Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > L’OM ou le paradigme de la « belle » défaite

L’OM ou le paradigme de la « belle » défaite

Mercredi soir L’OM a perdu. Sèchement. 3 buts à 0. Une défaite cinglante qui, déjà, compromet sérieusement ses chances de qualification pour les 8èmes de finales de Champion’s League. Et ce, même si l’exploit zurichois face au pâle Milan AC de Leonardo laisse planer le suspense quant à l’identité du second qualifié. Car les faits sont là. Après deux journées, Marseille est dernier de son groupe avec 0 point, et un seul but inscrit au compteur.

Un manque d’expérience ? L’argument a longtemps été avancé pour expliquer les carences chroniques des clubs français en Coupe d’Europe. Au fil des ans, il apparaît de plus en plus bancal. À Bernabeu, Marseille a disputé son 150ème match continental. Sur les dix dernières années, l’OM s’est hissé par deux fois en finale de la Coupe UEFA. Sans oublier le glorieux passé du club sous l’ère Tapie, achevée un fameux soir munichois de 26 mai 1993. Par ailleurs, le joli parcours bordelais en ce début de compétition suffit à réfuter l’argument.

Face aux Galactiques de Manuel Pelegrini, l’armée phocéenne a tenu bon... une heure. Puis en l’espace de 6 minutes, tout s’est écroulé. Le match, et le suspense avec. Un premier but de Cristiano Ronaldo sur une mésentente entre Steve Mandanda et sa défense. Puis dans la minute qui suit, un ultime débordement du portugais sur l’aile gauche force Souleymane Diawara à un tacle rugueux dans la surface. « Viril mais correct » ont sûrement commenté bon nombre de rugbymen. Il n’en fut pas du goût de l’arbitre M.Hansson. Faute et Carton Rouge. Kakà ne se fait pas prier pour transformer le pénalty. 62ème minute de jeu, le Réal mène 2 à 0 chez lui, face à un OM réduit à 10. La messe est dite. Amorphes, les marseillais laissent à Benzéma le plaisir d’ offrir sur un plateau, le troisième but à Ronaldo. En l’espace de 6 minutes, le réalisme madrilène a douché les espoirs ciel et blanc.

Pourtant, tout n’avait pas si mal débuté pour les hommes de Didier Deschamps. « Pendant une heure on a été bon et on a su avoir des opportunités mais le résultat est sévère. Il est lourd. Notre première période a été très intéressante » confie le technicien à l’issue de la rencontre. Particulièrement en jambes, Mamadou Niang aurait même pu ouvrir le score en début de match. Mais Casillas, en dernier rempart, remporta son duel face à l’attaquant marseillais.

Au micro d’OMTV, Steve Mandanda avoue sa lassitude. « C’est à l’image du match contre Milan. On tient la première mi-temps, on prend le premier but et après ça s’enchaîne. C’est toujours pareil. Ça se joue sur un petit manque de concentration, une petite erreur et on le paie cash ». Lucide. De la lucidité, voilà ce qui manque à cet OM. Car ce n’est ni l’expérience du haut niveau, ni même la qualité intrinsèque de l’effectif qui sont remis en question. Chaque année, l’OM clôt sa saison aux trois premières places de la Ligue 1, synonymes de qualification en Champion’s League. Et chaque année, l’équipe échoue dès la phase de poule. Toujours 3ème. À un cheveu. Un détail près. Si peu de choses. Ce petit grain de rien du tout qui distingue une bonne formation, d’une grande équipe.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • abdelkader17 2 octobre 2009 13:04

    on ne fait pas la course avec un ferrari équipé d’une deux chevaux,le football l’opuim des peuples est révélateur de ce cynisme profond dans lesquels se débat le monde,ça n’a plus aucun intérêt tant les dés sont pipés.


    • LE CHAT LE CHAT 2 octobre 2009 14:11

      c’est à l’image de l’équipe de France , ils jouent « bien » , mais pas fichus de cadrer les tirs , les mouettes trinquent ....


      • Henri François 2 octobre 2009 16:14

        Et si l’OM était malade de son entraineur. Où sont la faconde, l’enthousiasme, la psychologie, la malice, bref le savoir faire à la méridionale dans la conduite d’un groupe d’hommesd’un Guérets que tout Marsille regrette certainement aujourd’hui ? Et comme le nouveau Président du club paraît aussi triste, pour ne pas dire absent, que son entraîneur, la Canebière n’a plus de chant dans son accent.


        • furio furio 2 octobre 2009 17:09

          Vachement intéressant l’article. Vous n’oubliez qu’une seule chose...le DOPAGE ! Les espingouins raflent tout dans tous les sports. Constat. ILS sont forts ou tout bonnement CHARGES COMME DES MULES. MIEUX CHARGES que les anglais et que les italiens ..et que les français. Quand on parle de sport il faut toujours mettre ce bémol du dopage , cela explique beaucoup, beaucoup de choses.
          A+ sans rancunes


          • Bernie Bernie 2 octobre 2009 22:51

            « une petite erreur et on le paie cash, » ça et l’incontournable « l’important c’est les trois points » après un misérable 1-0, sont les analyses ô combien pertinentes de nos milliardaires spécialisés en shoot de vessie de porc gonflées.

            Allez communier votre douleur sur les forums de l’Equipe, vous trouverez certainement plein de fins tacticiens plus à même de faire preuve d’empathie pour ces « pauvres » marseillais, soupirant de l’age d’or de Tapie et consorts.


            • Zord Zord 3 octobre 2009 00:16

              Arg, un auteur qui publie un article sur le football ! Sur Agoravox !
              Enfin monsieur, sur Agoravox, on DOIT parler du 11 septembre, de la grippe A ou de Sarkozy !

              Bon blague à part, j’ai vu le match, je me permettrai juste de rectifier la phrase de Deschamps « Pendant une heure on a été bon » en « Pendant une heure, on a fait illusion »...


              • abdelkader17 3 octobre 2009 00:34

                @Zord
                Deschamps a oublié le principal et en trois minutes on a sombré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

littlemat

littlemat
Voir ses articles







Palmarès