Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Absalon ou l’esprit sportif bafoué

Absalon ou l’esprit sportif bafoué

Champion olympique sortant, Julien Absalon était engagé hier dans l’épreuve de VTT des JO avec de grandes chances de podium, voire de nouveau titre. Raté. Mais au-delà de l’échec sportif du Français, ce que l’on retiendra de sa prestation, c’est son piteux comportement...

Le Vosgien Julien Absalon avait, jusque là, effectué une carrière exemplaire sur son vélo de VTT cross-country, en multipliant les succès – 2 médailles d’or olympiques, 5 titres mondiaux, 10 titres nationaux ! – et en offrant aux amateurs de cette discipline exigeante l’image d’un champion exemplaire. Tout naturellement, il faisait partie des grands favoris en s’élançant hier à 14 h 30 dans l’épreuve londonienne.

 Parti en 3e position, Absalon a parcouru les premiers kilomètres dans le groupe de tête avant d’être victime d’une crevaison. Après avoir été dépanné, le tenant du titre a constaté au passage sur la ligne qu’il pointait, du fait de son incident mécanique, en 27e position, avec 54” de retard sur la tête de la course. Un handicap évidemment important au bout d’un quart d’heure, mais pas totalement rédhibitoire dans la mesure où il restait alors près de 75’ pour se rapprocher de la tête. Absalon pouvait-il encore espérer une médaille avec un tel retard ? Peu probable, même pour un athlète d’exception comme lui, mais le Vosgien gardait intactes ses chances de terminer aux places d’honneur, à défaut de pouvoir viser un podium devenu presqu’accessible, sauf élimination des leaders sur chute ou accident matériel.

 Dépité, Absalon a choisi le renoncement. Tout d’abord en course durant un nouveau quart d’heure qui l’a vu se traîner à l’arrière en accumulant un retard indigne de son statut de champion olympique sortant ; puis en quittant piteusement la compétition. Un abandon qui ne grandit pas le double médaillé d’or alors que, tout au long de ces Jeux, d’autres champions déchus ont mis un point d’honneur à terminer leur épreuve, parfois très loin des espoirs qu’ils avaient suscité.

 Á cet égard, il convient de rendre ici un hommage appuyé à la Française Amélie Cazé, engagée, elle aussi dimanche, dans le pentathlon moderne. Triple championne du monde et l’une des favorites de l’épreuve londonienne, la Picarde a complètement raté l’épreuve combinée de tir et de course à pied – une sorte de biathlon très spectaculaire – alors qu’elle occupait la 3e place du classement général avant cette dernière épreuve et pouvait espérer un podium. Dès le 2e tir, Amélie Cazé s’est rendu compte du désastre, mais, comme le veut l’esprit du sport, elle a tenu à aller au bout du calvaire pour terminer finalement à la... 18e place, vivement applaudie par le public.

 Amélie Cazé sort grandie de cet échec, là où Julien Absalon s’est montré indigne du respect qu’il inspirait jusque là, précisément parce que lui n’a respecté personne, et surtout pas le public. Dommage !

 Un mot pour terminer sur les commentaires de Jean-René Godard. Pathétique comme d’habitude, ce pantin n’a eu de cesse d’encenser Absalon alors qu’il eût convenu de dénoncer son comportement. Ancien éducateur de jeunes sportifs, je ne supporte pas les gens comme lui. Sous prétexte qu’ils commentent la prestation d’un athlète français, ces pseudo-journalistes perdent tout esprit critique, aveuglés par un chauvinisme exacerbé qui leur fait qualifier de « bien joué » des actes d’antijeu commis par des Français alors qu’ils hurlent au scandale lorsque ces mêmes actes sont commis par les adversaires des tricolores. Cela aussi, c’est pitoyable !

 

Photo : Le Républicain Lorrain


Moyenne des avis sur cet article :  2.74/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

149 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 13 août 2012 12:08

    Bonjour Fergus

    Ce sont les J.O., c’est tout !

    Les hommes restent des hommes avec leurs qualité et leurs défauts. Les valeurs de l’olympisme dont on nous rebat les oreilles sont avant tout des valeurs financières.

    Pas de médaille pour Absalon, donc, mais médaille d’or de la bétise pour les commentaires de Godard et de l’indigence pour les interviews de N. Montfort.

    Mention spéciale pour le commentateur du Hand qui avait du se doper avant le match de demi finale (je n’ai pas vu la finale). 


    • Fergus Fergus 13 août 2012 13:00

      Bonjour, Michel.

      « Les hommes restent des hommes avecleurs qualités et leurs défauts », en effet. Et c’est bien dommage car certains comportements sont des contre-exemples pour la jeunesse, et c’est avant tout cela que je déplore.

      Car ce type de comportement, quiconque a encadré des jeunes le connait bien. Plus encore que chez les adultes, la tentation de l’abandon existe chez les gamins favoris d’une compétition dès lors qu’ils perdent toute chance de l’emporter. Et c’est là qu’intervient le rôle de l’encadrement, mà que se forge véritablement cet esprit sportif qui est basé sur le respect des adversaires et celui du public. Or, l’abandon sans raison autre que la blessure d’amour-propre est une marque d’irrespect à l’égard de tous.

      Sur la médaille d’or de la bêtise à de nombreux commentateurs de ces JO, entièrement d’accord. Aux noms de Godard et Montfort sur la plus haute marche, j’ajoute celui de Holz, dégoulinant comme d’habitude de bons sentiments franchouillards et accumulant clichés et plaisanteries douteuses.

      Pour ce qui est des sports collectifs, je n’ai rien regardé tant je suis indisposé par l’hystérie des commentaires. Même en coupant le son, cela a été au dessus de mes forces.


    • Romain Desbois 15 août 2012 08:25

      Slt Fergus

      L’esprit du sport, c’est quoi ? C’est accepter n’importe quel sponsor , allez concourir dans n’importe quelle dictature ? Concourir face à des esclaves/athlètes chinois ?

      Non les sportifs sont les parasites de la société.

       


    • Fergus Fergus 15 août 2012 09:29

      Bonjour, Romain.

      Pas d’accord avec votre vision car elle ne concerne que le sport professionnel. Elle est donc beaucoup trop réductrice, et cela d’autant plus que, même chez les pros, beaucoup de sportifs ne sont pas aussi dévoyés que pourrait le faire croire la médiatisation de certaines dérives insupportables et choquantes.

      Le sport est une composante essentielle de notre société. Je parle ici du sport de masse. Or celui-ci serait très affaibli s’il n’y avait pas des sportifs de haut niveau pour attirer les jeunes sur les stades. Certes, on peut vivre sans pratiquer de sport, mais je vous laisse imaginer ce que serait une jeunesse totalement coupée de l’activité physique alors que se multiplient les fast-foods et que l’obésité ne cesse d’augmenter.

      Qui plus est, les clubs sont une école de respect des règles et des autres. ils fournissent un complément d’éducation indispensable dans une société où les jeunes perdent de plus en plus souvent leurs repères. A cet égard, je tiens ici à saluer le remarquable travail effectué par les éducateurs et les dirigeants de clubs comme Villepinte, Garges, Sarcelles, Villemomble ou Romainville (liste non exhaustive) : les jeunes qu’ils encadrent, quasiment tous venus de cités, mènent une vie saine car ils sont animés par des objectifs sportifs et ont intégré cette notion essentielle de respect des autres.

      Le sport, c’est avant tout cela, pas les caprices de telle ou telle vedette surpayée du football ou du tennis.

      Aux détracteurs des JO dont je partage très largement l’indignation relativement à l’opacité et à l’asservissement au marketing, je précise toutefois qu’il y a au moins un bon côté : 90 % des sommes récoltées par le CIO sera redistribuée aux comités nationaux, à charge pour eux d’en faire profiter leurs fédérations sportives. Tout n’ira pas dans les clubs, eu égard aux magouilles récurrentes dans certains pays, mais cela contribuera à améliorer les infrastructures.


    • alinea Alinea 13 août 2012 12:14

      C’est peut-être la rançon de gloires passées, d’un mental pas suffisamment aguerri, ou simplement la conscience qu’il est « fini » qui a fait agir cet athlète ainsi.
      Pardonnez ma confidence ! Mais mon fils est co- entraîneur de l’équipe de France de VTT descente ! Après avoir été lui-même sportif de haut-niveau dans cette spécialité !
      Et c’est lui, bien sûr, qui m’a sensibilisée à ces sujets sportifs, dont je n’avais rien à faire auparavant !!
      J’ai compris Jospin, quand il est sorti de politique !
      Et je comprends ce jeune, peut-être parce que j’aurais fait comme eux : tout ou rien !


      • Txotxock Txotxock 13 août 2012 12:40

        Et puis tant qu’ils ne tuent pas des ours ou des loups, on peut les laisser vivre....


      • Fergus Fergus 13 août 2012 13:06

        Bonjour, Alinea.

        Sur le plan humain, je comprends sa déception, encore qu’il ne me soit jamais venu à l’esprit de quitter une compétition lorsqu’elle s’engage mal. Mais le statut de sportif de haut niveau oblige, et à plus forte raison lorsque l’on est un double champion olympique. Sortir de cet manière est un exemple désastreux pour les jeunes, tel est le message que je souhaitais faire passer.


      • alinea Alinea 13 août 2012 13:28

        Fergus : je pense que le mental - et pas seulement celui d’un athlète- se construit en contre exemple ; voir la faiblesse de l’autre, et « soi » être plus fort, ne pas y tomber. Aussi, je ne pense pas, comme vous, que l’attitude de cet athlète soit si désastreuse !


      • Fergus Fergus 13 août 2012 13:43

        @ Alinea.

        On ne peut pas être d’accord sur ce point. Encore ne s’agit-il là que d’Absalon, champion d’un sport très peu médiatisé hors JO, et d’un geste de portée limitée. Mais voir Zidane donner un coup de boule en finale d’un mondial et recevoir la distinction de meilleur joueur de cette compétition a incontestablement eu un rôle très négatif sur les jeunes footballeurs, au grand dam d’éducateurs qui galèrent parfois pendant des années pour inculquer à ces jeunes la notion de respect : respect des règles, de l’adversaire, du public, et de leur encadrement. Les sportifs de haut niveau doivent toujours avoir présent à l’esprit qu’ils ne sont rien dès lors qu’ils ne sont plus des modèles pour les jeunes.


      • bernard29 bernard29 13 août 2012 13:54

        voici la sportivité de nos handballeurs. 
        http://www.lemonde.fr/sport/video/2012/08/13/les-handballeurs-francais-demolissent-le-plateau-de-l-equipe-tv_1745597_3242.html

        depuis le début, je n’aime pas cette équipe . Cinq a dix minutes de leurs matchs, avec les commentaires de malades mentaux, me suffisaient largement pour ne dégouter définitivement de ce sport.


      • Fergus Fergus 13 août 2012 14:07

        @ Bernard.

        Même avis sur les handballeurs et tout ce qui les entoure. J’ai préféré jardiner que regarder leurs matches.


      • alinea Alinea 13 août 2012 14:26

        C’est un forum de discussion, Fergus, vous ne serez pas fâché ?
        Je n’approuve pas du tout le fait d’aider à la construction des jeunes,en ce qui nous concerne ici, par le sport, en leur donnant un modèle à suivre ! mais plutôt en les aidant à donner le meilleur d’eux-mêmes, en dehors de toute recherche de gloire ou d’exploit par la rivalité !
        Je souhaite avant tout la liberté de chacun et, désigner ce qui est bien, ce qui est mal, me paraît relever du formatage.
        Le coup de boule de Zidane ? Il se l’est permis parce qu’il était une idole !
        je pense que tout, pour des jeunes qui se cherchent et se construisent, est modèle, contre-modèle ; mais c’est à eux de choisir.
        L’entraîneur, le club ( et je ne dis pas ça pour vous parce que je ne sais rien de vos activités), en tout cas pour le cyclisme et le foot, cherche trop, me semble-t-il, à découvrir la perle rare, le futur « champion ».
        Et ça, oui, me paraît contre productif ! ( comme on dit si joliment aujourd’hui !)


      • Massaliote 13 août 2012 18:48

        « Le coup de boule de Zidane ? Il se l’est permis parce qu’il était une idole ! »

        PAS D’ACCORD. Il se l’est permis parce qu’il savait qu’il allait être expulsé et qu’il affaiblissait une équipe de France qu’il voulait faire perdre. Il savait que les journaleux continuerait à l’encenser et que les contrats publicitaires continueraient. ; Il est flagrant que son geste était délibéré et n’avait rien à voir avec une impulsion. Il ne s’est même pas donné la peine de jouer la comédie. On ne peut davantage mépriser les spectateurs et son équipe.


      • JP94 13 août 2012 20:52

        Je partage votre analyse .
        Exiger d’un immense champion comme JA qu’il n’abandonne pas et qu’il soit un « modèle pour les jeunes » participe de l’héroisation actuelle du champion , qui serait une sorte de surhomme apte à réaliser ce qui est interdit au commun des mortels , réduits à regarder : où est le modèle pour 99% des spectateurs ?

        De grands champions qui ont abandonné , l’histoire des JO , fertile en tragédies , en est truffée .
        Ce qui fait la grandeur des JO est justement aussi ces moments où l’athlète est vaincu par lui-même ... ou par la malchance .

        A contrario , un cycliste qui est un contre-modèle et qui souille l’histoire des JO est ce britannique qui a triché sans vergogne et qui s’en targue ...tout en conservant sa médaille d’or ! Là même le CIO ne sort pas grandi ! ...
        Un athlète qui se dope , ça bafoue l’esprit sportif ...mais abandonner dans une finale olympique où l’on a perdu toute chance et de façon certaine de réaliser son objectif , c’est un choix respectable . S’il avait estimé avoir la moindre chance , il aurait continué .
        Et au fait , on n’a pas recommencé l’épreuve pour lui ... contrairement à de vrais tricheurs .

        JA n’a pas lésiné devant les sacrifices et les efforts des années durant , pour atteindre un tel niveau . De ce point de vue c’est un modèle ...
         bien que l’idée de modèle soit discutable voire réactionnaire , effectivement  : le sport doit rester pour s’épanouir , pas pour se conformer au système .
        Mais c’est par contre le discours au foot , où la finalité n’est pas de se dépasser , mais d’empocher des millions .Un système où une poignée empoche des millions et qui fait que la pratique d’un autre sport semble une gageure ...surtout si celui-ci est amateur .


      • alinea Alinea 13 août 2012 21:04

        Alors là Massaliote, je vous fais confiance ; honnêtement mon propos était aussi bas de gamme que ma connaissance des dessous de l’histoire !
        Psychologiquement, et même si vous avez raison, cela ne me contredit pas tout à fait : du haut de ses étoiles, Zidane savait qu’il ne risquait pas grand chose.
        Alors, qu’il ait eu, sciemment, des desseins, je ne saurais le dire !


      • Fergus Fergus 13 août 2012 22:30

        Bonsoir, Massaliote.

        Concernant Zidane, je crois tout simplement qu’il avait cédé à une pulsion de voyou des terrains, comme cela lui était déjà arrivé à différentes reprises lors de sa carrière.


      • Fergus Fergus 13 août 2012 22:36

        Bonsoir, JP94.

        Demander à un champion, dès lors qu’il est en possession de ses moyens physiques, d’aller au bout de la compétition dans laquelle il est engagé est la moindre des choses et ne participe pas d’une « héroïsation » car on parle là d’un champion battu. Que diriez-vous si, dans un sport collectif, une équipe refusait de s’aligner lors du dernier match de poule au motif qu’elle n’a plus aucune chance de se qualifier ? Impensable, évidemment. Et pourtant, ce serait strictement la même démarche.


      • stanh 14 août 2012 10:22

        @bernard

        Aussi naze que ça puisse paraitre, j’aimerais avoir des détails sur cette histoire car leur attitude semble étrange . On ne sait pas ce qui s’est dit/passé hors caméra/plateau/vidéo .


      • Fergus Fergus 14 août 2012 11:08

        Bonjour, Stanh.

        Le fait est que, d’habitude, les journalistes sont d’autant mieux informés que l’un d’eux est présent sur la zone technique de ravitaillement.


      • Massaliote 14 août 2012 17:50

        Bonjour Fergus, je reprends le fil à l’instant. Non, Zidane a délibérément donné ce coup de tête et n’a pas cédé à une pulsion. On le voit s’éloigner du joueur, pas plus énervé que ça, puis, sans se presser outre mesure, donner son coup de boule juste à un endroit où son coup ne peut pas provoquer trop de dégâts. C’était vraiment « téléphoné » ; Il savait que les imbéciles continueraient à l’aduler. La ,preuve, il a eu droit juste après aux congratulations de Chirac.


      • bernard29 bernard29 13 août 2012 12:15

        en lisant les déclarations de ce sportif dans Ouest France d’aujourd’hui, je me suis fait exactement les mêmes reflexions que vous.
        Mais en suivant un peu les JO on se rend compte que nos commentateurs ( je ne dis pas les consultants) n’aiment pas le sport mais les médailles. Il semble que cette conception se propage donc à certains athlètes.


        • Fergus Fergus 13 août 2012 13:11

          Bonjour, Bernard.

          Je n’ai pas lu Ouest-France, mais je ne suis pas étonné que les déclarations d’Absalon aient pu confirmer mon opinion.

          Vous avez raison, la majorité des commentateurs et malheureusement un nombre croissant d’athlètes ne vivent plus que pour les médailles. Ce faisant, ces derniers gâchent eux-mêmes ce qui devrait être une fête : participer à des JO et aller au bout de l’effort devrait être un objectif en soit. Un objectif, même sans médaille, suffisant pour faire briller les yeux des petits-enfants à l’écoute du papy ou de la mamie racontant ses Jeux, de longues années plus tard.


        • Georges Yang 13 août 2012 13:00

          Ne vous en faites pas trop avec les commentaires La meilleure perle fut à propos de la judokate de Poto VEcchio

          Elle est très jeune, elle a vingt ans, l’année dernière, elle en avait 19 !


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 août 2012 13:11

            Elle est très jeune, elle a vingt ans, l’année dernière, elle en avait 19 !


            L’ hypothèse la plus crédible c ’est que l’ année prochaine elle aura gaillardement 
            franchi le seuil de la vingtaine . 

            Sans dec .

          • Fergus Fergus 13 août 2012 13:25

            Bonjour,Capitaine.

            Belle lucidité !


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 13 août 2012 13:41

            Bonjour Fergus , 


            Faut dire que j’ ai été formé à bonne école , ce sens de la déduction vient 
            d’ un stage en Angleterre auprès d’ un célèbre détective du nom de Sherlock 
             Holmes et de son acolyte le docteur Watson . 

            Tous les jours ils me posaient la même question :

            Pouvez vous dire ’’ quelle est la longueur d’ une planche repeinte en rouge
             de 2 mètres ?

            Tous les jours je répondais du tac au tac : 2 mètres , 

            au bout de trois semaines quand j’ ai vu qu’ ils insistaient pour avoir une 
             réponse plus favorable à leurs espoirs je me suis laissé aller à dire 

            quelle est la longueur d’ une planche repeinte en rouge de 2 mètres .

            Watson s’ écria : élémentaire mon cher Haddock !

            Cordialement Fergus .

          • stanh 14 août 2012 10:26
            L’ hypothèse la plus crédible c ’est que l’ année prochaine elle aura gaillardement 
            franchi le seuil de la vingtaine .

            Faites attention, vous allez trop loin ! Nostradamus va.


          • Georges Yang 13 août 2012 13:02

            Et puis, il y a eu le Sudafricain Coolboy terrassé dans le marathon... par un coup de chaleur


            • Lamouet 13 août 2012 13:21

              Il portait donc bien mal son nom...

              Quoi d’autre encore ?


            • Fergus Fergus 13 août 2012 13:22

              Bonjour, Georges.

              Par chance il n’est pas « mort sans connaissance » comme il est dit dans « La complainte de Jean Quemeneur », grand classique de la chanson brestoise.


            • ZEN ZEN 13 août 2012 13:46

              Mon cher Fergus

              Pour une fois, je ne serai pas d’accord avec toi
              Je connais personnellement Julien Absalon, originaire de mon petit village natal vosgien, Juju pour les gens de mon coin.
              Il n’a absolument pas démérité.
              Il connaissait le parcours, extrêmement difficile et sélectif, et savait que sa malchance était un handicap majeur. Ce n’est pas une course classique, on l’on peut toujours remonter, où le directeur de course est là pour vous tendre un vélo de rechange dans la seconde...
              Mais, évidemment, je ne suis pas objectif... smiley


              • brieli67 13 août 2012 13:52

                je ne savions pas les vôôôôsgiens si fût fût que ça ( a l’exception de l’ex-pat Zen , bien sûr)


                voilà 

                il a gagné avant d’enfourcher sa bécane.

              • Fergus Fergus 13 août 2012 14:04

                Bonjour, Zen.

                Je connais suffisamment le vélo pour avoir pleinement conscience qu’après son incident mécanique, la probabilité pour Absalon de revenir dans la course pour les médailles était à peu près inexistante, eu égard à la qualité des hommes partis en tête. Je l’ai d’ailleurs écrit dans l’article.

                Mais, en 1 heure 1/4, Absalon avait largement le temps et le potentiel pour revenir se placer dans les 8, voire les 6 premiers, et il en avait sans doute pleinement conscience. Cela ne suffisait toutefois pas à ses yeux car il était manifestement obnubilé par une médaille.

                Ce faisant, comme je l’ai écrit précédemment, il n’a respecté personne en abandonnant, contrairement à Yohan Diniz qui, sur 50 km marche, épreuve exténuante s’il en est, est allé au bout de la souffrance pour décrocher une modeste 8e place alors qu’il visait l’or olympique et faisait partie des grands favoris. Bravo, M. Diniz !


              • Fergus Fergus 13 août 2012 14:11

                Bonjour, Brieli.

                Peut-être Absalon veut-il se mettre au Fendant et prendre des cours d’Alpenhorn...


              • brieli67 13 août 2012 14:23

                quitter l’épinette des Vôôges, comment donc !

                alors que leur Bête et leurs vins (laxatifs) sont si stimulants, tout sport con-fendu

                Le Lorrain et son bas de laine, une histoire sans faim.

              • kalagan75 13 août 2012 14:08

                qui es-tu pour te permettre de lyncher en place publique un de nos plus grands sportifs ?


                Lorsque stéphane tempier est revenu sur julien Absalon qui roulait avec sa roue à plat , il lui a proposé de lui échanger sa roue arrière : absalon a refusé pour que tempier puisse défendre ses propres chances . Cette anecdote, dont tu n’as pas connaissance , pourrait te faire réfléchir .
                Avec 55" de retard dans une course aussi rapide , où les meilleurs sont à bloc pendant 1H30, la partie est perdue .
                Absalon, que la plupart des lecteurs de ce site ont découvert hier, a passé 4 années à se préparer pour cette course, et pour la gagner . Quel intérêt pour un champion qui a tout gagné de terminer 10° ? pour lui aucun .

                Pour te permettre de détruire la réputation de ce champion hors norme , il faudrait au moins que ta propre vie soit une réussite et non minable




                • Fergus Fergus 13 août 2012 14:20

                  Bonjour, Kalagan.

                  Merci pour ce commentaire enflammé. Jamais je n’ai critiqué en quoi que ce soit la carrière d’Absalon, jusque là exemplaire, et il ne s’agit pas de le « lyncher », simplement de dire, et je le maintiens ici, qu’en la circonstance il a bafoué l’esprit sportif, bafoué l’esprit olympique. Contrairement à Cazé, que je cite dans l’article. Contrairement à Diniz, que je viens de citer dans un commentaire et qui, après des années de préparation lui aussi et l’or pour objectif lui aussi, est allé à l’extrême limite de ses possibilités pour une place de 8e.

                  Le problème lorsque l’on a des sportifs pour idoles, comme cela semble être votre cas, c’est que l’on admet très difficilement la critique, aussi fondée soit-elle. J’aime le sport et les sportifs, et c’est pourquoi j’ai été éducateur durant des années. Mais ne ne perdant jamais l’esprit du sport sans lequel les victoires ne sont plus rien que des démonstrations de force dénuées de toute valeur morale.


                • kalagan75 13 août 2012 14:31

                  les écrits restent et je n’ai plus l’âge d’avoir des idoles . 
                  Par contre, écrire une telle critique sans même connaitre l’homme et les diverses circonstances de course, manque de recul et de rigueur de la part d’un éducateur sportif .



                • Fergus Fergus 13 août 2012 16:28

                  @ Kalagan.

                  Je connais les circonstances de la course, y compris la proposition de Tempier qu’Absalon a logiquement refusé (le contraire eût été très choquant dans un contexte olympique). En revanche, je ne connais effectivement pas personnellement l’homme, mais cela ne change rien à mon propos. Qui connaît personnellement les hommes politiques, les patrons, es artistes qu’il (ou elle) critique ? Ces critiques sont émises par rapport à des valeurs auxquelles on croit, et non en fonction du degré de sympathie que tel ou tel personnage peut inspirer dans la sphère privée.

                  Il en va de même pour Absalon.


                • mortelune mortelune 13 août 2012 14:17

                  Très bon article et je ne comprend pas, pourquoi et par qui, il est moinsé. Un sportif ne pratique que par plaisir de l’effort et de la victoire quand c’est possible. Pour goutter le bonheur de la victoire ne faut-il pas apprécier l’effort même lorsqu’il est ’gratuit’ ?

                  A part ça évidemment on peut admettre que Absalon ait pété les plombs à cause d’une trop grande déception. Errare humanum es !
                  nota : moi je vous ’plus’

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès