Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Le mal des jeux Olympiques

Le mal des jeux Olympiques

Je voudrais rappeler que, s’il y a autant de problèmes à propos des jeux Olympiques à Pékin, c’est uniquement à cause de la démagogie et de la voracité financière du Comité international olympique.

Je ne veux pas jouer les anciens combattants, ce que je ne suis pas ayant eu la chance de naître après la guerre, mais je voudrais rappeler que, s’il y a autant de problèmes à propos des jeux Olympiques à Pékin, c’est uniquement à cause de la démagogie et de la voracité financière du Comité international olympique. En disant cela, je pèse mes mots car, finalement, tout tourne autour de l’argent et des intrigues qui vont avec, ne serait-ce que pour désigner les villes ou régions ou Etats chargés d’accueillir les Jeux.

L’argent, et l’hypocrisie qui l’accompagne, a d’ailleurs toujours été un problème aux jeux Olympiques. A cause de lui, il y a eu des Jeux un peu partout y compris dans des endroits peu fréquentables, notamment à Berlin en 1936, où chacun savait (ou aurait pu imaginer) que c’était le dernier coup de pouce à donner à un régime abject qui commençait à effrayer toute l’Europe. Pour d’autres raisons, à cause de l’argent aussi, il y a eu pendant très longtemps un affrontement qui n’a pas toujours été à armes égales, entre les ressortissants des pays communistes de l’Est européens, véritables athlètes d’Etat donc professionnels, et ceux des pays occidentaux qui étaient amateurs.

Même s’ils arrivaient peut-être à toucher un peu d’argent sous une forme ou une autre, ces derniers risquaient la suspension à vie s’ils étaient seulement soupçonnés de professionnalisme. Quelle pudibonderie de la part des membres du CIO et notamment de son président dans les années 50 ou 60, Avery Brundage, qui, si mes souvenirs sont bons, était lui-même milliardaire. Dans ces conditions, il était de règle de voir des athlètes ou des nageurs, pour ne citer qu’eux, arrêter très tôt leur carrière sportive (avant 20-25 ans) pour préparer et assurer leur avenir ailleurs, dans la mesure où leur sport n’était pas admis au professionnalisme. Ce fut le cas jusque dans les années 80.

Ensuite, avec l’arrivée de M. Antonio Samaranch à la tête du CIO, on ouvrit toutes grandes les vannes de l’argent pour que celui-ci coule à flots. Les résultats ont dépassé toutes les espérances, d’autant que cette ouverture a presque coïncidé avec l’effondrement du communisme. Le capitalisme triomphant allait s’emparer aussi des jeux Olympiques, et rien ne serait trop beau ni trop grand, pour cette manifestation planétaire chaque année bissextile. Mais, comme chacun le sait, l’argent ne fait pas le bonheur et il n’a pas fait celui des JO.

Les jeux Olympiques, où les participants étaient surtout heureux de participer, appartiennent plus que jamais au passé. De nos jours, il faut gagner à tout prix ou, au moins, obtenir une médaille. Quand je dis à tout prix, tout le monde comprend que je fais allusion au dopage qui, toutefois, existait bien avant l’ère Samaranch plus particulièrement dans les pays de l’Est (dopage d’Etat). Il en est de même de l’époque où les jeux Olympiques permettaient à certains sports, parmi les plus anciens, d’exister grâce à eux sur le plan international. Enfin, les compétiteurs qui se retrouvaient tous pendant quelques semaines dans le village olympique, image suprême de la fraternité sportive notamment pendant la guerre froide, sont de moins en moins nombreux, les stars préférant une suite dans un hôtel prestigieux.

Tout cela était prévisible, mais aujourd’hui les jeux Olympiques sont devenus une machine infernale où ses membres, et notamment son président, sont plus puissants que des chefs d’Etat. Pourquoi ? Parce que leur pays a parfois besoin des Jeux pour asseoir son assise internationale, comme ce fut le cas en 2001 pour la Chine, ou pour revigorer provisoirement son économie comme pour la Grèce la fois précédente, sans oublier les arrière-pensées électorales de ceux qui promeuvent une candidature, et là les exemples sont encore plus nombreux. Bien entendu tout cela n’est pas sans risque sur l’équité sportive, ni sur l’évolution du sport dans certaines disciplines.

Ainsi, certains sports qui n’ont rien à faire aux jeux Olympiques, y ont été admis presque sans l’avoir demandé, parce que leur attraction télévisuelle est indéniable, donc susceptible de rentabilité pour des médias tels que NBC ou TF1. En revanche, les sports dits mineurs n’intéressent plus personne ou presque parce qu’une médaille en lutte, en haltérophilie ou au tir à l’arc n’a aucune valeur marchande.

Pour ma part, même si je n’ai aucune compétence technique sur ces sports, je me souviens très bien des deux médailles d’argent en lutte de Daniel Robin aux JO de Mexico ou de la médaille d’argent de Daniel Senet aux JO de Montréal en haltérophilie. A l’époque, ils avaient été fêtés comme il se doit sur le plan national. Ce ne serait plus le cas aujourd’hui et c’est dommage, car les efforts faits par ces compétiteurs sont aussi importants que ceux des stars de l’athlétisme, sans parler des sacrifices de tous ordres y compris financiers.

Pire encore, pour faire de la place à certains sports à la mode, le beach-volley par exemple, on n’hésite pas à diminuer le nombre d’épreuves dans certaines disciplines, voire à menacer de supprimer des sports plus anciens. C’est le cas de l’escrime qui a perdu les épreuves par équipes de fleuret masculin et d’épée féminine, alors qu’il y avait une grande tradition olympique. Il en est de même pour le kilomètre en cyclisme sur piste, et nous pourrions citer de nombreux exemples comme ceux-là. La boxe elle-même fut un temps menacée, alors que les jeux Olympiques ont révélé quelques-uns des plus grands champions de l’histoire de ce sport (Patterson, Ali, Foreman, Leonard, etc.).

En outre, après avoir attiré les basketteurs professionnels de NBA, les joueurs de tennis, les coureurs cyclistes sur route, on rêve de séduire les footballeurs, les rugbymen et les golfeurs. Là, ce serait « du lourd » en termes de notoriété et en retombées financières, à condition toutefois que ces derniers jouent davantage le jeu que les stars américaines de la NBA, pour qui les Jeux sont loin d’être une priorité, ou que les joueurs de tennis beaucoup plus intéressés par une victoire à Wimbledon, Roland-Garros ou Flushing Meadow. Il est vrai que pour Kobe Bryant, Amare Stoudemire ou Roger Federer, une victoire aux JO ne leur apporterait rien en termes de notoriété (ils n’en ont pas besoin), ni sur le plan financier (ils n’en ont pas davantage besoin). La remarque vaut pour les meilleurs footballeurs ou pour Tiger Woods le golfeur.

En conclusion, je vais redire une nouvelle fois qu’il est bien triste de voir le sport et les jeux Olympiques à la totale merci de l’argent. Je dirais aussi que ce qui arrive aux dirigeants du CIO, avec les Jeux de Pékin, ne m’attriste pas plus que cela. S’ils avaient donné les Jeux ailleurs qu’à Pékin en 2001, par exemple à Toronto, Paris ou Osaka qui étaient aussi des villes candidates, ils n’auraient pas ce type d’ennuis. Il y aurait encore moins de risque si les Jeux avaient lieu tous les quatre ans dans une ville désignée à cet effet. Seulement voilà, le facteur économique reste le plus important.

Cela étant, le Comité olympique international avait simplement oublié que certaines personnes sur cette terre ont quelques valeurs enfouies au fond de leur conscience, et comme elles rencontrent un écho de plus en plus important dans ce monde de marchands, les manifestations hostiles ne font que commencer. Espérons toutefois que ce ne sera pas un simple feu de paille, car les différents gouvernements des grands pays, entre autres la France, vont mettre toute leur énergie à éviter des difficultés à leur ami chinois, tellement important sur le plan commercial.

Michel Escatafal


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • faxtronic faxtronic 17 avril 2008 13:43

    tres nom article.

    Les jeux sont devenus depuis longtemps une preuve de puissance du pays hote. les competitionsune guerre symbolique entre nations.

     


    • judel.66 17 avril 2008 17:23

       

      pour qui travaillent reporters sans frontières............sans doute pour la cia comme agents provocateurs additionnels .....certainement pour les EU et pas pour la FRANCE........pour les EU tous les moyens sont bons pour destabiliser la chine et pour neutraliser un concurent en aeronautique et en nucléaire.........

      qui a provoqué les troubles au tibet sinon la CIA .....qui provoque des manifs dans le monde sinon RSF.....il faudrait qu’en France on ouvre les yeux sur le jeu joué par ces prétendus defenseurs des droits de l’homme.......


      • Traroth Traroth 17 avril 2008 17:54

        Les Etats-Unis, déstabiliser la Chine ? En 2008 ? Vous rêvez ! Ils s’entendent comme larrons en foire. Yahoo livre les noms des dissidents au régime, Cisco et IBM ont fourni les infrastructures pour la création du Great Firewall, etc. Vous retardez de 40 ans au moins !


      • escatafal escatafal 17 avril 2008 18:13

        N’oublions pas que les Etats-Unis ont grand besoin de la Chine pour financer leurs déficits. De leur côté les Chinois ont absolument besoin des Etats-Unis pour exporter leurs produits dans un contexte de surinvestissement de l’économie chinoise. Alors...


      • Mirabelle 17 avril 2008 18:31

        Là encore... par interêt économique.

        C’est marrant, ce commentaire (le premier) sur la CIA qui "dirige" les opposants à la Chine au Tibet est intégralement le même que dans l’article http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=38709. PAs beaucoup de renouvellement. Du prosélytisme ?


      • judel.66 17 avril 2008 18:30

         

        Estafecal.....ce que je soutiens sur reporters sans frontières n’est pas contradictoire avec votre point de vue..........il y a l’officiel et il y a l’officieux ......

        1° nous sommes de tres gros concurents pour les EU en nuclèaire et en aeronautique......

        2° les USA lorgnent sur les richesses minières et la position sratégique du tibet dont ils sont prets a reconnaitre l’indépendance vite vite comme au kosovo .......

        il n’y a pas plus faux jeton qu’un diplomate yankee


        • ZEN ZEN 17 avril 2008 18:55

          Je me permets d’en ajouter une couche à la juste colère de l’auteur..

          Ce ne sont pas seulement les JO qu’il faut remettre en question, mais le sport de compétition, tel qu’il est devenu..

          Vive le vélo !

           

          Les JO en petite forme (olympique)...
          "...une religion, c’est-à-dire une adhésion à un idéal de vie supérieure" ?(P.de Coubertin)
          -------------------------

          Les événements du Tibet mettent en évidence une nouvelle fois le fait que les JO comportent des enjeux politiques , qu’ils véhiculent des mythes (depuis leur origine) et une certaine idéologie du sport et du corps (culte de la performance) , prenant aujourd’hui des aspects économiques et marchands plus marqués, dans la compétition-mondialisation des puissances...

          "De Berlin en 1936 à Munich en 1972 en passant par Mexico en 1968 , les Jeux de Pierre de Coubertin ont accompagné les convulsions du XXe siècle dans une constante ambiguïté."

          L’idéal olympique mis à nu par la mondialisation-------------------------


          CAJO (Collectif Anti Jeux Olympiques)

          Après les Jeux d’Athènes, l’olympisme en question

          Encyclopédie de L’Agora - Dossier : Coubertin Pierre de
          Pierre de Coubertin : "les jeux Olympiques sont une grande leçon de philosophie que l’humanité se donne à elle-même. Ils sont le reflet de la conception du bonheur, de l’homme, de la perfection, de l’amour ". Sa définition de l’Olympisme tient dans ces quatre principes : être une religion, c’est-à-dire une adhésion à un idéal de vie supérieure, d’aspiration au perfectionnement ; représenter une élite d’origine totalement égalitaire en même temps qu’une "chevalerie" avec toutes ses qualités morales ; instaurer une trêve des armes "fête quadriennale du printemps humain" ; glorifier la beauté par la "participation aux jeux des Arts et de la pensée".

          Pierre De COUBERTIN : Le père peu présentable des jeux olympiques modernes …
          -Les héros mythifiés de l’olympisme


          • HELIOS HELIOS 17 avril 2008 22:58

            PS : La competition suppose le depassement de soi, mais pas necessairement la victoire... d’où "l’essentiel, c’est de participer".

            Or, l’argent et la marchandisation ayant fait leurs oeuvres, il ne faut pas s’etonner de voir où nous en sommes arrivés.

            Une interruption des jeux olympiques, par exemple, avec reprise en 2025, pour qu’aucun sportif actuel ne puisse y participer serait de bon aloi, de nouvelles règles et des sports physiques seulement et avec, par exemple et comme le proposait un intervenant plus haut, un site unique tournant par continent : Olympie en Europe, imaginez les autres ailleurs !


            • caius 18 avril 2008 11:12

              Nil nove sub sole
               
              En 1936, les responsables du CIO se plaignaient que "les juifs avaient pris les jeux en otage" et qu’au contraire l’organisation des jeux par l’Allemagne nazie ne manquerait pas d’améliorer la situation des droits de l’homme chez Hitler et la paix dans le monde.

              C’est sans doute ça l’esprit olympique ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès