Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Le Barça évidemment

Le Barça évidemment

Dix jours après son match nul à Bernabeu, une semaine après sa défaite en finale de la coupe du Roi, plus fort que les doutes qui ont escorté son début d’année, plus fort que les blessures, le club catalan a survécu à l’idée d’un essouflement qui n’est pas une vue de l’esprit, même au regard de la soirée de mercredi, et s’est imposé à Madrid grâce à un nouveau doublé de Messi en fin de rencontre. Lionel Messi, double Ballon d’or, meilleur buteur de la LDC, génie de ce jeu et symbole d’un Barça moins rayonnant mais récompensé de sa fidélité à une philosophie à laquelle le Real Madrid n’a pas grand-chose à s’opposer dans ce domaine, au-delà de son goût pour la bagarre et d’une organisation défensive exceptionelle

Paradoxalement, la formation de José Mourinho s’est longtemps montrée bien plus sage, au cours de cette demi-finale aller de C1, que lors de ces 2 dernières confrontations avec celle de Pep Guardiola, mais une vilaine semelle de Pepe sur Dani Alves sanctionée d’une carton rouge logique, a propulsé le Barça vers la gloire d’un succès en terre merengue et sans doute vers une nouvelle finale face à Manchester United, battu à Rome 2-0 en 200, et vainqueur sur le même score que les Catalans lors de sa demi-finale sur la pelouse de Schalke 04, avant-hier.

Les statistiques offrent à Barcelone 97% de chances de qualifications, et mardi prochain, le Real, qui n’a jamais fini un match à onze face à son rival, cette saison, se présentera au Camp Nou sans Pepe ni Sergio Ramos suspendus, ses piliers défensifs, ni même son entraîneur, lui aussi expulsé pour avoir contestée la sanction infligée à son joueur portugais.

Cette decision de M. Stark, l’arbitre allemand du match, déjà au coeur des débats entre Mourinho et Guardiola lors des heures qui ont précédé le match, a profondément boulversé le cours d’une rencontre qui fut longtemps une contre-publicité pour ces Clasicos que le monde entier observe comme le sommet de l’année.

La grosse colère de Ronaldo

Durant trois quarts d’heure, le spectacle s’est concentré dans les tribunes d’un stade brûlant, où chaque action, chaque tacle, provoquèrent des clameurs étourdissantes. Le jeu n’était pas au rendez-vous, la tension si. Ellle fut phénoménale, de bout en bout, du moins jusqu’au deuxième but de Messi, qui lénifia subitement le peuple merengue. Sept jours après la finale de la Coupe du Roi, la première mi-temps avait pourtant dessiné un rapport de force sensiblement différent et offert un spectacle bien plus réberbatif. Plus attentiste qu’à Valence, bien moins ambitieux au moment de déclencher le pressing -ce qui provoqua une grosse colère de Cristiano Ronaldo en début de rencontre- moins attaché, on l’a dit, à sa stratégie du coup de crampons dans les mollets, malgré un accrochage entre Arbeloa et Pedro qui déclencha une échauffourée à la mi-temps, le Real a volontairement délaissé la possesion du ballon, défendu très bas, et très bien.

Face à la machine madrilène, Barcelone et ses 76% de possession jusqu’à la pause éprouva ainsi un mal fou à trouver des espaces dans la profondeur et développa un jeu latéral et stérile qui aboutit généralement à des pertes de balle au coeur d’un milieu exceptionellement dense. Mais le Real ne pouvait pas continuer ainsi et, à la mi-temps, Mourinho prit un léger risque et remplça Ozil par Adebayor.

Soudain, le Real se mit à évoluer un peu différemment, un peu plus haut mais Ronaldo n’était pas dans un grand jour et Pepe surtout quitta le terrain. Si Pedro avait déjà failli marquer, sur la seule tentative barcelonaise de la seconde période, il fallut ce coup de massue sur les têtes madrilènes pour que Barcelone existe à nouveau. Deux occasions, pas davantage, lui permirent d’inscrire les deux buts qui devraient leur offrir son billet pour Londres, et sa deuxième finale de LDC en trois ans.


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 29 avril 2011 11:02

    le Barca est intouchable : contre Chealsea deux penalty refusé et Drogba expulsé, contre Arsenal Van Pierci expulsé, contre l’Inter un expulsé et a la fi,n du match alors que les italiens se congratulaient, le Barca a mis en route l’arrossage automatique pour les expluser (lamentable), contre le Real Pepe expulsé.....ils sont vraiment intouchable : par les arbitres.

    D’autre part ils tombent trés facilement car ils savent que les arbitres les protegerons et mettrons des cartons a leur adversaires......le systeme du Barca c’est le systeme du showbizz et de la mediatisation a outrance qui vont prendre des vessies pour des lanternes aux supporters lamdas.


    • Tartos 29 avril 2011 11:32

      Le barça c’est 10 joueurs qui font de la passe à 10 avec une spécialité : un corner tiré en 2 temps qui finit dans les pieds de Valdes (leur goal). Et un 11e joueur qui est un des plus grand techniciens de tous les temps et qui peut marquer tout seul contre 4 joueurs (Leo Messi).

      Sur ce quart de final aller, tu leur retire messi et y a que des passes vers l’arriere et un jeu chiant à mourir.

      Bien sur on attendait mieux de madrid avec presque tous leur attaquants laissé sur le banc. Kaka + Benzema ca fait deja plus de 100 million €.

      Au final les 2 rencontres de ligue 1 le même jour étaient beaucoup plus intéressantes.

      J’adore la ligue des champions, mais j’aimerais tellement qu’il y ait une harmonisation des fiscalités (et pas vers le bas) ....


      • Yohan Yohan 29 avril 2011 12:33

        Résultat logique et sportif. Le Barça a joué au foot contrairement à son adversaire qui s’est perdu au petit jeu de guéguerre physique. Objectivement, le jeu du Barça, c’est du grand art. Des gars qui font courrir la balle au lieu de s’épuiser à courir aux 4 coins. Jeu de passes redoublées sur un petit périmètre permettant à l’attaque de se remettre en place et jaillissement de la lumière avec le Messi dans le dernier quart d’heure. Certes, le jeu du Barça n’est pas fait de courses échevelées et de tacles physiques, mais notez quand même cet art de la récupération instantanée, sitôt le ballon perdu. Ils peuvent faire ce pressing d’autant mieux qu’ils savent s’économiser grâce à leur impressionnante maîtrise technique.
        Du grand art donc. J’aime ce football intelligent qui permet à des petits gabarits de damer le pion aux coureurs de fond et aux costaux du triceps.
        Une leçon que devrait méditer Laurent Blanc, même si j’ai bien conscience que pour pratiquer ce genre de football, il faut avoir des Platini, des Massi en stock, ce que nous n’avons malheureusement pas.


          • le journal de personne le journal de personne 1er mai 2011 12:42

            La confession de Maurinho

            C’est difficile de se mettre dans la peau d’un homme qui sait mieux que quiconque se mettre dans la peau d’une femme …
             Il s’appelle : Mourinho, José Mourinho…
            http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/la-confession-de-mourinho/

            Je demande pardon à tous ceux à qui je ne pardonnerais jamais…
            Pardon à tous les encenseurs que j’ai volontairement offensé
            Pardon à tous les menteurs à qui je ne dirais jamais ma vérité
            Pardon à tous les traitres que j’ai sournoisement démasqué
            Pardon à tous les courtisans qui n’en ont pas eu pour leur argent
            Pardon à tous les profiteurs qui n’ont pas pu me profiter
            Pardon à tous ceux que j’ai semé pour suivre mon propre chemin
            Pardon à tous ceux qui n’ont rien su faire du temps qu’ils m’ont dérobé
            Pardon à tous ceux qui m’ont envié d’avoir été toujours gratifié
            Pardon à tous ceux qui n’ont jamais saisi ni mon mal, ni mes mots d’esprit
            Pardon à tous ceux qui ne savent et ne sauront jamais qui je suis !
            Adios !
            http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/la-confession-de-mourinho/


            • milan 2 mai 2011 10:28

               Maya, Je crois que l’intégrisme est dangereux en tout domaine, même en foot. Et la phrase de Cruyff nous renvois à l’arrogance coupable dont il avait fait preuve avant la finale de LDC de 94 ! Il ne peut pas y avoir qu’une seule façon juste de jouer. Une sorte de bien ou mal du foot ! Tu es doué, surdoué ou rien !

              Yohan, suis totalement dac ac tt ce que tu dis...

              Et ROBERT GIL, je pense que vous dites ça juste pour trouver un coupable pour la défaite.... ce n’est pas Guardiola qui a choisi l’arbitre.... c’est fou de vivre ds notre monde.... PAS UN MOT SUR LE JEU ? RIEN... et après vous venez tout comme le soi-disant meilleur coach du moment « chialer » sur l’arbitrage, je trouve cela lamentable de penser que Strak a volontairement aidé le Barça.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès