Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > FC Barcelone : Plus qu’une leçon de foot, une leçon de vie (...)

FC Barcelone : Plus qu’une leçon de foot, une leçon de vie !

3 jours se sont écoulés depuis la victoire du F.C Barcelone sur l'équipe de Manchester United au stade Wembley (3-1). Revenons sur un moment d'intense émotion lors de la rencontre. Carel Puyol passe son brassard de capitaine à Eric Abidal, le français opéré d'une tumeur au foie en mars dernier, à la fin du match. C'est probablement le plus beau geste de cette finale. Les jours du Barça donnent une leçon d'humilité et de partage aux amoureux du ballon rond ! 

L'affiche Barcelone - Manchester United comptant pour la finale de la league des champions était une affiche haute en couleur. Les mancuniens qui avaient réalisé une saison parfaite alors se mesurait au grand barça ! L'affiche était très prometteur. 90 000 spectateurs dans un Wembley ravi d'accueillir pour la deuxième fois les débats entre ces deux géants européens.

Le match

Le stade de Wembley réussi parfaitement aux blaugrana qui, pour la quatrième fois de leur histoire, viennent de rafler une finale de la ligue des champions, confirmant superbement le statut de meilleure équipe du monde du F.C Barcelone. Ce n’est pas Sir Alex Ferguson, le sélectionneur de Manchester United, qui dira le contraire. Moins encore son emblématique chewing gum !

La victoire du Barça de ce weekend, devant plus de 90 000 spéctateurs, sera inscrite à n’en point douter en lettres d’or dans les annales du Footbal. Une fois de plus, la machine infernale des blaugrana a n’a pas démenti sa réputation. La mécanique des catalans a tout d’abord réussi à contenir les assauts des mancuniens lancés dès le début de la rencontre, avant finalement d’imposer aux anglais son majestueux style de jeux.

Pedro, le premier, ouvre les débats à la 27 ième minute sur une maginifique passe de Xavi profitant d’un léger manque de vigilance du français Patrick Evra, qui un temps avait lâché son couloir gauche.

La réaction des mancuniens ne tardera pas à venir car Wayne Rooney, très motivé lors de cette confrontation, va réduire le score à la 34 ième minute remettant les compteurs à zero. Bref répis pour les mancuniens. A l’heure de jeux, les poulins de Sir Alex se sont même mis à rêver d’un possible retournement de la situation. C’était sans compter le monstre du Barça Léo Messi un peu en retrait en première période.

Dès la reprise, l’équipe chère à Josep Guardiola va mettre en branle sa machine destructrice. Le jeune prodige argentin, Léo Messi, inscrit le deuxième but du barça à la 52 ième minute d’une magnifique frappe face au néerlandais Van der Sarr, qui disputait le dernier match de sa carrière, impuissant. A la 69 ième minute, David Villa scelle le sort du match d’un magnifique tir enroulé, lequel permet aux catalans de s’adjuger définitivement le titre. Les anglais désarçonnés et humiliés de courir derrière les balons ne se relèveront jamais.

Les coéquipiers d'Abidal lui rendent honneur !

La plus belle leçon de cette finale viendra de Carol Puyol, entré peu avant le coup de sifflet final. Le capitaine catalan passera son brassard à Eric Abidal à la fin du match. Le français a eu le privilège de tenir dans ses mains le premier la coupe aux grandes oreilles. Eric avait repris la compétition le 3 mais derniers après avoir été éloigné des terrains pendants deux mois suite à une tumeur cancéreuse au foi.

Le Barça nous donne plus qu’une léçon de Foot, une léçon d’humilité, de cohésion et d’amitié.


 


Moyenne des avis sur cet article :  2.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • orage mécanique orage mécanique 31 mai 2011 16:26

    moi qui pensait bêtement que Barcelone nous avait donné une leçon de vie sur la place de Catalogne.


    • Fergus Fergus 31 mai 2011 16:41

      Moi aussi, Orage mécanique, c’est plutôt cette leçon que je retiens.


    • Giordano Bruno 1er juin 2011 12:16

      C’est ce que l’Histoire retiendra.


    • Fergus Fergus 31 mai 2011 16:40

      Bonjour, Caserfinance.

      Barcelone, Manchester et quelques autres clubs parmi les plus huppés d’Europe nous donnent surtout le spectacle affligeant du fric. Que valent les soi-disant exploits footballistiques de ces gens rapportés à la galère de millions de gens dans les pays où ils exhibent leurs Porsche et leurs Ferrari ? Rien. Ces gens-là, comme ceux qui les paient, sont des minables qui se gobergent en encaissant des sommes hallucinantes alors que d’autres crèvent quasiment de faim à la sortie des stades. Ce spectacle est répugnant !

      Fergus, 32 ans de football et 10 ans d’encadrement de jeunes.


      • Ocean tandu caserfinance 31 mai 2011 17:18

        Fergus, je suis totalement d’accord avec toi sur un point. L’ostentation absurde dont font preuve la plupart des joueurs, les salaires extraordinaires qui leur sont versés ne peuvent que révoltes la conscience d’honnêtes gens qui se battent au quotidien pour arriver à joindre les deux bouts du mois ! Cette image pitoyable et peu reluisante est celle qui nous répugne tous..


        Par contre, les valeurs d’amitié, d’humilité, d’abnégation qui sont celles mêmes qui fondent l’esprit du football lorsqu’elles sont portées par les joueurs ne peuvent que constituer des belles leçons du foot comme on l’aime ! en tout cas c’est comme ça que moi je ressens les choses et tu es libre de ne pas être d’accord avec moi !


        • Fergus Fergus 31 mai 2011 18:42

          @ Caserfinance.

          Ces valeurs d’amitié, je n’y crois pas beaucoup non plus depuis que j’ai côtoyé de près le football professionnel durant quelques années. J’y ai surtout vu des mercenaires en aucune manière concernés par les couleurs de leur club et dont l’amitié avec les autres se résumait à des relations très superficielles.

          Mais il est important de forger des légendes. Ainsi celle de France 98 dont les évènements récents à la FFF ont montré à quel point les liens si étroits entre les joueurs n’étaient pour l’essentiel que de pure façade.

          Cordiales salutations.


        • Strawman Strawman 1er juin 2011 14:32

          "Ces valeurs d’amitié, je n’y crois pas beaucoup non plus depuis que j’ai côtoyé de près le football professionnel durant quelques années. J’y ai surtout vu des mercenaires en aucune manière concernés par les couleurs de leur club et dont l’amitié avec les autres se résumait à des relations très superficielles."

          En France, certes. Mais avez-vous envisagé qu’il puisse en être différemment en Espagne, où aucun joueur de l’équipe nationale n’a la double-nationalité, où les changements de clubs sont rarissimes, et où les équipes se construisent sur la cohésion de jeu plutôt qu’un classement d’athlétisme ?


        • Ocean tandu caserfinance 1er juin 2011 00:44

          @Fergus


          Là également tu es complètement dans le vrai. Réfléchissons une minute toutefois : Si on se contente de taire les bonnes actions n’est ce pas là la meilleure façon de laisser les mauvaises pratiques prendre le dessus ?

          Je pense humblement qu’autant il est de mon devoir de décrier les mauvaises pratiques ! autant il est aussi de mon devoir de louer les bonnes ! 

          L’honneur faite à Eric par ses coéquipiers, l’humilité des joueurs comme Messi, sont pour moi des exemples à souligner en lettres d’or afin que les jeunes s’en inspirent !

          • Fergus Fergus 3 juin 2011 11:51

            Bonjour, Caserfinance.

            Je comprends ta position, et je suis sincèrement désolé d’avoir adopté un ton peut-être un peu rude. Oui, il existe des footballeurs qui possèdent de réelles qualités humaines. Oui il existe ici et là de véritables liens d’amitié entre quelques-uns. Mais ils ne constituent pas la majorité du genre, loin de là, et la belle attitude du Barça est sans aucun doute le fait d’un marketing pointu conduit par des pros de l’image.

            Cela ne doit d’ailleurs en aucun cas masquer les réalités du football moderne et ses nombreuses dérives, y compris financières avec des clubs qui ne tiennent le haut du pavé qu’en pratiquant (à l’image des Anglais ou du Réal) une délirante fuite en avant, de surcroît totalement antisportive.

            Il est vrai que c’est de plus en plus souvent ainsi que l’on décroche des titres, à l’image de Marseille, vainqueur de la C1 dans des conditions qui en ont fait, de facto, un usurpateur. J’en parle d’ailleurs dans un article de mars 2009 intitulé « Je hais le football !  ». Je t’invite à le lire à toutes fins utiles. Il t’aidera à comprendre mon état d’esprit.

            Cordiales salutations.


          • cameleon29 cameleon29 1er juin 2011 08:56

            J’aime le foot quand il se joue comme à Barcelone mais il est vrai que les limites très hautes sont atteintes dans la démesure financière et cela participe à l’aveuglement de la jeunesse et ne leur donne que des illusions de bonheur. Je veux bien croire que l’amitié n’est que façade et que le compte en banque est prioritaire.
            Et que dire du niveau de respect le samedi ou le dimanche sur les terrains ?
            J’accompagne une équipe de jeunes(U17) et je peux dire que mes oreilles sifflent souvent à l’écoute des mots d’oiseaux échangés lors des matchs....... l’exemple venant d’en haut !!


            • Ocean tandu caserfinance 1er juin 2011 12:57

              @cameleon29


              Vous voudrez me faire croire qu’en tant qu’encadrant des jeunes, votre meilleure façon de faire de ces jeunes des gens biens, c’est uniquement de leur parler de ce qui ne marche pas et jamais des exemples positifs qui existent dans le football ?

            • fwed fwed 1er juin 2011 15:42

              Votre réponse culpabilisatrice me consterne caserfinance. Ce serait la faute a cameleon29 qui ne souligne pas l’exemple positif du joueur professionnel (c’est si rare un joueur pro qui joue fairplay sans insultes qu’il faut tout de suite en faire un exemple ?)

              Alors que vous, vous allez nous parler du bien meilleur exemple de ces financiers mercenaires qui profitent de ce sport pour blanchir les montagnes de fausse monnaie crées par la finance appatride.


            • pikepeak pikepeak 1er juin 2011 13:27

              L’apothéose du fric roi, de la vulgarité élevée en modèle, pour un sport qui n’en n’est plus un depuis des lustres..j’ai peur. smiley


              • médy... médy... 1er juin 2011 13:36

                la solution : organiser un championnat des équipes (mixtes) des candidats à la présidentielle 2012, comme ça ils pourront mouiller leur maillot tout en « débattant » et faire de la vraie politique spectacle.


                • RogerTroutman RogerTroutman 1er juin 2011 13:57

                  Bof, c’est du foute quoi, ça casse pas trois pattes à un canard. 


                  • fwed fwed 1er juin 2011 15:32

                    L’auteur se décrit comme « un financier passionné de dynamique sociale ». Y’a que moi qui en rigole ou bien ?
                    Il veut nous faire croire à la lecon de vie du foot par « les valeurs d’amitié, d’humilité, d’abnégation »...mort de rire...ca doit faire longtemps qu’il a pas vu un joueur de foot pro. Les sportifs, comme les patrons, les artistes ou les politiques feraient bien mieux de payer leurs impôts car c’est comme cela qu’ils représenteront le mieux leur pays.

                    Le pire c’est que si ca se trouve il croit vraiment ce qu’il dit notre financier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès