Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Le mythe de Sisyphe

Le mythe de Sisyphe

Il faut le dire :les medias traditionnels portent une écrasante responsabilité dans la défaite de l’équipe de France en finale de la Coupe du monde de football. L’avalanche de commentaires quasi hagiographiques prodigués les jours précédant l’affrontement à l’adresse du capitaine français, au lieu de le transcender, n’ont fait qu’accumuler contre lui une exaspération qui déjà portait en elle les conditions d’une rupture.

Tout est poison, rien n’est poison, c’est la dose qui fait le poison, disait Claude Bernard. Avant d’ériger Zinedine Zidane au rang d’entité divine dotée de pouvoirs surnaturels, les journaux et télévisions françaises auraient pu garder en tête le principe que la millénaire sagesse du yin et du yang a parfaitement défini : une force portée à l’extrême contient invariablement les éléments de son contraire dans les mêmes proportions. Osons le dire : le surinvestisment médiatique autour de Zidane était une erreur grossière. Il n’y avait aucune nécessité à gonfler la bulle émotionnelle autour de sa personne sinon pour de triviales raisons financières. C’était à croire que les multinationales qui avaient investi des millions voulaient surmutiplier leurs retours sur investissements en faisant écrire les articles par leurs services de presse.

Zidane est un virtuose. Il possède un jeu enchanteur qui est le reflet même de son tempérament complexe, de son esprit tourmenté dont toutes les portes sont ouvertes à la grâce mais aussi au doute et au désarroi. Zidane est aussi volontaire, pugnace, déterminé. Depuis son enfance dans un quartier populaire de Marseille, il a dû lutter ardemment pour exister et se construire peu à peu en tant que joueur et être humain. Il serait naïf de croire que dès le départ sa route a pu être pavée de diamants. On ne lui a pas fait de cadeau.

Zidane est un virtuose. Outre son habileté à jongler avec le ballon, à trouver des trajectoires inédites, il possède une vision du jeu intuitive qui défie la logique. Avec lui on est en plein royaume de Serendip dépeint par Horace Walpole : un royaume où toute certitude est bannie et où l’inattendu règne en maître.

Zidane est un virtuose mais absolument humain. Ses efforts physiques pour unifier l’équipe, orchestrer ses éléments, ses courses en défense jusqu’à l’asphyxie prouvaient qu’il souffrait. Autant que Vieira, autant qu’Henry, autant que Thuram, autant que tous les autres.

Les retours en arrière sont fastidieux, mais combien judicieux il eût été pour la presse de modérer cet éclairage excessif fait sur les joueurs et sur leur capitaine. Il y a mille façons de parler du football sans tuer le football, le football ce n’est pas seulement un ballon, des buts, des personnalités. Le football c’est l’arène des gladiateurs, les tournois médiévaux, les croisades, les romans de chevalerie, la tragédie grecque et aussi et surtout le lieu où se jouent les identités nationales.

Du pain et des jeux, réclamait le peuple de la Rome antique. Et les potentats de l’Empire se gardaient bien de déroger à cette règle. Serions-nous revenus à ces temps immémoriaux où les rêves personnels, les possibilités pour l’individu de trouver une expression à son imaginaire sont tellement contrariés et restreints qu’il ne lui reste que le viatique d’un stade pour vibrer, communier et trouver une alternative à la trivialité de la subsistance ?

Les médias ont une écrasante responsabilité, mais il faut regarder plus loin et voir à quel point l’arsenal de lois coercitives, la chape de plomb du politiquement correct, les petits arrangements entre amis, l’étouffement systématique des projets politiques novateurs, des voix originales au bénéfice de divertissements lénifiants ont peu à peu bridé l’imaginaire et généré dans toutes les couches de la société une démotivation profonde et un ennui mortel. Peu à peu les forces vives, les enthousiasmes les plus vibrants ont été sapés, soigneusement mis en coupe, laissant le cerveau disponible (selon la cynique et célèbre expression). Place vacante que le football scénarisé par les grands groupes industriels à peu à peu occupée. Le football est devenu à la fois l’agora, la scène, le champ de bataille, et l’exutoire. C’est trop. Beaucoup trop.

De ces excès Zidane, a dû sentir intuitivement l’absurdité. Son geste, autodestruction d’un mythe, est l’incarnation parfaite de celui de Sysiphe si brillamment éclairé par Albert Camus. Plus qu’une tentative de détruire sa propre déification, il y a dans le geste de Zidane une négation absolue des dieux eux-mêmes, de leur tyrannie, de leur intransigeance et de leur écoeurante perfection. Elle dit : je suis humain, je suis imparfait mais je suis maître de mon destin. Je peux être heureux car je suis malheureux. La phrase de la fin est de Camus lui-même : "Dans ce royaume désormais sans maître, lui seul sait que tout est bien."


Moyenne des avis sur cet article :  4.19/5   (143 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Arthem (---.---.98.243) 11 juillet 2006 12:42

    Un bon article. Rien à voir avec le délire transcendentale de JC

    Demander aux médias de ne pas causer de l’équipe de France une semaine avant la finale de la coupe du monde, c’est sûrement pas évident.


    • Elo (---.---.180.219) 11 juillet 2006 12:46

      Très bel article avec lequel je suis totalement d’accord ; on ne peut mieux exprimer la dichotomie « demi-Dieu- simple humain », merci !


      • Arthem (---.---.98.243) 11 juillet 2006 12:56

        Contrairement à Demian, les français pardonnent Zidane à priori
        Bon ce n’est qu’un sondage.


        • Internaute (---.---.81.212) 11 juillet 2006 13:07

          Trés bonne vision des choses, surtout sur le côté exutoire dans une société plombée. Quand on coupe le son de la télé on a l’impression que le FN a gagné les élections présidentielles. Ce sont qu’éclats de joies spontanés et drapeaux partout.


          • Jean-Marie (---.---.142.153) 11 juillet 2006 14:42

            L’article est très intéressant car il met le doigt sur un problème délicat et vieux comme le monde.

            Mais la vision d’Internaute est navrante : des éclats de joie spontanée et des drapeaux français brandis avec fierté lui font penser au FN.

            C’est faire le jeu de Le Pen que de lui laisser s’approprier les symboles de notre nation. On doit pouvoir chanter la Marseillaise et arborer le drapeau tricolore sans complexe. On peut être fier de son pays (et de son équipe nationale) sans être automatiquement xénophobe. Les visions simplistes de la société... voilà le danger M. Internaute.


          • bernard29 candidat 007 11 juillet 2006 13:17

            je suis d’accord avec les réflexions de Demian west.

            Votre article s’applique beaucoup mieux à l’épopée de Maradona et son autodestruction qu’a celle de Zidane. Sur Zidane c’est encore une fois, beaucoup trop..


            • Angus (---.---.131.193) 11 juillet 2006 13:20

              Très bon article, et analyse percutante de notre société quelque peu lobotomisée.

              Je vous renvoie également vers un excellent film sur cette dramaturgie du sport utilisée par les puissants comme exutoire aux humbles (RollerBall, l’original avec James CAAN, pas le remake ...).


              • bernard29 candidat 007 11 juillet 2006 13:45

                Ouah « Rollerball !! » . Ca fait deux jours que j’essaye de me souvenir du titre de ce film. J’y ai pensé plus d’une fois lorque que j’écrivais mes commentaires footbalistiques mais je ne le retrouvais plus. merci de le rappeler.


              • Robert (---.---.215.81) 11 juillet 2006 13:25

                Très bon article : zidane n’est pas un dieu prêt à mourir pour le salut du peuple et il fait bien de le rapeller. La diabolisation qui s’en suit cache mal des nationalismes primaires et un conformisme en perte de prestige. Ils y ont cru aussi en diabolisant Villepin mais après avoir rempli la France du bruit de leur indignation ils restent sans voix de le voir encore à son poste. +1 pour cet article.


                • Lilou (---.---.1.121) 11 juillet 2006 13:32

                  Je suis plié en deux devant cet article !

                  Les français :

                  1. quand ils gagnent, c’est parce qu’ils sont les meilleurs

                  2. quand ils perdent, c’est toujours de la faute des autres : faute des joueurs adverses, de l’arbitre, de la Fifa, du terrain, des supporters, et maintenant des médias ! De qui encore ?


                  • (---.---.9.91) 11 juillet 2006 14:10

                    Je suis plié en deux devant votre commentaire. Les francais, quand ils gagnent on a ce genre de commentaire, quand ils perdent ... on a ce genre de commentaire

                    X.


                  • CAMBRONNE (---.---.71.51) 11 juillet 2006 14:46

                    D’ACCORD AVEC VOUS PLUSQUEZERRO mais je suis aussi d’accord avec Demian .

                    On ne peut pas ne pas condamner le geste de Zizou dans la mesure où il est un modêle pour des millions de jeunes .

                    Il doit s’excuser même si Materazzi doit être également sanctionné. Nous ne devons pas nous ranger derriere Monsieur Bouteflika qui fait du geste de Zidane un acte noble de défense de l’honneur . Quand on sait où Bouteflika et consort mettent leur honneur ...

                    On touche du doigt avec ce mini drame le climat délétère qui régne parfois sur les terrains . Tout est bon pour déstabiliser l’adversaire .

                    Pour faire court , il faut remercier Zinedine Zidane pour tout ce qu’il a fait et le blâmer pour ce vilain geste qui n’est qu’un vilain geste .

                    Vive le sport quand même .


                    • minijack minijack 11 juillet 2006 17:05

                      Et bien moi je ne condamne pas le geste de Zizou. Football ou pas, on n’a pas le droit de blesser volontairement un adversaire, fut-ce avec de simples mots. Maintenant qu’on connaît les injures proférées par l’italien, je dirai même que la capitaine de l’équipe de France a été très magnanime avec l’ordure qu’il avait en face de lui. Rien qu’un coup de boule pour ces ignominies, c’est vraiment payé très peu cher ! Personnellement je lui aurais démoli la gueule.

                      BRAVO ZIZOU ! Le bon exemple pour la jeunesse, c’est de ne pas se laisser cracher dessus !

                      .


                    • Adolphos (---.---.59.170) 11 juillet 2006 17:12

                      Les mots passent, on n’est même pas forcé de les écouter, mais le coups physique, c’est trés grave.


                    • bernard29 candidat 007 11 juillet 2006 21:14

                      « Football ou pas, on n’a pas le droit de blesser volontairement un adversaire... »"

                      Eh bien alors . Zidane et condamnable. Vous dites n’importe quoi.

                      Vous êtes un provocateur, un troll comme qui dirait.


                    • minijack minijack 12 juillet 2006 02:37

                      Assurément, Zidane est condamnable, tout autant que l’est Materazzi. Mais Zidane fut le seul à prendre un carton rouge. Le plus injuste de la chose est qu’il n’a fait que répondre à la provocation. Mais IL A BIEN FAIT ! Je trouve qu’il a même été très modéré. Moi je suis blanc de souche élevé chrétiennement, mais je lui aurait défoncé la gueule à coup de crampons pour ces injures là. Ce n’est pas la réaction de Zindane qui est anormale, elle est irrégulière et interdite, donc condamnable en effet, mais humaine et légitime. C’est le comportement de Materazzi qui est révoltant. Et lui n’a pas été sanctionné. On peut même penser qu’il fut prémédité et qu’il lui a fait gagner une coupe imméritée.

                      .


                    • Cyril (---.---.19.11) 11 juillet 2006 15:50

                      Pas d’accords pour l’histoire du modèle pour des millions de jeunes et comment on va pouvoir leur expliquer. Ceci pour une raison toute simple : Zidane a été sanctionné pour son geste. Je suis d’accords sur le fait que cela n’est pas un excellent exemple mais on peut rebondir la dessus : geste violent = carton rouge immédiat. Sanction immédiate et pas d’impunité mème pour Zidane , voila ce que les jeunes doivent comprendre. Par contre , les insultes de Materazzi n’ont pas été sanctionnées donc impression d’impunité , il est plutot la le danger pour les millions de jeunes.


                      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 11 juillet 2006 16:58

                        Exactement. Et puis dans le pays qui a crée le concept du ’responsable pas coupable’, on ne va quand même pas s’acharner sur un individu responsable ET reconnu coupable par l’arbitre... Crachez votre bile sur quelqu’un d’autre !


                      • pépé (---.---.179.146) 11 juillet 2006 15:59

                        Je me permets la remarque qu’il faut écrire SISYPHE. Le ’Y’ se place dans la 2ème syllabe !


                        • pluskezorro pluskezorro 11 juillet 2006 17:15

                          Officiellement oui.Je l’ai aussi lu écrit de l’autre manière.Quoi qu’il en soit je viens de signaler l’erreur.Merci


                        • José W (---.---.25.142) 11 juillet 2006 16:18

                          Article sympathique, mais les raisons réelles du coup de boule de Zizou risquent d’être beaucoup plus triviales que ne le suggère l’auteur...

                          La FIFA a officiellement ouvert une enquête, ce qui nous rassure à demi.

                          Pour ce qui est de la perte du matche, 2cms plus bas et le ballon de Trézégol allait dans les buts : cela tient à peu de chose...


                          • Jesrad (---.---.20.126) 12 juillet 2006 12:12

                            C’est vrai que la pression devait aussi se faire sentir sur les épaules de Trézéguet...

                            D’un autre côté, combien de vies auraient-elles été perdues dans les exultations de la victoire ? Probablement plus que les 5 qu’ont coûté la demi-finale. Trézéguet les aura donc sauvées ;)

                            Il faut quand même se rappeler que c’est du sport, juste du sport. Les athlètes ne sont Dieux qu’au Stade, mortels en dehors. Il faut croire que le mortel a pris le pas sur le Dieu, que les insultes ont ramené Zinédine dans le monde du dehors un bref instant, néanmoins suffisament long pour avoir une réaction (trop ?) humaine.

                            Plutôt qu’un Sisyphe contraint de redoubler d’efforts sans fin, j’ai l’impression que le public français est devenu Pygmalion adulant sa Galatée, créée parfaite dans l’imagination collective par les média.


                          • Laurent T (---.---.43.126) 11 juillet 2006 18:24

                            Moi ,franchement j’hésite à condamner ou à approuver le geste de Zidane ,en réponse à l’insulte raciste de Mazzeratti,dans la mesure ou je ne sais pas ce que j’aurai fait à sa place ,etre impassible à l’insulte ou casser carrement la gueule du raciste(au lieu d’un petit coup sur la poitrine ,exagéré par la chute spectaculaire de l’Italien) il me semble que le coup de tete a été bien caculé par Zidane,pour d’une part ne pas faire trop de mal à Mazzeratti et d’autre lui faire savoir que ses propos racistes méritent quand meme une réponse « sèche » .Mais il me semble que certains individus dans ce média connus pour leurs multiples commentaires ,pas du tout innocents envers les Arabes et les musulmans n’attendaient que le « geste » de Zidane pour « crier au loup ».N’est ce pas Ludovic ?


                            • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 12 juillet 2006 10:03

                              Tout à fait. C’est étonnant de voir les mêmes pseudos que ceux qui ont des avis sur tout limite racistes et nauséeux. Personnellement, je fais abstraction de l’origine sociale et de la religion de Zidane, ce que certains ont du mal à faire. Un coup de boule aussi spontanné est surtout en rapport avec l’impulsivité ou non d’une personne, pas avec son statut social ou religieux. Gérard Depardieu a été condamné pour avoir donné un ocup de boule à un paparazzi, et pourtant on ne peut pas dire que Depardieu soit un gamin des cités...

                              J’ai l’impression que le débat le plus intéressant a surtout lieu entre des personnes ’impulsives’ (et je me mets volontiers dans le lot, vu la spontanéité à laquelle je répons aux posts ’blessants’) qui ont en général du mal à contrôler leurs nerfs et qui aurait pu réagir comme Zidane si l’insulte était vraiment énorme (on saura ce soir ce qu’il a réellement entendu...), et des personnes plus ’réfléchies’ qui n’auraient sans doute jamais disjoncté dans de telles circonstances. Et on retrouve des individus type Courouve qui ont un avis sur tout, persuadés que c’est l’origine sociale de Zidane qui est en cause... sauf que sur les 11 joueurs français sur le terrain, 10 sont nés dans les cités (Barthez étant la seule exception, né en Ariège - ce qui ne l’a pas empêché de cracher sur un arbitre autrefois). Et sur ces 10 joueurs, 9 ont eu une attitude exemplaire, même Ribéry (qui n’a pas pris un seul carton de la compétition alors qu’à Marseille, il avait une sérieuse tendance à les accumuler).


                            • Zermikus (---.---.227.119) 11 juillet 2006 18:25

                              Qu’est-ce que je suis content de ne rien connaître à toute cette folie... J’ai pourtant l’impression qu’il y a des choses bien plus importantes à traiter...

                              Quelqu’un plus haut a dit l’essentiel (ou répété, tant la formule a été rabâchée) : « Donnez-leur du pain et des jeux ».... A première vue, ça semble suffire pour bon nombre de nos concitoyens...

                              Un mois sans télévision, et la moitié du pays engorge les cimetières...


                              • (---.---.108.126) 11 juillet 2006 19:17

                                Bien joué Zizou pour ce coup de tête en final de coupe de monde ...Tout le monde en parle et ne parle que de ça ...fifa , arbitrage vidéo , pratique de l’insulte/provocation/simulation ...même les organisations antiracistes s’y mettent , ça ne peut que déboucher sur un résultat positif .

                                le minimum syndical serait : arbitrage vidéo , 10 metres quand un joueur rale (ce que j’aimerais voir c’est la possibilité pour un arbitre d’expulser un joueur 10 min )


                                • Plus robert que Redford (---.---.203.224) 11 juillet 2006 19:22

                                  Pas forcément d’accord sur le fond de l’argumentaire, mais l’article est bien léché et plaisant à lire.

                                  Remettez nous-en des comme ça !


                                  • FredLeBorgne (---.---.41.24) 11 juillet 2006 20:27

                                    Je rejoins PlusRobertqueRedford sur la qualité de l’article.

                                    Il relègue Zidane à une représentation actuelle d’un Sisyphe médiatisé et, avec style et pertinence introduit le role des media assomoir d’une société cannibale.

                                    Mais notre propre société, aprés son heure de gloire culturelle, et sa réussite technique sombre dans le chaos intellectuel, moral et industriel à cause des medias, des politiques et du capitalisme sauvage.

                                    Cette chute d’un sisyphe collectif est dissimulée par l’illusion du divertissement et des mensonges dont le foot est une parfaite illustration.

                                    Dans la mythologie, le rocher redescent et Sisyphe doit à nouveau le pousser vers le haut. Aujourd’hui, j’ai l’impression que nous devons quand même le pousser vers le bas... pas de répit ni d’espoir


                                    • cotcodec (---.---.194.246) 12 juillet 2006 00:39

                                      cocorico et bravo Zidane

                                      dans ce stade au lourd passé allemand, qui est aussi le mien,

                                      dans cette compétition où chaque match s’ouvrait d’une déclaration de la Fifa et des joueurs contre le racisme,

                                      au sein de cette équipe colorée marquant le symbole de la réussite - malgré tout - de l’intégration à la française,

                                      tu as placé plus haut que les milliards et la gloire futile... la défense de l’honneur

                                      tu as eu le PANACHE de ne pas t’écraser devant l’injustice et la bassesse

                                      tout dans nos origines nous sépare mais je me reconnais tant en toi

                                      le panache et l’honneur, quel qu’en soit le prix, le refus de la lâcheté

                                      c’est d’Artagnan et c’est Cambronne, et bien d’autres

                                      merci Zidane de nous rappeler ce qu’est l’ESPRIT DE LA FRANCE - et montré qu’il n’est pas QUE français

                                      honte aux français prêts à galvauder la défense de l’honneur contre une coupe en chocolat

                                      bien mal acquis ne profite jamais

                                      Non à l’injustice. Résistance !

                                      ps : je sais que c’est lyrique et excessif, mais c’est profond, ça vient du coeur


                                      • Leo (---.---.251.11) 12 juillet 2006 06:20

                                        Excellent article. Bravo !


                                        • 3p (---.---.102.41) 12 juillet 2006 07:36

                                          Zidane est un milliardaire, qui doit bien rigoler en voyant et en entendant tout les commentaires que son geste (justifié ou injustifié, on s’en fout) a provoqué.

                                          Chirac et Villepin ont eu une paix royale pendant un mois.

                                          Bon maintenant, vous pouvez récupérer le cerveau que vous aviez laissé au vestiaire pendant la coupe du monde.

                                          Redescendez sur terre.


                                          • zen (---.---.24.113) 12 juillet 2006 08:16

                                            oui,3p, la zidanolatrie est instrumentalisée de manière subtile ou grossière.Le détournement d’attention fonctionne à merveille ! Qui se souvient encore de l’affaire Clearstream ?

                                            Il faut élargir le débat et réfléchir aux fonctions politiques du sport .Qui va nous faire un papier là-dessus ?


                                            • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 12 juillet 2006 10:07

                                              « Qui se souvient encore de l’affaire Clearstream ? »

                                              Moi. Oh, et puis ne vous inquiètez pas, sans la coupe du monde, les infos auraient parlé de Roland Garros, du Tour de France, des touristes coincés dans les embouteillages... De toutes façons, l’affaire Clearstream dans les journaux, c’était Sarkozy = victime, De Villepin = salaud. Honnêtement, je n’attends plus rien des JT. Déjà en période hors compétition sportive, un article évoquait que 30 secondes à peine du 13h étaioent consacrées à l’actualité internationale...


                                            • www.jean-brice.fr (---.---.11.55) 12 juillet 2006 08:46

                                              Tout cela démontre la manipulation des foules par les médias. Après avoir fait monté la tension à son maximum, le soufflé va retomber pour s’attaquer à un autre jeu : les présidentielles, la crise économique qui se prépare ? Ce qui est certain est que la très grande majorité des médias est controlée par le grand capital, de connivence avec les anglo-saxons, qui, ayant la planche à billets, controlent le tout. Pour s’en dégager, mieux vaut être informé de la vérité soigneusement occultée : pour cela, cliquez RUEFF (Jacques) ...


                                              • Eric Mainville (---.---.112.211) 12 juillet 2006 09:33

                                                Les journalistes sont des « marchands de tulipes », comme il est expliqué ici : http://crisedanslesmedias.hautetfort.com Ils vendent des raisons de s’indigner...


                                                • bulu (---.---.1.39) 12 juillet 2006 10:59

                                                  Article interessant,

                                                  mais le plus interessant est de voir les differentes analyses intelectuelles dans les differents medias et les blogs. Analyses ou l’intelectuel fait du geste de Zidane un symbole, un revelateur de la societe dans laquelle on vit : ou plutot de sa vision de la societe. Ou comment justifier sa propre vision de societe a partir d’un geste anodin « un simple geste viril sur un terrain de sport ».


                                                  • Mahamat Seid Abazène Seid (---.---.56.38) 12 juillet 2006 11:42

                                                    Je ne suis pas un amateur du football qui ne me dit absolument rien mais j’ai été choqué par la défaite de la France...pour Zaïdan qui n’est pas la cause de la défaite il me semble mais sa victime.

                                                    Dans une compétition, il est tout à fait normal qu’on perde même si on vient tout d’abord pour gagner. Perdre est une chose, en subir une injustice en est une autre. J’en viens à m’intérroger encore une fois sur les lois qui ne suivent pas la logique juridique.

                                                    Zaïdan a frappé c’est un fait mais pourquoi, telle devait être l’interrogation de l’arbitre avant de le sanctionner. Le sanctionner, cela peut se comprendre encore mais seul c’est vraiment inadmissible et ça me donne une envie d’hurler devant mon micro n’eût été ma lithiase. Un bon règlement lui aurait donné raison de frapper celui qui l’a provoqué. Si les propos rapportés pouvaient être vrais, la FIFA devra, à défaut d’annuler la victoire italienne qui n’est pas du fait de l’expulsion de Zaïdan mais de la règle du jeu, doit introduire un règlement dans l’arbitrage, celui d’interdire aux arbitres de sanctionner dans de tels cas sans au préalable avoir connu les raisons de la réaction de celui qui est sanctionné. C’est tout de même choquant que de reprocher à quelqu’un d’avoir réagi par la violence contre la violence. Pour l’arbitre, insulter la mère ou la soeur de quelqu’un pute n’est rien mais tout le monde n’est pas européen et ne réagit pas de la même manière. Et puis la coupe était mondiale. Zaïdan tu as tout mon soutien.


                                                    • macadam (---.---.130.100) 13 juillet 2006 15:02

                                                      Je suis pas sur que Zizou ait pense a tout ca quand il s’est pris pour Cantona... Il a reagi comme un humain excede, c’est normal, il n’a jamais voulu etre l’exemple des jeunes, ce sont les medias qui ont fait de lui un image charismatique. Depuis quand un artiste se soucie-t-il de son image de son vivant ?


                                                      • DEMO KRATE (---.---.123.215) 16 juillet 2006 09:03

                                                        Certains hommes politiques et journaux (99,99% de l’ensemble) devraient se poser cette même question dès la veille de la campagne pour les élections présidentielles. J’ai comme un doute... Triste !


                                                        • brian (---.---.238.128) 8 août 2006 22:54

                                                          SOS Racisme est de toute façon le veritable perdant de toute cette histoire : juste après la fin de la coupe du monde, SOS Racisme n’avait hesité un instant à sortir son joli communiqué de presse dans lequel disait, je cite : « Selon plusieurs sources très bien informées dans le monde du football, il semblerait que le joueur italien Marco Materazzi ait traité Zinedine Zidane de « sale terroriste » ». Le théoremse de SOS Racisme, SI homme d’origine algerienne frappe violemment homme blanc (en plus rital et tatoué...) ALORS l’homme blanc est raciste, a été démentie par les declarations de Zidane lui même, de Materazzi et par consequence par la FIFA. Cette association d’extreme gauche qui est SOS Racisme a encore une fois montré les enormes limites des groupes extremistes dans l’analyse un minimum objective des faits d’actualité et a en en plus montré son attitude discriminatoire et faite des prejugés en face de cet episode, l’origine italienne de Materazzi en ayant joué évidemment dans son analyse de l’episode.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès