Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > La globalisation du football

La globalisation du football

Dans trois mois, les critiques de la globalisation vont devoir tenir compte de ce qui se va passer à l’occasion du Mundial. En effet, cette compétition montre clairement comment l’ouverture économique mondiale aide les pays émergents à être meilleurs et plus compétitifs au niveau international. En 2006, beaucoup de gens virent déjà avec plaisir jouer Trinidad et Tobago, pays dont le sport national est le cricket et qui, avec 1,3 millions d’habitants – le plus petit pays qui avait jusqu’alors jamais participé à une coupe du monde de football – , était parvenu à faire jeu égal avec la Suède. Comme nombreux furent ceux qui se réjouirent de la victoire de l’Équateur face à la Pologne, ou du Ghana face à la République tchèque.
 
Selon les experts, les petits pays jouent chaque fois mieux et posent chaque fois plus de problèmes aux grandes puissances footballistiques. Il n’y a pas si longtemps que cela encore, il n’était pas rare de voir les sélections européennes ou sud-américaines écraser sous une avalanche de buts des équipes caribéennes, africaines ou asiatiques. Ainsi, en 1982, la Hongrie pulvérisa le Salvador avec un 10 à 0. Mais ces beaux jours appartiennent désormais au passé. Maintenant, sauf exception – l’Argentine qui gagna par 6 à 0 contre la défunte Serbie-Monténégro – , les meilleurs équipes du monde ne gagnent que par un faible écart.
 
Comme l’explique Franklin Foer, auteur du livre How Soccer Explains the World : An Unlikely Theory of Globalization, les petites équipes jouent chaque fois mieux car la globalisation a fait en sorte que la concurrence soit plus équitable. Effectivement, le football est sans doute une des industries les plus mondialisées. Pourtant, jusqu’au début des années ’90, il s’agissait d’un des secteurs les plus protégés de l’économie. Les équipes européennes ne pouvaient engager qu’un nombre limité de joueurs étrangers, en général deux par équipe. Mais en 1995, un joueur belge, Jean-Marc Bosman, déposa plainte contre la Fédération française de football qui refusait de le laisse jouer en France. L’affaire arriva jusqu’à la Cour de Justice européenne, et Bosman gagna.
 
Selon Branko Milanovic, économiste de la Banque mondiale, spécialisé dans la pauvreté et auteur d’un essai intitulé « Globalization and goals : Does soccer show the way ? », l’affaire Bosman a changé l’histoire du football. Après l’arrêt de la Cour européenne, qui détermina clairement que les clubs français violaient le droit à la mobilité du travail consacré par l’Union européenne, les équipes de football européennes commencèrent à recruter chaque fois plus d’étrangers. Actuellement, bien que les quotas n’aient pas disparu, il existe des équipes comme le Chelsea de Londres qui ont joué parfois avec 9 joueurs étrangers, dont nombre de latino-américains et d’africains. Plus de la moitié des joueurs du Real de Madrid sont étrangers, dont les étoiles Ronaldo et Kaká. Les équipes d’Arabie saoudite, du Costa Rica, du Japon ont eu des directeurs techniques brésiliens, alors que le Mexique a eu un entraîneur argentin, l’Angleterre, un Suédois, le Ghana, un Serbe, et l’Iran, un Croate.
 
Résultat : la différence entre les sélections nationales se réduit chaque année car le football devient chaque fois plus compétitif. Et même si le prix des meilleurs joueurs a considérablement augmenté, le solde de l’ouverture du marché footballistique est positif pour les petits pays. En effet, la globalisation du football est une source de richesse pour les clubs des « petits » pays qui peuvent « vendre » à meilleur prix leurs poulains et récolter plus de fonds pour chercher de nouveaux talents et se renforcer. À un niveau international, avoir ses joueurs évoluant dans les championnats européens permet, de plus, aux petites nations d’être plus compétitives lors des championnats du monde. Qui aurait pu imaginer il y a quelques années encore que la Corée du Sud, la Côte d’Ivoire ou le Ghana seraient des équipes à tenir en compte ?
 
Encore une fois, le salut des pays émergents passe par la globalisation. 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Pyrathome pyralene 16 mars 2010 12:14

    rien à foot....


    • morice morice 16 mars 2010 13:09

      venant d’un mec ayant écrit « L’environnement s’avère être la dernière bouée de sauvetage du socialisme »on peut tout craindre en effet.... c’est fait aujourd’hui. Rien sur l’exploitation des ressouces humaines par le pillage des jeunes joueurs noirs par les grands clubs.. non... banal, sans idée, tout le monde sait que ça se termine en entonnoir et que les matches se jouent à 1 à zéro. Bref, le foot est arrivé au sommet de son capitalisme effréné... rien non plus sur les supporters et ce qu’ils pensent des joueurs noirs en Italie. Les cris de singe résonnent toujours, coupe du monde ou pas.


      • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 16 mars 2010 13:16

        @ morice :

        « ... le pillage des jeunes joueurs noirs par les grands clubs... »

        Ben voyons, c’est bien sûr ! Comment ils sont exploités les joueurs africains évoluent dans les championnats européens. D’ailleurs, c’est simple : la révolte gronde dans les vestiaires et ils pensent tous à retourner nuitament en Afrique.


      • King Al Batar King Al Batar 16 mars 2010 13:44

        Ce ne sont pas les joueurs noirs qui sont exploités, mais les pays d’ou proviennent ces joueurs qui ne beneficie pas des talents de leur joueurs pour enrichir leur propre championnat.


        C’est un peu ce qu’est d’ailleurs en train de devenir la France. Des qu’un mec est bon dnas le championnat de France, il part à l’etranger pour gagner des titress et surtout plus de fric....


      • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 16 mars 2010 14:03

        @ King Al Batar :

        « Ce ne sont pas les joueurs noirs qui sont exploités, mais les pays d’ou proviennent ces joueurs qui ne beneficie pas des talents de leur joueurs pour enrichir leur propre championnat. »

        Tiens !? Un joueur africain serait donc propriété de l’Afrique ?

        Sinon, cette façon de voir est simplement fausse : si les joueurs africains ne s’étaient pas formés en Europe, ils n’auraient enrichi rien du tout et certainement pas les championnats africains, qui, justement n’ont vu leur qualité augmenter qu’à partir du moment où des joueurs africains sont partis se former en europe, ont joué dans de grands clubs européens et sont revenus au pays pour y continuer à jouer et à partager leur expérience. Ensuite, les clubs de football africains bénéficient pécuniairement des contrats qu’ils passent avec des clubs européens qui embauchent un joueur africain ; ce qui leur permet d’investir et de dévelloper le football en Afrique et, dans ce cadre, enrichir les Africains.


      • morice morice 16 mars 2010 14:54

        Ensuite, les clubs de football africains bénéficient pécuniairement des contrats qu’ils passent avec des clubs européens qui embauchent un joueur africain ; ce qui leur permet d’investir et de dévelloper le football en Afrique et, dans ce cadre, enrichir les Africains.


        décidément le marxisme vous reste en travers
        « enrichir les Africains. »

        enrichi QUELQUES africains. Il n’y aucune retombée globale. Si c’était le cas les clubs de foot africains auraient les moyens de la première division française.

        tout le monde ne peut pas tomber sur un mécène....

        le foot ça rend fou, mais y’a pas que le foot....

      • morice morice 16 mars 2010 13:40

        « N’oublions pas que les écrits marxistes et léninistes sont aussi dangereux que Mein Kampf pour capitalistes : le socialisme est une religion dangereuse et liberticide qui prône explicitement la discrimination négative des bourgeois. »


        ouh là on a affaire à un bon là avec « lopez-martinez »...

        le mercato en Ukraine il connaît...

        • King Al Batar King Al Batar 16 mars 2010 13:42

          Le probleme de la globalisation est que cela profite toujours aux mêmes....

          Tant que les Africains se feront recruttés des leur plus jeune age pour integrer des centre de formations Européens, ils seront certainement bons footbelleurs et feront la joie des supporter de leur équipes nationales, mais il ne rapporteront rien à leur pays.

          En effet, meme si le joueur est de nationalité Camerounaise ou Ivoirien ou je ne sais quoi, il évolue en Europe, et donc fait gagner de l’argent et est rémunéré par une inditstrie qui géographiquement ne se délocalise pas. En fait si le footballeur est la main d’oeuvre, alors on ne délocalise pas les entreprise pour avoir un moindre cout, on fait venir de la main d’oeuvre pour avoir de la qualité chez nous.... Ce qui se fait donc au détriment du pays d’ou provient cette main d’oeuvre puisuq’il ne fait aps gagner de l’argent à un club local.

          Je suis au regret de vous annoncer que même si l’ecart de niveau s’est considérablement reduit, vous ne verrez pas prochainement d’équipe Africiane gagner une coupe du Monde, et non l’emergence des petits pays ne passe pas par la globalisation, et certainement pas dans le foot.

          On se contente juste d’aller chercher des jeunes pepite sur le continent africian et on les forme chez nous.

          Rien avoir avec l’amerique du sud, ou il y a des centres de formations, avec de grandds clubs, et le bon bresilien ou Argentin qui vient jouer en Europe a déjà fait ses preuve dans son centre puis dans un club local avant de venir chez nous. D’ailleurs certaines équipes d’amerique du sud n’ont rien a envie au club Européens. Les clubs africains en revanche.....


          • Gino 16 mars 2010 13:42

            Pas du tout sûr que la globalisation ait un quelconque rôle là-dedans : les moins bonnes équipes s’améliorent, tout simplement, alors que les meileures ont bien moins de marges.
            Ex. : en quoi l’équipe des Iles Féroé est touchée par la globalisation ? Ce sont des pêcheurs, boulangers, électriciens, qui travaillent encore la veille d’un match contre la France.
            Pourtant,ils ne perdent pas, plus, par 12 buts d’écart...La raison ? Travail surtout physique et aussi tactique, qui ressert le niveau entre tous.

            Quant au couplet de « l’exploitation des joueurs Noirs » : juste ridicule...
            Mais bon, ça pullule sur ce site les gens qui n’ont rien à dire mais parlent tout le temps...
            S’il y a bien un...secteur économique où il n’y a point de discrimination, c’est bien le football : t’es bon ? Tu vas toucher des millions !
            A ce moment là, on pourrait aussi parler de joueurs Blancs, exploités, et bien plus nombreux. Et, au fait, rien n’interdit à un joueur Noir d’investir ses millions dans son pays, de l’aider, créer de l’emploi, etc. Plutôt que de s’offrir des LV, D&G, Rolex, Porsche, etc. Hein... ?


            • Gino 16 mars 2010 13:59

              Je rappelle qu’il y a une coupe d’Afrique des clubs...Demandez donc à Drogba Etoo ou Essien d’aller jouer pour un club africain : quand ils verront le salaire proposé, ils ne réfléchiront pas longtemps, et l’amour du pays, du continent, aider son prochain...
              Il y a aussi des centres de formation en Afrique (académie Guillou dans le temps, célèbre, par ex.).
              Vous vous trompez de problèmes : au haut niveau il n’y a rien à faire en Afrique. L’Europe offre un rêve, et surtout bcp d’argent, point barre. 95% des revenus vont à 5% des joueurs, protagonistes, rien de plus. Que tu sois Blanc, Noir un Jaune...
              En outre, je rappelle, aussi, que la majorité des présidents de clubs sont bénévoles...En tout cas en France. Exploitation ?


              • King Al Batar King Al Batar 16 mars 2010 16:06

                Seulement Pape diouff est exploité.....

                Bon ok je sors....


              • morice morice 16 mars 2010 18:49

                Je n’ais pas lu l’article, 

                dehors les trolls qui affichent ce genre de MEPRIS. DEHORS ! 

              • Georges Yang 16 mars 2010 15:27

                Pas tout à fait d’accord avec vous, il existe un nivellement lors des grandeses compétitions car sur 3 matches une petite équipe peut faire illusion ou réaliser un exploit, mais ce sont quasiment toujours les mêmes dans le dernier carré
                L’amendement Bosman a par contre tué les petits clubs européens
                Quand Chelsea alignait 11 étrangers sur le terrain pouvait -on encore parler de club anglais ?
                L’exploit de Lyon contre Madrid n’a pas lieu tous les jours, il s’agit d’une contre performance des « Espagnols »
                Sans l’arrèt Bosman, un Panathénaikos avec une majorité de Grecs pourrait encore gagner une coupe, c’est impossible aujourd’hui
                Depuis Bosman, le foot est devenu un travail de mercenaires, on peut soit le regretter , soit admirer un alignement de vedettes internationale sur le terrain
                Et puis cette diversité entraine un affaiblissement des équipes nationales et des naturalisations de complaisance
                Autre temps autres mœurs
                Est ce un progrès ?


                • King Al Batar King Al Batar 16 mars 2010 16:11

                  Bonjour Mr Yang,

                  Je suis moyennement d’accord avec vous. Disosn que sur le principe oui, sauf que j’ai un contre exemple qui flingue l’argumentation....

                  Porto, il y a quelques années a gagné la C2, puis est allé gagné la C 1 (ligue des champions) l’année d’après avec des joueurs comme Manich ouo Deco, quii sont des bons joueurs mais pas des grands joueurs (en tout cas à l’époque). Comme quoi on peut encore y arriver avec du local (ssi vous me passez l’expression). Mais sinon nous, les francais, on s’est bien fait niqué la gueula avec cet arret à la con. Mais c’est jute du au fait que nos joueurs sont plus fortement imposé. Ce problème peut être resolu si tous les footbaleurs Européens avaient une fiscalité commune et extra nationale.... Comme ca tout le monde jouerai sur le meme tableau, et je ne suis pas sur que l’argent plus mal investi que ce que l’etat francais en fait aujourd’hui....


                • Georges Yang 16 mars 2010 16:30

                  Albatar
                  Oui , bien sur Porto et de temps en temps un club russe, mais la plupart du temps on retrouve les mêmes
                  l’arrêt Bosman partait du principe de la libre circulation des travailleurs, certes, mais sans parler des clubs luxembourgeois, peut on voir un jour voir un club de DII qui gagne le coupe de France dépasser le premier tour en coupe d’Europe ?


                • ddacoudre ddacoudre 16 mars 2010 16:13

                  bonjour luciole

                  je trouve toujours désolant d’accorder à des mots comme mondialisation et globalisation une valeur humanitariste alors qu’ils n’ont que la porté impérialiste de ceux qui les ont, en grands communicants, conceptualisé. ceci n’empêche pas que les compétions internationales et la circulation des joueurs ont permis la circulations des hommes et des idées qui vont avec mais ce serait une douce illusion d’en déduire que cela constitue une quelconque ouverture vers quoi que ce soit ce ne sont que des observations de situation ponctuelle que démentent tous les états qui prennent des mesures contre l’immigration dés qu’un individus n’est pas en mesure d’être d’un rapport financier pour le pays qui l’accueille, c’est ainsi que tous les footballeurs qui ne sortent pas de la compétition retourne chez eux.

                  ce que tu développes n’est que la console d’un rayon de super marché, ce n’est pas faux quand l’on ne regarde que cela.
                  la mondialisation et la globalisation ne veulent rien dire les hommes ont circulé et échangé en permanence sur cette planète.
                  si tu veux expliquez que c’est la libre circulation sans contrôle des biens et de la monnaie alors tu as raison, mais seulement sur cet aspect à condition d’admettre que cela n’est possible comme le reste que grâce aux moyens de circulation qui facilite tous les déplacement je ne pense pas que s’il fallait se déplacer à pied nous irions faire des compétitions chez les uns où les autres, et de fait ton raisonnement comme celui des liens que tu fournis, tomberaient de fait.
                  il est bien plus simple d’écrire que tous les échanges pacifistes entre les humains peuvent leur être bénéfique sans devoir se faire l’apôtre d’un concept exclusif.

                  cordialement.

                  cordialement.


                  • mouqawama 16 mars 2010 17:56

                    Le jour ou brest gagnera une champion League ou le Burkinafaso la coupe du monde, je partagerais les analyses de ces pseudos experts, simples cautions d’un système de criminalité généralisée qui n’épargne point le sport, bien au contraire !
                    La mondialisation ne profite qu’aux riches et en particulier aux nations de l’Hémisphère nord qui sont les principales organisatrices de ces compétitions en sont également les centres de décision, et en sont donc les uniques bénéficaires.
                    Ou se trouve le siège de la FIFA ? en Suisse ! c’est surement un pur hasard,tous les présidents de cette organisation depuis sa création à l’exception d’Havelange ressortissant du pays le plus titré en coupe du monde (Brésilien) étaient européens.
                    Le football est à l’image des relations internationales ,se pratique le même cynisme et la même hypocrisie qu’aux nations unies,les institutions de représentation du football ne sont que des organes corrompus ou l’idéal sportif n’est qu’un vain mot pire une escroquerie !
                    A part les nations de football d’Amérique du Sud grandes pourvoyeuses de talents dont la majorité des joueurs évoluent en Europe aucune nation du tiers monde n’est à ce jour en mesure de remporter le titre mondial parce qu’elles n’ont ni les structures ni l’argent pour rivaliser avec les nations du nord.
                    Même si par miracle comme pour l’Algérie en 1982 qui infligea une défaite à l’Allemagne championne d’Europe en titre, ces équipes sont en mesure de passer un tour,on s’arrange pour les éliminer le plus rapidement possible.
                    http://www.europeangoldfoot.net/rubrique,rfa-autriche-1982-1-5,31874.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès