Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > A 12 ans, il joue un match de 1ère division

A 12 ans, il joue un match de 1ère division

Mauricio Baldivieso, est un jeune Bolivien. Et quand ses camarades tapent dans la balle sur un champ de patates, lui foule les pelouses des stades de première division.

Dimanche, pour la 1ère journée du Tournoi de Clôture du championnat bolivien de football de 1ère division, s’est déroulé le match Aurora (0) - FC La Paz (1). A cette occasion l’entraineur Julio Cesar « l’Empereur » Baldivieso, reconnu comme un des plus grands joueurs de Bolivie, a fait rentrer à la 39ième minute son fils Mauricio, 12 ans au compteur.

5 minutes plus tard, Henry Alaca (La Paz) tacle violemment le petit par derrière, et le blesse à la cheville droite. Même si le jeune retrouva le terrain sous les applaudissements après quelques soins prodigués sur la touche, cet incident a bien évidemment révolté son père qui qualifia Alaca de "criminel, et l’arbitre encore pire" car il n’a pas sanctionné le geste.
Le tacle dangereux amorça même un début de bagarre général.

Ce match permit à Mauricio de laisser entrevoir son talent de milieu meneur. 4 balles bien négociées, un jolie centre, si la presse bolivienne salue l’initiative de l’entraineur de vouloir promouvoir de jeunes talents, on peut tout de même se poser des questions sur l’avenir psychologique du gosse.

Baldivieso Jr bat le record du Péruvien Fernando Garcia qui joua en 1àre division à 13 ans 11 mois avec le club Juan Aurich et fait passer l’Anglais Matthew Briggs (Fulham), avec ses 16 ans 65 jours en 2007, pour un papi. Des géants comme Pelé ou Maradona ne commencèrent pas si jeunes.
"C’est irresponsable de mettre en enfant qui n’est prêt ni mentalement, ni physiquement", critique par exemple un entraineur tandis que Henry Alaca, le tacleur, a juré dans un programme radio qu’il ignorait que son vis-à-vis avait 12 ans, ce qu’il a également jugé d’"irresponsable" : "J’ai joué l’action comme n’importe quelle autre, en m’engageant fort. Le football est un sport pour les hommes".

Si les dégâts physiques peuvent être soignés (et encore pas tous), comment réagir face aux dégâts psychologiques que subira inévitablement cet enfant ? Comment gèrera-t-il les défaites, l’exposition médiatique, la pression de l’équipe ? Quand on voit que même des "adultes" comme Laure Manaudou peuvent péter un plomb face à la rigueur de l’entrainement que requière le haut niveau, la "chance" de jouer à un tel niveau si jeune ne va-t-il pas tuer l’oisillon dans l’oeuf ?
 
 
 
source : sicw-news

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Lapa Lapa 22 juillet 2009 13:55

    personnellement envoyer un gamin de 12 ans dans l’élite d’un championnat professionnel est une attitude qui me paraît frôler l’inconscience.
    Tout sacrifier sur l’autel de la médiatisation, la réussite et du pogon ? Tout sacrifier pour combler son ego de père de prodige ? même, et surtout la santé et l’intégrité de sa progéniture ?

    quelle atttitude vomitive.


    • plancherDesVaches 22 juillet 2009 15:25

      Hhmm...

      Il a de l’intelligence dans les pieds : on en est heureux pour lui.

      Lapa : saine réaction, mais.... les gamines ont été recemment ré-autorisées à faire des concours de défilé pour être « miss ».....
      L’exploitation de l’enfant rapporte.
      Et pas seulement pour coudre des ballons de foot ou fabriquer des meubles ikéa.

      Et que dire de l’image féménine dans les pubs....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès