Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > La FFF passe de la pantalonnade au déballonnage

La FFF passe de la pantalonnade au déballonnage

La Fédération française de football tente le ridicule, en rendant aux Marseillais le point qu’ils avaient gagné et aux Parisiens celui qu’ils avaient perdu. Rocheteau semble bien isolé, sur son aile.

Soyons sport, comme dirait Patrick Montel, inénarrable présentateur de la plus pitoyable émission de sport actuellement diffusée à la télévision. Pire que Stade 2. Soyons sport, donc, et la Fédération française de football de Jean-Pierre Escalettes l’a été, en rendant justice aux jeunes et méritants Marseillais qui étaient venus se décarcasser pour arracher un point au Parc des princes face à de moins jeunes et un peu moins méritants Parisiens, dans ce qui devait être un choc au sommet et s’est avéré devenir une redoutable pantalonnade de Ligue 1.

PSG-OM, match retour, c’était il y a quelques semaines déjà, mais depuis il y a eu la réunion spectaculaire du Conseil national d’éthique de Dominique Rocheteau, qui s’est réuni pour décider, dans un élan moral et patriotique sans doute, de sanctionner tout à la fois les dirigeants des deux clubs, qui le méritaient bien, et les joueurs des deux clubs, qui le méritaient moins. Quelques jours après la sanction, l’ancien ailier des verts s’était fendu d’un « on veut faire peur » qui aurait arraché un frisson de terreur au plus aguerri des danseurs étoiles de l’Opéra de Paris. (Saint Germain.)

Seulement voilà, à trop vouloir faire peur, l’ancien frisé des albums Panini s’est un peu pris les pieds dans le tapis (vert). Et hier, la fédération, statuant sur l’appel interjeté par les deux clubs concernés, a décidé de rendre aux joueurs ce qu’ils avaient gagné dans la plus parfaite légalité sur la pelouse. Un point, donc, de plus pour l’OM, qui revient à trois points de la Ligue des champions, un point de plus pour le PSG, qui revient à cinq points de l’UEFA. Chacun sa coupe. La Fédé n’a pas fait dans la demi-mesure, Rocheteau est taclé sévère, même pas par derrière, mais sévère quand même, même si les sanctions prononcées contre les deux présidents sont maintenues.

A la pantalonnade du Parc, la Fédération française de football, donc, dans son immense sagesse, a ajouté la pantalonnade du tapis vert. Un déballonnage spectaculaire qui renvoie l’éthique aux oubliettes. Or, comme le dirait Patrick Montel (difficile d’écrire ça sans rire) et Gérard Holtz (très fort le Gégé aussi pour les leçons de morale façon pensionnat jésuite), sans éthique, quel sport allons-nous voir ? Car enfin, peut-on laisser des équipes fausser un championnat sous prétexte qu’ils estiment que leurs supporters ne voient pas leur sécurité assurée en cas de déplacement ? Peut-on laisser des présidents de club décider du sort d’un match ? Peut-on laisser le PSG ne pas trouver la force ( pas dit : le talent) de battre une équipe de minots marseillais même pas bien classée dans son championnat de CFA ? Patrick Montel a des cheveux à se faire.

Il va devoir, encore une fois, faire appel à son redoutable consultant, Francis Lalanne, pour dénouer cet embrouillamini. Et répondre à quelque questions essentielles : l’OM est-il un club normal ? Le PSG va-t-il désormais devoir chaque soir manger au Buffalo Grill ? Dominique Rocheteau est-il encore crédible dans son Conseil national de l’éthique ? Oui, répond ce dernier, qui après avoir digéré le point perdu-retrouvé, a déclaré qu’il était convaincu d’avoir « envoyé un signal fort. » Il aime bien les phrases slogans, Rocheteau, « On veut faire peur », « On a envoyé un signal fort », il en fait finalement beaucoup plus que sur le terrain à l’époque, où il ne s’embarrassait pas trop de fioritures, traçait son chemin droit vers le but, poteaux carrés ou pas. Bon, alors, deux points retirés par ci, deux point remis par là, on fait quoi maintenant ? On rejoue ? Et pourquoi pas ? Manque de pot pour tous les partisans d’un parcours « à la Calais » chaque année en Coupe de France, cette année, cette épreuve, largement dévaluée depuis dix ans, faute d’une implication suffisamment grande des clubs de l’élite, cette année donc, le PSG et l’OM sont toujours présents au stade des demi-finales. Jeudi soir, on saura si la Coupe s’offrira une de ses plus grandes finales depuis dix ans. Voire quinze.

Une finale qui serait alors pleine de peurs plus ou moins fondées, de CRS très mobilisés, de messages haineux d’un virage de tribune à l’autre, d’enjeu colossal en tout cas pour deux clubs qui, grosso modo, ont vécu une saison très moyenne. Mais une finale qui pourrait aussi bien se jouer... à huis clos. Oui, parce que dans sa vertigineuse sagesse doublée d’un sens aigü de la justice, Rocheteau et son Conseil national d’éthique ont demandé aux dirigeants marseillais et parisiens de « s’entendre » pour qu’à l’avenir une telle « situation » ne se reproduise pas. Faute d’entente, parmi les sanctions envisagées, on parle de futurs matchs au sommet à huis clos.

Donc, rions un peu, envisageons cette finale de Coupe de France à huis clos, 80 000 places vides à Saint-Denis, franchement, ce serait grandiose, non ? L’heure de gloire de l’éthique, de son Conseil, de Rocheteau et de Patrick Montel. Bon, bien sûr, Rennes et Nantes ont autant de chance de briller et de se retrouver à la fête, mais bon, on peut toujours rêver, et espérer que par respect pour la décision (cocasse) courageuse de la Fédération française de football, le PSG et l’OM soient à la hauteur de leur mauvaise réputation. Deux points, c’est tout.


Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Elias (---.---.231.101) 20 avril 2006 15:00

    Le CNE a donné le baton pour se faire battre en prononçant une sanction qui n’est défini par aucun réglement.

    Ce qui fait que l’OM et le PSG auraient été sanctionné sans avoir contrevenu à aucune loi, à aucune règle, violant ainsi le principe de légalité.

    Que l’on juge que cet événement est regrettable (et il l’est) est une chose ; que l’on se permette de prononcer des sanctions du fait d’un manquement à une morale non écrite est infiniment plus dangereux.

    A quand les nouveaux ayatollahs ?

    Elias


    • JoeBiloute (---.---.240.66) 20 avril 2006 16:01

      Il est exact que la CNE a outrepassé son pouvoir dans cette affaire puisqu’elle a sanctionné les clubs sans se baser sur aucune loi.

      Toutefois, comment faire en sorte qu’une commission d’éthique existe si aucune règle d’éthique n’a été fixée au préalable, ni aucun barême de sanction adéquat ???

      Autant dire que cette commission ne sert strictement à rien actuellement alors que sur le fond elle aurait beaucoup à faire...Ah si pardon elle sert...... de vitrine à la FFF.


      • c florian (---.---.162.39) 21 avril 2006 12:09

        le conseil national de l’ethique est un organisme inutile et mediatique si cher aux français.

        il a ete créé au depart pour penaliser l’oublié (et personne ne le regrette) fiorese qui faisait du ravanelli sans avoir son sens du spectacle. cette commission a donc commence une chasse aux tricheurs en infligeant 3 matchs au fautif, chasse qui s’est arretee aussi vite qu’elle a commencé. pour redonner un sens au groupe diriger par rocheteau, la ligue l’a doté de plus de pouvoir. aubaine, le match psg-om a permis de mettre en application ces pouvoirs et selon monsieur thiriez, de definir les responsabilites. bien sur, les deux presidents ont ete designes responsables de ce tres mauvais match, mais les equipes aussi vu qu’ils ont perdu le point gagne sur le terrain. pourtant, la seule regle qui ai ete non respecte est l’attribution du nombre de places aux suppoters adverses. le psg a enfreint une regle, certes, mais ils se sont bases sur un accord verbal entre les deux clubs (c’est bien la premiere fois qu’ils se mettaient d’accord) plutot que le reglement de la ligue. mais monsieur thiriez, president de la ligue, etait du cote de monsieur blayau, et declarait avant le match que le psg etait dans son bon droit. on peut donc se demander si dans la définition des responsabilités, une personne à moustache n’a pas ete oubliée. l’om n’a pas envoye sa meilleure equipe, ok. mais aucun reglement n’a ete enfreint. on les condamne donc sur l’ethique, jugement plus que subjectif surtout quand on declare en meme temps que les psg etait en tort et donc l’om dans son bon droit de demander les 2000 places. le cne punit un choix sportif d’aligner des joueurs plutot que d’autres. autrement dit, un club ne peut pas aligner des joueurs moins talentueux si il en a envie. il devrait aussi condamner les equipes qui s’amoindrissent tous les etes comme auxerre qui laisse partir de bons joueurs pour mettre des jeunes ! et si lors de la finale fernandez decide d’aligner gimenez plutot que pagis, peut etre qu’il sera condamner pour manquement à l’ethique (c’est vrai qu’il meriterait une peine de prison pour ça !).

        il y a tres peu monsieur boloni a eu des propos peu fairplay sur l’arbitrage au velodrome, bizarrement le cne ne s’est pas senti concerne. en même temps, il pourrait avoir du travail toutes les semaines, mais l’ethique concerne principalement les affaires mediatiques et si possible le psg et l’om.

        dans le ridicule on peut citer egalement le prix du fairplay attribué à collin d’ajjacio qui apres s’etre fait ouvrir la tete sur un choc involontaire avec pedretti, lui a serre la main en revenant sur le terrain. à croire qu’il est magnifique qu’il ne l’est pas frapper ! si c’est le geste le plus fairplay sur le terrain, on peut vraiment s’inquieter. moi je verrai plutot une mention speciale à junhino qui, lors du quart de coupe de france ol-om, est venu prendre des nouvelles de maoulida dans le vestiaire marseillais et s’excuser de ne pas avoir sorti le ballon en croyant qu’il faisait de la comédie (comme si ça existait dans le football !).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès