Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Franck Montagny et ses rêves en F1...

Franck Montagny et ses rêves en F1...

Le jeune Français est depuis le Grand prix d’Europe, le second pilote de la petite écurie japonaise. Cela réchauffe le cœur des fans tricolores, mais comment Franck Montagny a-t-il réussi seul à obtenir ce baquet ? Et surtout, après le Grand prix dans les rues de Monaco, gardera-t-il ce poste dont il dispose pour trois courses seulement ?

La genèse...

Quand le titre constructeur fut venu, Renault F1 Team décida de redistribuer les cartes pour le poste de pilote essayeur. Au revoir, Franck Montagny et bonjour, Heikki Kovalainen ! En remerciement de ses bons et loyaux services, le Français ne reçut même pas le soutien financier et l’aide de l’équipe couronnée, pour décrocher un autre baquet dans une écurie concurrente ! Renault F1 team, toute heureuse de son exploit en 2005, savourait les paillettes du succès, tandis que Franck Montagny devait se contenter des bulles amères du champagne de la victoire finale. Pourtant au début de la saison 2005, Flavio Briatore déclarait son soutien à son troisième pilote et expliquait même qu’il ne devait pas rejoindre une autre équipe, tant qu’il serait sous contrat avec Renault : " Ça ne servirait à rien d’envoyer Franck dans une écurie qui perdrait 4 ou 5 secondes au tour. S’il trouve une bonne écurie, il ira. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes très contents de son travail. Il fait un super job qui est très important pour Renault. Si on gagne, le mérite lui reviendra aussi... "

Franck ne pouvait douter de tant d’éloges et il s’attela au développement de la future monoplace "Championne du monde". Un travail visible, puisque chaque week-end de compétition, les deux titulaires de l’écurie récoltaient les fruits de son travail. A aucun moment il ne rechigna à la tâche. L’ogre Flavio se frottait les mains, podium après podium... Mais le trophée acquis, le mérite tant espéré se fit attendre ! La meilleure proposition qu’il reçut de la part du motoriste français, c’est celle qui consista à lui ouvrir la porte pour qu’il puisse quitter l’écurie sans prendre le risque que celle-ci lui revienne dans la poire. Manquerait plus que le petit poucet quitte la maison Renault avec un œil au beurre noir : déjà que la pilule du mérite était grosse à avaler ! Seul face à son destin, Franck Montagny n’avait qu’une solution... Retrousser les manches de sa combinaison de pilote pour se trouver un volant...

Les premiers pas chez Super Aguri Racing !

C’est à quelques jours du début de la saison 2006 qu’une bonne nouvelle arriva aux supporters de Franck : Aguri Suzuki venait de s’attacher les services du talentueux pilote français pour les deux premiers Grands prix du Championnat. Cette collaboration s’entendait pour les courses de Bahreïn et de Malaisie, et malgré le fait que l’équipe Super Aguri Racing ne disposerait pas de troisième monoplace à faire tourner le vendredi matin, Franck accepta de prendre ce poste de consultant de luxe. Il apporta son expérience de la discipline à cette structure naissante, et donna des pistes à exploiter aux ingénieurs de l’écurie afin de développer au mieux cette SA05 (issue d’un chassis Arrows A23 datant de 2002 et remis aux normes 2006). L’équipe ne disposant pas d’un budget suffisant pour exploiter au mieux le savoir de notre Franck national, elle décida en toute logique de ne pas renouveler son premier contrat. A nouveau, il se retrouvait avec des projets plein les poches, mais sans baquet en F1. Le sport automobile qu’il apprécie le plus lui tournait à nouveau le dos...

Mais, l’aventure était-elle réellement terminée ? On pouvait le penser ! Le poste de troisième pilote était assuré par le jeune espoir de chez Honda, James Rossiter et le petit titulaire, Yuji Ide, tentait, tant bien que mal, de faire son apprentissage de la discipline. L’horizon chez Super Aguri Racing semblait définitivement bouché pour Franck... A Saint Marin, dès l’extinction des feux, le trublion Yuji Ide envoya Christijan Albers faire un tour dans un bac à gravier. Ce terrible incident de course se termina bien pour le représentant Midland F1 Team, mais Yuji venait de signer la fin de sa courte carrière en Formule 1. La FIA se mêla même de l’affaire pour être sûr que l’apprenti de la discipline ne puisse pas reprendre le volant de la SA05. Super Aguri Racing devait, au plus vite, trouver un remplaçant à ce poste. Un pilote disposant de la "super licence" pour qu’il soit opérationnel dès le Grand prix d’Europe !

Le retour dans le paddock...

A quelques heures du début de la compétition, Aguri Suzuki décida de décrocher son téléphone pour faire à nouveau appel à Franck Montagny : mais cette fois, il disposerait du baquet n°2 de l’équipe. Pas pour tout le Championnat, juste pour cette course sur le tracé du Nürburgring. Les évènements dicteront la suite de l’aventure. Voici donc, le petit Français de retour dans la discipline et surtout prêt à disputer son premier GP en F1. Le rêve devient réalité pour Franck : " Cela fait 5 mois que je n’ai pas piloté une F1 et je suis donc bien évidemment moins prêt que les autres pilotes du plateau qui ont tous les essais hivernaux et 4 Grand prix dans les jambes. Je ne connais pas du tout la SA05... C’est un problème pour vous ? Pas pour moi, on verra bien, je ne vais pas bouder mon plaisir et faire la fine bouche ! C’est une grande chance dans ma carrière, je l’attends depuis longtemps alors même si les conditions ne sont pas idéales ce sera une expérience fantastique et l’occasion d’aller plus avant dans ma collaboration avec ce beau projet Super Aguri. "

Un bonheur n’arrive jamais seul ! Après le retrait définitif de la "super licence" de Yuji Ide, Franck Montagny fut confirmé à son poste pour deux courses de plus (Barcelone et Monaco). Ce baquet, il souhaiterait le conserver ! Mais que lui faut-il ? Le nerf de la guerre, c’est l’argent... Il doit trouver un budget qui lui permettra de s’offrir ce baquet qu’il convoite tant. Les options ne sont pas légion, mais notre pilote français travaille dur en piste et en dehors pour terminer la saison 2006 à bord de la monoplace de la onzième équipe... Même si Super Aguri Racing est ravi de sa collaboration avec sa nouvelle recrue, son budget étriqué l’oblige à prendre un pilote titulaire ayant des sponsors.

La suite et...

Franck Montagny est notre seul représentant en course depuis Olivier Panis. Tout le paddock est d’accord pour reconnaître ses compétences ! Il ne lui manque qu’une chose : des sponsors... Il serait vraiment décevant de constater qu’en France, on n’est pas prêt à aider un jeune qui s’investit, qui cherche des solutions par ses propres moyens, qui bosse année après année pour arriver à l’excellence ! Certains dans la voie des stands devraient avoir honte de leur comportement et pourraient, après lui avoir ouvert la porte, lui renvoyer l’ascenseur !
Le courage sera-t-il récompensé ? Les fans français l’espèrent vraiment !


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • cshell (---.---.28.24) 22 mai 2006 13:19

    D’après Flavio Briatore, Frank est relativement lent pour un pilote de F1. Il est clair que sa seule chance de piloter une F1 est d’apporter un gros budget avec lui. A ce niveau là, les sommes sont collossales et les retombées commerciales aléatoires . La prise de risque est semble t-il trop importante pour des sociétés « relevant » de la législation française .


    • Jojo2 (---.---.149.68) 22 mai 2006 23:24

      « Franck Montagny est notre seul représentant en course depuis Olivier Panis. »

      Ya pas de honte à ne pas figurer dans le Guiness record du ridicule et du gaspillage.


      • Billaud Norbert (---.---.130.11) 22 mai 2006 23:46

        Jojo 2 : Ya pas de honte à ne pas figurer dans le Guiness record du ridicule et du gaspillage

        Je suis bien d’accord avec toi ! Mais, je constate juste qu’il est dommage que dans la discipline, reine du sport automobile : Il n’y est pas de pilote tricolore de façon sûre et définitive...

        Libre à toi d’apprécier ou pas. Chacun à le droit d’avoir son avis sur la question


      • cshell (---.---.28.24) 23 mai 2006 00:57

        N’en déplaise à Jojo, mais Max Mosley, le président de la FIA , a proposé d’autoriser une certaine forme d’hybridation pour redorer l’image de haute technologie de ce sport. Il s’agirait de récupérer l’energie perdue lors des phases de freinage. Cette énergie récupérée permettrait de limiter la puissance actuelle des moteurs (800 CV) et donc leurs consommations (60 L/100Km). Ce qui est positif pour notre planète est que cette technologie sera appliquée aux véhicules de Monsieur « tout le monde » ; le gain en terme de pollution sera farimineux. Comme quoi, il vaut mieux considérer la F1 comme un laboratoire d’innovation à notre profit. Après tout, on peut toujours essayer de se passer de voiture, mais là on n’a pas encore inventé le modèle économique qui ne nous conduirait pas à l’anarchie .


        • (---.---.94.103) 25 mai 2006 19:27

          la france devrais avoir hontes de ne pas soutenir un brignolais.go franck .sb brignoles

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès