Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Football espagnol : les galactiques de la belote

Football espagnol : les galactiques de la belote

Ridiculisé par l’ennemi catalan (0-3 à Bernabeu), le Real Madrid, plus blanc que jamais, touche au transparent, à l’invisible, à l’insipide. La preuve par onze que le football n’est pas qu’une question d’argent.

Il y a dans le football, comme en politique, des phrases toutes faites, comme « ils ne passeront pas leurs vacances ensemble » ou « le Real Madrid est une grande équipe ». Aujourd’hui, le présent fait mal pour le Real Madrid. Le Real Madrid était une grande équipe, devrait-on dire. Parce que désormais, ce club légendaire, chouchou du roi d’Espagne et coiffeur de David Beckham, n’est plus qu’une sorte d’hospice pour anciens grands joueurs aux cheveux blancs et aux jambes lourdes.

Il fallait voir, samedi soir, les « merengue » comme on les appelle là-bas, balayés par l’ennemi catalan de toujours, le FC Barcelone, aux joueurs plus jeunes, plus rapides, plus brillants que ceux de la Maison Blanche. Il fallait lire sur les visages très entretenus des stars, venus d’ailleurs arrondir leur compte en banque, tout le désappointement du monde à chacun des trois buts spectaculaires et cruels de ceux d’en face, mobiles, motivés, et encore aptes à jouer au football.

Le Real de Madrid était une grande équipe, oui, une équipe mythique, même, il y a longtemps de cela, au début de la coupe des clubs champions, à l’époque des Di Stefano et consorts. Mais le Real aujourd’hui, géré comme une promotion de la star academy, ressemble aux Harlem Globe Trotters, une sorte de super club pour exhibitions, mais pas un club capable de disputer de vraies compétitions.

On ne peut pas jouer au foot sans ligne de défense, sans une liaison cohérente, au milieu du terrain entre cette défense donc et l’attaque, sans un gros travail de récupération du ballon. Or, le Real joue aujourd’hui sans schéma tactique, sans récupérateur, sans patron dans sa défense, non, juste à la place des noms connus, ronflants et plus que fatigués, des Roberto Carlos par là, des Zidane par ci, des Raul ici encore, tous jusqu’à la corde raclés, tels des fonds de tiroir, dont on ne peut plus rien tirer. Prenez le côté gauche, par exemple : Roberto Carlos y a tracé son chemin, depuis huit ans, mais il ne parvient même plus à le suivre désormais, il ne parvient qu’une ou deux fois par match à accélérer encore. Et il lui arrive encore plus rarement d’y retrouver Zidane, de retour de méforme, la barbe longue, dont la fameuse roulette n’est plus qu’un gimmick loupé une fois sur deux.

Voyez Raul, au visage marqué au bout de trois minutes de jeu, un des joueurs les plus essorés d’Europe, recuit et archicuit, qui essaie encore, tente beaucoup, se bat intelligemment, mais n’a plus que cette volonté-là à proposer. Plus de capacité à accélérer, créer l’intervalle, être décisif. Que dire de Ronaldo, et de son genou et demi, qui arrive quand même à marquer trente buts par saison, mais on se demande comment, tant il est désormais, à son tour, l’ombre de la terreur qu’il inspirait quand, à dix huit ans à peine, il était venu éclairer le Barça, en provenance du PSV Eindhoven. A l’époque, Ronaldo était aussi décisif que l’est aujourd’hui Ronaldinho...

C’est ça, les Real/Barcelone aujourd’hui, la confrontation entre le noir et blanc et la couleur, le tube cathodique, profond et lourd et le plasma, qui se fixe au mur, le bus à impérial et la Porsche. Le Real était une grande équipe, c’est aujourd’hui une vitrine clinquante, contre laquelle les équipes sont assurées d’avoir une bonne dizaine d’occasions franches, et donc de pouvoir marquer à tous les coups, ou presque. Par moments, en de courts instants, les blancs parviennent à faire peur, arrivent à accélérer et gagnent des matches. Ils se qualifieront même sans doute pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais il est à parier gros qu’ils n’iront guère plus loin, trop affaiblis par leurs failles défensives, indignes d’une équipe de ce standing. Une sorte de paquebot de luxe sans hélices.

Alors, évidemment, on peut toujours être impressionné de jouer face à Zidane, ou d’échanger son maillot avec Beckham. Il n’empêche, aujourd’hui les joueurs du club de la capitale espagnole sont sans doute plus durs à battre aux cartes qu’au foot !

Les Lyonnais pourraient s’en inspirer pour une victoire de prestige, mercredi prochain. A moins que, soudain, les anciennes vedettes ne retrouvent des ailes, que la magie n’opère à nouveau du côté des « galactiques ». La magie, oui, c’est bien cela dont ils auraient besoin, les coéquipiers d’Helguera, un bon tour de magie, un lapin qui disparaîtrait du chapeau ou un truc de ce genre, seul miracle capable de transformer à nouveau cet orchestre de bal populaire en groupe à la mode.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Un spectateur du beau jeu et des critiques fondé... (---.---.220.31) 21 novembre 2005 13:37

    Avant de poser de telles critiques, il faudrait savoir de quoi on parle. Le real etait diminué, et ces stars que vous décrié aujourd’hui, voius les felicitiez un peu plus tot quand ils ont gagnée 9 de leurs 11 matchs dont 6 consecutives. A ce moments c’etait une equipe qui etait forte et c’etait le barca qui etait en crise. A force de changer son fusil d’epaule on arrive a perdre ces lecteurs et son intégrité moral, journalistique. Pour ces raisons je vous demanderez d’etre plus inteligible dans vos propos, car ce match compte 3 points, le barca a gagner 5 matchs consecutif comme le real il y a 2 semaines. Il est donc fort a parié que dans 2 semaines si le barca est amené a perdre, que vos critiques retombent sur eux.


    • nirvador (---.---.18.22) 21 novembre 2005 18:41

      Allons allons... Il est clair que le real était l’ombre de lui même... Que ces stars sont tout de même plus sur la fin de carrière que sur le début comme Ronaldhino qui n’a que 25 ans. Il est clair aussi que les blessures n’expliquent pas tout car depuis 5 matchs de liga consécutifs le Real perd contre le Barça. Ces défaites contre l’ennemi de toujours se répétent depuis l’année de la défaite contre Monaco. A vrai dire, depuis les departs de Makelele et de Morientes, le real n’a plus rien gagné... Les deux joueurs ont été remplacés par Beckham et Ronaldo...peut-on vendre des maillots et gagner des matchs ?


      • Xx (---.---.69.76) 21 novembre 2005 18:44

        Pourquoi tu parles de Di Stefano. Tu sais vraiment de football ? Tu n’a pas connus l’époque de Del Bosque ?


        • Calb (---.---.8.219) 21 novembre 2005 20:26

          le foot c’est nul !


          • Cobalt (---.---.178.117) 22 novembre 2005 14:59

            A force de vouloir faire du style l’article devient insipide, transparent...blablablzzzZzZzZZzz, casser pour faire du style n’aucun interet, et le manque d’objectivité de cette article montre le faible niveau d’analyse de l’auteur...mais cela ne l’arrete pas quitte à ecrire n’importe quoi... Que la personne qui a écris cette article continue à vendre des livres parce qu’en écrire me parait peine perdu...

            Un fan de Ronaldo


            • (---.---.102.9) 23 novembre 2005 23:29

              je voudrais dire a tout le monde de ne pas réagir a cette article en disant que un coup on plonge dans les éloges et une fois dans la critique pour attirer du monde ici .non la méthode est en fait la façon comme nous réagissons on marche en plein dedans quel belle énoncé et quel belle dissertation nous faisons....a bont entendeur je réagirais quand meme a propos de zizou car je vous souhaite pas d’etre touché aux adducteurs accrue d’une pubalgie quoique la seule chose qui peux vous arriver c’est une entorse au poignet a force d’écrire des navets ... et puis a trente trois ans on est dans l’ expérience et non dans la folie de la jeunesse mais peut etre que l’auteur n’a jamais pratiqué du sport ou si jusqu’a 25 ans c’est a dire courir betement et nulle part en meme temps comme il le fait la avec sa plume


              • Mariano (---.---.104.251) 24 novembre 2005 14:49

                De père madrilène, j’ai cinquante ans dans quelques jours. Je me souviens gamin, j’écoutais les matches du real à la radio espagnole, à une époque qui résonnait encore des exploits des grands kopa, Puskas, Di Stephano, Gento et tant d’autres que je n’avais pas connus. Pendant 30 ans j’ai rêvé d’un Real à nouveau Champion d’Europe de mon vivant sans trop y croire. Comme titrait à la une le journal l’Equipe le lendemain de la finale gagnée par les merengues de Raoul : « LE REAL MADRID EST ETERNEL ».

                L’amour d’un club ne doit pas rendre aveugle, malheureusement je n’ai rien à opposer à votre exposé : il est dramatiquement juste.

                Tout est souvent affaire de cycles, indéniablement un cycle se termine mais n’enterrez pas le club il renaîtra plus fort que jamais c’est une question de temps. Trois, dix, quinze ans peu importe le Réal est éternel.


                • bof bof bof (---.---.215.105) 26 novembre 2005 14:08

                  les harlem globe trotter ont gagné des titres, ils avaient un formidable talent, mais pas seulement pour amuser le galerie.Et puis ne comparons pas ce qui n’est pas comparable, la situation est loin d’être la même...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès