Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Le combat Libre, un sport trop peu reconnu

Le combat Libre, un sport trop peu reconnu

Depuis la première compétition télédiffusée de combat libre, le 12 novembre 1993, la pratique du MMA (Mixed Martial Arts) a considérablement évoluée, au point d’en faire aujourd’hui une réelle discipline sportive.
Malheureusement cette pratique a été longtemps et violemment critiqué par de nombreuses organisations, et les compétitions restent encore interdites dans beaucoup de pays (dont la France).
Pour comprendre et estimer ce sport à sa juste valeur, il convient d’en faire un historique, afin d’en mesurer l’évolution.

I) Les origines se trouvent dans la Grèce Antique
 
En effet, l’une des premières formes de combat à mains nues avec un minimum de règles fut introduite aux jeux olympiques en 648 av. JC. Cela se nommait le Pankrace et reposait sur des techniques de frappe (boxe) et de lutte, les deux seules règles étaient l’interdiction des morsures et des coups aux yeux. Les combattants, très reconnus dans toutes la Grèce, obtinrent le statut de héros, certaines légendes disent même que l’armée d’Alexandre qui envahit l’Inde en 392 avant JC comprenait de nombreux combattant de Pancrace.
 
II) Le Ju Jitsu Bresilien et la famille Gracie
 
Le Brésil est la terre qui vit renaitre les compétitions de Combat Libre, appelée Vale Tudo (tout est permis) à partir de 1920.
Il est impossible de parler du combat libre sans évoquer La famille qui marqua cette pratique pour les décennies qui suivirent : La famille Gracie.
 
Au tout début du XXeme siècle, un japonais Mitsuo Maeda, se rend au Brésil avec l’intention d’établir une colonie sur ses Terre. Ce japonais, n’est pas seulement un politicien colonisateur, il est également un champion de judo très connu et très respecté dans son pays ou il est surnommé Count Koma.
Au Brésil, il rencontre Gastão Gracie avec qui il se lie d’amitié rapidement. Gastão Gracie, fils de Georges Gracie, immigré d’Ecosse en 1801, figure politique locale, l’aida donc a établir sa colonie. En remerciement de l’aide qu’il apporte au japonais, dans l’établissement de sa colonie, Maeda décide d’enseigner son art au fils de Gastao : Carlos. Il lui enseigne donc cette pratique durant 6 ans. Il est agé de 21 ans lorsque son Sensei décide d’achever son apprentissage et de rentrer au Japon.
Carlos, lui décida d’enseigner à ses frères et notamment à Helio, le plus jeune, la pratique du judo ju jistsu, et de l’adapter pour le rendre encore plus efficace. Ensemble, en 1925, à Rio, ils ouvrent leur première école. Helio qui était le plus léger des frères de la famille (65kg) pris la relève lorsque Carlos ne pouvait plus enseigner. Compte tenu de son gabarit, il chercha à modifier les techniques afin de les rendre encore plus efficaces et surtout de lui permettre de battre des adversaires beaucoup plus lourd que lui. C’est ainsi que naquit le Gracie Jiu Jitsu.
 
Plus tard Carlos et Helio, décidèrent de defier toute forme d’art Martiaux, d’abord au Brésil, avec le "Challenge Gracie", et traversèrent Rio à la recherche d’adversaire pour des compétitions de Vale Tudo. C’est ainsi que le combat libre se développa au point, en 1930, d’avoir des combats organisés dans des stades de Football. La légende veut qu’Helio aurait battu un champion brésilien poids léger de boxe anglaise en trente secondes par soumission, et c’est ainsi qu’il devint une icône sportive.
 
La notoriété de ces défis alla même jusqu’au Japon, ou de nombreux maitres firent le déplacement jusqu’au Brésil, pour combattre, car ceux ci pensaient les Gracie étaient en train de corrompre leur art. A ce jour, seules deux défaites d’Helio furent enregistrées entre 1935 et 1951 : Masahiko Kimura, le célèbre inventeur de la clé Kimura, et un des plus grands maitre japonais et Valdemar Santana. Ce dernier fut le dernier adversaire d’Helio dans une compétition officielle.
 
Les fils de Carlos et d’Helio, notamment Royce et RIckson (qui sont les plus illustres) prirent la relève et continuèrent à organiser des tournois, la discipline devint de plus en plus populaire au point de devenir le second sport national après le Football.
 
Conscient de l’expansion qu’était en train de connaitre le Vale Tudo, certains membre de la famille partirent au Etats-Unis pour y créer une compétition : l’Ultimate Fighting.
 
III) L’ultimate Fighting Championship
 
 Rorion, fils de Carlos, a déjà crée une école en Californie, au début des années 1980. Il continue d’y promouvoir le "Challenge Gracie" en promettant 100 000 dollard a celui qui arriverai à le battre. Il rencontrera Art Davies et Bob Meyrowitz, deux hommes d’affaires, ensemble il décident de créer une competition, diffusée en Pay per view, qui sera un tournoi, auquel participera des adversaires de styles différents et un Gracie : Royce. Plusieus styles s’opposent : le karaté, un sumo, des lutteurs, des boxeurs.
Finalement, comme on pouvait s’y attendre, Royce Gracie gagne les trois premières compétition, et révèle à la face du monde que l’art martial qui domine tous les autres, n’est pas un sport de frappe, mais bel et bien un sport de lutte au sol.
Il gagne des combats sans prendre de coups, en en donnant un minimum, simplement en immobilisant, et maitrisant son adversaire au sol, puis en finissant par une soumission. Une soumission est une clé ou un étranglement qui oblige l’adversaire à abandonner.
 
IV) L’évolution de ce sport, et des compétitions
 
Suite à cette surprise générale qu’est la domination des sports au sol sur les autres styles de combat, les combattants sont bien obligés de faire évoluer leur style pour être plus complet. On constate alors sur le tatamis plusieurs phases d’un combat : la phase debout privilégiant les frappes, les projections au sol, et le combat au sol.
 
Marco Ruas est certainement le premier combattant a exceller dans les trois domaines, il est le premier combattant complet. Certainement moins fort que les Gracie au sol, il a pour lui l’avantage d’etre très bon en boxe, anglaise comme thai. Il gagnera l’UFC 6, mais comme il a déjà 37 ans a cette période, on ne le verra combattre (et gagner) que pendant une courte période.
 
Si les premiers combat de L’UFC était très violent, il y a une explications qui parait évidente : dans la mesure ou ce type de compétition venait de naitre, il y avait de très grandes disparités entre les niveaux des combattants, ce qui nous permit de voir de grosses "roustes".... Depuis l’évolution de ce sport, la violence a laissé place a une plus grande technique.
 
En parallèle à l’Ultimate Fighting, on voit apparaitre au fur et a mesure du temps différentes Organisation et différents styles selon les organisations.
Beaucoup de compétition s’organisent au Brésil comme l’IVC par exemple vers la fin des années 90. Le ju jitsu brésilien et la boxe thai y sont les styles les plus représentés, ou quelques futurs stars montantes commence a briller, notamment Wanderlie Silva.
Au Japon, une federation appelée Rings, voit le jour, un certain Fedor Emeliananko s’y distingue.
 
IV) Le Pride et l’age d’or du MMA
 
Au début 2000, une nouvelle fédération voit le jour, le "PRIDE", cette fédération organise des tournois dans des stades de plus de 80 000 places, les combats sont beaucoup plus encadrés, ils ont lieu dans des rings, les règles sont plus stricts : pas de coups de coude, de coups de tête, de coups bas..... Le niveau des combattants est très relevés. Si l’on considère que le Brésil a sa fédération, et que l’ultimate fighting est l’équivalent américain de la fédération brésilienne, alors le Pride serait l’équivalent d’une "Champion’s League".
Dans cette nouvelle arène de très grands combattants s’y distinguent, on y retrouve notamment Wanderlei Silva, qui restera invaincu en moins de 93 kg de 2000à 2006, ce qui est un palmares impressionnant compte tenu de la difficulté du tournoi, et Fedor Emelianenko, un combattant russe, qui a la particularité de ne jamais avoir été battu de 2000 à aujourd’hui chez les poids lourds.
Ce combattant est l’équivalent d’un Pele ou d’un Zidane dans sa discipline.
 
Durant 7 ans, le "Pride FC" sera l’événement majeur du MMA, le combat libre change de nom et devient le MMA (mixed martial arts), le niveau des combats devient vraiment très relevés....
Les dirigeants de l’UFC décident en 2007 de racheter la fédération de Pride, qui n’existe plus aujourd’hui....
 
De nos jours, l’Ultimate Fighting est redevenu l’évènement majeur, mais les esprits ont changé. Les matchs sont désormais diffusés sur une chaine du câble (RTL9), un jeu vidéo s’est même créé avec plus de 1 millions d’exemplaires vendus depuis sa sortie en juin 2009 (ce qui est énorme pour un jeu de combat). Et cette discipline a tendance à se démocratiser.
 
Souvent mal jugée, à tort, pour sa violence, on comprend à travers l’évolution et l’histoire de cette discipline, qu’elle n’est pas née d’hier, que ce ne sont pas simplement des grosses brutes qui se battent, mais plutôt des experts en arts martiaux. Certains combattants souhaitent même voir cette discipline devenir olympique, sous prétexte qu’elle l’était il y a plus de 2000 ans.....
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • mallory9 12 août 2009 15:47

    Très intéressant !
    Effectivement la version brutale a marqué les esprits, il est bon de rétablir une vision plus à jour sur ce sport que personnellement je ne connaissait pas trop.
    Ceci dit ...
    Ca reste un sport martial. Je ne peux m’empêcher de me demander ce que ca donnerait face à des maîtres d’art matriaux, mais bon, eux sont moins enclin a la compétition puisque le but recherché est avant tout intérieur et non violent.
    J’ai vu des pratiquants de ninjutsu brésilien faire des pratiques au sol, mais en véritable combat sans règle, ca ne fonctionnerai pas. Tout simplement le gars va vous mordre ou vous chopper à la gorge ou les doigts dans les yeux et la, vous zavez beau faire une super clé de bras ... lol, y a des réflexes qui sont dur à éliminer !

    Ceci dit, en dehors de ces aspects, j’aime le principe « tout sport martiaux confondus »


    • barbouse, KECK Mickaël barbouse 12 août 2009 17:15

      bonjour,

      personnellement je suis ce sport depuis le début, l’ufc 1, le K1 et le pride, et j’apprécie a chaque fois comment les techniques des arts martiaux se confrontent entre elles,

      c’est effectivement trop méconnu, mais c’est normal puisque la pratique de ce sport est relativement interdite, surtout depuis qu’au début, un jeune s’est cassé la colonne, pourtant dans l’UFC des concurrents comme cheik congo sont très impressionnants et français, ou encore george St pierre, actuel champion du monde, québécois francophone a l’accent très marqué quand il parle anglais...

      on sent quand même un certain complexe des français vis à vis de ce sport de combat, ça manque de fighting spirit, et on a pas encore de Marcel Cerdan de l’ufc. Mais qui sait, un jour peut etre...

      amicalement, barbouse


      • Rayves 12 août 2009 17:48

        Dix mille ans de civilisation pour en arriver là !

        Comme le disait Einstein : " Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine ; en ce qui concerne l’univers, je n’en ai pas acquis la certitude absolue."


        • King Al Batar albatar 12 août 2009 20:36

          C’est sur qu’il est beaucoup plus facile de poster des commentaires en parlant de betise sur un article ecrit, que d’ecrire soi meme un article........


          Pour ma part la plus grande betise, celle qui est infini et qui est la plus nuisible c’est celle qui nous fait juger sans savoir....

          « Les préjugés sont l’ennemi du bon sens. »

        • Gabriel Gabriel 13 août 2009 11:29

          Bof, pendant ce temps là, ils sont pas au bistrot !


        • Garry KASPAROV 12 août 2009 20:20

          J’ai vu pas mal de vidéos sur Youtube de champions comme Emelianenlo ou Mirko « Crocop » Filipovic, mais j’ai un peu de mal avec cette discipline, n’étant pas un fan des phases au sol, qui sont dominantes.

          Mes préférences iraient au kick boxing ou au Muay Thai, sans parler des films d’art martiaux évidemment.


          • King Al Batar albatar 12 août 2009 20:33

            C’est sur que le sol est moins spectaculaire que le combat debout, néanmoins on se rend compte aujourd’hui que c’est une compétence indispensable a acquerir pour esperer pouvoir gagner dans ce type de combat.


            En ce qui concerne je trouve cela facsinant de battre quelqu’un plus lourd et de plus fort que soi sans prendre un coup.....

            • Garry KASPAROV 12 août 2009 22:20

              Mais, sur l’importance du sol, je suis complètement d’accord, c’est d’ailleurs l’aspect prédominant de cette discipline.

              J’ai oublié de mentionner que ce qui me fascine le plus dans les sports de combat sont les techniques de coups de pieds, dans le gene du grand combattant de K-1 Andy Hug (bonnes vidéo sur Youtube). Lors des phases debout en combat libre, ce sont les techniques de poing qui prédominent.

              J’ai bien aimé l’article, qui m’a rappelé mes lectures sur le Net à propos des combats entre Gracie et Kimura.


            • King Al Batar albatar 12 août 2009 23:47

              Dans ses cas la vous devez certainement connaitre Buakaw por pramuk, c’est le meilleur boxeur thai depuis 5 ans selon moi.

              Je vous conseille d’aller voir ses videos.

            • mallory9 13 août 2009 10:04

              Je viens de regarder ces 2 vidéos des champions :
              http://www.youtube.com/watch?v=fL3NGjb6P3k&feature=related
              http://www.youtube.com/watch?v=4RS60ZD8O7w&feature=related

              Évidement, ce sont des combattants hors pair ... mais encore une fois, dans la rue, c’est différent.
              Je vois plein d’opportunités qui ne sont pas utilisées a cause des règles. Par exemple dans la première, clairement a un moment il est en position de lui chopper les c...lles ! et dans les 2ème, la gorge ou les yeux. Et la, en vrai, le combat au sol prendrait rapidement une autre tournure.

              Donc je reste tout de même circonspect sur ces techniques qui se veulent « ultimes », même si c’est « tout art martial confondu » ...
              Ok le gars sait frapper et prendre des coups et tant qu’il sera jeune il pourra démonter presque n’importe qui, mais, dans un vrai combat, si l’autre cloué au sol lui arrache un bout d’oreille avec ses dents... sa clef de bras, elle servira pas a grand chose.
              C’est la réalité.


              • Le raton 13 août 2009 10:37

                Mallory, je voudrai bien t’y voir. Je pratique le combat libre depuis plusieurs années, et il est clairement inutile d’essayer les coups a la con.... meme dans la rue ! Pour t’en convaincre, je t’invite vivement a une sceance d’essai...

                En ce qui concerne l’ article, c’est un tres bon resumé. Et a ceux qui voient dans ce sport une chute des valeurs, il n’y connaissent rien...j’ai envie de rapeller qu’il est de nature pour l’homme de se battre physiquement, que c’est sans doute un manque enorme aujourd’hui...mais avant tout , j’invite ces personnes a tester . Juste pour se rendre compte de la dimenssion tactique d’une phase au sol...

                 


                • mallory9 13 août 2009 12:36

                  Ok, je veux bien essayer.
                  Comment on se contacte en privé ici ?


                • chmoll chmoll 13 août 2009 10:37

                  c’est les gladiateurs des temps modernes


                  • kitamissa kitamissa 13 août 2009 11:10

                    il y a le Sambo également ,utilisé par les Spetnaz ,combattants des services spéciaux Russes ,les Israeliens l’utilisent également sous une autre appellation qui m’a échappé ...

                    et le Close Combat que l’on apprenait en formation Commandos pour tuer à main nues ,ou invalider ,mais uniquement en frappes avec poings,pieds ou coudes sur les points vitaux de l’adversaire ...( gorge ,nez ,tempes,oreilles,plexus,bas ventre,genoux,chevilles,colonne vertébrale ,cervicales !)

                    pour revenir au Pancrace très à la mode en Angleterre ,c’était les combats d’arrieres salles de bistrots Marins en Angleterre au 19 eme siècle et début 2eme ....


                    • mallory9 13 août 2009 12:36

                      Le sport israelien, c’est le Kravmaga comme indiqué ci dessous.


                    • King Al Batar albatar 13 août 2009 11:24

                      EN ce qui me concerne je suis moins fan des sports militaire que des arts martiaux, le Kravmaga, close combat et autre me font rapidement chier.

                      EN plus, même si a niveau egal il est vrai que les sport militaires sont plus efficaces, dans la réalité on rencontre bien souvent des experts ou des maitres en art martiaux, ou en boxe qui aligne un mec qui a fait du Kravmaga pendant 2 ans. La différence de niveau, de vitesse d’execution et de precisioin des frappes etant aussi primordiale que la technique utilisée.
                      Quand a mordre l’oreille ou ce genre de chose, c’est vrai que les regles limitent le combat. Je pense toutefois que c’est ce qui valorise ce type de compétition et qu’il lui permet de pouvoir se revendiquer comme un sport.

                      L’efficacité de la technique dépend toujours du degre de maitrise de celui qui l’utilise.


                      • Carambar Carambar 13 août 2009 12:34

                        Dans la rue, le 1 contre 1 n’existe pas ou tres peu, c’est la grande faiblesse de ce sport qui s’autoproclame souvent meilleur discipline de combat/self-defense car la plus réaliste (comprendre le moins de règles possible). Mais meme les meilleurs techniques au sol le sol en 1 contre 2 ou 3 ne serviront pas à grand chose.

                        Sinon c’est sur que ca demenage et c’est interessant au niveau tactique.


                        • mallory9 13 août 2009 12:43

                          Oui en combat a plusieurs, tu peux pas te permettre de prendre 5 min pour maitriser le gars au sol.
                          Si t’es au sol, t’es quasi mort ...
                          Et les chance d’être du 1 contre 1 sont plutôt minces.
                          Donc ca change pas mal de choses.

                          Mais j’avoue que je curieux d’essayer, pour voir dans la pratique, si j’arrive a contacter le raton et si nos niveaux respectifs le permettent.

                          @albatar,
                          oui, bien sur, pour des compétitions, il faut des règles. Toutes fois, pour moi, il y a une (grande) différence entre sport martial et art martial. le MMA, c’est du sport martial, pas de l’art martial.

                          A quoi on reconnait la différence ?
                          l’art martial se pratique a tout age, pas besoin de faire le grand écart facial, et plus on est vieux, plus on deviens bon, contrairement au sport martial ou seul les jeunes peuvent briller, ensuite ils sont out.

                          Il n’y a pas de compétition qui oppose art martial contre sport martial, et souvent, la limite n’est pas très claire, car on peut très bien pratiquer un sport martial avec l’esprit art matrial et l’inverse. Les deux se complètent quelque part ... mais sont fondamentalement différent.

                          En tout cas, de ce que je vois dans les vidéos, le MMA c’est du sport martial et non de l’art martial.


                          • kitamissa kitamissa 13 août 2009 12:50

                            c’est certain que dans la rue ,c’est le plus méchant qui a les chances ,là y’a pas de règles ,c’est le tesson de bouteille,le bout de ferraille,les clés ( avec des clés on peut crever une oeil ou une tempe ..)la gueule dans une vitrine ou sur le bord du trottoir ,n’importe quel objet rigide lourd ou piquant ou tranchant que l’on peut trouver !....

                            sans oublier le coup de boule,et le coup de genoux dans les burnes !...


                            • King Al Batar albatar 13 août 2009 13:10

                              Les baskets sont très efficaces dans la rue......


                            • Bobby Bobby 13 août 2009 19:40

                              Bonjour, bon article !

                              Ancien compétiteur de bon niveau en Judo, j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de monde... puis devenu professeur, j’ai initié bien des jeunes...

                              Par la suite, j’ai abandonné toute activité dans ce domaine et ai porté mon choix sur des activités sportives sans plus prendre part à des compétitions...

                              Il doit être bon de pratiquer... pour autant que le message philosophique passe aussi.... dans le cas des techniques actualisées, la tendance est à la nette augmentation de la violence.

                              C’est un constat qui va probablement de pair avec celle du milieu ambiant... tout un programme avec lequel on ne peut que divorcer... sans qu’il soit possible que cela se passe à l’amiable semble t-il.

                              En ces temps de ’crise’ on voit une dichotomie de plus en plus marquée entre les gens pauvres et les gens riches, en cela réside une violence bien plus insidieuse et grave que celle que l’on montre sur les petits écrans... qui précèdent le mouvement ! de là, un besoin toujours plus grand en « forces de l’ordre » afin de contenir un phénomène qui ne peut que croître sans jamais s’arrêter...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès