Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Le Tour est un roman ?

Le Tour est un roman ?

Le Tour de France est un éternel recommencement. Fait de favoris d’outsiders, de dopage, de petites histoires, de foule au bord de la route. Et de votre serviteur, coca et chips à la main, des heures durant devant la télé, pour regarder le grand spectacle du Tour.

Pour moi, le Tour est presque toujours synonyme de vacances. Et je vais faire une confession : j’adore le cyclisme, j’adore regarder des courses (sur mon canapé). Le Tour est pour moi, une science inexacte. Le dopage, les chutes, les formes et les méformes surprenantes, il n’y a rien dans cette course qui pousse à la rationalisation. Pourtant, c’est un sport à haute technologie. De la recherche pour les vélos, les radios portatives, les télés dans les voitures, les bus ultra-modernes, l’énorme caravane, l’exploit quotidien du montage de l’étape départ et de l’étape d’arrivée. Il y a aussi la science médicale qui est partout. Les contrôles sanguins et urinaires, les suppléments alimentaires, les vitamines, les médicaments.Tout dans le Tour est moderne.

Sauf les coureurs. Sauf la course. Des sprints, des chronos, des étapes de montagne. Des échappées, solitaires. Inéluctablement rattrapés. Des sprints massifs. Les exploits en groupe ou en solitaire. Le peloton, la chasse, l’écart, l’ardoisier, les interviews des défaits. Et ceux des vainqueurs.

Le Tour est un roman. Lance Armstrong part, en 2006. puis revient, l’année dernière. 2007, affaire Rasmussen. 2008, affaire Landis. 2009, ah non c’est bon, le Boss est de retour. Dans l’équipe Astana. Equipe exclu deux ans avant. Ex équipe de Contador, qui n’a pu courir deux ans avant. Mais qui l’a couru l’année dernière, Avec Armstrong. Son co-équiper d’alors dans l’équipe Astana. Avant que 80% de l’équipe parte avec Johan Bruynell, dans l’équipe RadioShack pour reformer un ersatz d’US Postal-Discovery Channel. Discovery Channel où avait couru et gagner Contador. Vous savez contre Rasmussen, les deux mobylettes (par exclusion de l’arbitre anti-dopage). Vous avez tout suivi ?

En parlant de mobylette, Fabian Cancellara est dans le Tour. Un grand favori du prologue, on vérifiera que le moteur est bien dans le bonhomme avant le départ.Il aura un étape toute pour lui (la 3è), qui emprunte une partie du parcours de Paris-Roubaix et tout changement de vélo sera suivi à la loupe.

Le Tour est un roman. Astana (du nom de la ville capitale du Kazakhstan), l’équipe Kazakh avec un leader espagnol, a vu le retour d’Alexandre Vinokourov, Kazakh francophone, populaire, mais dont la carrière est entachée de son retrait du tour 2007 et de sa condamnation à 2 ans pour dopage par l’UCI. Fringant, Vinokourov a réintégré l’équipe Astana en 2009 et a remporté Liège-Bastogne-Liège en 2010. Intriguant lorsque l’on sait que la deuxième étape emprunte sur la fin de l’étape, le parcours de Liège-Bastogne-Liège, il va sûrement se rappeler à lui même les bons et les mauvais souvenir. Et se rappeler au Tour de France.

Donc, on a qui ? Contador, Armstrong, Vinokourov, Cancellara. Qui va battre Contador ? Armstrong ? Un des frères Schleck ? Franck vainqueur du Tour dee Suisse. Et devant Armstrong. Cadel Eavns, champion du monde, a gagné la Flèche Wallone 2010, et on va enfin, peut être, va savoir, découviri pourquoi l’équipe BMC a été sélectionné. Le vieux Carlos Sastre (Avec Armstrong, Evans et Vinokourov, la retraite à 40 ans est assuré), va nous montrer le joli maillot Cervelo. La team Orange (Rabobank pour les pousse-citrouilles), aura Dennis Menchov en pré-retraite et le jeune Robert Gesink, qui gagnera le maillot à pois, peut donner du fil à retordre. Roman Kreuziger de l’équipe Liquigas. Avec Ivan Basso ; Ivan Qui ?

Le Tour est un roman. Le grand rival d’Amstrong juste avant sa première retraite en 2006, Ivan Basso, Italien, vainqueur du Tour d’Italie en 2006 et 2010, l’ex-successeur adoubé par Armstrong, est tombé dans l’Affaire Puerto. Très drôle histoire, l’affaire Puerto. En 2006, l’équipe Liberty Seguros disparut littéralement. Liberty Seguros ? Mais si, l’équipe de Manolo Saiz, qui a succédé à l’équipe Once qui existait depuis 1989, et dont l’une des têtes de pont fut le français Laurent Jalabert, aujourd’hui "commentateur vdette" sur France 2, dans les années 1990. Once qui deviendra en 2004 Liberty Seguros, et qui accueillera, mais oh ! voilà  ! une surprise ; Alexandre Vinokourov. Après l’affaire Puerto, Liberty-Seguros devient pour le Tour 2006, l’équipe Astana-Wurth. Oui Astana, vous avez bien lu. Qui aura en son sein les cendres de l’équipe Discovery Channel, avec le retour de l’ex-retraité en 2009 de... Lance Armstrong ! et qui engagera en 2008 Contador, qui ne pourra pas courir le Tour 2008 (mais qui gagnera en 2008 le Tour d’Italie ET le Tour d’Epsagne), car pas invité par les organisateurs, échaudés en 2007, par l’exclusion de toute l’équipe Astana après deux controles anti-dopage de Vinokourov et Andrey Kasheshkin, les deux leaders Kazakh de l’équipe.Le cyclisme est le seul sport où la consanguinité semble une vertu.

D’ailleurs en parlant de l’affaire Puerto,le grand absent cette année est Alejandro Valverde, cité dans l’Affaire Puerto en 2006 (mais bon, quel espagnol n’est pas cité dans l’Affaire Puerto en 2006).Tant que je parle de dopage, je vais parler de chaudières.

Le Tour est un roman. Passé le jeu de mot minable (vous comprendrez), l’équipe intrigante cette année est l’équipe Footon-Servetto. Equipe invitée par ASO, elle ne possède en son sein aucun coureur de renom. Eros Capecchi, le leader n’a pas terminé 3 grand tours sur 4, et n’est jamais venu sur le TDF. Manuel Cardoso, sprinteur, a gagné des étapes sur le Tour Down Under, en Australie. 8 coureurs n’ont jamais disputé le Tour. La surprise peut venir du très jeune Fabio Felline, italien. Surtout, Footon-Servetto est né sur le fumier Saunier Duval (équipe cycliste dont le sponsor vend des chaudières, ben voilà, jeu de mot expliqué !). Equipe exclu en 2008 par ASO, équipe de Riccardo Ricco, le Cobra qui attaque en rigolant, de Leonardo Piepoli, le vieux roublard. Je ne parlerai pas de Gilberto Simoni qui est innocent (non, il n’a rien fait pour être exclu du Tour d’Italie 2002, d’ailleurs il a été réhabilité). Mais Iban Mayo, le némésis d’Armstrong en 2005-2006, pris par la patrouille chez Saunier-Duval en 2007, au Giro. Saunier-Duval, le sponsor part, en 2008, après le TDF désastreux, remplacé par Scott-American Beef (de là à nous prendre pour des jambons, il n’y a qu’un pas), puis de Fuji-Servetto, puis Footon-Servetto. Et en 2010, choisi pour courir le Tour, à la place par exemple de l’équipe Saur-Sojasun du grand espoir Jerome Coppel, 5è du Dauphiné, 10è de Paris-Nice, ou Vacansoleil, des frères Brice et Romain Feillu. Footon-Servetto, où comment on cherche à nous endormir.

Ah le Tour ! Un livre, des pages, de l’action de la passion, des hommes. Et nous. Cher spectateur. A qui on nous compte une belle histoire. Des fois, l’important c’est la chute, pas l’aterissage.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • asterix asterix 3 juillet 2010 18:35

    Jusque il y a 10 ans j’ai aussi rêvé, vécu si possible depuis mon canapé le Tour de France.
     Et sur les 10 ans qui viennent de passer, j’en suis à 92 mille et des km. Moitié en VTT sur les pistes. Avec un vélo Merckx lorsqu’il y a du macadam, la potion magique...
    Et je me dope avec 30 clopes par jour. C’est un peu bête, non ?
    Le Tour n’est pas un roman noir. N’importe qui, sauf Armstrong !


    • furio furio 3 juillet 2010 20:55

      Excellent texte. Mais un peu court !
      Moi je regrette l’absence de KOHL, il était bon KOHL !

      Troisième du Dauphiné Libéré 2006, Bernhard Kohl peinait à confirmer en 2007 mais terminait ensuite troisième du Tour de France 2008. Depuis, suspendu deux ans pour des tests positifs à l’EPO-CERA, l’Autrichien a choisi de coopérer avec la police de son pays, et a annoncé, le 25 mai dernier, son « retrait du sport professionnel ».

      Quelques jours après cette annonce, le coureur a reçu L’Equipe à Vienne, pour livrer une impressionnante confession où il avoue notamment : « Au mois d’août 2007, j’ai donc subi un premier prélèvement de sang destiné à être utilisé pour le Tour 2008. Puis un deuxième en novembre. Un litre à chaque fois. J’avais donc 2 litres à disposition pour juillet 2008. Mon sang a été préparé, les globules séparés du plasma, et puis codés et congelés.

      C’était la première fois que vous utilisiez le procédé des autotransfusions ?
      Non. J’ai commencé en 2005, avec le laboratoire autrichien Humanplasma (...) J’ai fait le Tour cette année-là (en 2007) sans vraiment bénéficier d’un protocole dopant haut de gamme. C’est pour 2008 qu’il a été décidé que je méritais le top du top. Avec une vraie planification (...).

      Revenons sur les routes du Tour 2008. Vous aviez quoi comme munitions à disposition ?
      4 poches de 0,5 litres de sang, c’est tout. Rien d’autre. Trop de contrôles aléatoire. Pas de patch de testostérone, rien, mis à part de la caféine, de la pseudo-éphédrine, des antalgiques. L’EPO, l’hormone de croissance, l’insuline, je prenais ça avant, pas pendant.

      Qu’est-ce qui a cloché avec la CERA ? Pourquoi avez-vous été contrôlé positif alors que vous nous décrivez un système très professionnel ?
      Le milieu du cyclisme était persuadé que cette EPO n’était pas détectable. J’ai obtenu ce produit par un autre cycliste, je me le suis injectée moi-même trois jours avant le Tour. Dans ma tête, j’étais tranquille ».


      Ainsi si chacun de nous évoque une histoire, nous aurons un bien joli roman ! Un roman que nous pourrons donner à lire aux chantres, aux commentateurs zélés et autres consultants, pas génès de continuer à chanter des louanges à ces rats de laboratoires.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ludobos

ludobos
Voir ses articles







Palmarès