Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Encore une exception française !

Encore une exception française !

Aujourd’hui j’ai une nouvelle fois envie de réagir à toutes les stupidités que je lis sur les divers forums et même, ce qui est plus grave, dans des journaux dits sérieux à propos du dopage dans le cyclisme.

Aujourd’hui j’ai une nouvelle fois envie de réagir à toutes les stupidités que je lis sur les divers forums et même, ce qui est plus grave, dans des journaux dits sérieux. Cependant je suis surtout choqué quand j’entends qu’un ancien grand champion comme Greg Le Mond s’y met lui aussi. Parmi les « forumers » il y en a 99% qui ne sont jamais monté sur un vélo de course, et leur avis est totalement sans intérêt. Ils n’y connaissent rien et ils parlent, ce qui est une des caractéristiques de la nature humaine. Les gens aiment bien disserter sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas du tout, comme on peut le constater quand ils évoquent tel ou tel auteur…qu’ils n’ont jamais pris la peine de lire. C’est pareil pour le vélo, mais quand c’est un très grand champion c’est plus gênant. Que se passe-t-il donc dans la tête de Greg Le Mond pour s’en prendre ainsi aux coureurs actuels, et donc pour contribuer à alimenter les polémiques stériles sur le dopage dans le vélo.
 
Pour ceux qui connaissent l’histoire du sport, et du vélo en particulier, je veux rappeler que le donneur de leçon Le Mond a quand même gagné le Tour de France en 1989 avec un vélo qui n’était pas vraiment règlementaire à l’époque, avec son guidon de triathlète. Or quand on sait qu’il a battu Laurent Fignon (qui n’utilisait pas ce type de matériel) de 8 secondes à l’arrivée, cela signifie que sans sa machine spéciale il n’aurait sans doute pas remporté ce Tour de France. Il était donc normal qu’il y ait de la suspicion sur sa victoire, même si elle portait un peu moins sur le dopage que de nos jours. Question de mode ! Et la dite suspicion s’est faite plus ample encore, quand Le Mond a remporté le titre de champion du monde à Chambéry, toujours en 1989, en battant au sprint le Russe Konyshev et Sean Kelly qui étaient tous deux infiniment plus rapides que lui. Cela dit, ce jour-là je pense qu’il était tout simplement le plus fort.
 
Et puisqu’on est dans l’histoire du vélo je voudrais signifier, une fois pour toutes, qu’il n’y a rien d’anormal à voir un coureur passer les cols en tête dans le Tour ou le Giro, et être aussi vainqueur de la grande étape contre-la-montre, performance qu’a réussie hier Contador sur les bords du lac d’Annecy. Bartali, Coppi, Koblet, Bobet, Merckx, Hinault, en sont quelques uns des plus prestigieux exemples…parce que c’étaient des « fuoriclasse ». J’aurais pu ajouter Armstrong, mais je ne veux pas ajouter de la polémique aux polémiques. Tout cela signifie que Contador est le nouveau roi du cyclisme sur route, et qu’il est le meilleur de sa génération. Un coureur qui à 26 ans a déjà remporté les trois grands tours (France, Italie et Espagne) est nécessairement un immense champion. Sur ce plan on peut déjà le comparer aux plus grands parmi les plus grands.
 
Mais au fait pourquoi Contador suscite-t-il autant la suspicion de certains censeurs ? Parce qu’il monte soi-disant les cols à une vitesse supersonique, et qu’en outre il est capable de battre les meilleurs à la fin du Tour de France dans un contre-la-montre de 40 km. Est-ce si inédit comme performance ? Je réponds non. Tout d’abord il faut préciser que si Contador a gagné hier l’étape contre-la-montre du Tour de France sur 40 km, il a bénéficié pleinement de la difficile côte de presque 4 km aux trois-quarts du parcours. Sans cette cote c’est Cancellara qui aurait gagné. J’ajoute que Contador n’a pas fait dans cette étape des différences extraordinaires, car le second (Cancellara) est à 3 secondes et le troisième (Ignatiev) à 15 secondes. Et que dire de Christophe Moreau qui finit 8è à 45 secondes, et même de Sandy Casar qui termine à la 40è place à 2mn 45 secondes. Contador n’a donc pas écrasé la course comme on peut le lire dans certains commentaires.
 
On est loin des différences faites à certaines époques dans les courses contre-la-montre, par exemple dans le Tour 1993 à Madine (59 km), où Indurain reléguait le second (Bugno le double champion du monde) à plus de 2mn, malgré une crevaison. Dans le même ordre d’idées quand on s’extasie sur la performance de Contador dans la montée de Verbiers, il faut rappeler qu’il n’a pris que 43 secondes à Franck Schleck en 5,6 km d’ascension, et entre une minute et une minute et demie sur ses principaux rivaux (Armstrong 9è à 1mn35s), ce qui est peu. Pourquoi ne dit-on jamais cela ? Pourquoi en est-on toujours à suspecter tout le monde de tricherie, alors qu’il suffit de regarder les chiffres et l’histoire du vélo pour s’apercevoir que la domination de Contador est somme toute banale. C’est le champion de sa génération et Franck Schleck, le Luxembougeois, sera son plus dangereux rival.
 
Et puisque je parle d’un Luxembourgeois, cela me fait une transition toute trouvée pour revenir aux succès remportés par un grimpeur ailé dans les courses contre-la-montre en mettant à part ceux que j’appelle, comme les Italiens, les fuoriclasse. Je veux parler bien sûr de Charly Gaul, celui qu’on appelait « l’Ange de la montagne » tellement il paraissait facile dès que la route s’élevait. Tous les connaisseurs estiment qu’il figure parmi les plus grands grimpeurs de tous les temps. Il avait d’ailleurs un gabarit fait pour la montagne avec ses 62 kg pour 1,68m. Il était donc un peu plus petit que Contador (1,76m) et un peu plus léger (69kg), mais les deux gabarits sont assez comparables à époques différentes. Cela n’a pas empêché Charly Gaul de remporter nombre d’étapes contre-la-montre dans le Giro et le Tour. En 1958 il a même battu une des références absolues dans la spécialité, Jacques Anquetil, sur 46 km. En disant cela, je veux simplement rappeler que Contador n’est donc pas le premier grimpeur ailé à bien rouler. Que ceux qui se posent des questions étudient d’abord l’histoire du vélo !
 
Pour terminer, je voudrais simplement dire à ceux qui passent leur temps à dénigrer le vélo qu’ils arrêtent de dire des âneries. Si le Tour de France ne les intéresse pas qu’ils cessent d’en parler, et qu’ils laissent les millions de spectateurs et de téléspectateurs rêver autant qu’ils peuvent le faire. Au passage j’observe que malgré toutes ces insinuations sur le dopage, les gens sur le bord de la route sont toujours aussi nombreux et vibrent toujours autant aux exploits de Contador, Schleck ou Armstrong, comme ils ont vibré à ceux de Bartali, Coppi, Koblet, Bobet, Gaul, Anquetil, Merckx, Hinault, Lemond ou Indurain.
 
Alors que les moralistes de tout poil qui trouvent normal de boire cinq ou six cafés par jour pour tenir le coup à leur boulot, de prendre du viagra pour essayer d’être performants dans certaines circonstances, d’user de boissons énergétiques pour faire semblant de courir quand ils font un footing, bref que tous ces zozos mènent leur vie comme ils en ont envie, mais qu’ils cessent de médire sur les coureurs et ceux qui les admirent. J’observe à ce propos que c’est chez nous, en France, pays de la surconsommation médicale, que l’on parle le plus de dopage. Encore une exception française !
 
Michel Escatafal

Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • kelticlago kelticlago 24 juillet 2009 10:28

    Excellente mise en perspective dont j’apprécie surtout le final pour m’être bien des fois fait jeter lors d’observations du même type dans certaines discussions « sportives ».


    • jondegre jondegre 24 juillet 2009 10:46

      Bonjour,

      De toute façon, on focalise sur le dopage dans le vélo pour éviter d’en parler dans d’autres sports bien plus lucratifs (foot, tennis...), ou les contrôles sont pratiquement inexistants et les affaires étouffées (affaire puerto par exemple).


      • elric 24 juillet 2009 12:43

        Tout à fait,on jette la pierre au cyclisme pour les affaires de dopage,mais en oubliant que c’est le sport le plus controlé,cecis explique cela.Si dans le football il y avait autant de contrôles qu’en cyclisme,on aurait de sacrées surprises


      • LeGus LeGus 24 juillet 2009 11:09

        C’est affreux, jusqu’ici j’en avais rien a faire du tour de France, mais depuis que j’ai troqué la voiture contre le vélo, et bien je m’y intéresse smiley


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juillet 2009 11:09

          à l’auteur

          "la domination de Contador est somme toute banale. C’est le champion de sa génération et Franck Schleck, le Luxembougeois, sera son plus dangereux rival« .
          Frank ou Andy ?

           
           »que tous ces zozos mènent leur vie comme ils en ont envie, mais qu’ils cessent de médire sur les coureurs"
          La médisance est une expression de la vérité...
           

          • escatafal escatafal 24 juillet 2009 12:20

            Merci de me le faire remarquer : il s’agit d’Andy bien sûr.


          • plume plume 24 juillet 2009 11:10

            "...Les gens aiment bien disserter sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas du tout,..." oui mais il n’y aurai plus beaucoup de débat si ceux qui n’y connaissé rien dans un sujets devait s’abstenir de disserté :  les banquiers arrêteraient de faire de l’économie et des assurances

            mis à part ça ,ce qui agaces la majorité des gens qui critique le cyclisme (voir le sport à haut niveau en général ) c’est pas le sport ou les sportifs
            mais plutôt cette douce hypocrisie des journalistes ,des entraîneur ,des sportif eux même ou des dirigenant sportif qui nous rabâchent mordicus qu’il ne sont pas dopé ou que la chasse au dopage est leur priorités
            c’est ridicule pourquoi ils n’admettent pas une bonne fois pour toute qu’il utilise des produits

            les sportif de haut niveau sont poussé à leur maximum et vu les cadences des épreuves et les chronos à atteindre il parait inhumain d’arrivé à tenir sans prendre des dopants
            et comme vous le dite, les gens continuerons à aller voir le sport de haut niveau car ils aiment ça , sportif dopé ou pas


            • Halman Halman 24 juillet 2009 23:55

              Porte mal son pseudo Plume.

              Aussi peu doué pour la plume que ça avec 3 fautes par ligne c’est un comble.

              Illisible


            • Incunable 24 juillet 2009 11:39

              Bon article, cependant il faut ajouter à cela la perversité ou le machiavelisme de la presse dans son ensemble qui feignant d’ètre opposée au retour d’Armstrong pour des raisons de « morale sportive » (c’est drôle, non ?) souhaitait en réalité qu’il revienne pour vendre du papier, ensuite, s’il etait trop dominateur, cela permettait encore de faire du sale business...
              Il ne domine pas, eh bien, qu’à cela ne tienne, il devient « tellement humain » que c’en est un délice à faire partager aux lecteurs et pour ce qui est des dopés n’importe qui fera bien l’affaire !
              Pendant ce temps la, j’ai vu que Virenque s’adresse aux enfants sur le net !
              Je trouve que Jalabert est lui assez pondéré dans ses commentaires.


              • Krokodilo Krokodilo 24 juillet 2009 11:42

                Votre chute est une légitimation du dopage qui ne dit pas son nom :
                "Alors que les moralistes de tout poil qui trouvent normal de boire cinq ou six cafés par jour pour tenir le coup à leur boulot, de prendre du viagra pour essayer d’être performants dans certaines circonstances, d’user de boissons énergétiques pour faire semblant de courir quand ils font un footing, bref que tous ces zozos mènent leur vie comme ils en ont envie, mais qu’ils cessent de médire sur les coureurs et ceux qui les admirent."
                Plutôt que de faire l’essentiel de l’article sur la beauté du cyclisme, que nul ne conteste, sur l’engouement populaire, que nul ne conteste non plus, pourquoi ne pas oser faire tout votre article sur le fond, votre soutien au dopage, au laissez-les-faire-ce-qu’ils veulent, ils sont majeurs et vaccinés ? Chacun pour soi et Dieu pour tous, ou l’ultralibéralisme dans le sport !

                Soyez sincère, et alors on pourra discuter du dopage et de ses méfaits.


                • kelticlago kelticlago 24 juillet 2009 12:10

                  Magnifique interprétation !!!


                • Fergus fergus 24 juillet 2009 14:03

                  Je souscris entièrement au commentaire de Krokodilo. Ce n’est pas en niant une réalité qui n’est plus contestée que par des aficionados aveugles que l’on élimine le problème. Rendez-vous dans les prochaines années lorsque l’évolution des techniques d’investigation montrera que les prélèvements stockés en 2009 étaient bel et bien « chargés ». Et de cela, pas un scientifique sérieux ne doute.


                • Imhotep Imhotep 25 juillet 2009 10:08

                  Bravo Korokodilo.


                  Quant à moi, je ne rejoins pas Lapa. L’auteur n’est pas naïf, il est orgueilleux, péremptoire et son parcours professionnel devrait le rendre nettement plus modeste quand on sait ce que les banquiers et analystes ont fait de notre économie, de notre vie, le néfaste absolu de leurs actions en matière de prêts aux particuliers et aux entreprises.

                  De plus il est d’une mauvaise foi confondante. Que Lemond ait gagné avec un vélo peu conforme est une chose, et même si on peut rétorquer que c’était à la direction de course de l’interdire cela n’a rien à voir avec le dopage. Ensuite Lemond ne parle pas de toute la course mais d’une portion de course et compare ce que nécessite à un cycliste de monter une telle pente à une telle vitesse pendant telle durée comme énergie. Cette énergie est fournie entre autre par l’apport en oxygène et que ce que nécessite cette portion de course est à ce jour incompatible avec un organisme humain normal et même de sportif de niveau extra terrestre. Le rapport consommation d’oxygène au kilo d’homme et au temps est pulvérisé. Il s’agit donc d’un argument scientifique et non d’une appréciation de jaloux ou d’incompétent. Arsmtrong a été convaincu de dopage et Tom Bownen bien que convaincu lui aussi a eu droit à participer au,tour au mépris de la morale et du bon sens, de la santé et de l’exemplarité du sport.


                • jakback jakback 24 juillet 2009 11:44

                  Comme pour l’ensemble de l’information ( ou plus surement la désinformation ) la majorité des gens répètent, tels des mainates du café du commerce, ce qu’ils voient, entendent, lisent ( pour ceux qui savent ) dans les médias, le prêt a penser de l’heure de la pose.
                  Les cyclistes tous dopés.
                  Les politiques tous des pourris.
                  Les patrons tous des voyous.
                  Les curés tous pédophiles.
                  Les français tous des salauds.
                  A part ça, quoi d’autres !


                  • nephilim 24 juillet 2009 12:00

                    Les politiques tous des pourris.
                    Les patrons tous des voyous.
                    Les curés tous pédophiles.
                    Les français tous des salauds.
                    A part ça, quoi d’autres !

                    Ba a part ca et bien le velo on s’en fout !! c’est juste le moyen d’avoir devant l’ecran des cretins regardant (comme les vaches le font pour le train) des pauvres types à velo en train de pédaler ; plus de suspens rien le neant meme le commentateur se satisfait de l’audience qu’il réalise grace aux MAMIES.

                     Ce sport est noyé dans le dopage comme tout les sports populaires qui rapportent du pognon car s’il faut de l’audience il faut du spectacle si on veut du spectacle on veut des records si on veut des records, on fraude le systeme, les regles et on place l’ethique dans le fond de la cuvette des chiottes.


                    • jakback jakback 24 juillet 2009 12:58

                      Le vélo on s’en fout, perdez pas votre temps a en parler, surtout pour ajouter des poncifs aux poncifs, noyé dans le politiquement correct.
                      BOUH  !! l’argent c’est sale, le sport pue, la société du spectacle décriée par Debord, encensée par Tapie, les tics ou l’éthique ?
                      quelle époque épique !


                    • Lapa Lapa 24 juillet 2009 12:56

                      l’auteur est d’une naïveté confondante.

                      Accessoirement ce qui me gène le plus c’est pas le dopage, mais c’est l’hypocrise des instances sportives et des officiels. Et la malhonnêteté des sportifs quand ils se réclament chantres de la lutte antidopage (Armstrong pour commencer par lui).

                      La bonne blague.

                      Le tour est un spectacle, vous l’avez dit vous même. Et pour ce spectacle, il faut de la performance. Passez tout le peloton à l’eau claire et vérifiez bien s ’ils sont astmatiques vous verrez que vous aurez besuoup moins de spectacle.

                      La guignolade de la lutte anti dopage est grotesque.

                      Les témoignages effarants d’anciens coureurs sur les pratiques, les poches de sang perfusées à 5h du matin..etc... pour fournir le petit plaisir à l’amateur de sensation qu’est l’auteur ne sont pas à mettre en parallèle avec la prise de café.

                      Sinon une petite pensée pour ces coureurs cyclistes morts si jeunes ? Ils vous auront bien diverti ?


                      • pigripi pigripi 24 juillet 2009 13:27

                        @Lapa

                        Les témoignages effarants d’anciens coureurs sur les pratiques, les poches de sang perfusées à 5h du matin..etc... pour fournir le petit plaisir à l’amateur de sensation qu’est l’auteur ne sont pas à mettre en parallèle avec la prise de café.

                        Sinon une petite pensée pour ces coureurs cyclistes morts si jeunes ? Ils vous auront bien diverti ?

                        -----------------------------------------------------

                        Et j’ajouterais une pensée aussi pour celles et ceux qui meurent moins jeunes mais trainent une vie douloureuse de handicapés avec toutes les souffrances physiques et morale que cela implique, de la charge qu’ils représentent pour leur famille et la santé publique.

                        C’est moche et indigne de certains idéaux humanistes mais malheureusement, c’est inhérent à la nature humaine, les hommes se dopant depuis les premières heures de l’humanité.

                        Il est remarquable que pour sortir de l’exploitation moyenne de ses capacités et les sublimer, l’être humain soit contraint d’utiliser des stimulants plus ou moins toxiques. Je pense aux journalistes qui fument du cannabis et bouclent à la cocaïne ou au Whisky, les chirurgiens qui goûtent à la cocaïne comme certains hommes politiques pour pouvoir tenir des rythmes effrénés d’opérations de plusieurs heures pour les uns, de meetings sans fin pour les autres ; les étudiants qui en période d’examen carburent au café, au G..an et autres dragées vendues en pharmacie ; aux chamans qui utilisent des herbes magiques pour offrir des voyages catharsiques à leurs disciples ; les ouvriers du bâtiments qui, pour effectuer des travaux de force, comme les déménageurs, se blindent au gros rouge ; toutes les personnes, hommes et femmes, qui, pour juguler leurs angoisses et leur stress, tout en faisant face à leurs obligations, sirotent différentes sortes d’alcools ; et tous les créateurs qui, dans tous les domaines, utilisent des stimulants qui vont du café à la cocaïne, en passant par la vitamine C et le shit, le vin et le pastis, etc.

                        Il y a donc une grande hypocrisie à ne pas vouloir admettre que l’être humain a besoin de drogues pour fonctionner.

                        Et, comme toute hypocrisie, elle ne sert que les intérêts des puissants livrant la populace aux maladies, aux sanctions et à l’ostracisme.


                        • Forest Ent Forest Ent 24 juillet 2009 13:39

                          Quote : j’ai une nouvelle fois envie de réagir à toutes les stupidités que je lis sur les divers forums

                          Amusant : moi aussi.  smiley

                          Tournez-le dans tous les sens, le milieu cycliste est pourri, comme le sport professionnel en général. Je ne m’y intéresse pas. Je me contente de ne pas le suivre. Je ne vois pas pourquoi je devrais supporter votre retape. Allez jouer avec les autres drogués de votre genre et laissez-nous tranquilles.


                          • norbert gabriel norbert gabriel 24 juillet 2009 13:45

                            quand on voit Maradonna, le héros qui a marqué un but avec la main devant des millions de téléspectateurs, je me demande ce qu’il a y à sauver dans le sport pro...
                            Sans oublier les palinodies des combinaisons dans la natation, le ridicule devient l’épice la plus prisée dans ces agitations « sportives »


                            • norbert gabriel norbert gabriel 24 juillet 2009 13:47

                              on peut ausi ajouter les millions de français qui se dopent tous les jours avec différents médicaments plus ou moins judicieux pour aller travailler.... A quand les contrôles anti dopage en entreprise ???


                              • Fergus fergus 24 juillet 2009 14:11

                                Oui, Norbert. A ce détail près que la finalité des entreprises est de faire du fric, et la finalité des cadres de grimper dans la hiérarchie en masquant ses faiblesses. D’où le recours de plus en plus courant à la pharmacopée.

                                Le problème avec le sport, c’est qu’il véhiculait une éthique, pour ne pas dire une philosophie de vie saine et de respect des autres, adversaires et public. En théorie, du moins. Or il n’est plus désormais qu’un conglomérat d’entreprises soumises aux lois du marketing et imposant à ses salariés (les athlètes ou les coureurs) des résultats toujours plus pointus pour gagner des parts de marché dans la sphère industrielle ou les services.

                                Et peu importe que lesdits employés y laissent leur santé. D’ailleurs, ils sont presque tous d’accord !

                                 


                              • Lapa Lapa 24 juillet 2009 14:43

                                Fergus pointe ici une distinction primordiale entre le monde économique qui est par essence amoral et le sport qui ne l’était pas. Les valeurs du sport ont basculé avec l’arrivée du pognon. Et ça a fait tâche d’huile. Car il faut bien comprendre que le dopage au niveau professionnel est généralisé, il atteint de fait le sport amateur où il n’y a pourtant rien à gagner. Pratiquer le sport avec un minimum de compétition sans être entouré de tricheurs est devenu presque impossible même au niveau régional...


                              • Fergus fergus 24 juillet 2009 17:16

                                Exact, Lapa, et ce fléau a même atteint les compétitions de jeunes. Dès 14 ou 15 ans, de nombreux gamins (notamment en athlétisme et en cyclisme) ont déjà recours à des artifices, plus ou moins encouragés par des dirigeants ou des entraîneurs irresponsables qui espèrent tirer parti des résultats de leurs poulain et profitent des carences de la lutte anti-dopage dans ces compétitions. Des types de ce genre, il y en a jusque chez les DTR (directeurs techniques régioanux !) désireux de se faire mousser !


                              • Yohan Yohan 24 juillet 2009 15:06

                                Je préfère un vainqueur au guidon de triathlète qu’un vainqueur dopé. Valait mieux choisir pour votre comparaison


                                • François51 François51 24 juillet 2009 15:24

                                  le dopage exciste toujours et encore en cyclisme. pour preuve, Danilo DiLuca 2ème du dernier Giro contrôlé deux fois positif a l’EPO/cera.
                                  rendu public deux mois après la fin de ce tour d’Italie. (pourquoi si tard ? mystère !)
                                  doit t’on s’attendre a quelques surprises en Septembre, pour ce qui est de ce Tour de France ? on verra bien. ....


                                  • Nobody knows me Nobody knows me 24 juillet 2009 15:53
                                    En effet, l’hypocrisie est reine chez les drogués : le caféinomane dénonce le sportif dopé qui dénonce le cocaïnomane qui dénonce l’alcoolique, qui dénonce le fumeur de zetla, qui dénonce....................... an so on !!
                                    Personnellement, j’ai la confirmation d’un éventuel dopage qqs années plus tard quand le jeune sportif retraité claque à 30-35 ans d’un arrêt cardiaque, d’un cancer d’une glande quelconque ou autre maladie dont l’émergence soudaine ferait pâlir le plus chevronné des physiciens quantiques.
                                    Ils savent ce qu’ils font certes, grand bien leur fasse. Mais ça me reste quand même en traviole de la gorge. Je trouve que ça dénote un tel mépris des sponsors, directeurs sportifs, pour les sportifs, en particulier dans le cyclisme !! En gros, c’est une paire de jambes, rien de plus, de la simple marchandise.
                                    Par ailleurs, nous consommons beaucoup de médicaments mais depuis qqs années les campagnes se succèdent pour limiter les prises d’antibio etc... Sans compter les franchises médicales qui vont faire baisser la consommation de ces salopards de diabétiques, de séropo, de cancéreux, etc... On dit merci qui ??

                                    • Lapa Lapa 24 juillet 2009 16:30

                                      l’espérance de vie des footballeurs américains est passée en dessous de 50ans... pour les cyclistes c’est guère mieux. (70 ans avant la 2ème guerre mondiale).

                                      faire du sport bon pour la santé ? pas à haut niveau en tout cas !


                                    • norbert gabriel norbert gabriel 24 juillet 2009 16:56

                                      les cyclistes des années 50-60 ont une longévité assez exemplaire, voir Bartali, et chez nous Géminiani, qui a dans les 85 ans, de même son contemporain Antonin Rolland, qui faisait encore du vélo très activement il y a quelques années. Poulidor dans les 73 ans, Pingeon idem, Darrigade ou Jean Bobet ont passé les 80 balais ...


                                    • Nobody knows me Nobody knows me 24 juillet 2009 17:02

                                      Le moins risqué est de rester en amateur, c’est clair. Le sport pour le plaisir et pas pour le pognon.
                                      Cela dit, un de mes amis qui fait du cyclisme amateur a déjà vu des vainqueurs de modestes courses (je dis « modestes » mais je passe pas la première côte, comprenez-moi bien), auxquelles il a participé, disqualifiés pour dopage...

                                      Ce qui est paradoxal, ce sont les clauses de certains contrats. Beaucoup de sportifs sont interdits de ski, de sports motorisés, de sports extrêmes par leur contrat. Durant leur carrière, ce sont quasiment des cobayes, des animaux en cage, dans une bulle.
                                      Mais après le contrat respecté, c’est ce côté « vielle chaussette » qui me scandalise particulièrement.


                                    • avogt 24 juillet 2009 16:42

                                      Petite précision mais qui me semble nécessaire pour dissiper tout malentendu ou reste de naïveté :
                                      - dans le sport amateur aussi le dopage est présent, en particulier chez les champions amateurs. D’ailleurs les pro ont d’abord fait leurs armes chez les amateurs,
                                      - le dopage est présent dans tout les sports, rugby, course à pied, tennis et même en formule 1.
                                      La question est pourquoi cet acharnement sur les cyclistes ? Pourquoi ne s’acharne-t-on pas de la même manière sur le foot ou le rugby ? Je serais bien preneur d’un article de fond sur les stratégies de luttes contre le dopage dans chaque discipline et comment un joueur de rugby bodybuildé passe au travers quand un cycliste se fait gauler. Compromission au niveau des fédés ? ET le staf autour du pro (car le pro est rarement seul dans l’aventure du dopage) ? Quels moyens met-il en œuvre pour que son champion soit « clean » au contrôle ? 


                                      • akariatr akariatr 24 juillet 2009 18:21

                                        Déjà l’article commence mal. Que ceux qui ne font pas de vélo se taisent, à l’image des banquiers qui voudraient nous interdire de porter un jugement sur les dérives actuelles de l’économie.
                                        Et puis s’en prendre à Greg Lemond, seul vainqueur du tour de France de ces 30 dernières années à n’avoir aucune casserole au cul concernant le dopage n’est pas très judicieux. Si justement quelqu’un peut donner son avis c’est bien lui.

                                        Sinon Contador, c’est pas ce cycliste mouillé dans l’affaire Puerto dont le nom a miraculeusement disparu de la liste, un peu comme les noms des footballeurs du Real Madrid et de certains tennismen espagnols ?


                                        • keféLepeuple ? keféLepeuple ? 25 juillet 2009 05:40

                                          Pas d’accord du tout ! Cet année, il n’y en a pas un qui a été controlé positif !!!!!!!!!!!!
                                          C’est incroyable !!!!!! Soit y’a silence pendant le tour car il flippe de perdre la clientele et ils regleront les comptes plus tard, sois le test est completement largué (ce qui ne m’etonnerai pas)
                                          Aprés, bien sure qu’il ya du dopage dans beaucoup de sport, mais c’est pas le dopage qui apprend la technique au foot, l’adresse au basket ou la finesse au tennis.
                                          Tandis que pour le vélo, y’a quasiment que l’endurence qui rentre en jeu. Quelques stratégies mais n’importe qui sais qu’il faut tourner ds le sens du virage...
                                          Le cyclisme est un sport de dopé, c’est tout.. un dernier truc, lemon avait peut etre un vélo trafiké, mais fillon, aujourd’hui, est malade.. et on sais pourquoi !


                                          • Fergus fergus 25 juillet 2009 08:57

                                            Ne pas confondre lemon tonic avec LeMond tonique !


                                          • Fergus fergus 25 juillet 2009 09:00

                                            Ne pas confondre non plus Fillon avec Fignon qui nous a, en effet, révélé ce qu’on... savait tous déjà.

                                            Entièrement d’accord avec votre commentaire et la relativité des effets du dopage sur la performance.


                                          • Bixente64 Bixente64 25 juillet 2009 09:02

                                            « Ils n’y connaissent rien et ils parlent, ce qui est une des caractéristiques de la nature humaine. Les gens aiment bien disserter sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas du tout, ... »

                                            Je n’ai jamais, non plus, pondu d’oeuf, mais je me sens bien plus qualifié qu"une poule pour parler d’omelette...

                                            Pour le reste...

                                            J’aime bien le Tour de France... Depuis gamin, je regarde passer la caravane au bord des routes et ensuite, j’écoute le bruit des vélos qui passent devant moi. J’ai l’avantage d’habiter à proximité des Pyrénées et, dés lors, le Tourmalet, l’Aubisque ne sont pas trés loin... Je regarde aussi, les jours de grandes chaleurs, les retransmissions à la télévision.

                                            Cependant, point d’angélisme !

                                            Lors du festival Festina, il y a quelques années, les journaux nous avaient ressorti les moyennes kilométriques des différents tours de France depuis que cette moyenne existait. Et ils arrivaient, légitimement, à la conclusion que cette évolution était pour le moins étrange... En effet, les cyclistes montaient les cols à la vitesse à laquelle les anciens roulaient sur le plat. Certes, la technique a évolué, les entrainements sont mieux calibrés, etc... Mais quand même...

                                            Aujourd’hui, plus personne ne semble s’inquiéter du fait que cette moyenne continue à progresser. Et ce, alors que tout le peloton consomme uniquement de la Badoit...

                                            Personne ne trouve étrange, ni même l’auteur d’ailleurs, qu’un mec comme Armstrong, pré-retraité, continue à pédaler à la même vitesse que les jeunots. Il fût convaincu de dopage, Armstrong... L’Equipe, qui a sorti les résultats sanguins, ne fût pas poursuivi par l’americain. Mais, il est vrai, il n’a, pour l’heure, jamais été pris la main sur le perfuseur... Comme Maradona ne fût pas expulsé du match qui vit son but marqué de la main... Et pourtant, vous citez l’un mais oubliez l’autre... Vous avez deux yeux ; ouvrez donc les deux...


                                            • Imhotep Imhotep 25 juillet 2009 10:13

                                              Je n’ai jamais, non plus, pondu d’oeuf, mais je me sens bien plus qualifié qu"une poule pour parler d’omelette...


                                              exact Et un gynécologue qui n’a jamais accouché lui-même d’un beau poupon sorti de ses propres entrailles devrait être interdit de profession ! Non mais !

                                            • Bois-Guisbert 25 juillet 2009 10:33

                                              Le sport cycliste a toujours fait la part belle aux produits stimulants et/ou reconstituants. En 1970, Roger Bastide publiait « Doping - Les surhommes du vélo » évoquant une époque pas si lointaine alors, où les coureurs en parlaient très librement.

                                              Un soir le cycliste qui partageait la chambre de Charly Gaul trouve l’immense champion luxembourgeois effondré sur son lit :

                                              - Ca va pas ?

                                              - Non, Charly va mourir. Charly prend trop de pilules.

                                              - Mais tout le monde prend des pilules...

                                              - Oui, mais Charly en prend beaucoup plus que les autres.

                                              Pour les vrais amateurs qui ont vécu les exploits surhumains de l’Ange de la montagne, dans des conditions dantesques comme lors de l’étape du Bondone dans le Giro 1956* (37 abandons, dont tous les équipiers de Charly), l’anecdote ne lui ôte pas la moindre petite plume de ses ailes. Parce qu’ils savent que n’importe lequel de ses adversaires aurait pu tripler ses doses de « pilules », sans parvenir à le suivre sur plus de cent mètres dans l’ascension de l’Izoard.

                                              P.S. - Charly Gaul est mort à 73 ans et, hier, Ferdy Kubler, vainqueur du Tour de France 1950, a fêté ses 90 ans hier 24 juillet. En faisant, comme chaque jour, un parcours complet de dix-huit trous.

                                              A un journaliste qui critiquait l’utilisation de produits dopants par des sportifs, Rudi Altig laissa tomber du haut de son mètre quatre-vingt-quatre « Nous ne sommes pas des sportifs, nous sommes des professionnels ».

                                              Autres temps, autres moeurs. Ce n’est pas le dopage qui tuera le cyclisme - en cent ans, il n’y est pas parvenu -, mais l’antidopge pourrait bien y parvenir à terme. Ce serait d’ailleurs chose faite si le cyclisme sur route était un sport payant.

                                              * http://www.youtube.com/watch?v=8HMyWVitKE8


                                              • Anakin Skywalker 25 juillet 2009 12:06

                                                Je veux bien être d’accord, mais je trouve triste que l’on s’en prenne à LeMond, qui est le seul vainqueur de l’histoire du tour des quarante dernières années à n’avoir aucune suspicion de dopage.

                                                Pour Contador en contre la montre, il faut dire que c’est un exercice où il est bon désormais, dans le groupe des meilleurs, et qu’il peut gagner à l’occasion. Il ne faut pas oublier que ce n’est pas une épreuve de début de tour, mais de fin. Les organismes sont émoussés et ce sont ceux qui restent en forme après la montagne qui se tiennent le mieux.

                                                Si ce parcours avait eu lieu après seulement trois étapes de plaine, il est peu probable que la victoire ait échappé à Cancellara.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès