Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Les remous porteurs de Manaudou

Les remous porteurs de Manaudou

Pour la troisième fois en huit mois, Laure Manaudou va changer de camp d’entraînement. A sept mois des Jeux de Pékin, cela peut inquiéter.

Cela n’arrête pas. La rupture fut déchirante en mai avec Philippe Lucas, elle fut « juridique » avec le club italien de La Presse pendant l’été et sentimentale en ce mois de janvier. C’est ce dernier facteur qui semble dicter les choix de la championne olympique du 400 m. Il y eut Lucas Marin puis maintenant il y a Benjamin Stasiulis. Le grand amour s’entraîne à Mulhouse donc Laure part le rejoindre.

Pour Philippe Lucas, Laure fonctionne comme cela : « Dès qu ‘elle a un mec dans les pattes, elle devient incontrôlable ». On ne la changera pas.

Mais, à quelques mois des Jeux, cela devient problématique. Le mot à la mode dans le football est la stabilité, Manaudou ne semble pas s’en accoutumer. L’instabilité de la championne peut être considérée par ses rivales comme LA faille dans laquelle il faut s’engouffrer.

Néanmoins, le talent est immense. Le choix d’Ambérieu où son frère, inexpérimenté, la préparait a montré ses limites. A Mulhouse, Manaudou va retrouver une structure sérieuse et un des meilleurs entraîneurs français, Lionel Horter, qui a emmené Roxana Maracineanu sur le toit du monde. Si la bougeotte ne la reprend pas, la route vers les JO est relativement dégagée.

Car la marge que possède la Française paraît énorme. Avec une préparation loin d’être optimale, à Ambérieu, elle a réussi de très bons Championnats d’Europe en petit bassin. Lors de ces Europe, elle a dû subir de plein fouet le scandale des photos sur internet. Et, en plus du talent, elle a prouvé à cette occasion qu’elle avait de l’orgueil.

Bref, malgré les remous, elle reste au-dessus du lot. Philippe Lucas l’a d’ailleurs confirmé dans Stade 2 : « sans problème, elle gagnera le 400 m de Pékin ». Pour « Laure olympique »...


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • ronchonaire 15 janvier 2008 12:30

    On a souvent tendance à oublier que Laure Manaudou, toute championne qu’elle est, n’est finalement qu’une gamine de 20 ans. Personnellement, je ne connais aucune jeune femme de cet âge (ni aucun jeune homme d’ailleurs) que l’on puisse qualifier de "stable".

    La façon dont elle défie en permanence ses entraineurs et leur autorité est par ailleurs assez remarquable ; enfin une sportive qui a du caractère et qui ne se contente pas d’être la "créature" au service des propres ambitions de ses entraineurs ou de son père (cf. par exemple quasiment toutes les joueuses de tennis, les gymnastes et autres). Quand vous voyez par exemple que Marion Bartoli refuse de jouer en équipe de France parce que son père ne peut pas l’y accompagner, la pauvre ! Elle est tellement dépendante de son "créateur" qu’elle n’arrive même pas à jouer sans lui.

    Laure Manaudou est une jeune femme à l’esprit indépendant, qui souhaite mener sa vie comme elle l’entend et qui profite de sa jeunesse, comme toutes les filles de son âge. C’est tellement rare parmi les sportives de haut niveau que, rien que pour cela, elle mérite tout notre respect.


    • roOl roOl 15 janvier 2008 13:38

      aller hop, article destiné a sportvox non ?


      • momo 15 janvier 2008 15:42

        "Le choix de Ambérieu où son frère, inexpérimenté, la préparait a montré ses limites".

         Et elles sont ou, les limites ? Dans le fait que sont ex débarque et l’engueule dans la chambre d’appel où elle se concentre avant une demi-finale ou dans le fait qu’elle apprend que des photos d’elle nue (porno) circule sur le web ? Elle devra après toutes ces péripéties se contenter d’une médaille d’argent sur 200m Nage Libre. Donc du coup elle est nulle ! Et son entraineur de frère aussi, lui qui ne pouvait plus ni lever le petit doigt, ni eternuer sans que les pontes de la fédé ne lui tendent immédiatement un mouchoir...

        Bref, On verra les résultats dans quelques mois. Rassurez-vous, Horter n’est qu’un homme, il peut se tromper, cela peut ne pas fonctionner entre elle et lui (Lucas et Horter ont a peu pres la meme facon de voir les choses de la natation, sauf que Horter est un peu plus "passe-partout, moins "grande gueule" que Lucas).


        • Traroth Traroth 15 janvier 2008 17:15

          "Pour Philippe Lucas, Laure fonctionne comme cela : « Dès qu ‘elle a un mec dans les pattes, elle devient incontrôlable ». On ne la changera pas" : Oui, elle prétend avoir une vie, à coté de la natation. Elle est gonflée, quiand même, franchement ! Alors que tout ce qu’on lui demande, c’est de nager et de la fermer...


          • Traroth Traroth 15 janvier 2008 17:28

            Plus sérieusement, le sport-spectacle m’agace, surtout quand on donne des dénominations ronflantes genre "équipe de France". Je ne me sens pas le moins du monde représenté par 11 gars qui courent après un ballon, pas plus que par une nageuse qui nage plus vite que les autres. Il s’agit pour moi d’un pur choix de carrière, personnel.

            Dans ce domaine, on peut dire que Manaudou a *déjà* réussi. Son palmarès satisferait nombre de sportifs en fin de carrière, et elle doit sûrement être à l’abri du besoin. Donc si d’aventure, lassée par toutes ces péripéties, elle décidait d’abandonner sa carrière sportive pour élever des crevettes en Auvergne, ça serait son droit le plus absolu, et n’enleverait rien à son mérite personnel. Pourtant, je suis certain que si ça arrivait, les médias et les autorités sportives lui sauteraient sur le dos à pieds joints.


          • momo 16 janvier 2008 09:54

            Traroth,

            Que vous ne vous sentiez pas représenté par les sportifs francais ne regarde que vous. Néanmoins, la majeure partie de ces sportifs de très haut niveau ont une responsabilité, au moins morale, vis a vis de la France et des francais. En effet, ces sportifs sont issus d’un systeme financé par les fédérations, donc l’état. Les moyens mis en oeuvre pour former une athlète telle que Manaudou sont assez lourds. Donc nous avons tout a fait le droit de se sentir concerné si notre plus sûre chance (jusqu’à présent) de titre olympique agit de facon plus ou moins mature a moins d’un an des JO. Et on a donc aussi le droit de critiquer...

             


          • armand armand 16 janvier 2008 12:54

            Alors peut-être faudrait-il s’interroger sur l’opportunité de déverser des millions, des décorations, et des panégyriques sur une gamine qui sais à peine s’exprimer. L’époque à les role-modèles qu’elle peut.

            Il existe bien des sports où on pourrait privilégier non la performance pure, mais l’effort et l’esprit. Il y a quelque chose de fondamentalement inquiétant dans le fait d’ériger en divinités des gamins et des gamines, à en faire les arbitres de la mode, de l’’attitude’, tout simplement parce que, durant un temps très limité, ils nagent plus vite ou manient mieux un ballon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès