Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > La vidéo est-elle vraiment indispensable ?

La vidéo est-elle vraiment indispensable ?

L’argumentation des ces partisans favorables à la vidéo repose en très grande partie sur ce qui se passe dans les autres sports. Le rugby en particulier.

Le rugby, le faux exemple...

L’arbitre de rugby peut avoir recours a la vidéo pour valider ou non un essai ou une pénalité. Elle ne sert pas à savoir s’il y a en avant, pénalité ou autre mêlée. Si elle existait sur le même principe au foot, il serait donc hors de question d’y avoir recours pour savoir s’il y a hors jeu, pénalty, coup franc ou carton jaune et/ou rouge. Elle aurait à la limite pu servir lors de Angleterre-Allemagne. Mais là aussi une question épineuse surgit. A quel moment l’arbitre aurait pu y faire appel ? Au rugby, dans 99% des cas, s’il n’y avait pas eu la vidéo l’arbitre aurait accordé l’essai et donc arrêté le jeu ou refusé l’essai et également arrêté le jeu pour repartir par un renvoi au 22, une mêlée, une pénalité etc... Dans la foulée du but refusé à Lampard, les Allemands ont bénéficié d’un contre débouchant sur une occasion de but, le jeu ne s’arrêtant pas. Si l’arbitre avait eu recours a la vidéo, pendant le contre allemand, et qu’il s’avérait que le ballon n’avait pas franchi la ligne, la polémique aurait surgi, cette fois-ci en faveur des Allemands. Car, contrairement au rugby, après un ballon tutoyant la ligne de but on ne repart pas automatiquement par une phase arrêtée. On voit donc que le rugby n’est pas forcément le sport le plus représentatif pour les inconditionnels de la vidéo dans le foot.

….comme le tennis

Autre sport mis en avant pour l’introduction de la vidéo : le tennis et son système hawk eye. Un joueur a la possibilité d’y faire appel trois fois et, si il lui est donné tort, perd un de ses 3 challenges. Dans le foot, si on s’en inspirait, cela aurait pour effet de saccader le jeu (dans un sport beaucoup plus fluide que le tennis) et de le dénaturer en pouvant à tout moment y avoir recours. A l’image du rugby, se pose aussi la question de savoir quand y faire appel pour ne pas fausser la continuité de l’action incriminée. Et ce système n’est pas infaillible. Les ingénieurs du hawk eye le disent eux même : il existe une marge d’erreur de plusieurs millimètres, une sorte de technologie a échelle humaine. Se pose aussi la question d’autres polémiques. Une équipe grille tous ses challenges : par 3 fois, elle se trompe. Que dirait-on alors si sur une 4ème action, elle était lésée et qu’elle ne pouvait faire recours a la vidéo ? On instaure un 4ème challenge puis 5 puis 10 ? On n’en sortirait pas. Les sports les plus mis en avant par les fervents inconditionnels de la vidéo sont donc aussi de mauvais exemple pour eux. Ces sport ouvrent également des pistes alternatives.

D’autres pistes existent

Au tennis, le juge arbitre est assisté de juge de ligne qui contribuent tout autant à l’arbitrage. Au rugby aussi, l’arbitre est suppléé de nombreuses fois par ses assistants qui interviennent régulièrement pour indiquer à l’arbitre un événement (faute, agression, en avant...) en dehors de leurs compétences initiales qu’est la touche. De plus, ils sont écoutés par l’arbitre de centre. Dans le foot, l’interventionnisme des assistants est beaucoup moins présent. C’est une piste pour réduire les erreurs. Comme celle de l’arbitrage à 5, déjà testé cette année en Ligue Europa, qui mérite d’être creusée. Un tel arbitrage lors de France-Irlande aurait sans doute permis de refuser le but à Thierry Henry. On voit donc qu’a plusieurs, c’est plus facile. En changeant les mentalités aussi.

Changer les mentalités

Là encore, prenons l’exemple du rugby. Des gaillards de 2m et 120 kilos acceptent sans broncher les décisions arbitrales, justifiées ou non. Dans le foot, les attroupements de protestations après un coup de sifflet litigieux sont légion. Le respect de l’arbitre, a tous les niveaux (des drames se jouent tous les dimanche chez les amateurs), est primordial. Plus que la question sur la vidéo. Mais cela va aussi dans les deux sens. Si les contestations des joueurs sont nombreuses, c’est parce que l’arbitre de foot est souvent considéré, à raison dans de nombreux cas, comme un petit chef usant de son sifflet sans faire preuve d’aucune pédagogie, ce qui n’est pas le cas dans le sport au ballon ovale. Enfin, sur cette question des mentalités, il convient aussi de préciser que si les polémiques sont aussi amplifiées c’est par les enjeux de plus en plus grands qui pourrissent le foot. Le foot reste un sport où une la glorieuse incertitude et les erreurs humaines (d’un gardien anglais ou d’un arbitre) font partie du jeu. Du jeu. Et pas du grand cirque médiatico-financier.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • furio furio 2 juillet 2010 08:46

    Bonjour,

    Si vous matez les matches de foot. Les arbitres laissent peu d’erreurs passer. Mais tous les matches sont entâchés de 1, 2 ou 3 erreurs graves. 
    Ceux qui refusent la vidéo connaissent bien le foot, ils savent que c’est un sport de tricheurs, de plongeurs, etc..La vidéo mettrait en lumière cette particularité du foot pro.
    Ayant pratiqué je peux vous certifier que pour faire tomber un joueur pro, il faut qu’il y mette beaucoup, beaucoup du sien.


    • furio furio 2 juillet 2010 09:09

      J’ai voté non, mais votre article méritait un oui. Erreur de ma part. Vous défendez bien votre point de vue.
      La vidéo est devenue incontournable. J’ai vu beaucoup de matches de L1 faussés par des erreurs.
      Le pompon NICE-VALENCIENNES (8ème journée) 2-1 pour VALENCIENNES à la 73 ème minute. Echouafni simule (la vidéo aurait montré que le joueur n’avait pas été touché) un « attentat » CARTON rouge pour le Valenciennois et Coup franc donc. Echouafni va se placer dans la surface et marque en position flagrante de hors jeu. !!!VALENCIENNES perdra le match 3-2 à la 77 éme.


      • Shtounga 2 juillet 2010 09:39

        D’après la Fifa, Lampard n’a pas marqué contre l’Allemagne : voir ici le document officiel


        • Shtounga 2 juillet 2010 10:17

          Les sports qui génèrent beaucoup de business sont le théätre de beaucoup de tricheries. Tricheries d’autant plus faciles que ce sont les instances sportives qui sont chargées de la discipline intérieure, et qu’elles tiennent évidemment à soigner leur belle image aux regards extérieurs.

          Remember : il a fallu l’intervention d’une instance extérieure ( la police des stups ) pour faire sortir l’affaire Festina, sinon on y serait encore.

          En ce sens, les réactions de la Fifa vis-à-vis de la vidéo sont parlantes. Pour moi, elles signifient que le foot est corrompu jusqu’au plus haut niveau et que, comme en cyclisme, la magouille y est une norme.

          • Waldgänger 2 juillet 2010 10:26

            Il y a une anecdote dont je suis à peu près sûr, de mémoire, sur le soigneur de Festina, Willy Voet, qui conduisait la fameuse voiture de Festina bourrée de dope. Quand il a vu les stups, il était tellement habitué à l’impunité et à la complicité tacite qu’il ne craignait rien au début pour sa cargaison. Ce qui le préoccupait vraiment, c’était qu’il s’était injecté du pot belge pour faire le trajet sans fatigue, ce qui en dit long sur la culture de la drogue dans ces milieux. Il faudrait vérifier sur le net, mais je n’ai pas très envie.


            • Fergus Fergus 2 juillet 2010 11:03

              Bonjour, Pierrot.


              A toutes fins utiles voici un commentaire que j’ai posté récemment sur le sujet :

              « Ancien joueur et dirigeant de football, je reste globalement contre la vidéo pour un ensemble de raisons. Mais principalement parce que l’assistance vidéo serait forcément sélective et totalement impuissante pour empêcher certaines erreurs.

              Exemple : un joueur grille la défense et file seul vers le but adverse, mais il est signalé hors-jeu à tort. Que pourrait la vidéo dans ce cas ? Rien, car il serait évidemment impossible de demander aux protagonistes de se replacer à l’endroit exact où ils étaient et dans les mêmes conditions de vitesse.

              Des exemples comme celui-là, on peut en trouver des dizaines qui démontreront que la vidéo n’est pas la panacée mise en avant par certains, et notamment par ceux qui connaissent mal ce sport.

              Cela dit, il semble évident qu’il faille désormais avoir recours à elle pour les matches à fort enjeu. Mais uniquement dans quelques cas très limités. A cet égard, l’exemple à suivre est à prendre aux Etats-Unis dans le... football américain. Après avoir mis en place une large assistance vidéo, les dirigeants étasuniens se sont rendus compte de la confusion et des litiges sans fin que cela engendrait. Ils en sont donc revenus, à ma connaissance, à un droit à l’assistance vidéo limité pour chaque équipe à 2 visionnages maximum par match.

              Une solution de sagesse qui aurait sans doute parfaitement fonctionné dans les 2 matches d’hier soir. Mais de grâce, n’allons pas au delà car ce serait la porte ouverte à énormément de problèmes ! »


              • Fergus Fergus 2 juillet 2010 11:10

                En revanche, oui à l’utilisation systématique de la vidéo par les commissions de discipline afin de sanctionner avec la plus grande sévérité les actes de brutalité et de tricherie.

                En football, cela se pratique déjà, mais pour les seules brutalités graves, et ce n’est pas suffisant. Henry aurait dû, a près sa double main coupable et non avouée malgré les protestations de l’équipe d’Irlande écoper de plusieurs matches de suspension. De telles sanctions auraient pour effet de diminuer le nombre des actes d’anti-jeu, pourquoi s’en priver ?

                Merci pour cet excellent article. 


              • Pierrot29 2 juillet 2010 11:15

                Tout a fait d’accord pour l’utilisation de la vidéo dans les commissions d’après matchs. J’aurais peut être du le rajouter. Punir plus sévèrement qu’initialement, si c’est justifié, des attentas type tacles dangereux, coup de coudes...


              • Fergus Fergus 2 juillet 2010 19:11

                La suppression de mon premier commentaire me laisse perplexe dans la mesure où il était parfaitement centré sur le sujet et dénué de tout propos agressif ou injurieux, ce qui d’ailleurs est totalement contraire à mon éthique personnelle en matière de débat.

                Bizarre, bizarre ! 


              • Cogno2 2 juillet 2010 15:10

                C’est pas du sport, c’est du théâtre
                On vous apprends à simuler, à faire semblant, à manipuler.
                C’est la nouvelle école de la vie, les idoles sont des escrocs menteurs.
                On se retrouve à qualifier « d’intelligent » des gens donc le seul talent est d’avoir réussi à berner les autres, à contourner les règlements.
                Ces gens n’ont aucune fierté, aucun honneur, ils ne peuvent donc attirer le moindre respect.

                Au lieu de mettre la vidéo, ajouter des arbitres près des surfaces ?
                Ca ne changera rien pour ce qui est de la gangrenne, mais ça fera illusion.


                • Zord Zord 2 juillet 2010 18:17

                  Rajouter des arbitres, ca ne sert à rien, car de toute façon c’est plus souvent un problème de vitesse de jeu, alors 5 gus qui voit une action à 100 à l’heure ne verront pas mieux que 3.
                  Il faut un 4e arbitre dans une régie avec le ralenti vidéo pour pouvoir juger.
                  La vidéo serait interprêté par lui et lui tout seul à la demande de l’arbitre du terrain si il a un doute. Surtout pas de diffusion dans le stade, car la vidéo dans un stade, c’est le meilleur moyen de mettre le feu en tribune.
                  L’arbitre a un doute sur un but, un penalty, un carton rouge, il demande au 4e arbitre son avis, ca prend 1minute. Il décide en fonction de ce que lui dit le 4e arbitre. point final, rien de compliqué... et en plus l’arbitre central garde les pleins pouvoirs sur cet outil qu’on lui propose.

                  Maintenant on va surement me dire : « oui mais ca va hacher le rythme ».
                  Personnellement, si le but du football c’est d’avoir un jeu rythmé au détriment des règles du jeu, alors bon ok, je continuerai à zapper à chaque fois que je vois un match faussé par des erreurs monumentales...


                  • Fergus Fergus 2 juillet 2010 19:23

                    Bonjour, Zord.

                    Tout cela est bel et bien... en théorie. Mais totalement inappliquable dans la réalité sauf dans de très rares cas. Dans mon premier commentaire, curieusement replié alors qu’il ne trahit pas la charte, j’observe que l’assistance vidéo a été mise en place dans le football américain avant d’être supprimée, d’une part parce qu’elle hachait trop le jeu en effet, d’autre part parce qu’elle soulevait souvent plus de problèmes qu’elle n’apportait de solutions.

                    D’où la réduction de cet assistance vidéo dans les stades américains à un doit de consultation limité à 2 par rencontre à la demande de chacune des équipes. Une telle innovation de la part de la Fifa eût permis d’annuler le but marqué par les Français face aux Irlandais grâce à la main de Henry, de valider le but marqué par les Anglais contre les Allemands et d’annuler le but hors-jeu des Argentins face au Mexique. 

                    Aller au delà de solutions simples de ce type serait ouvrir la boîte de pandore des ennuis et des contestations sans fins.


                  • Zord Zord 2 juillet 2010 19:49

                    « totalement inappliquable dans la réalité »
                    Un peu facile comme remarque, on n’a jamais essayé.

                    « De très rares cas » Oui et alors ou est le problème ? Ou ai-je dit que l’utilisation de la vidéo devait devenir systématique ? De toute façon, on a besoin de la vidéo que pour des décisions trop difficiles à prendre qui n’arrivent même pas en moyenne un match sur un 3. (prenons les 8e de finale cette année, la vidéo aurait pu être utilisée 2 fois, c’est vraiment si terrible ?)

                    On oublie que l’arbitre est le principal artisan d’une partie intéressante et rythmée. Certains sifflent beaucoup de fautes, d’autres non par exemple,il y a ceux qui consultent sans arrêt leurs assistants, ceux qui mettent plein de cartons, qui passent leur temps à blablater avec les joueurs...

                    Alors bien sur l’utilisation abusive de la vidéo serait ridicule, mais avec parcimonie, sur l’unique demande de l’arbitre central lorsqu’il a un doute, ça ne hacherait en rien le jeu et surtout ça permettrait d’éviter des erreurs comme on voit qui font vraiment tourner des matchs à la farce.

                    Autre chose : Les erreurs d’arbitrages hachent déjà complètement le jeu car les réactions des joueurs sur le terrain entraînent à chaque fois des réactions virulentes/attroupements interminables.

                    Le comble, quand toutes ses minutes de discussions acharnées (parfois accompagnées de cartons par ci par là) ne servent à rien :
                    Prenons un exemple concret : Argentine - Mexique : l’arbitre prends plusieurs minutes pour demander à son assistant si il a bien vu le hors-jeu car il y a un gros doute, le jeu est haché même sans vidéo et en prime on a une mauvaise décision au final.


                  • furio furio 2 juillet 2010 20:00

                    Bien vu Zord !
                    Il faut savoir en plus que de toute façon les arbitres dialoguent entre eux. ils sont équipés. Alors un arbitre, le 4 éme devant un poste de télé et basta ! Il sera certainement plus utile qu’à faire le bins entre les entraîneurs. on a d’ailleurs deja eut droit à l’arbitrage vidéo ! on devrait s’en rappeler Eh ! oui Zidane a bien été exclu pour son coup de tête par l’arbitrage vidéo !


                  • Shtounga 2 juillet 2010 20:30

                    Zord


                    C’est le bon sens même, et c’est tellement évident que j’ai des suspicions sur la moralité des hautes instances de la Fifa pour ne pas l’avoir fait depuis quelques temps déjà.

                    Petite précision : il faudrait que l’arbitre-vidéo puisse aussi d’initiative faire de temps à autre des rewinds rapides et signaler à l’arbitre principal ( par l’oreillette ) s’il voit quelque chose même si ce dernier ne demande rien. Mais la décision finale revient reste à celui-ci, bien sûr.

                  • Waldgänger 2 juillet 2010 21:02

                    J’ai vu l’article et le fil. J’ai lu, essayé de voir s’il y avait des idées neuves. 

                    Je ne connais pas le football américain, mais ai effectivement entendu que la vidéo avait été peu concluante. Et en NBA, on arrive à s’en passer dans ce qui est le sport-business par excellence. L’idée de Fergus sur un droit limité par match me séduit. En tennis, avec le hawk eye, les joueurs n’y font pas appel n’importe quand et savent trier le pinaillage des occasions où ils sont dans des situations vraiment litigieuses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès