Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Boris Diaw récompensé pour sa progression (NBA)

Boris Diaw récompensé pour sa progression (NBA)

Boris Diaw vient de gagner son premier titre dans l’univers de la NBA. Non pas un titre de champion, car la saison n’est pas terminée, mais un titre de MIP. Le Most Improved Player, joueur qui a le plus progressé au cours de la saison. Il est ainsi le premier Français, et l’un des rares étrangers puisque seulement le huitième, à décrocher une récompense individuelle dans la Ligue.

Moins médiatique que Parker, plus discret dans ses déclarations qu’un Pietrus, Boris Diaw vient pourtant de gagner un trophée dont personne ne conteste la légitimité, tant sa progression fut éblouissante cette saison. Pour résumer ce qu’est devenu Boris Diaw il suffit de citer son nombre de triples doubles cette saison : 4, dont deux consécutifs. Cela peut paraître peu pour un public non averti, mais il est le troisième joueur de la Ligue dans ce domaine, derrière les intouchables Lebron James et Jason Kidd avec respectivement 7 et 8 triples doubles. Ce qui lui vaut désormais le surnom de 3D, l’homme aux trois dimensions, qui marque, passe et prend des rebonds avec la même facilité. Ses statistiques sont, elles aussi, impressionnantes. Lors de sa dernière saison à Atlanta, il jouait en moyenne 12 minutes pour 4,4 points à 43% de réussite, 3,6 rebonds et 2,4 passes. Avec Phoenix c’est l’explosion, en 35 minutes il marque 13,3 points à 52% de réussite (huitième meilleur pourcentage de la Ligue), avec 6,9 rebonds, 6,2 passes et 1 contre. Là encore dans toute la ligue seuls Lebron James et Jason Kidd rivalisent (avec un Dwayne Wade très proche) et dépassent les 10 points, 6 passes et 6 rebonds. On notera également 18 doubles doubles, un record de 31 points en décembre et de 16 passes décisives contre Golden State en avril. Les journalistes ont donc plébiscité Boris pour ce titre, il a reçu 489 points contre seulement 283 à son dauphin David West, et 65 points pour le troisième Nenad Krstic. Sur les 124 membres, 80 ont élu Boris Diaw à la première place, 22 ont voté pour David West.

Aux Etats-Unis, dans un pays où l’entreprise (au sens large), le leadership et le travail sont des valeurs fondamentales, ce titre porte en lui une grande valeur. Il récompense un joueur non seulement pour une progression statistique, mais également pour son implication, ses efforts, son apport à un collectif. Il a beaucoup travaillé son shoot en compagnie de l’assistant coach Phil Weber, ce qui a fini par payer. Il prend plus de responsabilités dans le jeu, et s’impose au rebond comme en défense. Il ne lui manque plus qu’à trouver de la régularité à trois points.

Lorsqu’il jouait à Atlanta, Boris Diaw était l’un des rares joueurs à saluer les journalistes locaux après chaque entraînement. Sa disponibilité et sa gentillesse ont été rapidement appréciées, mais semblaient être un frein à son épanouissement sur le terrain. Trop tendre, trop altruiste, disait-on. Il faut prendre des responsabilités, savoir prendre les tirs ouverts, savoir se comporter en leader dans l’univers de la NBA. Boris Diaw fait tout cela désormais, c’est sans aucun doute ce qui lui a valu ce titre. Il a su se faire violence, dans son jeu et dans son comportement. L’un étant à la fois la cause et la conséquence de l’autre. Oser prendre des tirs ouverts lui donne confiance, et inversement la confiance qu’il se donne lui permet d’oser prendre des tirs ouverts. Sans oublier son agressivité, en défense et au rebond.

Désormais, Boris Diaw s’est fait un nom. Lui qui vit dans l’ombre permanente de Parker a su élever son niveau de jeu pour s’affirmer comme un joueur assez unique, qui aura évolué cette saison aux cinq postes sur le terrain ! Rigaudeau devait être le Pippen français lors de son passage à Dallas, mais il a échoué. Mike Piétrus s’autoproclamait « Jordan européen » avant d’être drafté, sans arriver pour le moment à la cheville de His Airness bien sûr. Boris Diaw ne fait « que » du Diaw, mais il le fait diablement bien. Comme ses partenaires des Suns, il rend le basket flamboyant et spectaculaire, capable de tenir éveillées toute une nuit des générations entières pour assister aux prouesses aériennes de ces extraterrestres de la NBA, aux alley oops lancés par Diaw à un Shaw the Matrix Marion qui défie la 3D pour chercher une quatrième dimension insoupçonnée et ensorcelante.

Boris a sans doute hérité des qualités de sa mére, Elisabeth Riffiod, qui fut une très grande joueuse de basket en France, au poste de pivot. Son père, plutôt porté sur le saut en hauteur, aura peut-être transmis ses qualités athlétiques. Pour le reste, Boris a bénéficié d’une formation à l’INSEP avant de rejoindre Pau, où il s’est forgé un solide palmarés : champion de France 2001 et 2003, vainqueur de la Coupe de France en 2002 et 2003, du trophée des As en 2003, et du concours de dunk au all-star game français 2003. Sans oublier de nombreux matchs d’Euroligue, et un titre de champion d’Europe juniors en 2000 avec la génération Parker et Piétrus. A l’été 2005, avant de partir aux Suns, Boris Diaw avait déjà amorcé sa métamorphose au cours d’un championnat d’Europe de basket où la France décrocha une belle médaille de bronze. Il finit à la fois meilleur marqueur (13,7 points de moyenne) et passeur (3,4 passes) de l’équipe de France, et fut élu dans le cinq majeur du tournoi. Son transfert aux Suns lui a permis de trouver une équipe au collectif fort, avec des joueurs généreux, altruistes et talentueux qui forment la meilleure attaque de la saison. Avec un entraîneur passé en Europe, qui donne sa chance à chaque joueur, et privilégie un jeu de passes de qualité que Boris Diaw adore et maîtrise à merveille, sous les conseils de Steve Nash, meilleur joueur NBA 2005.

Pendant que Parker déchaîne les médias, la fraîcheur de Diaw n’en est que plus agréable. Son jeu nous émerveille, sa discrétion médiatique nous apaise. Il se concentre sur le parquet, et ne se prend ni pour une star ni pour un pseudo-rappeur, et nous l’en remercions. Nous le remercions d’être un basketteur d’exception, et un homme d’une grande humilité, c’est déjà bien assez pour nous faire rêver.


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Bob (---.---.247.38) 3 mai 2006 22:15

    Bravo Diaw c’est totalement mérité,un très grand joueur qui sait rester simple ca mérite vraiment le respect

    La france va quand même avoir une jolie équipe aux mondiaux avec en plus l’emergence de Petro, auteur lui aussi d’une saison etonnament bonne

    D’ailleurs si vous aimez Seattle, un ptit tour sur mon blog :)


    • cupiflo (---.---.158.186) 3 mai 2006 23:41

      Ouais pour l’équipe de France ca va être du beau et on va pouvoir rivaliser avec les américains qui sont souvent démotivé dans les compétitions :
      - Parker
      - Diaw
      - Turiaf
      - Pietrus brothers
      - et Noah qui est très prometteur.

      HS : Et dans la rubrique basket je tiens à signaler la montée de Besançon en Pro A, officiel ce soir même (j’étais au match) !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès