.56.61) 31 mai 2006 16:29

              Que voici un bel effort d’objectivité...Franchement bravo. Mais, si je puis me permettre, c’est porter un intérêt à un personnage qui ne le mérite pas vraiment. Comme beaucoup d’autres du reste issus du même moule « mediatico-politico-peopleistique »...Et pendant que ces individus occupent le devant de la scène et une partie de notre temps ils occultent les vrais enjeux du monde dans lequel nous vivons...ceci dit sans sinistrose ni néo-poujadisme aucun. Ce qui est rassurant, c’est que dans quelques années, ce bouquin se trouvera au mieux dans des vides greniers et que les émissions de P.S. seront rangées au tréfond de l’arborescence du site de l’INA. Encore bravo pour avoir ingurgité cette bouillie intellectuelle.


              • zen (---.---.172.236) 31 mai 2006 17:59

                Dapp, c’est génial ! Bien frappé...


              • ritana 29 mai 2008 17:30

                J ai lue ton livre zarcane quelle courage je me retrouve en toi j ai vecu a toulon et je suis nee le 10.07.64

                mais moi je suis encore en prison mes gardiens sont mes enfant si cela etait possible j aurais voulus 

                te connaitre mais en prison cerebrale ont ne peux et ne veux parler a personne ni manger mais je garde un

                espoir q un jour la cle de ma cellule s ouvre et je pourrais revivre voila c etait une petite ritana qui elle te comprend continue et profite de ta liberte tu la meritee . MONSIEUR SEBASTIEN J ESPERE QUE VOUS FERAIS PASSER CE PETIT MOT A ZARCANE MERCI BEAUCOUP

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès