Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Ce sera Paris et les autres...

Ce sera Paris et les autres...

Présentation de la saison de Ligue 1 à venir...

Sans grande surprise, le mercato estival a accentué une tendance attendue : le PSG a bel et bien pris une nouvelle ampleur depuis l’arrivée à sa tête il y a un peu plus d’un an de Qatar Sports Investments, fonds d’investissement souverain. A l’aube de démarrer cette nouvelle saison de L1, le club de la capitale semble, de ce fait, bien mieux armé que ses concurrents. Les arrivées successives de Lavezzi, Verratti, Thiago Silva mais surtout Ibrahimovic viennent consolider un effectif déjà détenteur de la razzia faite par Leonardo l’année passée en Série A. Certes, les dépenses sont moins élevées que celles de la saison dernière, tout comme l’agitation dans les médias autour du PSG. Il n’empêche qu’avec un nouveau défenseur central de niveau international et un buteur faisant partie des meilleurs du monde à son poste, le PSG a finalisé un effectif de qualité qui, sur le papier, pourrait lui permettre de remporter le championnat en souplesse. Toujours sur le papier, au niveau de la qualité aussi bien que de la quantité, Paris est au-dessus des autres. Reste à trouver le collectif. Ce sera sans doute la tâche la plus compliquée pour le grand entraîneur italien Carlo Ancelotti. Avec des individualités aux égos surdimentionnés telles que Menez, Nene et maintenant Ibrahimovic, l’autre gros souci pour le tacticien italien sera la gestion du vestiaire. Un domaine qui, vraisemblablement, ne pose d’habitude aucun problème à un coach au palmarès bien fourni. L’agitation dans les médias évoquée un peu plus haut autour du PSG devrait, à ce titre, vite se faire voir. "L’affaire" autour du Brésilien Nêne, milieu offensif gauche qui pourrait perdre du temps de jeu cette saison après l’arrivée à son poste de Lavezzi, en atteste. Mais attention ! Il faudra attendre au moins la trêve de décembre, si ce n’est février/mars, période à laquelle la saison commence réellement pour tous les grands clubs d’Europe, pour tirer les premères conclusions. D’après Gérard Houiller, ex-coach de l’OL et de Liverpool, le PSG pourrait "plier" le championnat dès le mois de mars. Alors que la saison n’a même pas encore commencé, difficile d’être aussi catégorique que celui qui a pourtant été l’entraîneur du premier titre de champion de France du PSG. Néanmoins, avec son budget sans limite bien supérieur à ses adversaires, son équipe-type composée de stars - à commencer par Ibrahimovic qui sera certainement la nouvelle attraction du championnat cette année -, son banc fourni et la haine bien connu en France de la province contre la capitale, le PSG est, plus que jamais, l’équipe à battre cette année, tant sa supériorité dans tous les domaines n’a cessé de croître. A ce titre, notons que cette fois tous les observateurs de football sont unanimes pour prétendre que le PSG sera champion alors que l’année passée, beaucoup plus étaient réservés quant aux effets de tout cet argent dépensé. Ils avaient d’ailleurs eu raison puisque, certes solide 2eme au niveau comptable, Paris avait laissé échapper le titre au dépend de la modeste équipe de Montpellier.

L’autre défi pour Paris cette saison sera la Ligue des Champions, une compétition qu’il n’a plus vue depuis la saison 2004/2005, année qui a vu le sacre de Liverpool. Si le PSG peut bien entendu prétendre à la victoire finale en L1, ce ne sera, à mes yeux, certainement pas le cas en Europe. Le Chelsea du milliardaire russe Roman Abramovic a mis 10 ans à dépenser des millions et des millions avant de remporter la coupe aux grandes oreilles. Depuis 4 ans, de l’argent jaillit de puits sans fond à Manchester City. Pourtant, pour sa première participation à la compétition sous l’ère "Emirat", le club anglais n’a même réussi à passer les poules. Ces deux exemples me paraissent suffissants. Rajoutons tout de même que Paris ne sera que dans le chapeau 3 ou 4 lors du tirage au sort, et qu’il pourrait par conséquent potentiellement se retrouver dans un groupe avec deux équipes plus fortes, en tout cas plus expérimentées que lui. Je me rangerai donc derrière les propos du coach croate Slaven Bilic : " Le PSG sera un candidat crédible à un succès en Ligue des Champions… D’ici à quatre ou cinq ans." On le sait bien, en France, on a la fâcheuse habitude de privilégier de façon presque aveugle la L1 par rapport à l’Europe. En sera-t-il ainsi cette année avec le PSG ? En tout cas, chez les joueurs, on ne cache pas ses prétentions ; Pastore a ainsi déclaré dans les colonnes de l’Equipe : "On peut gagner les trois titres : le Championnat et les deux Coupes." Beau challenge...

Derrière le PSG, Lille est l’équipe qui semble être la mieux armée dans le championnat. La dynamique du club, son entrée dans son nouveau grand stade, un mercato parfaitement géré, une gestion modèle par un président Seydou intelligent et un entraîneur Garcia ambitieux : tous les indicateurs sont au vert chez le LOSC. Arrivé à la 3eme place lors de la dernière édition, sans se cacher, Lille a pour objectif de faire au moins aussi bien. Au cours de la saison, l’appétit des Dogues pourrait même s’accroître. Jusqu’à penser à rééditer l’exploit de la saison 2010/2011 (un doublé Coupe/championnat) ? Avant de penser au titre, c’est surtout une nouvelle place en Ligue des Champions qui paraît vitale avec l’arrivée dans le grand stade. On espère, à ce titre, que Lille offrira un meilleur visage dans cette compétition cette année, afin de faire oublier l’image timide, presque peureuse qu’il avait montré la saison passée, terminant bon dernier d’un groupe tout à fait abordable. Après avoir vendu sa jeune star belge Eden Hazard à Chelsea pour la somme record de 40 millions d’euros, Lille s’est offert en échange les services du milieu offensif Marvin Martin, meilleur passeur du championnat lors de la saison 2010/2011, et de Salomon Kalou, récent vainqueur de la Ligue des Champions avec Chelsea. En deux ans, Lille aura donc perdu 4 joueurs importants dans la conquête de son titre, Sow, Cabaye, Gervinho et Hazard, et il pourrait même laisser filer Debuchy ou Chedjou d’ici la fin du mercato. Cependant, sans paniquer, les deux "boss" Seydou et Garcia ont dû réfléchir à chaque situation et, sachant que ces départs étaient prévisibles, ils ont toujours su innover pour rester compétitif. Pour un club, cette capacité à savoir de renouveler est une force et elle fait bien de Lille le 2eme larron de notre Ligue 1 édition 2012/2013.

Le champion de France en titre Montpellier bataillera-t-il lui aussi dans le haut ? Certes, l’effectif n’a pas beaucoup changé en comparaison à la saison dernière mais trop de questions restent en suspens pour pouvoir répondre à cette interrogation. Seule l’évolution de la saison permettra d’éclaircir cette demande. On le voit depuis 3 ans, conserver un titre en L1 n’est pas une mince affaire. Bordeaux, Marseille puis Lille sont passés par là. Tous trois pourront témoigner d’une pression supplémentaire due à l’attente du champion en titre. Montpellier a conservé un effectif en progression constante, mais l’absence de Giroud, meilleur buteur et véritable homme fort la saison passée, se fera-elle sentir ? Comment cette petite équipe de Montpellier va-t-elle négocier son entrée dans la cour des grands en Ligue des Champions ? Pour une équipe sans grandes ressources, la Ligue des Champions peut finalement s’avérer dangeureuse. Auxerre peut en témoigner. Et enfin, le jeune espoir Yanga M’biya partira-t-il à Milan avant la fin du mercato ? Ou en janvier ? S’il ne part pas, aura-t-il la tête ailleurs qu’à Montpellier pendant la saison ? Même question pour le jeune Marocain Younès Belhanda, meneur de jeu élu meilleur espoir de L1 l’année dernière. Derrière ces nombreuses énigmes, perdurent néanmoins des signes encourageant. Le premier est Chilien. Il s’appelle Herrera, et a laissé entrevoir de belles promesses lors des matchs de préparation et notamment lors du Trophée des Champions contre Lyon. Avec lui, Montpellier pourrait avoir réalisé une bien belle affaire. Autre satisfaction, ou du moins signe de satisfaction, le discours récent très juste de l’entraîneur René Girard et son obcession du caractère et de la détermination, deux valeurs qui ont fait partie des qualités de l’équipe championne de France la saison passée.

En cette période de Jeux Olympiques, il y a deux Olympiques qu’on aurait, semble-t-il, tendance à oublier, et la discrétion est un costume qu’ils vont peut-être prendre l’habitude d’endosser. Je veux bien sûr parler de l’OM et de l’OL, deux équipes qui vont débuter la saison avec des ambitions mesurées. Parce qu’il faut bien un "top five" dans un championnat, j’ai choisi de compléter le mien avec les deux meilleures équipes des années 2000 en L1. Pourtant, cela fait déjà une saison qu’ils sont en retrait et ce syndrome n’est pas prêt de s’arrêter. A l’OM tout d’abord, inutile de présenter la situation. Pour schématiser, Marseille est soumis à une sévère cure d’austérité. Son président qui paraissait si frais il y a un an, semble avoir pris d’un seul coup une dizaine d’année. Après une saison délicate ponctuée par une très décevante 10eme place, loin des objectifs initiales, l’OM est désormais confronté à un dégraissage obligatoire. Les deux stars, Rémy et Ayew, sont-ils convoités ailleurs ? Reste que pour l’instant ils sont encore là, mais pour combien de temps ? Et surtout, veulent-ils s’en aller ? M’Bia, Diarra et surtout Azpilicueta sont les autres joueurs sur le départ en cas d’offre décente. Qui resterait-il dans ce grand bazar ? Valbuena, en n°10 et leader de jeu, et Gignac, en n°9 et leader d’attaque, sont les deux symboles d’une équipe dont les objectifs sont très clairement revus à la baisse. C’est un peu comme si l’OM passait du Cristal Room Baccarat dans le 16eme au Quick d’un centre commercial à 10km de la ville. Dans le même esprit, on pourrait ajouter Raspentino, seul recrue de Marseille cet été. Un joueur de Ligue 2 présenté comme le nouvelle homme fort, voilà la piètre situation dans laquelle est tombé l’OM. Dans ce marasme général, comment ne pas évoquer le coach ? Elie Baup, cet entraîneur vide, sans projet, sans idées, sans créativité. Très vite, les supporters marseillais regretteront sans soute d’avoir critiqué Didier Deschamps. Un goufre sépare le nouvel et l’ancien entraîneur au niveau de la connaissance du football. Ce choix de coach est pour le moins surprenant. Je m’attendais et j’aurais préféré voir arriver un souffle nouveau, un entraîneur jeune et inspiré tels que Brouard, finaliste de la dernière Coupe de France avec les amateurs de Quevilly, ou encore Ravanelli, aimé de tous les Marseillais. Mais José Anigo en a décidé autrement. Au moins avec Elie Baup (bientôt rebaptisé Elie Beauf ou Elie Bof), il n’y aura plus de problèmes en interne. Et encore, on est pas au bout de nos surprises...

Reste donc l’OL, lui aussi dans une situation qui le contraint à se séparer de certains de ses éléments, sans pouvoir les remplacer. En football comme dans d’autres domaines, l’économie réelle n’existe pas. Et Lyon est l’équipe en France la plus apte à prouver cette phrase. Sur ces dernières années, les sommes onéreuses et indécentes pour recruter des joueurs quelconques ont fusé. Kader Keita et Aly Cissokho recrutés pour 15 millions ou encore Gourcuff acheté à la somme record de 24 millions sont des exemples parmi d’autres des flops de recrutement. Lyon paye aujourd’hui ces échecs monumentaux, au même titre que l’OM (j’ai à ce propos oublié d’évoquer les 16 millions dépensés par Marseille pour Gignac, comble du flop). Mais à la différence de l’OM, l’OL possède un centre de formation de qualité. Les jeunes joueurs prometteurs tels que Grenier, Gonallons, Umtiti ou encore Lacazette en attestent. Sous la houlette du leader incontesté Lisandro, eux seuls pourront donc maintenir Lyon à un niveau décent jusqu’à son entrée en 2015 dans le Stade des Lumières, époque à laquelle l’OL changera de dimension. En attendant, on cherche à vendre, inexorablement. En effet, la valeur marchande des joueurs dont l’OL veut se séparer a totalement baissé. Cissokho se retrouve presque invendable. Les gros salaires de Bastos, Kallstrom et Cris gênent le club mais les offres et surtout les sommes espérées ne sont pas grandioses, loin de là. Quant à Lloris, le soi-disant meilleur gardien du monde d’après de nombreux observateurs français, il n’a toujours pas eu d’offre de l’étranger ! Soucieux de l’image renvoyée par son club, le président Aulas poursuit son cirque en disant ensuite qu’il est fier de conserver son gardien alors qu’il n’attendait qu’une seule chose : le vendre ! Pour en revenir à un aspect plus sportif, faisons confiance à Rémi Garde, coach ambitieux qui, lui, au moins, inscrit son club dans un projet global. En dépit de leurs budget qui restent élevés, l’OM et l’OL vont donc démarrer la saison dans des situations peu reluisantes. Si le podium est difficile à envisager pour nos deux Olympiques, une qualification en Ligue des Champions reste tout de même vitale. Les deux présidents respectifs l’ont rappelé : un an sans Ligue des Champions, pas plus. Cette Ligue 1 nous promet donc à nouveau sa tradionnelle dose d’innatendu, de suspense. Ca commence le 10 août et ça se termine le 26 mai. Ce sera une course en montée qui à la fin risque de s’avérer cruelle. Ce sera l’argent contre la passion. Ce sera la capitale contre la province. Ce sera Paris contre les autres...


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • bender bender 9 août 2012 10:41

    De quoi renforcer l’esprit anti parisien de certains ^^


    En tout cas, ca fait plaisir de voir que la ligue 1 va pouvoir commencer à lutter à armes égales avec les grands clubs européens.
    Vivement l’année prochaine avec la montée de Monaco.

    • Txotxock Txotxock 9 août 2012 11:21

      Ça nous coûte combien ces conneires ?


      • francesca2 francesca2 9 août 2012 12:24

        Vous vouliez sans doute dire : ça rapporte combien ce sport de haut niveau ? 


      • King Al Batar King Al Batar 9 août 2012 13:29

        euh, si je ne me trompe pas les investisseurts sont Qataris... Donc ca ne nous coute rien.
        Le joueur le mieux payés (12 millions annuels) va raporte 48 millions d’euros à lui tout seul, dans les caisses de l’état...
        De quoi vous plaignez vous ????


      • arobase 9 août 2012 18:55

        ça nous côute chaque fois qu’on fait un plein d’essence.


      • francesca2 francesca2 9 août 2012 22:51

        Surtout que c’est du gaz qu’ils vendent...

        toujours aussi percutant cet arobase

      • stanh 10 août 2012 12:54

        @francesca :
        Ca ne rapporte rien au contribuable. Au contraire, cela nous coûte. C’est aux amis grands industriels/financiers de nos « élites » (pour eux les bakchich ) que ça rapporte .

        Et pour quoi faire ? quel but servent les sportifs qui légitime les milliards et la gloire ?
        Qu’est ce que ça apporte à notre société ?
        Du divertissement ?
        Su-per.


      • King Al Batar King Al Batar 10 août 2012 14:22

        J’aimerais que vous m’expliquiez d’ou ca ne nous rapporte rien...
        Les dirigeants ont justement garanti un salaire net en lui disant qu’il prenait en charge la fiscalité francaise, qui était un des points de la négociation.
        Pour l’instant avec la fiscalité actuelle, c’est estimé à 48 millions. Si la loi au dessus du million d’euros passe, on sera à 72 millions dEuros.
        On devrait leur dire merci. Des millionaires comme ca, j’en veux bien tous les jours en France. Je suis sur qu’il paye bien plus que bethencourt, et meme des sociétés comme total et j’en passe.
        Mais bien sur quand un « manuel » gagne autant ca fait chier les élites, qui ne penses qu’a les critiquer dans la presse. Dans notre pays nous avons de nombreux millionnaires. Posez vous la question de pourquoi est ce qu’il n’y a que les footballeurs dont on connait le salaire ?


      • LE CHAT LE CHAT 9 août 2012 11:49

        Mais à la différence de l’OM, l’OL possède un centre de formation de qualité

        pour info , les 14 candidats au bac du centre de formation de l’OM se sont tous vautrés lamentablement , avec 0% de réussite , c’est ce que se fait de pire en France  smiley


        • Lamouet 9 août 2012 15:39

          @LE CHAT« 
          pour info , les 14 candidats au bac du centre de formation de l’OM se sont tous vautrés lamentablement , avec 0% de réussite , c’est ce que se fait de pire en France

          Là désolé, j’y crois pas ! Le taux de réussite national varie, selon les types de Bac, de 82 à 86 %. Alors 14 candidats sportifs qui se plantent tous !??!! 

           »Un esprit sain dans un corps sain". Montaigne, ils doivent forcément pas connaître.

           smiley  smiley  smiley


          • LE CHAT LE CHAT 9 août 2012 15:58

            rectificatif , tu as raison , 2 l’on décroché au repêchage ! les seuls avec quelques neurones ?
            ça fait du 14% de réussite ! smiley


          • stanh 9 août 2012 16:43

            Ca shlingue le foot. Des demeurés dopés qui auront un cancer des testicouilles à 50 ans , subventionnés par des tyrans arabes ...

            Ne les encouragez pas à ruiner leur vie , faites preuve d’humanisme.
            Ces jeunes doivent aller à l’école ne serait-ce que pour apprendre à dire au moins une phrase sans « heeeeeeuuuuuuuuuuuuu » tous les 3 mots..


            • arobase 9 août 2012 18:54

              « ce sera paris et les autres. »


              il valait mieux dire « ce sera le Qatar et les autres ».

              pour le moment, ce sont les consommateurs d’essence qui payent les milliards des joueurs.quand la sueur des travailleurs des entreprises multinationales prendra le relais, demain en ligue 1 on aura aussi sanofi contre nestlé, ford contre bisquits Lu .................
               
              c’est pas demain que j’irai au stade.

              • A. Nonyme A. Nonyme 9 août 2012 23:34

                Le pognon du Qatar où une énième version de l’argent n’a pas d’odeur...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès