Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > L’équipe de France en route vers l’anonymat

L’équipe de France en route vers l’anonymat

L’équipe de France a perdu son quatrième match consécutif hier soir face à la Biélorussie...du jamais vu depuis 1937.

Le match semblait commencer sous de bons augure : le stade était rempli de supporters qui agitaient des drapeaux français, la marseillaise a été reprise par tout le public et tous les joueurs avaient fait l’effort d’apprendre les paroles pour pouvoir la chanter ; certains y allaient de bon coeur et laissaient échapper des fausses notes ou chantaient à côté, bref il y avait indéniablement l’envie de bien faire, le désir de se racheter après avoir été si mauvais.
 
Néanmoins, la vue dans le même plan de Nicolas Sarkozy et de Fernand Duchaussoy, président par intérim de la FFF, nous ramène quelque peu à la réalité...tout un symbole, celui de la perte de grandeur et d’influence de la France dans le monde. Pour le premier, nous n’avons pas besoin d’étayer les faits tant ils sont connus de tous et seulement niés par les plus fanatiques, soit 0.01 % de la population. Quant au second, il a enfin atteint son but : devenir président de la FFF. On peut quand même noter qu’il ne connaît rien au football professionnel (il vient du football amateur) et qu’il a quand même voté pour le maintien de Domenech en 2008 alors qu’il était clair que ce dernier ne faisait plus l’affaire. Tel un Eric Woerth, il a récemment défendu cette décision en se déchargeant sur Gérard Houiller, directeur technique national de la FFF et ancien sélectionneur de l’équipe de France (1992-1993) qui aurait convaincu le conseil d’administration de garder Domenech pour des raisons qui pouvaient paraître obscures à l’époque mais qui ne le sont plus. D’après Jean-Michel Larqué notamment, il espérait un faux pas de Domenech afin de pouvoir arriver en sauveur et prendre sa place et enfin faire oublier le cruel échec de la qualification pour le mondial 1994.
 
Bon bref, oublions ce présage de mauvais augure et intéressons-nous au match : un match très ennuyeux à la qualité technique médiocre. Les Biélorusses ont été fidèles à eux-même et même meilleurs que ce que l’on pouvait attendre d’eux : ils n’ont pas totalement laissé la balle à l’adversaire, quitte à faire la passe à dix à 30 m de leur propres cages et ont su jouer les coups qui se présentaient à fond. Leur victoire n’est pas totalement imméritée : ils ont été très peu inquiétés par une équipe de France qui pèche toujours par son animation offensive des plus chaotiques (ils ne savent pas quoi faire du ballon dans les trente derniers mètres). Nos joueurs ont la fâcheuse tendance de jouer à dix touches de balles ce qui rend leur football très prévisible (et donc diminue nos chances de marquer) tandis que les Espagnols font au maximum trois touches de balle en phase offensive. Très peu d’occasions franches à part peut-être la frappe de Loïc Rémy qui a réussi à montrer de bonnes choses jusqu’à sa blessure et un lob de Valbuena qui n’est pas loin d’avoir été le meilleur joueur (ce qui montre le niveau de l’équipe de France). Sinon, Malouda est certes brillant à Chelsea mais est très moyen en équipe de France : il n’arrive pas à peser sur le jeu et n’a rien d’un leader naturel. Ménez est un joueur surcôté ayant tendance à jouer seul. Hoarau n’a pas le niveau international, Diaby a été décevant, les seules fois que je l’ai vu c’était pour faire des fautes. M’vila a su faire quelques bonnes interventions et parfois remettre l’équipe de France vers l’avant. La défense centrale est le gros point noir de l’équipe de France : incapable de rester imperméable même face à la Biélorussie ! Mexès et Rami ne semblent pas complémentaires et n’ont pas su empêcher le but biélorusse. Sagna est constant dans sa médiocrité : il ne se replie pas suffisamment et sa qualité de centre n’est pas fameuse mais sinon en vitesse de pointe c’est pas trop mal, mais bon le football ce n’est pas de l’athlétisme. Gaël Clichy fait partie de ces joueurs qui sont équipe de France parce qu’il joue à Arsenal chez tonton Wenger ! La réforme de l’équipe de France passe aussi par la réorganisation des filières d’approvisionnement. Il est vrai qu’à l’époque de Petit, Vieira, Henry, Pirès, cette filière était difficilement contournable mais maintenant, il faudrait ouvrir les yeux et regarder ailleurs !
 
Il faut dorénavant ouvrir les yeux : il se peut que l’équipe de France ne tutoie plus les sommets du football mondial pour un bon bout de temps, à cause d’une politique de formation de joueurs trop stéréotypée principalement basée sur le physique et pas suffisamment sur la compréhension du football en tant que système d’interactions, sur le projet de jeu. Le potentiel de joueurs de l’équipe de France n’a jamais été aussi bas durant ces quarante dernières années et j’ai du mal à croire que l’équipe de France puisse se qualifier pour l’euro 2012 ou du moins la tâche sera dure pour Laurent Blanc qui, malgré ses qualités, ne me semble pas capable de relever rapidement l’équipe de France. Mardi prochain, la France affrontera la Bosnie pour un match où elle ne sera pas favorite et qui sera décisif : si elle perd elle pourra dire adieu à une qualification directe et devra se battre pour obtenir un match de barrage avec un handicap d’au moins 4 points sur le deuxième. Si elle gagne, et j’ai du mal à le croire, c’est peut-être le début d’une belle aventure, comme en 1995 quand la France au pied du mur avait battu à l’extérieur la Roumanie de Hagi, 1-3.
 
Nous voilà plongés dans la médiocrité footbalistique qui sied si bien à la France de Sarkozy, qui quoiqu’on dise, est devenu le chat noir officiel de l’équipe de France.
 
 
P.S. Bilan sous Sarkozy : 19 victoires, 12 matchs nuls, 13 défaites.

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 7 septembre 2010 10:12

    même l’inspecteur Derrick s’endort devant les bleus ! smiley


    • heliogabale boug14 7 septembre 2010 10:38

      Le pire, c’est que lorsque la Biélorussie a marqué je n’ai nullement espéré une égalisation de la France, j’étais même heureux qu’il se passe quelque chose dans ce match.
      Et enfin Marseillaise ou pas, ça ne change rien...l’équipe de France n’est pas bonne c’est tout.


    • LE CHAT LE CHAT 7 septembre 2010 11:01

      On sent de suite la confiance du public  ! smiley


    • heliogabale boug14 7 septembre 2010 10:40

      J’ai comparé à l’ère Chirac : l’équipe de France s’est incliné seize fois durant le mandat de Jacques Chirac. En gros le passif de Sarkozy est, au bout de trois ans et demi, quasiment aussi élevé que celui de Chirac...toute ressemblance avec d’autres situations est fortuite :D


      • _Ulysse_ _Ulysse_ 7 septembre 2010 10:59

        Article plutôt lucide.

        Le lynchage contre Domenech me faisait bien marrer, ce sont les joueurs qui jouent, pas le sélectionneur. On le voit bien maintenant.
        On a intérêt à faire rapidement jouer les rares joueurs qui tiennent la route au niveau international si on veut s’en sortir avec une équipe ne serais-ce que moyenne et non ridicule comme elle l’a été lors des 2 derniers matchs .

        Pour être précis, je pense à Gourcuff, Benzema, Ben harfa, Nasri, Ribéry ?
        Vendredi, on avait pas de milieu de terrain.
        Le seul nouveau joueur que je vois tenir la route c’est MVila.


        • heliogabale boug14 7 septembre 2010 11:12

          Domenech était toutefois un entraîneur médiocre -rappelez-vous de la finale de la coupe du monde où il tarde à faire rentrer Trézéguet alors que l’Italie semblait plus fébrile - mais évidemment rien ne remplace le talent des joueurs et la formation est très importante dans cette optique.
          Les joueurs que vous citez me semble nettement supérieurs à ceux qui ont joué vendredi mais il manque encore ce meneur (morale ou technique) pour pouvoir mieux faire.


        • OMAR 7 septembre 2010 16:29

          Omar T.

          L’équipe de France ? C’est la période des vaches maigres.

          Trouver des Zizou, Platini, Blanc, Viera et autres, c’est pas évident.

          Faut produire, attendre, patienter...Mais ça viendra...


          • Thomas Roussot Thomas Roussot 7 septembre 2010 18:08

            Prions pour une cinquième défaite consécutive, histoire d’en finir avec cette imposture de l’équipe de « France ».


            • ffi ffi 7 septembre 2010 20:26

              Il est amusant de constater que, la France, dotée du régime démocratique, comme chacun sait aboutissement ultime du progrès politique humain, subventionne à coup de centaines de millions d’euros un système de formation spécialisé, et médicalement très surveillé, pour que ses jeunes sachent courir après un ballon, pour, au final, perdre contre la Biélorussie dernière dictature d’Europe, un des pays les plus pauvres, dont la jeunesse fut de plus frappée par la catastrophe de Tchernobyl.


              • OMAR 7 septembre 2010 21:08

                Omar T.

                Ce constat est encore plus perspicace si on dresse une comparaison entre l’Autriche et l’Ethiopie, en athlétisme, par exemple...

                Non, le foot c’est spécifique, quand ça ne tourne pas, ça ne tourne pas....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

heliogabale

heliogabale
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès