Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Je n’ai pas dit que Thierry Henry était un saint

Je n’ai pas dit que Thierry Henry était un saint

Thierry Henry et Socrate, une leçon de philosophie.
 
Maintenant que les loups commencent à se fatiguer de hurler, je me demandais si le moment n’était pas venu de tirer de cette affaire, entre autres enseignements, une petite leçon de philosophie classique.
 
Car si les donneurs de leçons sont légion, les donneurs de leçons de philosophie sont rares. 
 
Nous l’avons tous constaté, à la suite de cette action litigieuse, on a vu déferler la tempête de réactions outragées, une sorte de tsunami moralisateur ou chambreur, la charge héroïque de milliers de donneurs de leçons, bref, il pleuvait, mais il pleuvait des saints.
 
Des petits saints, certes, mais des saints. 
 
Réactions souvent ironiques, le web s’en donnant à cœur joie, souvent cruelles, plus ou moins avisées, plus ou moins ridicules, mais je ne cite pas de noms, ils se reconnaîtront tout seuls, ou vous les reconnaîtrez. 
 
Alors on se demande évidemment : Pourquoi tant de haine ? 
 
S ‘il y a autant de réactions et de débats autour de cette main somme toute de bien peu d’importance, c’est je crois parce que l’on touche à des questions que se pose l’être humain depuis la plus haute antiquité : Les questions fondamentales de la justice, de l’injustice, du bien et du mal, du respect de soi et des autres, de l’intégrité personnelle, ou des valeurs morales. 
 
Lorsque l’on se pose ce type de questions fondamentales et que l’on se perd en conjectures, il faut toujours revenir aux grecs. 
 
Si Socrate (ne pas confondre avec le brésilien Socrates) avait été présent devant son poste de télévision, qu’aurait-il pu nous enseigner après ce fameux match ?
Une chose est certaine, on ne l’aurait pas vu hurler avec les loups, c’était pas le genre du bonhomme. 
 
Ce que Thierry Henry a fait, à l’évidence, c’est mal. Mais nous savons tous que Thierry Henry n’est pas l’incarnation du mal, il en est même probablement tout le contraire. Et là soudain, en l’espace d’une fraction de seconde, il aurait commis les sept pêchés capitaux, et pour couronner le tout, le pêché suprême : User de son libre arbitre dans le but (hi !) de tromper l’arbitre… 
 
Or l’une des convictions profondes de Socrate, c’est que l’homme ne commet pas le mal volontairement. 
 
Cela ne signifie pas qu’il faut donner l’absolution à Saint Thierry, mais cela signifie que sa mauvaise action n’est pas perverse, et que son intégrité morale n’est pas en cause. 
 
Nous pouvons je pense tous admettre le fait que Thierry n’a pas voulu commettre une « mauvaise action », ou faire du mal aux irlandais, mais plutôt tout bêtement faire le bien de son équipe.
 
Cela semble évident, et cela colle au personnage, ce joueur aux 117 sélections, qui est tout ce que l’on voudra sauf un malfaisant. 
 
Il aurait commis cette action par bêtise alors, nous dira-t-on ?
 
Socrate nous enseigne que c’est plus exactement par méconnaissance. 
 
Dans le feu de l’action devant le but et à la vitesse où les choses se sont passées, Thierry Henry n’a littéralement pas eu le temps matériel de comprendre à quel point son geste pouvait être mauvais, car s’il l’avait compris, nous savons tous qu’il ne l’aurait pas commis, parce que nous savons tous que son âme de footballeur n’est pas corrompue. 
 
Malgré quelque fidèles soutiens, Thierry Henry se trouve en ce moment bien seul dans l’œil du cyclone, accablé par cette horde de bien-pensants, qui pour la plupart, n’ont jamais joué un match de football de leur vie, et ne connaissent de ce sport que ce qu’ils en perçoivent à travers un écran de télévision.
 
Rendez-vous compte : 88 % des français désapprouvent le geste de la main qui caresse honteusement le ballon virginal !
 
Il y aurait donc 88 % de sainteté dans la population française ?
 
88 % qui savent, et qui détiennent la vérité, des spécialistes du football, de la justice et de l’arbitrage, c’est évident, mais en réalité nous dirait Socrate, des ignorants, qui ne savent même pas qu’il n’y connaissent rien. 
 
Ce chiffre de 88 % masque difficilement une terrifiante réalité : 12 % des français sont des monstres hideux vomis par les tripes de l’enfer, qui approuvent le geste de Henry ! (Qui serait sans opinion sur un tel sujet, je vous le demande ?) 
 
Moi, cette invitation à la curée, même lorsqu’elle revêt les masques de l’humour ou de l’ironie, ça me donne plutôt la nausée.
 
Je n’aime pas les corridas avec mise à mort, et encore moins l’ambiance qui règne dans les gradins à la fin de ces corridas. 
 
L’homme Thierry Henry ne mérite pas l’accueil qui va lui être fait maintenant dans les stades, en particulier hélas en Espagne, un accueil fleurant bon les fins de corridas… Ce n’est plus le parfum de l’herbe fraîchement coupée qui flottera dans le stade, mais cette odeur insupportable du sang mêlé à la poussière.
 
Puisque nous sommes dans l’antique, on pourrait suggérer aux « supporters » de baisser le pouce aussi ?
 
Non, ils n’osent pas encore ?
 
Les politiciens grecs n’ont pourtant pas hésité à condamner Socrate à mort, entre autres pour avoir « corrompu la jeunesse », un peu comme Henry l’aurait fait en donnant le mauvais exemple aux jeunes. 
 
Que Thierry Henry se rassure, on ne va pas lui faire boire la ciguë, juste peut-être une potion amère, mais qu’il en retienne ceci : Un homme qui préserve son intégrité n’a pas à craindre les quolibets faciles de ceux qui hurlent dans le gradins, sur le web, ou sur les plateaux de télévision, ces honnêtes gens, la bave aux lèvres. 
 
Thierry Henry est un homme intègre, qui souffre, et va souffrir encore longtemps de ce qui s’est passé sur le terrain.
 
N’est-ce pas suffisant comme peine ?
 
Socrate nous enseignerait ici que les irlandais, qui (dans ce cas précis) ont subi l’injustice, souffrent en réalité moins que celui qui l’a commise.
 
Il nous enseignerait que notre tolérance et notre compassion doivent aller d’abord à l’auteur de l’injustice plutôt qu’à ses victimes. 
 
Pas facile hein ? 
 
C’est tellement plus facile de ridiculiser et d’agonir d’injures l’auteur de la faute, surtout lorsque l’on est soi-même irréprochable, n’est-ce pas ? 
 
Lorsqu’il était tenté de commettre une mauvaise action, Socrate disait entendre en lui la voix d’un démon, comme la voix d’une entité « plus forte que lui ». La psychanalyse a remplacé le mot « démon » par le mot « surmoi ».
 
Ce n’est pas le « moi » de Thierry Henry qui a commis cette faute, mais certainement son « surmoi »
 
Et après avoir accompli cette mauvaise action, il se serait, selon certains, « enfoncé » à la fin du match, en s’en allant maladroitement tenter de « réconforter » un joueur irlandais abattu.
 
Je vous épargnerai la manière dont Saint Cantona a commenté cet épisode, car à la bassesse du trait, je préfère, même si je suis un parfait mécréant, la hauteur de vue de Saint Paul, qui, lui aussi devant son poste de télévision, déplorait tristement : « Je fais le mal que je ne veux pas, et je ne sais pas faire le bien que je voudrais » 
 
Mais ne faites pas dire ce que je n’ai pas dit. 
 
Je n’ai pas dit que Thierry Henry était un saint.
 
Si je le défends ici en m’appuyant sur les leçons de Socrate, je ne perds pas de vue que Socrate fut le premier à enseigner l’intégrité personnelle en termes de devoirs envers soi-même et non envers les dieux (du stade), les règles du jeu, les arbitres, ou toute autre autorité naturelle. 
 
Pour paraphraser Socrate, on pourrait dire qu’un footballeur de haut niveau est redevable d’une dette envers le football. Il « doit » littéralement sa (belle) vie au règles du football, les règles écrites, mais aussi les règles non écrites, ce que l’on pourrait appeler l’éthique du jeu, ou dans d’autres sports, l’ « étiquette ».
 
Il doit par conséquent obéir à ces règles quoi qu’il lui en coûte, fidèle en cela au principe socratique affirmant qu’il vaut mieux subir une injustice que la commettre. 
Si Henry avait pu se hisser au niveau de Socrate, il aurait préféré mourir sur le terrain, je veux dire perdre cette qualification au mondial, plutôt que de s’aider de la main pour continuer à vivre la belle aventure.
 
Mais n’est pas Socrate qui veut, et ne demandons pas l’impossible à un humain. 
Pour conclure (à tout Seigneur toute division d’honneur), je m’autoriserai le petit plaisir de paraphraser Jésus-Christ lui-même qui disait en substance, devant son poste de télévision : « Que gagnera un homme à s’emparer de la coupe du monde, s’il le fait au détriment de son âme ? » 
 
C’est une excellente question. 
 
Merci petit jésus, et merci surtout à Socrate et à ses leçons lumineuses, qui datent maintenant de 2500 ans, mais ne prennent pas une ride, et sont toujours d’actualité.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 26 novembre 2009 12:55

    @notoobad
    Démonstration sympa.


    • King Al Batar Albatar 26 novembre 2009 16:19

      Totalement d’accord, je susi un fan de foot, et je suis payé pour ecrire des commentaires de foot su internet sur des sites sportif. je peux vous dire que les réactions des internautes m’ont fait réaliser à quel point on peut etre con quand on ne connait pas....

      Avant je pestais un peu contre Thierry Henry, mais pour des raisons concretes (pas un fait de jeu). Je trouvais son jeu stéreotypé, soit il part s’enfermer dans un coin soit il repique dans l’axe en cherchant un coup franc. Un peu trop perso, trop nonchaland. Meilleur avec Barca ou Arsenal qu’avec les Bleus, mais des critiques purement sportives, basé sur le jeu.

      Maintenant, après cet incident et le lynchage public, je soutiens totalement Thierry Henry, et je suis bien plus fan qu’avant, parce que je trouve son lynchage injuste et l’oeuvre de cons qui connaissent rien à rien !

      Mon attaque type reste quand même Gignac Benzema, mais je suis redevenu fan d’Henry parce que quand même il a beaucoup donné pour les bleus.

      En fait il s’est presque sacrifié pour que l’on passe, en s’infligeant un lynchage conséquence de son acte. Finalement Thierry Henry c’est un peu le Jesus Christ des Bleus (la je crois que je pars en couille....) Non je plaisantais.

      VIVE THIERRY HENRY, ALLEZ LES BLEUS !!!!!!


      • logan 27 novembre 2009 05:51

        Un lynchage est toujours injuste.


      • Bertrand Du Gai Déclin Bertrand Du Gai Déclin 26 novembre 2009 18:33

        Excellente analyse.
        il est clair que vue à travers le prisme de Socrate, cette affaire prend un relief tout à fait intéressant. Merci pour cet article.

        Je n’étais pas spécialement fan de Thierry Henry avant ce pataquès, mais maintenant, tout comme albatar, je le soutiens à fond et, malgré ses quelques défauts récurrents, il est devenu par la grâce des lyncheurs hystériques, un de mes joueurs préférés.


        • MICHEL GERMAIN jacques Roux 26 novembre 2009 22:38

          Un homme qui s’essaie à la philosophie ne peut être complètement mauvais. Peut être auriez vous pu, en passant par Freud, glisser jusqu’au divin marquis ? Peut être auriez vous entrevu le glissement de la morale hypocritement puritaine allant puiser dans le surmoi ses « vils » instincts ? Peut être, encore, auriez vous pu entrevoir tout le symbole, dans cette main dorée à l’or fin, d’une société qui n’a plus honte d’exposer au grand jour son vrai visage devant la misère du monde, ? 

          Le football tel qu’on le voit est-il un jeu ou une marchandise ? 

          Il n’est pas de richesse qui ne soit née d’un crime disait Balzac, je crois ? Au poignet de cette main une Rollex peut être ? Si l’arbitre ne l’a pas vue c’est qu’il s’agit surement de la main invisible pour les chrétiens, mais cyniquement ostentatoire et revendiquée pour nos modernes « libéraux »...non ?


          • stephanemot stephanemot 27 novembre 2009 08:18

            Thierry a avant tout fait une faute professionnelle, bien avant ce geste.

            Et c’est JPE qui, s’il avait une once d’honneur, devrait avaler la cigue.


            • beuhrète 2 27 novembre 2009 10:41

              Décidément en France on aime bien cracher dans la soupe.

              http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-tierry-henry-39994789.html


              • Lord Mad Lord Mad 27 novembre 2009 12:03

                Bonjour,
                Votre article est bien écrit et agréable à lire mais il passe à côté du vrai problème de cette « main du diable »...
                Il ne s’agit pas d’accabler Henry qui est un joueur fair play et exemplaire et je condamnes les sifflets inqualifiables dont il fait l’objet depuis une semaine.
                Il faut dénoncer les VRAIS coupables de cet excès d’indignité : le sélectionneur national et SURTOUT cet irresponsable président de la FFF qui déshonore sa fonction et sa mission d’intérêt général.
                Le vrai scandale n’est pas la main de Thierry Henry, réalisée dans le feu de l’action comme dans des centaines de matches, i lest dans les scènes de joies scandaleuses du duo Domenech/Escalette à la fin du match et pour moi cette image laissera un tâche indélébile sur le sport français qui ne mérite pas çà...
                J’ai développé mon point de vue dans mon dernier article sur agora.
                C’est pour cela que je trouve ce texte moralisateur mais se trompant de cible...
                Sportivement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

isogood


Voir ses articles







Palmarès