Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Football : de l’utilité d’un deuxième grand club à (...)

Football : de l’utilité d’un deuxième grand club à Paris

Le Paris-Saint-Germain est le seul club de la capitale au sein de l’élite du football français. Il a même failli la quitter cette année. Chez nos voisins européens, les clubs des capitales sont à l’inverse plutôt nombreux. Et leurs résultats sont relativement meilleurs que ceux de nos clubs hexagonaux. En dehors des impôts inexistants et des salaires exorbitants qui y attirent les meilleurs joueurs, faut-il voir une relation de cause à effet entre la présence de plusieurs clubs dans la même ville et ces brillants résultats ?

Pour commencer, je vais essayer d’éviter toute réaction vaseuse : je n’ai pas fait de faute dans le titre, il y a bien déjà un premier club de foot à Paris...

Certes, il s’en est fallu de peu pour que la capitale ne soit plus représentée dans l’élite hexagonale la saison prochaine. Trois points exactement... Une victoire de moins et le PSG allait découvrir les "joies" de la L2.

Exister sur la scène européenne

A l’heure où le football français a de plus en plus de mal à exister sur la scène européenne, un tel "événement" aurait sans doute renforcé cette impression.
Pourquoi ? Eh bien, il suffit de jeter un coup d’œil aux autres championnats, les vrais grands championnats européens (mais aussi les autres) :


- Angleterre : les doigts d’une main ne suffisent pas à compter les clubs londoniens. Arsenal, Fulham, Chelsea, Tottenham et West Ham en Premier League et huit autres clubs professionnels ;

- Espagne : Real Madrid, Atletico Madrid (sans compter les clubs de la banlieue madrilène) ;

- Italie : AS Roma, Lazio ;

- Ecosse : Celtic et Rangers à Glasgow ;

- Portugal : Benfica, Sporting Club ;

- Allemagne : c’est un peu un cas à part, le Herta Berlin ne croulant pas sous les titres en ce moment. Mais le Bayern Munich suffit (presque) à faire briller le foot allemand partout.

Les exemples pourraient encore être nombreux. En France, nous avons donc le PSG... et le Paris FC qui végète en National. Pas très "glorieux" ?

Pourtant, ce n’est probablement pas un problème d’infrastructures ou de moyens financiers : à Paris, il y a plusieurs stades, et même si deux clubs devaient jouer au Parc des Princes, ça ne poserait pas forcément problème. D’ailleurs, que font-ils à Milan ? Côté financier, il y a toujours quelqu’un pour injecter des millions dans un club (un peu plus à l’est je vous dis). Et puis Paris est une ville qui a toujours fait rêver et là, je ne parle plus de sport.

En pensant au Racing

Si l’on revient une vingtaine d’années en arrière, on se souvient de l’exemple du Matra Rcing, RP1 ou Racing Club de France (le même club, mais qui a connu plusieurs appellations). En 1982 déjà, l’industriel Jean-Luc Lagardère avait décidé de s’investir dans le football et s’était donné pour but de doter Paris d’un second grand club. À l’époque, la deuxième équipe de la capitale est le Paris FC qui vient de redescendre en Division 2, n’arrive pas à se bâtir un soutien populaire, et fait face à une grave crise financière. Lagardère décide de ressusciter le nom et l’image du Racing, comptant sur les nostalgiques de la grande époque (vice-champion de France en 1961 et 1962, champion de France en... 1936) pour faire naître un public. Il rachète donc la section professionnelle du Paris FC, rebaptisée Paris 1, et la fusionne avec la section football du Racing sous le nom de Racing Paris 1. L’objectif fixé est aussi simple qu’ambitieux : remporter une Coupe d’Europe dans les dix ans.

Mais la mayonnaise a du mal à prendre et malgré la venue de grosses pointures (Pascal Olmeta, Enzo Francescoli, Luis Fernandez, Maxime Bossis...), le club n’arrive pas à s’installer durablement dans l’élite du foot français. Le public ne suit pas non plus, d’autant que le PSG devient, lui, de plus en plus performant... Entre problèmes financiers et sportifs, le Racing est rétrogradé en D2 et même en D3, à la demande des dirigeants.

Aujourd’hui, le Racing est en CFA (l’équivalent de la quatrième division) mais son avenir reste flou...

Michel Moulin relance le débat

L’idée d’un deuxième grand club à Paris n’est toujours pas morte et ferait régulièrement surface... même si elle a tout d’une Arlésienne.

Et ce ne sont pas les propos de Michel Moulin qui vont à l’encontre de cette thèse. Michel qui ? Michel Moulin, l’homme qui a été nommé conseiller sportif du PSG, il y a quelques semaines, après le départ du président Cayzac, afin de sauver la peau du PSG en L1. Mission accomplie, merci et au revoir. Les actionnaires ne semblent effectivement pas décidé à le garder dans leur club.

Ce qui a fait dire à M. Moulin qu’il "ratait quelque chose à Paris", même s’il a exprimé son souhait de rester dans le football : "C’est vrai, je rate quelque chose avec le PSG, mais je crois que je ferai un deuxième club à Paris et un club d’un niveau élevé. J’ai en tête plusieurs clubs, mais, pour l’instant, je n’en dis pas plus. Je suis un passionné..."

Alors que faut-il comprendre par là ? A-t-il un œil sur le Racing ou le Paris FC ? Autre chose ? Si les choses continuent, ce n’est de toute façon pas pour demain qu’il y aura un derby 100 % parisien en Ligue 1 (ou ailleurs).

D’ici là, le PSG va tenter de se reconstruire dès la saison prochaine, avec un nouveau président (Charles Villeneuve vraisemblablement). Sans parler d’Europe ou de titre tout de suite, l’objectif du club sera d’éviter une nouvelle saison noire comme celle qui vient de s’achever.

Et alors, à ce moment-là, peut-être qu’une concurrence renforcée dans le championnat renforcera l’intérêt de celui-ci... On a bien vu qu’il était préférable de voir un duel entre Lyon et Bordeaux qu’un cavalier seul de l’OL. Preuve qu’un deuxième club à Paris pourrait s’avérer d’utilité footbalistique publique... même si certains contribuables trouveraient à y redire.


Moyenne des avis sur cet article :  1.87/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • roOl roOl 28 mai 2008 14:01

    En general, le deuxieme "grand club" des capitales monte en puissance bien apres que son predecesseur est fait ses preuves.

    Que le PSG fasse ses preuves deja, apres on parlera d’un deuxieme club.


    • roOl roOl 28 mai 2008 15:12

      Ca existe plus sportvox au fait ?

      Il s’est peut etre perdu ce garcon ...


    • ludchou 30 mai 2008 14:22

      Ben, demande à Agoravox de ne plus publier un seul article de sport... Puis, ensuite, en plus de ceux qui existent déjà, on créera economivox, politicovox, tribunelibrovox...

      Bref, merci pour ton commentaire constructif


    • roOl roOl 3 juin 2008 14:47

      nan mais je dis ca ca n’as rien de personnel, juste qu’on s’en ballance du foot smiley


    • Zkyx 28 mai 2008 15:19

      Pour avoir un deuxième "grand club" ... il faudrait commencer par avoir "1 grand club". Enfin j’dis ça j’dis rien moi... smiley

      Ce n’est pas trop dans la culture française d’avoir plusieurs clubs dans une même ville, il y a - me semble-t-il - même eu une volonté de part le passé de ne laisser subsister qu’une équipe principale (au travers de fusions par exemple).

      Et je ne vois pas en quoi un second club parisien rendrait le championnat plus intéressant que d’avoir un bon Bordeaux, un bon OM ou un bon Monaco (voire un bon PSG car à une époque ils étaient bons)..


      • Vincent 28 mai 2008 16:36

        Plusieur remarques,

        la première, il me semble que dans les club Parisiens vous oubliez le Red Star qui dans les années 80 évoluait en D2.

        la seocnde Michel Moulin est un mercenaire, il souhaite s’investir dans le foot comme il dit, je rectifierais en disant qu’il souhaite investir dans le foot pour gagner beaucoup d’argent.

        Il est arrivé au PSG avec ses gros sabot, voulant révolutionner le foot et menaçant les journalistes, il n’a pas franchement que des amis dans le foot.

        Enfin, la sauce au PSG ne prend plus car selon moi, il n’y a pas d’esprit d’équipe, de cohésion dans l’effectif, uniquement une somme d’invidualité, à l’image des galactiques du Real de Madrid les résultats et le talent en moins.

        Construire ue équipe demande du temps, de l’implication et un vécu commun, une ossature solide.

        Est-ce que monsieur Droit de Savoir sera faire prendre cette future mayonnaise, je l’espère pour lui.

        Mais à l’heure actuelle ce qui motive les actionnaire du club, ce sont les retombée finacière immédiates, donc ce ne sera pas évident.

        Quant à un second grand club à Paris, pourquoi pas, mais cela prendrait la place d’une autre ville.

        Au moins les champoinnats de France L1 & L2 nous font progresser en géo pauvre ignards de footeux que nous sommes.


        • stephanemot stephanemot 29 mai 2008 02:37

          Le Red Star tenait effectivement la corde il y a quelques annees. Fernandez rodait autour et le club a meme teste le Stade de France contre l’ASSE. Depuis, il se morfond sportivement et il faudrait un investisseur particulierement branche mecenat desinteresse pour relancer le projet.

          La cible aujourd’hui c’est le PSG, mais je me demande sur quels criteres Villeneuve a ete choisi a part son carnet d’adresses et son festival de maladresses depuis sa nomination (Mendy ? l’avenir avec Make et Tutu ?)


        • Weinstein 28 mai 2008 17:09

          Et si on arrêtait avec ce sport de débiles, joué par des débiles et regardez pas plus débiles qu’eux, eux au moins se font payer !

          Bien à vous.


          • Vincent 29 mai 2008 10:47

            Et si vous commenciez par écrire correctement, après ensuite nous pourrions discuter, dire que le foot est un sport de débile, je ne le pense pas,

            c’est un sport populaire, le foot est la discipline sportive qui comporte le plus grand nombre de licencier en France, le foot est le reflet de la société avec ses bons et ses mauvais.

            Par rapport à d’autre sports élitistes (financièrement : le golf, la voile, l’équitation sont des exemple de spot passionnant mais pas forcement accessible à l’ensemble de la population).

            Le foot est aussi une école de la vie, vous y apprenez jeune à côtoyer d’autres gamins, à partager l’esprit d’équipe, à vous battre pour votre place, enfin personnellement le foot m’a beaucoup apporté et me sert encore de soupape de décompression le dimanche matin.

             

            Alors s’il vous plait gardez votre banal jugement sans argumentaire pour vous, et ne considérez pas la minorité de trublions comme les dignes représentants de ce sport

             

            Pour finir quelques infos chiffrées :

             La FFF en chiffres 

             

            • 2 320 625 licencié(e)s, dont 60 521 féminines
            • 17 753 clubs amateurs
            • 40 clubs professionnels participent aux championnats de Ligue 1 (20 clubs) et de Ligue 2 (20 clubs)
            • 1 000 000 de matches par an
            • 31 Ligues Régionales, dont 9 d’Outre-Mer
            • 102 Districts
            • 7 000 salariés
            • 350 000 bénévoles

            La population française totale est de 63,75 M d’hbts

            Donc env. 1 personne sur 30 en France est licenciée à la FFT,

            Si l’on considère que l’on commence le foot à 6 ans et que l’on arrête à 60 ans.

            Pour les hommes cela représente en France 22.98 M d’hommes soit en gros 10% des hommes sont licenciés à la FFT.

            Est-ce que 10% de la population homme dans la tranche d’age 6-60ans est débile, j’en doute.

             


          • roOl roOl 3 juin 2008 14:50

            Pourtant la preuve est dans les chiffres !!

             

            aller, filer vite, j’ai vu une baballe dans le champ d’à coté !


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 29 mai 2008 20:36

            C’est pas souvent que je cause foot (ça m’interresse comme l’an 12), mais j’ai vu sur Arte un docu sur Maradona, j’étais ébahit de voir comment il a été trainé dans la boue et comment les étasuniens ont flingué sa carrière, certainement parcequ’il fréquentait la bête noire des réacs amerloques et du gouvernement, Fidel Castro.

            Il n’a jamais renié ses origines plus que modestes, le bidonville.

            A la fin d’un match à la coupe du monde des USA 1994, les argentins avaient gagné le match, une nénette emmène le Diego au contrôle anti-dopo,et paf positif et viré. Fin de carrière.

            Il faut quand même savoir que lors de la dernière coupe du monde de Berlin 2006 , IL N’Y A PAS EU LE MOINDRE CONTRÔLE ANTI-DOPAGE, alors ?

            Le foot proféssionel c’est le sport le plus pourri, trop de fric...

             


            • chmoll chmoll 30 mai 2008 11:15

              ben ouié un 2ième grand club de foot,pourvu qu’il(sache) joue au foot,

               


              • CORTO72 1er juin 2008 20:15

                C’est marrant qu’on se pose la question pour Paris parce qu’à Marseille, personne ne rêve de voir Endoume en Ligue 1 smiley

                C’est bien que ce club ne fait pas vraiment corps avec la ville.

                Trop ouest parisien ? trop facho côté tribunes ? trop .... ou pas assez des tas d’autres choses ? En tout cas pas vraiment populaire malgré le soutien du président de la république smiley

                Côté alternative, y’a Créteil et qq autres aussi mais bon le plus dur c’est le projet et l’investisseur.

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès