Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > JO de Pékin : un bilan à la fois positif et négatif

JO de Pékin : un bilan à la fois positif et négatif

Comme toujours dans les affaires humaines, il y a un aspect positif et un autre négatif. Les JO ne dérogent pas à la règle, et il n’est pas besoin d’invoquer des problèmes politiques pour en tirer un bilan en demi-teinte.

La première constatation à la fin des Jeux est la formidable organisation des Chinois pour les JO de Pékin. Il y a bien eu des petits couacs de-ci, de-là, comme la durée de 1 h 40 pour le contrôle anti-dopage d’Alain Bernard et Laure Manaudou, mais de façon générale, tous les participants le confirment, l’organisation était parfaite : les volontaires au courant et capables de renseigner y compris dans des langues étrangères, une bonne signalétique, une bonne circulation et des transports en communs efficaces, des programmes clairs avec des horaires respectés, et puis, une cérémonie d’ouverture et de clôture d’un saut qualitatif équivalent au choc que nous avait fait Decouflé pour les JO d’Alberville.

LES RESULTATS DE LA FRANCE

Il n’y a qu’un seul couac dans ma perception personnelle de ces JO, c’est la façon dont les politiques français - je veux dire les non sportifs - s’autocongratulent pour des résultats superbes avec 40 médailles. Coluche avait raison, le coq est le seul oiseau capable de chanter les pieds dans la merde.

Certaines fédérations travaillent pour le bien du sport, mais d’autres passent leur temps à se battre entre eux. Et il est incroyable de voir que les athlètes français ont aussi peu de résultats en athlétisme, sauf à supposer que l’air en France contient des agents contraires aux performances, ce que semblent démentir les résultats dans certaines autres disciplines.

Depuis de très nombreuses années, le classement des pays dans les résultats des JO sont d’abord en nombre de médailles d’or puis en cas d’égalité d’argent. Si on regarde les résultats depuis les J0 de 1996, on a des résultats français pas vraiment en progression :

1996 Atlanta 5e 15 médailles d’or
2000 Sydney 6e 13 médailles d’or
2004 Athènes 7e 11 médailles d’or
2008 Pékin 10e 7 médailles d’or

Evidemment, Bernard Laporte, ancien sportif, ancien responsable (talentueux) du rugby, désormais secrétaire d’Etat (pas si bon que ça), en direct sur TF1 s’est empressé de dire qu’il n’y avait pas de décompte officiel et que chacun comptait comme il voulait et que lui, Bernard Laporte, comptait en nombre de médailles.
Si on regarde en nombre de médailles, le classement devient :

1996 Atlanta 6e 37 médailles au total
2000 Sydney 6e 38 médailles au total
2004 Athènes 7e 33 médailles au total
2008 Pékin 7e 40 médailles au total

On voit bien mieux la progression, M. Laporte, n’est-ce pas ?

Ah oui, les 40 médailles... Eh bien sachant qu’en 1996, on a eu 37 médailles sur 842, cela fait 4,3 % et en 2008 on en a eu 40 sur 958 distribuées, cela fait 4,18 % ce qui ne constitue pas une progression tout au moins mathématiquement.

Je préférais très nettement le Laporte plus sportif que politique : il n’avait pas la langue de bois, et il était plus crédible.

En tout cas, ce que je constate, c’est que à part quelques sports qui voient enfin leurs efforts couronnés de succès et quelques remarquables performances individuelles, la plupart des médailles ont été réalisées par ceux qu’on n’attendait pas.

Et donc, celles que nous prévoyaient les différentes fédérations sportives ne sont pas vraiment celles qu’ils nous prévoyaient. On se demande alors la qualité des dites fédérations : une erreur, c’est possible, mais se tromper sur la majorité des médaillés, cela fait quand même beaucoup.

LE DOPAGE

Il n’y a jamais eu autant de contrôles pour aussi peu de résultats positifs. A priori, tant mieux. En 1996, 2 contrôles positifs, en 2000, 10 contrôles positifs, en 2004, 27 contrôles positifs et en 2008, que 5 contrôles positifs, enfin humains, parce qu’il y a eu quand même 5 chevaux. Et le tout avec 4 620 contrôles effectués.

Evidemment, les mauvaises langues et les tricheurs (car ce sont bien entendu les tricheurs qui pensent d’abord à la triche, non ?) vont dire que les sportifs ont trouvé de nouvelles méthodes.

Eh bien il semblerait en fait que la plupart des pays ont commencé par contrôler chez eux avant d’envoyer des athlètes, parce que se faire prendre pour dopage aux JO, cela se sait partout et ce n’est pas bon pour l’image du pays. Donc les fédés nationales ont fait le ménage avant de venir.

Pour la France, tous les athlètes sélectionnés ont été suivis et contrôlés avant de pouvoir aller à Pékin. Et on a connaissance de 39 athlètes russes, bulgares et grecs qui ont été écartés par leurs fédérations de la sélection olympique pour raison de contrôle positif.

Il semblerait donc que les choses vont de mieux en mieux dans le sport de haut niveau aujourd’hui, et qu’en fait le travail soit désormais plus à faire dans le sport amateur où pas grand-chose n’est encore en place, probablement pour des questions de coût. Bientôt, quand on va prendre une licence, il faudra payer en plus le prix d’un contrôle.

L’ARBITRAGE

Par contre, l’arbitrage, cela ne va pas très bien. On peut même dire que ça ne va plus du tout.

Pourtant, le CIO fait des efforts depuis longtemps, et désormais, on n’a plus autant ces situations scandaleuses comme au patinage artistique ou le vainqueur olympique devait autant aux magouilles entre pays voire aux achats de juges qu’à leurs propres performances sportives.

Désormais, les notes sont très codifiées selon des critères très précis, à moins que la performance ne soit tout simplement mesurable.

Il reste des cas où le rôle de l’arbitre reste simplement primordial. En escrime, par exemple, la vitesse des événements est tellement grande que la vidéo au ralenti devient un outil très utile au service des juges. D’ailleurs les très grands sports n’hésitent plus à utiliser la vidéo et, en cas de doute, la vidéo a permis d’inverser des décisions. Comme au rugby, par exemple, car cela permet d’éviter les erreurs de jugement graves, voire les trucages. Parmi les grands sports, il n’y a que le foot qui refuse obstinément la vidéo pour des tas de raisons fallacieuses. Curieusement, c’est au foot que l’ancien président de la Fifa a balancé les trucages de résultats qu’il y a eu au niveau des arbitres.

Revenons à l’arbitrage. Nous connaissons les exemples français, avec des combats de boxe au jugement pas très net, des matchs de handball aux arbitres incompétents, du taekwondo aux décisions douteuses. Mais d’autres pays en ont autant à dire, les deux exemples les plus frappants (si j’ose dire) est le compétiteur qui a balancé un coup de pied très bien fait d’ailleurs à l’arbitre (quoique tant qu’à être radié à vie, il aurait pu taper un peu plus fort) et celui qui a jeté sa médaille de bronze par terre.

Le mec du taekwondo a donc été radié à vie pour "agissement grave contraire à l’esprit olympique". Et les arbitres eux, peuvent donc faire n’importe quoi sans jamais être contraire à l’esprit olympique, même quand ils inversent les résultats.

En tout cas, la crédibilité du sport va bien devoir passer par une remise en question des juges : parce qu’à force de dire que les erreurs d’arbitres font partie du sport, alors que les sportifs sont tellement proches les uns des autres que ces erreurs de juge et d’arbitrage finissent pas avoir un résultat prépondérant dans le résultat final, on peut se demander si l’effet ne va pas être pire que celui du dopage en termes d’injustice. Et les soupçons d’arbitres achetés risquent de revenir au grand galop après les manœuvres éhontées du patinage artistique.

En tout cas, tout l’indique : une grossière erreur, c’est un hasard, deux c’est une coïncidence, trois s’est un symptôme. Et là on dépasse les trois, et donc la maladie est déjà installée.

LE SPORT

La période olympique des JO de Pékin sont une étape dans l’histoire des jeux Olympiques, avec l’événement probablement le plus grandiose depuis ce qu’on appelle les Jeux modernes.

Mais il s’agit aussi probablement d’une étape-clé dans la façon dont on conçoit le sport. On avait abandonné la notion d’amateurisme et probablement aussi effacé la phrase de Courbertin connue de tous : l’important, c’est de participer.

Désormais, le business va prendre le pas, et je crains que, sur les prochaines, on ne voie arriver de nouvelles dérogations business, car désormais, les JO, ce n’est plus le meilleur qui gagne, mais celui qui fait le plus vendre l’événement à la TV. D’ailleurs, c’est un des critères importants de sélection de nouveaux sports aux JO.


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Bulgroz 25 août 2008 12:28

    La dernière fois, on avait eu Bourras ("je dédie ma médaille à l’Algérie"°, cette année à Pékin, a eu droit à cet hommage à Allah sur le drapeau Français transformé en tapis de prière musulmane.

    http://jo.sport24.com/pekin-2008/data/S24/images//3462533.jpg

    Mais pourquoi cette pudeur des media sur cette photo ?


    • Lapa Lapa 25 août 2008 15:43

      savez vous qu’on peut être musulman ET français ou c’est quelque chose qui vous échappe ?


    • koudou 25 août 2008 21:37

      Personnellement, à part pour tenter de créer une polémique qui n’a pas à être, je ne vois aucun intérêt dans cette photo.

      Il y a des sportifs qui remercient leur Dieu à la fin de la course et d’autres qui le supplient avant la course. Et on n’a pas plus d’insistance des medias sur ceux qui font le signe de croix avant de prendre le départ que ceux qui font une prière de remerciement quand ils ont gagné presque par miracle.
      Les éléments qui influent sur le résultat (par des sélections et des réglements) sont la nationalité, le sexe et la discipline sportive. Je ne vois là dedans aucun critère de religion ni d’opinion, et il n’y a donc aucune raison pour en rajouter.


    • jak2pad 26 août 2008 00:30

      Lapa toujours aussi con....

      en dehors de ça, écrire tellement de lignes pour laisser sous-entendre que B.Laporte est un demeuré, c’est un bel exercice de style, et bravo !!!!!

      Il reste que le décompte des médailles reflète la position d’un pays dans le monde, et que la France, que l’on compte en médailles d’or ou pas, en nombre total ou pas, est en train de devenir définitivement l’ un des plus importants des pays non-importants de ce monde, et que l’on devrait commencer tout doucement à s’en rendre compte

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès