Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Laquelle des Chines aux jeux Olympiques ?

Laquelle des Chines aux jeux Olympiques ?

Oubliez deux secondes la question du Tibet, de la qualité de l’air en Chine ou encore de la censure des journalistes pendant les Jeux.

La question semble bizarre, pourtant il existe effectivement deux Chines :

Une, continentale qu’on connaît mieux, celle-là qui fait des misères aux grandes puissances de ce monde et la grande cour à d’autres comme ceux d’Afrique. C’est la République populaire de Chine de Mao Tsé Dong, anciennement communiste et depuis Deng XiaoPing de plus en plus ouverte à l’économie de Marché. C’est vers Beijing, capitale de cette Chine que convergeront tous les athlètes de ce monde pour les jeux Olympiques le 8 août prochain.

L’autre Chine est sur une île et n’a jamais été communiste. C’est celle de Chiang Kai-chek, la République de Chine :

"La République de Chine administre de facto l’île depuis 1949. Sa constitution précise pourtant qu’elle est le seul gouvernement légal de la Chine (Taiwan et Chine continentale)... Si la capitale reste officiellement Nankin, la capitale administrative est Taipei.

Dans les faits, Taiwan se comporte comme un État indépendant, sans que l’indépendance ait jamais été officiellement proclamée. Sujet politique par excellence, les différents partis de l’île se définissent sur cette question (vert et bleu).

La République populaire de Chine - qui administre la totalité de la Chine continentale depuis 1949 - considère Taiwan comme une province chinoise « rebelle » dans le cadre de la politique d’une seule Chine, et est soutenue dans sa politique de réunification par de nombreux pays, notamment compte tenu de son poids économique et des pressions incessantes exercées dans l’objectif d’isoler la démocratie taiwanaise, allant par exemple jusqu’à l’exclusion de l’Organisation mondiale de la santé.

Le 23 juillet 2007, Taiwan a demandé à adhérer à l’Organisation des Nations unies en tant qu’État indépendant sous le nom de Taiwan et non sous la dénomination Republic of China. L’adhésion a été refusée par l’ONU au nom du principe d’une seule Chine qui est appliqué depuis 1971 lors du remplacement au siège de membre permanent de la République de Chine par la République populaire de Chine" (Wikipédia)

L’autre Chine n’a jamais été communiste. C’est celle de Chiang Kai-chek : la République de Chine. C’est lui qui combat les Japonais en Chine. Au début, il s’allie avec le Parti communiste pour chasser les Occidentaux et des seigneurs de guerre. Ensuite :

"Inquiet de la force des communistes, Tchang conclut des accords avec les Occidentaux présents dans la ville (qui garantissent leur neutralité), les milieux d’affaires chinois (qui lui promettent un soutien financier) et avec la Bande verte, une société secrète criminelle (qui infiltre les milieux ouvriers et fournit des renseignements à Tchang)." (Wikipédia)

Finalement, il devient président de la République de Chine,

"son influence en fit l’un des « quatre grands » leaders des Alliés lors des conférences internationales comme la conférence de Potsdam. Le 26 juillet 1945, il signa ainsi avec Truman et Churchill la déclaration de Potsdam, par laquelle les alliés lançaient un ultimatum de reddition inconditionnelle au Japon." (Wikipédia)

Mais ensuite, au niveau national, il perd la bataille contre les communistes. Il doit s’exiler sur l’île de Formose (Île de Taiwan) et le 1er mars 1950, il reprend ses fonctions de président.

Alors question. Si un athlète de la République de Chine (Taiwan) gagne une médaille d’or pendant une épreuve, quelle hymne sera chanté par les musiciens de la grande Chine ?

Réponse (en anglais)

"Based on a protocol signed with the International Olympic Committee (IOC), Taiwan has been participating in international sports events under the English title "Chinese Taipei" since 1981, due to pressure of from China.

Tai continued that according to a pact inked between both sides of the Taiwan Strait in Hong Kong in 1989, all sports teams or organizations representing Taiwan will follow IOC regulations when attending sports events in China.

Both sides also agreed that Taiwan would be referred to as "Chunghua Taipei" in Chinese characters, or "Chinese Taipei" in English, in any of the Olympic Games’ publications or public information materials such as brochures, invitation letters, athletic badges and media broadcasts.

In the Olympic standings, the Chinese Taipei team uses the initials "TPE," with the Republic of China’s National Banner Song as its team song, according to Tai.

She explained that if a Taiwan athlete wins a gold medal, the host authorities should play the Republic of China’s National Banner Song while the "Chinese Taipei" flag is being raised.

Tai stressed that both the Sports Affairs Council and the Chinese Taipei Olympic Committee will launch protests on the spot if Beijing Olympic fails to do that."


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Cug Cug 7 août 2008 12:23

    Copié/collé qui illustre, en partie, l’enjeu de plus en plus grand, vis à vis de la Chine.

    Le député républicain du Texas, Ron Paul (1) qualifiant de "mal conçue" et d’"hypocrite" la récente résolution de la Chambre des représentants sur la situation des droits humains en Chine, a exhorté le Parlement américain à traiter les violations des droits humains aux Etats-Unis et celles perpétrées par la politique étrangère américaine à l’étranger.

    "Je m’élève contre cette résolution, qui est une autre condamnation insensée et provocatrice à l’encontre de la Chine. C’est cette sorte de chauvinisme qui a conduit à une piètre opinion des Etats-Unis à l’étranger", a expliqué M. Paul, dans une déclaration publiée sur le site internet officiel de la Chambre des représentants.

    "Nous ne sommes pas en train de débattre d’un projet de loi sur la fermeture de Guantanamo, où des abus ont été attestés. Nous ne sommes pas en train de débattre d’un projet de loi sur le retrait de l’Irak, où des dizaines d’innocents ont été tués, blessés et mal traités à cause de notre attaque sans raison contre ce pays", a souligné le parlementaire républicain dans sa déclaration avant le vote de la Chambre sur la résolution anti-chinoise le 30 juillet.

    "Au lieu d’aborder ces problèmes et des dizaines d’autres questions pressantes… nous préférons passer notre temps à critiquer un gouvernement étranger sur lequel nous n’avons pas autorité, ainsi que de problèmes internes à l’étranger sur lesquels nous avons peu d’informations exactes", a poursuivi le député américain.

    M. Paul a qualifié d’"ironique" le fait que la résolution appelle le gouvernement chinois à entamer des négociations directes sans précondition avec le Dalaï Lama ou ses représentants.

    "Depuis des années, la politique américaine a été de ne pas avoir de rencontre ou de négociation avec l’Iran jusqu’à ce que des conditions préalables soient remplies par l’Iran", a fait remarquer le parlementaire républicain. "C’est pourquoi certains déclarent que les résolutions de ce genre sont hypocrites", a-t-il relevé.

    "Au lieu de donner des leçons à la Chine (1), où, sans aucun doute, il existe des problèmes comme partout ailleurs, je suggère que nous portions notre attention sur les très réelles menaces aux Etats-Unis où nos libertés civiles et les droits humains sont constamment rongés", a insisté M. Paul.

    En réaction à l’adoption du Congrès de la résolution sur la situation des droits humains en Chine, un porte-parole des Jeux Olympiques de Beijing a déclaré jeudi dernier que la résolution est une tentative de politiser les Jeux.

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Liu Jianchao, a également rejeté la résolution, estimant qu’il s’agit d’un abominable comportement d’une poignée de législateurs anti-chinois.


    • Internaute Internaute 7 août 2008 18:00

      Mort aux vaincus. Formose ne sera jamais reconnu comme un pays indépendant car de Gaulle a jugé plus important de faire rentrer la Chine de Mao au Conseil de Sécurité. Ainsi va la politique.

      Ce n’est pas parceque les chinois veulent qu’on appelle leur capitale Beijing qu’il faut s’y soumettre. En français on dit Pékin. La pente est glissante. Si vous utilisez le mot Beijing alors il faudra écrire Lonnedonne au lieu de Londres, Roma au lieu de Rome et Berline au lieu de Berlin. Parlons français car ce sont les francophones qui sont concernés par notre discours.



      • Tarouilan Tarouilan 7 août 2008 23:47

        Après avoir été dépecée, détruite, droguée de force par des barbares occidentaux, la Chine... relève la tête et ça déplaît à certains, Taiwan est chinois, la problématique n’est située que dans la tête de certains...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès