Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Les raquettes, ça c’est dans mes cordes

Les raquettes, ça c’est dans mes cordes

Le Bonimenteur fait un crochet en montagne

La liberté retrouvée.

Je ne suis plus un adepte des vacances d'hiver. Trop chères, trop loin, trop frime, trop de monde. Je n'est plus envie de me retrouver sur la route un jour de grand flux hivernal, coincé derrière des voitures à touche-touche sur des routes enneigées. Je ne supporte pas cette foule délirante qui se précipite au même moment pour arriver le samedi midi au pied des pistes.

J'ai besoin de calme et de tranquillité. S'il m'arrive parfois d'aller dans une station c'est pour, l'espace de deux ou trois jours, retrouver des amis et prendre mon temps. Nul besoin de rentabiliser le séjour, de skier matin et soir comme on va au boulot. De ne pas perdre une seule heure, de manger sur les pistes dans des goguettes qui tiennent plus du coupe-gorge que de l'estaminet fréquentable.

Je dispose de ce luxe merveilleux d'être invité gracieusement pour quelques jours dans une station à visage humain. Je laisse aux stakhanovistes du remonte pente le plaisir de faire la queue, de se faire marcher sur les spatules, de payer des tarifs exorbitants pour prendre un peu de hauteur et la dévaler ensuite de manière inconsidérée.

J'ai hélas perdu le goût du ski de fond. Les pistes sont désormais balisées, damées, fléchées. Il n'y a plus rien de la belle aventure des premières années où nous partions à la découverte d'espaces préservés. Maintenant, il faut payer son écot, suivre les rails et tourner en boucle. J'ai aussi bien peu de pratique pour filer tel un lièvre sur les traces blanches. Je me traîne plus que je ne glisse, je suis un lourdaud sur des spatules qui m'encombrent bien plus qu'elles ne me propulsent vers l'avant.

Il me reste la formidable liberté qu'offrent les raquettes. Un équipement a minima, deux bâtons et des grilles de plastique aux pieds. Une tenue qui n'a rien d'un harnachement de percheron ou bien de clown fluorescent. La discrétion, la simplicité et la gratuité, rien que du bonheur pour celui qui ne veut pas se fondre dans la masse consumériste. Les raquettes, pas le racket, pourrait se dire mon porte monnaie !

Vous prenez un petit chemin, vous vous retrouvez perdu au milieu de nulle part. Personne ou presque, de rares comparses de rencontre. Un bonjour qui n'a rien de contraint. Ici, on prend le temps de la conversation ou de l'amabilité quand à quelques centaines de mètres de là, c'est presque la guerre dans les files d'attente ou sur les terrasses des coupe-gorges d'altitude.

Le sac sur le dos, quelque ravitaillement pour reprendre des forces et un effort qui n'est pas dérisoire. Le dénivelé vous pèse dans les jambes, vous avez le souffle court mais rien ne vous fera rebrousser chemin tant le spectacle qui s'offre à vous est magnifique. Vous continuez l'aventure, pour aller à votre train, prenez le temps de souffler quand c'est nécessaire.

Décidément, les raquettes, voilà une activité qui demeure dans mes cordes, qui me renvoie à mes aventures randonneuses. J'avance du pas tranquille de celui qui fait son chemin. Je n'ai pas à craindre la bousculade ou bien la chute, la comparaison moqueuse sur ma technique déplorable ou les railleries sur une tenue qui n'est pas de la dernière mode.

Libre sur mes raquettes, je vais au gré des recommandations d'un guide ou bien d'un passant, d'une carte ou bien de l'inspiration. Je retrouve le plaisir simple des pionniers, j'avance en territoire vierge ou peu sans faut. Pas d'apprentissage, pas de technique à peaufiner par une pratique régulière, c'est si simple que vous pouvez vous mettre en branle immédiatement.

Bien sûr, il faut une condition physique convenable. Ce n'est pas du sport, ce n'est pas tout à fait une promenade digestive. Mais quel bonheur, quelle impression de liberté. Les raquettes, c'est la montagne sans contrainte, c'est ainsi que je la conçois. Les esthètes vous diront que rien ne supplantera jamais le ski de randonnée, ils ont raison mais cette fois, il faut avouer que le pas est bien plus grand, inaccessible pour moi !

Librement vôtre.

vidéo détente 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 1er mars 2013 09:07

    Est-ce que « vacance » en hiver est synonyme de « aller au ski ? »

    Aller au ski est sans conteste un luxe,
    mais le vrai luxe, selon moi, est dans la possibilité même de la « vacance »,
    et le suprême luxe dans la possibilité de choisir à quoi on veut l’occuper.


    • C'est Nabum C’est Nabum 1er mars 2013 12:13

      voxagora


      J’ai un peu honte désormais de bénéficier d’un tel luxe et j’en suis si mal à l’aise que je n’en profite pas !

    • Nums Nums 1er mars 2013 09:26

      J’ai hélas perdu le goût du ski de fond. Les pistes sont désormais balisées, damées, fléchées. [...] Maintenant, il faut payer son écot, suivre les rails et tourner en boucle.


      Il y a également des panneaux sur les pistes qui précisent qu’elles sont interdites aux porteurs de raquettes, ces dernières bouzillant le tracé des skieurs de fond. Ceux-ci paient en effet pour avoir un tracé au poil comme nous l’a rappelé le WE à mon amie et moi, non sans animosité, un bon gros grincheux car nous avons eu le culot de parcourir 200 mètres de pistes avec nos raquettes pour rejoindre notre véhicule à la fin de la rando.
      Heureusement que durant les heures qui ont précédé ce léger accrochage, nous avons passé un moment unique, seuls, au milieu des sapins, ne sachant pas toujours où nous allions.
      C’était tellement bien que je remets ça dimanche, puis le dimanche d’après, puis le suivant et ainsi de suite, tant qu’il y aura de la neige. J’habite Grenoble. C’est donc facilement accessible pour moi et tout au long de l’hiver de surcroît.

      • C'est Nabum C’est Nabum 1er mars 2013 12:15

        Nums


        La segmentation des loisirs !

        Agir en clan, en bande, en tribu et ne pas respecter les autres.

        Une nouvelle perversion sans doute

      • Fergus Fergus 1er mars 2013 10:04

        Bonjour, C’est Nabum.

        Le ski de fond reste une activité très attractive, et si l’on veut sortir des pistes trop fréquentées (cela reste relatif comparé à l’alpin), il existe des itinéraires semi-sauvages très séduisants. C’est notamment le cas sur les domaines du massif du Sancy en Auvergne.

        Qui plus est, le ski de fond est, à mes yeux, une activité particulièrement sportive, et nettement plus grisante que l’alpin dans les descentes rapides et étroites bordées d’arbres lorsqu’on les prend schuss en position de recherche de vitesse (quelques beaux tobogans dans le Vercors, plus rarement dans le Jura). Je n’ai éprouvé ce type de sensation en alpin que sur des itinéraires hors piste (à Val d’Isère notamment) ou des pistes verglacées.

        Autre possibilité : le ski de randonnée. Les crêtes du Jura ou les grands espaces d’Auvergne sont un régal toujolurs renouvelé.

        Les raquettes, personnellement, je ne suis pas fan : trop peu d’autonomie en termes de distance.

        Cordialement.


        • C'est Nabum C’est Nabum 1er mars 2013 12:16

          Fergus


          Ce n’était qu’une facétie d’hiver !

        • Robert GIL ROBERT GIL 1er mars 2013 10:16

          il existe encore des pistes de ski de fond gratuites, pas beaucoup c’est vrai. Ensuite pour les raquettes lorsque nous empruntoms une partie dammé de ces pistes, c’est sympa pour le respect des fondeurs de marcher tous du meme coté, sur le bord. Pour finir , c’est vrai que l’on va moins vite qu’en ski de rando ( surtout en descente) mais pour celui qui a un peu d’entrainement et une bonne condition physique, il est possible de faire des raids sur plusieurs jours et d’avaler des dénivelés non negligeables.

          pour ceux qui en ont la possibilité, bonnes raquettes ce weekend !


          • C'est Nabum C’est Nabum 1er mars 2013 12:17

            Robert


            Vive le gratuit !

          • ZEN ZEN 1er mars 2013 11:41

            Bonjour

            Il est vrai que l’industrie des sports d’hiver est devenue un vrai racket
            Dans les Hautes-Vosges, vous trouverez des espaces libres et tranquilles...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires