Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Joakim Noah, le rêve américain

Joakim Noah, le rêve américain

 

Dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 mars, Joakim Noah est devenu le premier Français vainqueur du tournoi NCAA, le championnat universitaire américain de basket. Fils du tennisman français Yannick Noah et de mère suédoise, né à New York, il grandit en Amérique, puis arrive à Paris à l’âge de trois ans. A la fois américain et suédois, il est en attente d’un passeport français qui lui tient à cœur.

Joakim baigne dans le sport dès son plus jeune âge, et découvre le basket en club dans la région parisienne. Son père décide de lui donner la meilleure formation possible, au pays du basket. A 13 ans Joakim retourne aux Etats-Unis avec sa mère et sa soeur. Il intègre l’équipe de Poly Prep à Brooklyn, où il marque déjà 24 points par match, avec 12 rebonds et 5 contres. Puis il devient lycéen dans le New Jersey à Lawrenceville, où son potentiel de basketteur se révèle. Il fait de son lycée le meilleur de l’Etat, et déjà, à l’époque, USA Today lui consacre toute une page. La même année il participe au All Star Game des high schools, match entre les meilleurs lycéens américains. C’est l’université floridienne de Gainesville qui l’accueille pour des études d’anthropologie, Joakim évolue désormais pour les Alligators, surnommés les « gators ». La première année est celle de l’apprentissage, son équipe termine championne de sa division Sud-Ouest mais sera ensuite éliminée. Joakim est barré par David Lee, futur choix de draft de New York. Une saison d’apprentissage pour des statistiques discrètes, 3,9 points et 2,7 rebonds en 10,3 minutes de jeu par match. Pendant l’été 2005, il prend part à un tournoi au fameux Rucker Park de New York. Après avoir progressé mentalement et techniquement, il se muscle et prend 5 kg. Avec ses 2m09, le potentiel de Joakim ne cesse de se développer.

Devenu sophomore (élève de deuxième année) sa progression va être fulgurante, et fait de lui le joueur universitaire à la progression la plus spectaculaire de l’année. Elu meilleur joueur de sa division, il affole les statistiques cette saison (14,1 points, 7,1 rebonds, 2 passes en 24,7 minutes, avec 62% de réussite au tir) et mène son équipe aux finales universitaires, pour la première fois de leur histoire. En janvier, il marque 37 points et capte 11 rebonds lors d’un match qui assoie un peu plus sa notoriété. En demi-finales de conference, les Gators éliminent l’université de Georgetown, Joakim finit meilleur marqueur (15 points) et rebondeur (13 rebonds) de la rencontre. En finale de la Southeastern conference, c’est au tour de Villanova de faire face à l’ouragan Noah (21 points, 15 rebonds, 4 interceptions, 5 contres) qui finit de nouveau meilleur marqueur et rebondeur de la rencontre. Les quatre champions de conference s’affrontent lors d’un final four. Les gators rencontrent en demi-finales nationales l’équipe surprise de George Mason, qui elle non plus ne peut résister. Joakim est plus discret mais efficace, 12 points, 8 rebonds et 4 contres en 26 minutes. Le parcours de Joakim impressionne, il fait la une de Sports Illustrated puis des cahiers sports de USA Today ou encore du New York Times. En finale, les Gators s’adjugent le titre sans trembler face à la prestigieuse université californienne de UCLA, douze fois victorieuse du championnat NCAA. Joakim réalise un match complet avec 16 points, 8 rebonds, 6 contres, 3 passes. Il est logiquement élu MVP du Final Four, récompense suprême.

Joueur très mobile et fluide pour sa taille, Joakim impressionne par son shoot et son jeu très complet. Son père l’aide à développer son mental ; le charisme et l’esprit de compétition de Joakim font toujours l’unanimité autour de lui, tout comme sa bonne humeur et son ouverture d’esprit. Suite à ce titre NCAA, le premier pour un Français, Joakim a décidé de poursuivre l’aventure universitaire. On attend désormais de lui qu’il confirme, et continue d’écrire sa légende, sous les panneaux, mais dans les cieux du basket.



Sur le même thème

Tennis : une criante inégalité hommes-femmes
Et si on attribuait le Ballon d’Or aux arbitres ?
Football : Pourquoi tant de haine?
L'Allemagne, les nouveaux brésiliens de l'Europe?
L'Espagne, la fin d'une époque


Réactions à cet article

  • Par francois (---.---.---.154) 5 avril 2006 11:22

    super, il pourra sortir un disque en duo avec son père aprés !

  • Par nono (---.---.---.197) 5 avril 2006 13:35

    super article Laurent comme toujours ! continu ainsi ^^

  • Par seb (---.---.---.181) 5 avril 2006 14:17

    Cela prouve surtout que le basket « français » (Noah a été formé à la sauce américaine) est pétri de talent et que cette addition de talents peut nous apporter bien des médailles. Parker (formé à Insep), Diaw, Pietrus, Petro (« formés » à Pau) sans oublier Turiaf et d’autres jeunes évoluant dans les plus grands clubs européens font se faire respecter par le monde du basket.

  • Par Laurent M (---.---.---.165) 5 avril 2006 17:09
    Laurent M

    En ce qui concerne Noah, on peut considérer que sa formation a débuté en France et a joué un rôle non négligeable sur ses fondamentaux techniques.

    Je renvoie au lien suivant http://monsite.wanadoo.fr/joakimnoa... Il a débuté en France avec Ron Stewart (qui a entraîné Tony Parker et lancé Chris Mullin entre autres), ancien éléve d’un des grands coachs universitaires US Carnasecca qui avait notamment lancé un certain Julius Erving !

    Ensuite il est certain que son retour aux USA lui a permis d’exploser. Et la jeune génération de basketteurs français actuels est effectivement porteuse de beaucoup d’espoirs si l’on inclue les Gelabale, Jerome Schmidt et Ian Mahinmi, ainsi que Claude Marquis guère plus vieux, et Florent Piétrus.

    • Par JMT (---.---.---.199) 20 avril 2006 17:47

      Salut Je suis celui qui a créé le site sur Joakim au lendemain de l’annonce à la radio de sa signature à Florida en janvier 2004. Suite au reportage sur lui à TF1 l’année précédente alors qu’il n’avait que 16 ans, j’ai tout de suite été persuadé qu’il serait un grand joueur, et j’ai eu le nez creux... http://monsite.wanadoo.fr/joakimnoah Si vous voulez des infos sur Jo que je suis depuis ses débuts à Levallois, n’hésitez pas JMT

  • Par Nico (---.---.---.193) 5 avril 2006 19:31

    Très prometteur ce Noah mais je voudrais surtout saluer le talent du rédacteur de cet article...

  • Par Gebi (---.---.---.108) 5 avril 2006 19:33

    Ouais,vive le rédacteur,bravo Marco ^^ ,et pour l’article,c’est vrai qu’il a un bel avenir ce Joakim Noah !!

  • Par Plus Robert que Redford (---.---.---.71) 5 avril 2006 20:27

    Cocoricoooo ????

  • Par Tom (---.---.---.7) 5 avril 2006 20:57

    Une petite question : j’ai cru comprendre (mais je me trompe peut-être) que Joakim Noah n’avait pas encore de passeport français alors qu’il avait la double nationalité Américano-suédoise (américaine car il est né là-bas et suédoise par sa mère). Est-on vraiment sûr qu’il va choisir de jouer pour l’équipe de France ?

    Je l’espère car ça nous promet effectivement une superbe équipe pour les 10 ans a venir.

  • Par Laurent M (---.---.---.165) 5 avril 2006 22:52
    Laurent M

    Il y a une demande en cours pour un passeport français, il parait qu’il l’obtiendrait au cours de l’été. Ensuite au sujet de l’équipe de France, son père déclarait que c’était aussi à la fédé de témoigner de l’intérêt. Mais il me semble avoir lu plusieurs interviews où Joachim parle de son envie d’intégrer cette équipe, à suivre donc smiley

  • Par estrella (---.---.---.222) 5 avril 2006 23:05

    trés bon article ! ;)

  • Par Jojo (---.---.---.136) 5 avril 2006 23:32

    Comme quoi. Il ne suffit pas d’être Camerounais pour faire un excellent Français, il faut en plus une mère Suédoise...

    smiley

  • Par yanoz (---.---.---.126) 6 avril 2006 11:22

    Je veux pas jouer le rabat-joie mais :

    - Dire que sa formation a débuté en France est qu’elle a joué un grand rôle dans ce qu’il lui arrive en ce moment est un peu exagéré et chauvin, non ? Il est retourné aux USA à 13 ans et a appris reellement à jouer au basket la bas. On peut parler d’initiation à la limite et de sensibilisation à la compétition.

    - Au sujet de l’équipe de France je reste trés sceptique, au vu des dernières compétitions dans lesquelles elle a pris part (ou pas comme les JO ;). Ca fait maintenant quelques années que l’on nous parle de génération NBA, mais pour l’instant, sans résultat majeur. Je ne crache pas dans la soupe (le dernier Euro est quand mm encourageant), mais entre les faux bons joueurs qui n’en ont rien à foutre de l’EdF (Moiso, Abdul-Wahad), et ceux motivés mais trés peu en réussite (Pietrus et Parker), je ne sais pas si l’encadrement de l’EdF va trouver la bonne formule. On ne sent pas une envie commune dans cette équipe comme chez les argentins, ou les lituaniens par ex. Ce que je peux comprendre, vu l’éloignement et le peu d’intéret pour les équipes nationales aux US. ENfin j’espere de tout coeur me tromper !

  • Par Laurent M (---.---.---.92) 6 avril 2006 12:25
    Laurent M

     Tout d’abord je suis vraiment tout sauf chauvin et cocardier. Mais je pense qu’il est intéressant de souligner que Joakim a découvert le basket en France. Et c’est notamment un certain Jordan entrevu à Bercy avec les Bulls qui lui a donné l’envie d’être basketteur, plutôt que tennisman par exemple. Ensuite je ne nie pas la qualité de la formation US dans son développement, j’ai même souligné tout ce que cela lui a apporté en terme de développement musculaire et de progression mentale notamment, de compétivité. Mais il a passé 7 ans en France, avec un coach assez réputé et je pense que les bonnes bases qu’on lui a inculqué ne sont pas à minimiser. Ni à exagérer non plus oui smiley Et je pense que son mélange des cultures, son vécu à la fois américain et français lui donne beaucoup de matûrité et de sérénité, ce qui n’est pas sans doute pas étranger à sa prise de responsabilités sur le terrain.

     Au sujet de l’équipe de France, la « génération Parker » jouait là sa première vraie compétition sénior ensemble. Et M. Piétrus comme Diaw avaient eu une saison plutôt difficile, avec qq blessures pour Mike Piétrus. Auj les choses sont différentes, Turiaf est coaché par l’un des meilleurs entraîneurs de l’histoire du basket mondial (Phil Jackson), Parker est devenu All-Star NBA, Diaw a gagné du temps de jeu, il évolue dans l’une des meilleures équipes de la ligue et reste favori au titre de MIP de la saison pour sa progression statistique. Quand à Petro sa saison est plus qu’honorable pour un joueur sur le point d’être envoyé en ligue mineure mais qui fait son trou...A côté de ces joueurs il y a l’explosion universitaire d’un Noah, le jeune Ian Mahinmi drafté par les Spurs en 2005 qui devrait débarquer d’ici peu, Gelabale au Real Madrid qui a été drafté par Seattle...

    Des joueurs comme Wahad ou Moïso malheureusement pour eux ne s’imposaient pas réellement en NBA, ils amenaient un label NBA à l’équipe de France mais souffraient d’un manque de temps de jeu, et leur état d’esprit était parfois soupçonneux.

    Je pense que sur le plan du jeu il y a beaucoup de complémentarités aujourd’hui, notamment Parker-Diaw-Mike Piétrus. Beaucoup de qualités athlétiques et de défense aussi, peut-être un déficit au shoot extérieur. Mais je pense que cette équipe peut devenir agréable à voir jouer et spectaculaire. Je ne mentionnais pas cet aspect dans mon article car je ne suis pas particuliérement « cocardier » justement, mais la « génération Parker » fut championne d’Europe espoirs et a l’avenir devant elle, renforcée par l’apport de joueurs comme Noah, Marquis, Gelabale, Schmidt, etc.

  • Par Provocateurs (---.---.---.210) 26 avril 2006 11:01

    JOAKIM NOAH N EST PAS FRANCAIS MAIS AMERICAIN ET SUEDOIS !!!!

    arretez de rever il n y a plus de succes francais depuis bien longtemps dans la plupart des domaines, dont le sport.

    Champion oui mais des manifs et grêves !!!

  • Par Invité (---.---.---.210) 26 avril 2006 11:28

    Qui viendrait en France

    PAYER quatre fois plus d’impots qu au USA ? Tout les grands sportifs sont non résidents depuis longtemps, il faut pas rever ils ne sont pas maso !!!!

    Pays en plus ou on deteste les riches, avec une forte discrimination,

  • Par Karl (---.---.---.188) 4 mai 2006 12:50

    Bonjour,

    Je félicite Noah-le père-, d’avoir réussi à transmettre les valeurs du sport à son fils, en premier lieu la combativité. Et je dis bravo à Noah-le fils- pour son parcours hors du commun.

    • Par Karl (---.---.---.188) 4 mai 2006 12:52

      Est-ce que Noah-fils devra justifier de la maitrise de la langue française pour avoir la nationalité française ? Je me permet de poser cette question compte tenu de l’actualité sur l’« immigration choisie ».

      Cordialement.

  • Par Marianne R Saint Cyprien (---.---.---.141) 7 juillet 2006 19:16

    Bravo pour un article très intéressant. Continuez !

    J’aimerais savoir combien de langues Joakim Noah maîtrise et comment il envisage son avenir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires