Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > De l’ovalité du cercle vicieux

De l’ovalité du cercle vicieux

La Rose a perdu ses épines

JPEG

Les arrogants arrosés …

Le sport n'a de véritable raison d'être que par sa formidable capacité à réveiller les rivalités ancestrales, les combats de clochers et les discussions des habitués du café du commerce. La politique divise trop désormais : des failles se sont imposées qui rendent impossible tout débat serein. Seul le sport permet encore d'échauffer les esprits, quand on est tranquillement assis autour de quelques verres apéritifs.

Le Rugby, quoique bien plus confidentiel que son grand frère le football, autorise cette pratique parfaitement déloyale du dénigrement systématique du voisin d'outre-Manche. Nous sommes passés maîtres en la matière, capables de convoquer Jeanne d'Arc, Azincourt et Mers El-Kébir pour savonner la planche des hommes à la rose.

Il faut admettre que le passif est lourd, que les coups tordus, les arbitrages douteux, les décisions scandaleuses du bord ont permis dans le passé l'instauration d'une franche et complète détestation. Les stigmates de la guerre de cent ans doivent encore ressurgir dans les consciences hexagonales pour expliquer cette faculté de haine vis-à-vis de ceux qui nous ont sauvé la mise lors des deux dernières guerres mondiales.

Mais l'objectivité n'a certes pas sa place quand il s'agit de jeunes gens qui courent en culottes courtes, fussent-ils des gentlemen, contrairement aux pousse-citrouille. C'est dans ce contexte que l'élimination du quinze d'Angleterre de sa coupe du Monde de Rugby est, pour l'heure et pour les chauvins que nous sommes, l'événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune.

Bien sûr, cela n'aura qu'un temps, bien vite un autre événement prendra le dessus sur cette petite jubilation de mauvais aloi. En attendant, que c'est bon de jouir de la mise à mort de nos arrogants voisins ; la farce, pour une fois, tourne à leur déconfiture sans qu'il fût besoin aux jeunes coqs de réaliser un exploit qui eût été sans doute au-dessus de leurs forces.

L'Anglais mordant la pelouse : le spectacle est hilarant, il nous ravit à peu de frais et nous nous découvrons partager la même euphorie avec les Irlandais, Ecossais et Gallois. Comment voulez-vous construire l'Europe dans pareil état d'esprit ? Paraphrasant Nadine Morano, on peut dire sans risque de se tromper, que le Grand Charles avait raison, lui qui ne voulait pas les voir entrer dans la communauté européenne.

Je pourrais en rajouter sur le sujet. Il y a là une énigme qui mérite cependant qu'on s'attache sur cette capacité des gracieux sujets de Sa Majesté à fédérer toutes les inimitiés, à réconcilier contre eux tous leurs voisins, à fabriquer de l'hostilité. Mais gardons-nous de généraliser et pensons à en rabattre un peu : la compétition n'est pas achevée et rien ne garantit les quinze du coq d'une déculottée à venir qui fera se gausser les peuples que nous énervons par notre morgue et notre manière si exaspérante de vouloir faire la morale au monde entier.

Tout cela est parfaitement absurde, si désespérément distillateur de zizanie qu'il serait bon de cesser de jeter de l'huile sur le feu par ces petites guerres symboliques que sont les grandes compétitions sportives. Pourrions-nous nous passer des hymnes nationaux, des drapeaux et des loges présidentielles dans ces joutes dérisoires ? C'est par l'exacerbation de l'esprit nationaliste que nous créons les ferments de la discorde, de la haine et de la stupidité des foules.

Rien ne changera cependant, je ne me fais guère d'illusion. Je dois moi aussi battre ma coulpe, moi qui me suis réjoui de l'élimination de ces pauvres garçons qui ont dû vivre un cauchemar d'autant plus insupportable qu'il a été vu par des millions de spectateurs. Leur malheur doit être immense et il n'est pas besoin d'en rajouter par des considérations qui dépassent largement le cadre d'une compétition sportive.

Il est temps de se dire qu'il conviendrait de replacer le sport à sa place, de ne pas en faire la Une des journaux télévisés et écrits, de cesser d'instrumentaliser les agitations dérisoires de ces jeunes gens. Si le bon peuple a besoin des jeux et de quelques quignons de pain pour supporter une existence qui n'est pas toujours rose, laissons les malheureux Anglais tranquilles : ils n'ont pas besoin de nos vilaines moqueries pour s'ôter ces méchantes épines du pied.

Je retombe dans mes travers. Décidément il est bien difficile de se sortir du piège dans lequel nous sommes tombés depuis des années. Le baron de Coubertin a fait énormément de mal aux nations et aux peuples qui les composent avec sa curieuse idée de jeux olympiques modernes. Depuis, le sport est devenu une petite guerre ritualisée quand il se joue au niveau des nations. C'est parfaitement stupide !

Sportivement leur.

 

2144350_569_11161617_800x400.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 7 octobre 2015 12:02

    allons allons
    pourquoi gacher le plaisir avec toute cette raisonabilité ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2015 12:14

      @gaijin

      Pour éviter que le ciel ne nous tombe pas prochainement sur la tête ....


    • juluch juluch 7 octobre 2015 13:49

      La différence entre le Football et le Rugby c’est la mentalité des joueurs et des supporters.


      Les premiers sont des sauvages, les deuxièmes sont bon enfants.

      J’ai pu le voir sur Marseille lors de match ou j’étais en filtrage.....

      c’est vrais que les matchs sont des petites guerres et que l’esprit revanchard est bien présent.

      merci Nabum.....



      • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2015 15:51

        @juluch

        Ne désespérons jamais des progrès que pourra faire le Rugby en ce domaine

        Tous les désespoirs sont permis avec le professionnalisme et la nationalisme


      • Fergus Fergus 8 octobre 2015 11:21

        Bonjour, juluch

        « les matchs sont des petites guerres »

        Bof ! Beaucoup de folklore et de rivalité feinte dans le rugby, et c’est encore ce qui le différencie du football. Personnellement, j’ai tourné le dos au foot pro depuis 1998, mais j’éprouve encore beaucoup de plaisir au spectacle des matches de rugby et au comportement des supporters, bien loin de leurs homologues footeux.


      • Garance 7 octobre 2015 19:44

        Il est sur que dans la poule ou était l’Angleterre on avait de grandes de ne pas se qualifier nous aussi


        Dans autre côté ne boudons pas notre plaisir de les voir sortir car qu’est notre morgue par rapport à la leur ? 

        Les « Good play...good game » qu’ils nous balançaient au sortir des branlées qu’ils nous mettaient à nos débuts dans le Tournoi sont pas prêts d’être oubliés

        Quand au parcours à venir de notre XV dans cette Coupe du Monde je me garderai bien du moindre pronostique ; il suffit de se rappeler il y une dizaine d’années ou prés avoir tapé les Sud’Afs et l’Australie on se faisait battre par l’Italie : ça aussi c’est pas prêt d’être oublié

        Un manque de constance dans les résultats qui fait tout redouter

        • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2015 19:50

          @Garance

          Évitons le NOUS qui évoque une équipe dans laquelle ni vous ni moi ne jouons

          Entraîneur d’assez bon niveau (j’ai deux anciens joueurs qui font cette coupe du monde) je ne disais jamais Nous avons gagné
          Je m’effaçais toujours derrière l’équipe à qui seule revenait la victoire

          Quant à la défaite, c’était à moi de l’endosser, normal non !


        • webhelice 7 octobre 2015 20:00

          @C’est Nabum

          Bon niveau, tu parles.

          Orléans en FI (3eme niveau national) et Vierzon, un cran en dessous.

          Ou l’art de se faire mousser.

          WH

           


        • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2015 20:02

          @webhelice

          Le passé mon cher j’ai employé le passé

          Mais vous savez bien que je ne suis rien qui vaille
          Alors ne perdez pas votre temps avec cet être si médiocre ...


        • Garance 7 octobre 2015 20:52

          @C’est Nabum


          Vous ne disiez jamais « nous avons gagné » et bien vous aviez tort

          Que vous ne le disiez pas au sortir de matchs victorieux se comprend , mais quelque part , vous et les joueurs saviez que vous aviez gagné ensemble

          L’entraineur et les joueurs sont un tout ; ils sont l’équipe

          Je veux bien que les joueurs priment et c’est normal

          Leurs victoires sont les leurs mais sont aussi les vôtres , même si c’est dans une moindre mesure

          Pensez vous qu’un Novés n’avait pas sa part de responsabilité dans le parcours du Stade toulousain ces 20 dernières années ?

        • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2015 21:02

          @Garance

          Je suis ainsi et d’ailleurs je n’étais jamais sur la photo d’équipe

          Pour moi, seuls les joueurs étaient sur le terrain

          Je n’aime pas les entraîneurs qui disent Je en évoquant l’équipe


        • Garance 7 octobre 2015 22:57

          @webhelice


          Oui Orléans est d’un bon niveau : après ce qui fait la différence pour gravir les échelons ce sont les moyens financiers que cela implique

          Surtout aujourd’hui avec le professionnalisme

          Dans ma jeunesse je me rappelle les avoir joué quand ils étaient en Honneur

          C’était il y a bien longtemps ; les Spanguero jouaient encore et Béziers tenait le haut du pavé

          Pour jouer en FI que vous traitez avec dérision : il faut déjà être d’un bon niveau

          Et même d’un très bon niveau

          Que personnellement je n’ai jamais atteint , me contentant de la joie de pouvoir jouer à mon humble niveau

          J’ai adoré ce jeu....aujourd’hui un peu moins car trop stéréotypé à mon goût

        • C'est Nabum C’est Nabum 8 octobre 2015 07:13

          @Garance

          Oubliez le !


        • Garance 7 octobre 2015 21:24

          Chacun voit midi à sa porte


          Mais quand je jouais nous étions contents que l’entraineur vienne poser avec nous pour les photos et encore plus contents quand il participait à nos troisième mi-temps

          Le quand à soi dont vous faisiez montre n’apportait rien à l’équipe



          • C'est Nabum C’est Nabum 7 octobre 2015 21:39

            @Garance

            Ce n’est pas certain
            Il faisait partie de moi, personne n’y trouvait à redire et j’étais par ailleurs très proche en d’autres circonstances

            Chacun fait comme il le sent.


          • ARMINIUS ARMINIUS 8 octobre 2015 09:30

            Bon article et pas grand chose à rajouter si ce n’est que les Anglais ont malgré tout gardé un zeste d’esprit sportif ( celui d’avant cette ganache de Coubertin). J’ai assisté à pas mal de matchs de rugby dans les pubs londoniens, souvent leur coté critique, par rapport à leur équipe nationale se teinte d’auto-dérision : c’est le recul de l’humour anglais, si étranger à nous peuples latins du « panem et circenses ».
            Par contre,j’ai aussi, en temps qu’ international junior( il y a bien longtemps), pu constater que le « Fairplay » est une invention anglaise qu’ils s’appliquent rarement a eux-mêmes, sur le terrain : perfide Albion ! Quant au « French Bashing », il s’efface dès qu’on leur parle d’un Eric Cantona qui supplante même Beckham dans les cœurs anglais et aussi Frédéric Michalack, depuis son match la semaine passée contre le Canada et dont la côte est au plus haut (je rentre à peine de Londres)


            • Fergus Fergus 8 octobre 2015 11:29

              Bonjour, ARMINIUS

              « J’ai assisté à pas mal de matchs de rugby dans les pubs londoniens, souvent leur coté critique, par rapport à leur équipe nationale se teinte d’auto-dérision » 

              Exact, et qui plus est, ils parlent en connaisseurs. Mon fils aussi a suivi des matches dans les pubs londoniens (il a vécu 18 mois à Battersea puis Chelsea) et il en garde un excellent souvenir. Surtout d’un Angleterre-France, gagné par les « rosbifs », à l’issue duquel le patron a organisé une bouffe pour ses amis ; au menu, du homard grillé. Mon fils et son épouse ont été cordialement invités à partager le crustacé ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès