Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > L’apnée : un sport à couper le souffle !!

L’apnée : un sport à couper le souffle !!

Du 15 au 25 septembre, c’est les championnats du monde d’apnée de l’AIDA (Association internationale pour le développement de l’apnée) à Kalamata en Grèce. Faute d’autorisation hiérarchique pour aller couvrir, pour VOUS, l’évènement sur place… ben à News Of, on a quand même chaussé les palmes pour vous faire découvrir ce sport… Extrême !! Rencontre avec Morgan Bourc’his, un champion d’apnée qui s’entraîne pour ces championnats au large de nos côtes marseillaises…

Jacques Mayol, Enzo Maiorca (enfin, Enzo Molinari dans le film…), « Le grand bleu »… Vous ne pourrez pas dire le contraire, c’est bien ce film de Luc Besson qui a fait découvrir au monde entier, n’ayons pas peur des mots, cette discipline des grandes profondeurs.

Depuis ses balbutiements dans les années 60, le monde de l’apnée a considérablement évolué. Il s’est structuré et les apnéistes n’ont eu de cesse de dépasser les limites de l’imaginable…

L’apnée se pratique aujourd’hui en mer, en outdoor, mais également en piscine, indoor !!

En piscine, en apnée statique, le record du monde est détenu par un Hyèrois, Stéphane Mifsud, avec tout juste 11’35 !!! Si, si vous avez bien lu, pas de faute de frappe, rien… 11 minutes 35 secondes… La tête sous l’eau… Sans respirer… Moi qui m’enorgueillissais de dépasser une minute dans mon bain !! L’apnée dynamique consiste à réaliser la plus grande distance en nage subaquatique, avec palmes ou à la brasse… Le 13 mars 2011, Morgan a établi un nouveau record de France à 175 m soit l’équivalent de 7 bassins, sans palme s’il vous plait !! Record du monde à 213 m sans palme et 265 m avec !!!

En mer, les mètres aussi s’affolent ! L’Autrichien Herbert Nitsch a fixé la limite à 124 m en apnée en poids constant avec palmes, contre 101 m pour le Néo-Zélandais William Trubridge à la brasse, pour descendre et pour remonter !! Enfin, en immersion libre, l’apnéiste se tracte, là aussi à l’aller et au retour, à la force des bras le long du câble guide.

Mais la quête de la profondeur absolue, plongeur tiré par un poids (une gueuse dans le jargon des vrais de vrais !) et remonté à toute vitesse par un ballon gonflé d’air n’a pas pour autant quitté l’esprit de nos hommes-poissons. À ce petit jeu-là, c’est encore Herbert Nitsch qui est le grand vainqueur avec une immersion, accrochez-vous bien, à 214 mètres !!! Il envisage même de tenter de dépasser un jour les 300 mètres… Fou… Complètement fou !!!

Malgré ces performances extraordinaires, l’apnée souffre (comme de nombreux sports me direz-vous) d’un manque de médiatisation et donc de moyens financiers… Il n’existe que peu de professionnels… Ils ne sont que deux en France, trois si l’on inclut un voisin monégasque ! Malheureusement, Morgan ne fait pas encore partie de ces privilégiés… Une médaille individuelle lors de ces championnats du monde pourrait peut-être lui permettre de trouver d’autres sponsors et de franchir enfin le cap, lui qui a déjà été champion du monde par équipe en 2008. Il a promis de nous tenir au courant de ses résultats, en attendant, on retient notre souffle !!

Pour voir l'interview de Morgan Bourc'his

Nicolas Carme - News of Marseille

www.morganbourchis.com

http://massiliasub.free.fr/


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Jean Eymard-Descons 13 septembre 2011 09:31

    Ah, le Grand Bleu, au Grand Rex, 1988...

    Merci pour ces news véritablement alternatives et rafraîchissantes !


    • Furax Furax 13 septembre 2011 12:29

      En même temps, comme je l’ai écrit sur un autre « nartic », on bénéficie dans ce pays d’une remarquable démonstration de notre « élite » qui pratique l’apnée en égout et en fosse à merde avec la jubilation d’une cohorte de rats.
      Excuse moi, Tall, d’avoir pollué ton rafraîchissement !


    • Jean Eymard-Descons 13 septembre 2011 12:46

      Vous faites fausse route mon ami !

      Certains souvenirs sont sacrés et je vous invite effectivement à ne pas venir les polluer avec vos métaphores aussi dégradantes qu’inopportunes.


    • Furax Furax 13 septembre 2011 14:11

      Je me prosterne et baise vos Très Saints Pieds (putain, ça renifle !)
      Je crus distinguer la plume acide d’un bretteur d’outre-Quiévain...


    • devphil30 devphil30 13 septembre 2011 10:13

      « Ah, le Grand Bleu, au Grand Rex, 1988...Merci pour ces news véritablement alternatives et rafraîchissantes ! »

      Même chose pour moi 



      • Surya Surya 13 septembre 2011 10:46

        « Ah, le Grand Bleu, au Grand Rex, 1988...Merci pour ces news véritablement alternatives et rafraîchissantes ! »

        Et pareil pour moi aussi. J’avoue que je ne me serais probablement jamais intéressée à ce sport sans le sublime film de Luc Besson, et que je n’aurais sûrement pas prêté non plus une oreille attentive, quelques années après, à la mort tragique de Jacques Mayol. Je ne compte plus le nombre de fois où je suis allée voir le film au Grand Rex, sur cet écran géant stupéfiant, et dans ce décor de rêve... Je n’ai jamais vu une ambiance pareille dans un cinéma. Le public était fasciné, littéralement envoûté. Je ne suis même pas sûre que les exploitants de la salle s’attendaient à un tel triomphe. Un très, très beau souvenir.
        Onze minutes et trente cinq secondes... Si déjà j’arrive à tenir les trente cinq secondes, ce sera déjà une sacré performance !! Ont-ils des capacités particulières au départ, ou ces performances incroyables ne résultent que d’un long entraînement ? Les limites du corps humain sont-elles repoussables à l’infini ?


        • Krokodilo Krokodilo 13 septembre 2011 10:51

          Ce n’est pas un sport. C’est plus proche de la recherche que du sport, avec un zeste d’esprit suicidaire, car il faut s’entraîner à neutraliser le réflexe naturel qui nous signale qu’on est proche de l’évanouissement. C’est d’ailleurs un « sport » interdit dans les piscines municipales... C’est très impressionnant, mais je pense qu’il vaut mieux qu’il ne soit pas médiatisé.


          • Jean Eymard-Descons 13 septembre 2011 11:25

            Ma première réaction était identique à la votre en pensant à mes enfants en vacances à la mer...

            Et puis j’ai pensé à mon cas et à tous ceux qui ont « plongé » dans cette histoire : le succès à été phénoménal, et donc hyper-médiatisé auprès d’une population potentiellement à risque (ados essentiellement), et pourtant, a-t-on observé davantage d’accidents de noyade à la fin des années 80 ?

            A vérifier


          • Krokodilo Krokodilo 13 septembre 2011 11:50

            Le nombre de noyades d’apnéistes « no limit » (dont un champion français il y a qq années) est infime comparativement aux accidents de chasse sous-marine, de plongée et de natation l’été, tous sports très pratiqués, à tout âge et pas forcément par des gens en forme. Je ne sais même pas s’ils sont comptabilisés séparément, ou s’il y a des statistiques à ce sujet. Je suppose qu’avec l’encadrement strict et les procédures actuelles les risques sont limités, mais ça reste quand même quelque chose de très spécial ; je vois mal l’intérêt de le pousser à devenir un sport grand public, avec ce que ça suppose de jeunes s’entraînant chez soi tout seul, ou isolés en mer.


          • JL JL 13 septembre 2011 11:12

            intéressant.

            « il faut s’entraîner à neutraliser le réflexe naturel qui nous signale qu’on est proche de l’évanouissement » (krokodilo)

            Je ne vois pas de quel réflexe il est question : pour ma part, au bout d’une vingtaine de secondes dans le meilleur des cas, j’ai toujours éprouvé un besoin de respirer si violent et douloureux que je serais capable d’inspirer de l’eau !


            • Krokodilo Krokodilo 13 septembre 2011 11:36

              Ce terrible mal de tête qu’on ressent au bout d’un moment quand on s’amuse à nager sous l’eau en apnée, c’est ça le réflexe déclenché je crois par l’hypoxie.


            • Krokodilo Krokodilo 13 septembre 2011 11:43

              En fait déclenché surtout par l’excès de CO2


            • JL JL 13 septembre 2011 11:58

              krokodilo,

              non, ce n’est pas un mal de tête, c’est un réflexe quasi irrépressible de respirer, et c’est cela qui est douloureux parce qu’il génère un stress qui s’auto-amplifie.


            • Yvance77 13 septembre 2011 11:19

              Salut,

              Pareil que le Kroko... cela n’a rien à voir avec du sport et c’est tant mieux. C’est tout simplement « contre nature ».

              Mais enfin réfléchissez deux secondes... s’empêcher de respirer pour faire... pour faire quoi au juste ?

              Dans le genre de discipline à la con... on pourrait tout aussi bien jouer à celui qui pisse le plus loin ou le plus haut que ce serait idem. Un non sens.

              Et que l’on ne vienne pas me dire la quête des grands fonds et des grandes sensations. Tu mets un masque, des palmes et une bouteille et tu obtiens en toute sécurité la même chose.

              Désolé vous êtes à côté de la plaque... c’est même dangereux. Des mecs sont morts par bétise ainsi. Certes le film est très réussi, mais il faut le voir comme une fiction, rien de plus !


              • leguminator 13 septembre 2011 13:39

                L’apnée n’est pas un sport, pas plus que le poker : c’est un jeu et mortel qui plus est, au même titre que la roulette russe.

                JP Petit a réalisé un dossier relativement complet assorti de témoignages :
                apnée partie 1
                apnée partie 2


                • easy easy 13 septembre 2011 17:47

                  Dès qu’on fait de la plongée, on s’accroche à la névrose de l’apnée. D’abord parce qu’on commence en apnée avant de passer aux bouteilles, ensuite parce que la chasse ne se pratique qu’en apnée et surtout parce qu’il faut envisager les accidents où les dispostions à l’apnée font alors la différence.

                  Personnellement, je tournais à 2 minutes en statique et à 50 m de bassin avec palmes

                  Sans jamais chercher à performer.

                  Un jour, un ami, là, à 50 cm sous l’eau d’une piscine bien tranquille, se lance sous les yeux de mon frère (je n’étais pas présent), dans une apnée statique. Il n’était pas plus pro ou performeur que mon frère et moi. Et il est mort. Là, comme ça. En toute immobilité paraît-il.

                  Depuis, je ne laisse jamais personne tenter une apnée vraiment statique. J’exige qu’il bouge un peu. Disons que l’apnée qui a du sens c’est celle où l’on nage.



                  (On ne le saura jamais, mais peut-être que des amas avaient tenu des apnées de plus de 10 minutes)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles







Palmarès