• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > L’esprit cocardier

L’esprit cocardier

Allez les bleus !

J’avoue ne pas être tout à fait normal ; je vous dois ce terrible aveu. Quand une équipe de France joue, je ne me lève pas pour chanter la Marseillaise, chanson dont les paroles me gênent aux entournures ; pas plus que je ne me grime de bleu, de blanc et de rouge. Je n’ai pas besoin de tout ce décorum stupide pour apprécier éventuellement le geste sportif pour peu qu’il soit de qualité.

Je m’interroge toujours sur l’utilité d’un hymne national lors des rencontres sportives internationales. Est-ce le besoin de confrontation au plus haut niveau pour que se mobilise ainsi l’esprit le plus cocardier, le plus vulgaire . L'esprit humain a-t-il besoin de cette agitation pour se penser d'une nation ? Tout cela me fait froid dans le dos et m’incite à penser qu’un rien, vraiment une broutille, serait de nature à déclencher de nouvelles guerres, même entre nations européennes.

Le sport, à ce titre, n’est pas ce vecteur de paix qu’on veut bien nous vendre lors des grandes épreuves, bien au contraire. Les foules enivrées par la victoire me font peur : elles sont beuglantes et stupides, avinées et si excitées qu’un rien pourrait déclencher une émeute ou bien un accident majeur. C’est d’autant plus évident, que caméras et micros sont là pour amplifier les réactions déraisonnables que la manipulation des foules prépare avec un malin plaisir.

Je ne suis pas un rabat-joie ; je peux regarder dans le calme sans hurler, sans supporter non plus les cris hystériques des commentateurs. Pourquoi faut-il que ces prétendus journalistes agissent de la sorte et viennent mettre de l’huile sur les braises ? Tout cela relève de la plus grande folie et me plonge dans un abîme de réflexion.

L’esprit cocardier c’est sans doute le plus bas, le plus vulgaire, le plus déplorable instinct. Les foules, chauffées à blanc dans les tribunes, sont les bataillons avancés des prochaines déflagrations. Se sont-ils vus, ces supporters, peinturlurés de manière grotesque, vêtus de ce qui pourrait tenir lieu d’uniforme pour aller à l’assaut de ces adversaires qui ne sont plus des partenaires mais déjà des ennemis à abattre ?

Je ne vais pas jouer les parfaits hypocrites ; je suis encore formaté pour éprouver une petite satisfaction quand une équipe tricolore remporte la victoire. Mais de là, à défiler dans les rues, à brandir le drapeau, à klaxonner ou bien à me saouler, il y a des limites que la décence m’interdit de franchir. D’ailleurs, je fais sans doute partie de ces rares personnes qui n’ont pas regardé la fameuse finale du championnat du monde de football en 1998. Je mérite donc la déchéance de nationalité.

Pire encore, dans les quelques sports que je connais bien pour les avoir pratiqués et aimés, je préfère la victoire de l’équipe qui joue le mieux, au succès, tiré par les cheveux et sans panache, de l’équipe de France. C’est ainsi, je suis un esthète du geste sportif, un amateur de l’épopée sans faire une fixation sur la seule victoire qui compte : celle de la patrie.

Alors, je regarde de loin toutes ces manifestions ahurissantes, ces soubresauts guerriers, ces réactions hystériques qui poussent mes concitoyens à perdre toute raison quand l’honneur de nos couleurs est en jeu. J’ai froid dans le dos à l’idée que tout cela relève d’une certaine idée des relations humaines qui conduisent aux grandes déflagrations.

L’esprit cocardier c’est la lie de l’amour du pays. On peut aimer la France, son histoire, sa langue, ses paysages sans avoir besoin de brandir son drapeau, sans se mettre en transe quand des jeunes gens en culottes courtes sont censés défendre notre honneur ; sans se pâmer pour des médailles qui sont d’abord et exclusivement la récompense de ces jeunes gens qui ont tout sacrifié pour les obtenir.

Jamais je ne crie : « On a gagné ! » Je n’ai pas cet honneur de participer à la rencontre ; je n’ai rien gagné du tout si ce n’est le plaisir d’un bon spectacle pour lequel le résultat importe peu pourvu qu’il soit de qualité. Alors que j’écris ces quelques lignes, j’entends des spectateurs chanter en chœur la Marseillaise. N’existe-il pas d’autres chants pour exprimer sa joie ou son enthousiasme ?

Amateur de rugby, je sais les publics gallois, irlandais, anglais et écossais capables de chanter en chœur des chants qui vous donnent la chair de poule et qui sont d’une beauté absolue, merveilleusement interprétés par une foule à l’unisson. Cela a, sans aucun doute, une tout autre allure que cette misérable marche militaire qui nous vient de la Révolution. Cette hystérie collective relève d’une éducation manquée, d’une manière primaire de concevoir le sport par procuration et la victoire par substitution. Oui, vraiment l’esprit cocardier est bien une détestable manière de penser le sport et le monde.

Chevaleresquement vôtre.

les-supporters-francais-sont-la-des-le-premier-match-du-championnat-pour-encourager-l-equipe-de-france-durant-leur-rencontre-face-a-la-republique-tcheque-le-16-janvier-a-doha.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 31 janvier 17:15

    Le sport ? Certainement pas. Un spectacle, un divertissement, oui. Pas un sport. Le sport c’est quand vous dépensez des calories, et non des millionnaires sur un stade. Vous préférez vos divertissement sans explosion de joie ni hystérie ? C’est votre droit, chacun ses goûts.


    L’hystérie collective est un défouloir nécessaire pour beaucoup, elle permet de sortir au grand jour ses bas instincts, de se désinhiber grasse à l’effet de masse. Et plus on met en exergue l’appartenance au groupe (avec la marseillaise entre autre), plus l’effet de masse est important, plus la décharge d’adrénaline et d’endorphine est agréable. Plus on est con, aussi.

    • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 17:59

      @bibou1324

      Faites comme bon vous semble

      J’observe et je dis ma surprise tout simplement
      L’hystérie n’est sans doute pas spontanée


    • Buzzcocks 31 janvier 17:20

      Il faut bien voir que l’hymne n’était jamais chanté jusque dans les années 90. Jamais Platini n’a chanté l’hymne et personne ne lui a fait de procès d’être un mauvais français malgré son nom rital.

      C’est venu plus tard... je ne sais pas exactement quel a été l’élément déclencheur. Mais il y a eu une époque où si vous ne chantiez pas comme un con, vous étiez taxés d’être un traitre à la patrie. Et alors, si le muet était un noir, c’était tout de suite l’orgie de commentaires sur les forums pour bien stipuler que le malotru était vraiment suspect. Alors pour éviter d’être pris en grippe, tous les sportifs se sont mis à remuer les lèvres.
      Il y a eu le triste épisode du match France/Algérie, et je crois aussi un match de coupe de France, où les bastiais ont sifflé la marseillaise. Du coup, les politiciens ont encore fait des tonnes pour défendre la patrie. 

      Après, votre post vient après la victoire du handball.... et je ne vois pas bien ce que viennent faire les commentaires sur les supporters avinés, ou les excès. Dans ce sport, les supporters sont mélangés, et il n’y a aucun problème. Ca a été aussi une belle fête au foot quand les islandais sont venus en masse, ont fait le « clapping » et à la fin du match, tout le monde fraternisait. Les bleus se mélangeant aux verts/rouges/jaunes.
      Pour 95% des supporters, même chantant et peinturlurés comme des sioux sur le sentier de la guerre, assister à un match, ça reste bon enfant, et un moment ludique et festif.

       


      • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 18:00

        @Buzzcocks

        La Marseillaise me sort par les yeux et jamais dans ma bouche


      • Buzzcocks 1er février 08:49

        @C’est Nabum
        Idem, jamais je ne la chanterais... même à l’armée, j’ai prétexté ne pas connaitre les paroles pour ne pas hurler ce chant d’un autre temps.


      • Sergio Sergio 31 janvier 19:16

        Bonsoir Nabum


        Je vous sens bien remonté en ce moment, je vais vous rejoindre dans l’aspect un peu violent de la Marseillaise en sortant du contexte du sport. Accompagné de mes enfants, Il m’est arrivé d’observer un lever de chaise fracassant à l’évocation de la Marseillaise lors d’un concert, Il faut dire que je me trouvais dans une ville FN. N’ayant pas suivi le mouvement, je me suis senti ’incongru’ mais surtout peut être à tort, gêné pour eux.
        Attention à la foule, à la liesse populaire, pour une idée ou pour une autre, qui a-t-il derrière tout ça ? Un besoin de reconnaissance mutuelle, d’appartenance ou de ralliement, une exaltation ? 
        Cher Nabum, à bien réfléchir je préfère la BRABANÇONNE 

        • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 19:37

          @Sergio
          Va pour la BRABANÇONNE


        • Sergio Sergio 31 janvier 20:40

          @C’est Nabum


          Il y a aussi la : ’mets la chanson sonne 

          * traduction au prochain post si nécessaire

        • Sergio Sergio 31 janvier 23:25

          @Sergio


          Mélanchon sonne

        • Alex Alex 31 janvier 19:27

          Je suis d’accord : il ne faut pas hurler « Allez les Bleus ! », 

           mais simplement – et avec conviction – : « Allez le Vert ! »

          • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 19:38

            @Alex

            vive les verres


          • Alex Alex 1er février 14:04

            @C’est Nabum

            Vous révélez vos peu recommandables attitudes par petites touches : hier, votre « feuillage » prouvait une fréquentation assidue de ces lieux glauques où certaines dames pratiquent l’effeuillage ; aujourd’hui, votre addiction à l’alcool ne fait plus de doute...
            Attention quand vous essaierez de remonter dans un bateau !

          • C'est Nabum C’est Nabum 1er février 14:42

            @Alex

            En bateau, je ne risque rien je suis toujours entre deux eaux


          • juluch juluch 31 janvier 19:56

            Le sport professionnel rapporte beaucoup d’argent et les sponsors se gavent. Beugler pour des mecs qui courent après un ballon....bof !


            Apres, la Marseillaise est notre hymne national et je l’ai chanté récemment lors des couleurs vendredi derniers à la caserne.

            • Gavroche 31 janvier 20:08

              Bonsoir @juluch

              Je partage votre avis. Le mieux serait qu’on leur donne un ballon à chacun, ils se disputeraient moins . 
               smiley
               et je vous met 3 étoiles , à condition que vous m’emmeniez faire un tour sur votre char Leclerc. Pendant mon service militaire , on ne me permettait que de les laver ou refaire les pleins. smiley

              Bonne soirée à vous.

            • Sergio Sergio 31 janvier 20:35

              @juluch


              Bonsoir, alors là c’est pas pareil, c’est une Marseillaise professionnelle

            • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 20:41

              @juluch

              je n’aime pas ses paroles


            • C'est Nabum C’est Nabum 31 janvier 20:42

              @Sergio

              En levant les couleurs


            • juluch juluch 31 janvier 22:33

              @Sergio

              La Marseillaise est un état d’esprit et elle se chante debout au garde à vous......ses paroles et son état d’esprit comptent beaucoup pour moi.

            • Sergio Sergio 31 janvier 22:53

              @juluch


              Alors là je n’en doute absolument pas et c’est tout à votre honneur. Vous donnez beaucoup de sens à votre métier, j’entends que vous le faites parce que vous aimez notre pays et que vous œuvrez à y préserver la paix, le message est bien passé auprès de nous tous, sachez le.

              On peut bien sur débattre sur le contenu des paroles de la Marseillaise, ce qui me fait penser à l’hymne haïtien de mes enfants nommé la Dessalinienne, j’entends encore leurs voix 

              Pour le Drapeau, pour la Patrie
              Mourir est beau, mourir est beau

            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 1er février 09:20

              @juluch

              J’en profite pour passer un salut à tous les commandos, les chasseurs alpins en particulier.
              Nous, on chantait ça :
              https://www.youtube.com/watch?v=3ryKWrPwZbs


            • baldis30 1er février 08:33

              La Marseillaise est aussi le symbole de notre passé où le peuple prend le pouvoir, je ne vois pas de quoi alimenter une polémique là-dessus. Que certains veuillent en détourner le sens ne les grandit pas .

              En fait il y a un deuxième hymne qui devrait aussi être chanté dans toutes les cérémonies : le chant des partisans....

              De même les italiens ont deux hymnes, l’officiel « Fratelli d’Italia » et un autre encore plus fédérateur le chœur des Hébreux du Nabucco de Verdi : Lorsque Ricardo Muti le fit chanter par les spectateurs à l’Opéra de Rome, lors de la célébration du Risorgimento, ah que la sale g... de berlussolini faisait plaisir à voir.

              Et puis si on veut s’internationaliser avec notre sœur latine on peut aussi chanter Ô bella ciao ....

              Plus que les paroles chanter ensemble c’est aussi respirer ensemble .... et le même air


              • C'est Nabum C’est Nabum 1er février 11:43

                @baldis30

                Le chant des partisans me convient beaucoup mieux

                Quant à la Marseillaise, je ne pense pas qu’elle ait sa place dans les stades pour exprimer sa joie. L’histoire ne devrait pas me donner tort


              • baldis30 1er février 20:43

                @C’est Nabum
                 

                La marseillaise c’est l’Histoire, comme le Chant du Départ de la même époque (Méhul) ou l’Hymne à la Jeunesse (Cherubini) . Mais combien de fois avez-vous chanté sur l’air de l’Hexaméron qui est aussi le premier chant du Risorgimento ... jamais ? ce serait étonnant seriez vous assez prude pour n’avoir jamais entonné l’Artilleur de Metz , à l’origine duo Ricardo-Giorgio de I Puritani de Bellini . certes les paroles ne sont pas les mêmes.... 

                Faut-il aussi oublier le Temps de cerises ou encore le Guillaume Tell de Rossini qu’on ne chanta que bien plus tard en Italie parce que le thème est fondamentalement antiautrichien ... Et que penser de l’appel du pied à la France de Donizetti dans la Fille du Régiment (voir le chœur final..)

                La Marseillaise, par tous ses couplets, comme d’autres chants à sa place dans n’importe quelle manifestation : ce qui permet de ne pas oublier qu’elle fut un chant de reconnaissance, comme d’autres, comme le temps des cerises ou le chant des partisans....

                Chanter c’est respirer ensemble ....


              • C'est Nabum C’est Nabum 1er février 21:32

                @baldis30

                Pour respirer ensemble autant avoir des airs respirables

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès