Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Aiki Do : Une potion magique originelle et… originale

Aiki Do : Une potion magique originelle et… originale

Qu’il y a-t-il de plus difficile que voir l'évidence ? La comprendre. Pourtant, il n'y a rien de plus simple que l'évidence. La voie proposée aux origines par l’Aikido est l'évidence même.

Devant les témoignages d'archives sur l'enseignement de son fondateur, Morihei Ueshiba, quel que soit celui qui les parcoure, l'impression qui s'impose est le naturel. Tout semble facile. La technique s'efface. La chute ne semble même pas en être une. Uniquement la seule réponse possible à l'événement.

Nous sommes loin, alors, du « spectacle » offert depuis par des élèves formatés par leurs enseignants pour mettre tout ce beau monde en valeur et, accessoirement, assurer la pérennité de la ressource. Un peu comme sur les affiches d'un cirque, auxquelles il ne manquerait que les cercles de feu propices au saut du tigre et aux cris de la foule.

Tout semble facile pour une raison simple, là encore. Mus par le « Do », pénétrés par la voie, les élèves directs de Morihei Ueshiba ne sont pas dans « l'imaginaire », le pré supposé de la technique.

Seul le sens premier de l'échange conduit le débat. La spontanéité. En aucun cas le moyen de briller au yeux d'autrui, du parterre.

Et pour cause, personne à l'époque n'enseigne réellement, il faut dire qu'apprendre demande tellement de temps. Tandis qu'à l'avenir il y aura bientôt plus de « professeurs » que d'élèves. Ce qui en dit long sur la qualité de la transmission...

Près du fondateur, le sens prédomine. Un sens qui, en permanence, fait s'interroger le disciple grâce à une question toute simple, là aussi : A quoi sert ce que je fais ?

En détaillant : Fais-je ceci, ou cela, pour plaire à untel ou à « ceux-ci » ou bien parce que cela est le moyen d'aborder le combat ou, mieux, le non-combat ? Ma compréhension mécanique est-elle éprouvée ou hasardeuse ? Dans l'équation que je me propose de résoudre, les paramètres sont-ils corrects et/ou énoncés dans l'ordre ?

ORIGINEL

Autant de questionnements incroyablement résolus par l'Aïkido originel. Tellement originel, d'ailleurs, qu'il ne s'appelle pas encore ainsi...

Face au fondateur, assez peu encombré par un foisonnement de propositions gestuelles - épuisant et déviant - l'étudiant doit, a contrario, saisir par ses propres moyens ce qui est curieusement devenu ensuite indigne, presque infamant : la spiritualité de la Voie.

Ce qui requiert, il est vrai, des prédispositions. Pour le vide, notamment. Pour l'Universalité, également. Et sa globalité aussi. Ce qui est providentiel quand on y songe...

Certes, l'étudiant est alors poussé, par la « force » des choses, à décrypter la parole du fondateur ancrée dans le mysticisme. A méditer. Quelle horreur !

En embrassant d'un seul coup l'art de vie que proposent les arts martiaux, Morihei Ueshiba répond à une très large série de questions. Sur l'Homme. Comme tous les grands penseurs qui ont participé à la construction de celui-ci.

La "Voie", nous le ressentons, permet de résoudre non seulement les problèmes rencontrés sur le tatami, ce qui serait réducteur, mais également l'énigme du rapport à l'autre et à nous même.

De nous affranchir des gesticulations de l'Ego.

Au plan « martial », plus besoin de nous perdre dans une quête aussi absurde que kaléidoscopique de « l'efficacité ». Plus besoin de nous interroger, sans objet, sur la hiérarchie des méthodes de « combats » : boxes, judo, luttes et on en passe.

Dans son grand chaudron universel, le fondateur a mêlé tous ces ingrédients, mixé les goûts et finalement concocté une potion magique qui guérit tous les maux. Il serait judicieux de (re) tomber dedans. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 9 février 2013 09:54

    « plus besoin de nous perdre dans une quête aussi absurde que kaléidoscopique de « l’efficacité ». »
    C’est là la grande erreur !
    un budo est une voie de construction de l’être ! vouloir atteindre le sommet sans passer par les premières étapes est aussi absurde qu’espérer devenir alpiniste en se faisant poser en hélicoptère au sommet du mont blanc ......
    la recherche de l’ efficacité n’est pas une finalité mais un moyen ........

    sinon il y a d’autres méthodes pour ceux qui ne veulent pas en passer par là :
    la calligraphie et l’ ikébana par exemple sont aussi des do mais même là il faudra commencer par apprendre a tenir son pinceau


    • Detoxinfo.fr Detoxinfo.fr 9 février 2013 10:22

      Sans oublier la cérémonie du thé. Et que les Maiko et autres Geisha sont de redoutables pratiquants avec leurs épingles à cheveux...


      • leypanou 9 février 2013 15:23

        @auteur :

        « les élèves directs de Morihei Ueshiba ne sont pas dans « l’imaginaire » » : il ne doit plus en rester beaucoup d’élèves directs maintenant.

        Quand vous écrivez : « plus besoin de nous perdre dans une quête aussi absurde que kaléidoscopique de « l’efficacité » », pourquoi absurde ? C’est aussi absurde que de rechercher la paix alors qu’on voit la guerre partout. Un pratiquant débutant ne cherchera certainement pas la voie tout de suite et s’astreindre à des heures et des heures d’entraînement pour participer à un genre de danse plus ou moins belle avec un kimono et un hakama. Il est certain que quelques styles d’Aïkido vont dans ce sens et cela a d’ailleurs causé du tort, à mon avis, à l’Aïkido en général (c’est en tout cas ce que pensait feu Me Tadashi Abe).

        Même les élèves directs d’O Sensei enseignent ce qu’ils ont retenu de son enseignement et les pratiquants du style Aïkikaï (du Hombu Dojo) sont mal placés pour dire qu’ils sont les seuls qui transmettent l’enseignement d’O Sensei.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès