Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Messi ou Messie ?

Messi ou Messie ?

J'étais fermement décidé, depuis le début des disputes autour de la fameuse question des quotas dans le football français, à ne pas m’en mêler vu le niveau lamentable des débats et de la claire volonté, du côté du pouvoir, d’augmenter encore la liste, dejà longue, des procès faits à Médiapart.

Il y a, en effet, bien d'autres sujets à traiter en ce moment, mais, malheureusement, comme je l'ai déjà souligné dans un post il y a quelques jours, je n’ai jamais partagé l’euphorie politique générale sur les « printemps démocratiques ». Comme j’étais un des rares à le prévoir, les lendemains ne chantent pas ni en Tunisie, ni en Libye, ni en Égypte, ni en Syrie. Ils ne chantent pas davantage en Haïti où l'État entre dans une semaine particulièrement difficile. En effet, si le président Martelly a été élu, sans que son élection entraîne des conséquences fâcheuses et si l’on a cru possible un accord avec le parti de son prédécesseur, « Sweet Micky » se trouve désormais dans une situation difficile. On se demande en effet comment il pourra mettre en place un gouvernement dirigé par un homme dont la majorité parlementaire ne veut pas et surtout sans que soit opérée la réforme de la constitution qui devrait avoir lieu avant 9 ou le 11 mai (on ne sait plus trop !). En effet, la minorité parlementaire conteste les 18 changements dans les résultats électoraux opérés par la Commission électorale après le deuxième tour des législatives. Ce ne serait pas trop grave, à la limite, si la réforme constitutionnelle en cause n'exigeait un quorum des deux tiers, qui ne peut être atteint si les députés et sénateurs minoritaires continuent à faire défection et à refuser de venir siéger. Comme le président Préval quitte ses fonctions le 14 mai 2011, on comprend la gravité de la situation.

Dès lors, les contorsions franco-françaises autour de la question des quotas chez les jeunes footballeurs admis dans le centre de formation national paraissent bien dérisoires, d'autant que tout cela semble tenir à la fois à des malentendus et aussi, sur un plan plus général, au fétichisme excessif du politiquement correct.

En 1998, lors de la victoire dans une Coupe du monde à Paris, triomphe dont quelques aspects demeurent un peu obscurs, la France s’était flattée de son équipe « blacks- blancs-beurs ». Il ne serait donc ni scandaleux ni stupide de se demander quelle doit être la proportion dans l'équipe de chacun de ces éléments ethniques qu’on avait été assez imprudent pour désigner comme tels. On peut penser que la composition de l’équipe de 1998 avait été été déterminée par la qualité de chaque joueur à chaque poste, sans la moindre considération pour son appartenance ethnique, dont la loi française refuse d’ailleurs la prise en compte, même dans les recensements et donc, a fortiori, au plan sportif et/ou professionnel.

En 1998, il avait été évidemment stupide et imprudent à la fois de se flatter de cette répartition puisqu'elle ne pouvait relever que du hasard et non d’une politique sportive nationale. Il ne s’agissait donc en rien de « quotas », ce que pouvait donner à penser une telle formule. Il aurait été aussi imbécile et scandaleux de se priver d’un joueur de talent au motif qu’il aurait porté au-delà du tiers son « ethnie » d’appartenance que d’introduire dans la sélection un joueur médiocre dans le seul but d’atteindre le tiers attribué à son groupe éthnique. Si par hasard aucun joueur beur n’avait été désigné, par son talent, pour occuper l’un ou l’autre des postes de la formation, il n’y aurait eu aucune raison d'en sélectionner un simplement pour maintenir un absurde équilibre ethnique.

Il y a en fait deux problèmes que beaucoup confondent soit par ignorance, soit par sottise et éventuellement pour les deux raisons.

Le premier est l'affaire des « bi-nationaux », c'est-à-dire des jeunes joueurs auxquels la Fédération française de football (la FFF) offre une formation technique gratuite durant leur jeunesse. Il est clair que cet investissement vise aussi à ce que, éventuellement dans la suite, ils puissent être sélectionnés pour jouer en équipe de France. S’ils sont bi-nationaux, dans l’état actuel des choses, ils peuvent choisir (et ce choix sera ensuite irréversible) de jouer dans leur équipe nationale (en Afrique ou ailleurs). Il n'est donc pas illégitime de penser qu'on pourrait leur demander, puisqu’ils bénéficient d'une formation gratuite pendant des années, de s'engager, dans la suite, à jouer en équipe de France. Après tout, c’est ce qui se passe en France, lorsqu'on passe un concours comme l’agrégation ou lorsqu’on entre dans de « grandes écoles » comme l'École normale supérieure où l'ENA. Les études sont offertes par l'État et l'on perçoit en outre une rémunération, mais on signe alors un engagement de servir l’Etat qu'on doit respecter durant un nombre donné d'années, faute de quoi on est tenu de rembourser le coût des études. Pourquoi ne pourrait-on imaginer un système de cet ordre qui règlerait définitivement ce genre de questions ?

Le principal problème n'est toutefois pas là, au point de vue sportif surtout. Je ne sais lequel les protagonistes de l’affaire aurait parlé de joueurs « grands et costauds » donc blacks ! Les grands « costauds » seraient-ils exclusivement des Africains et les Arabes comme les Européens ne seraient-ils que des mauviettes. Comment nos Chabal et Douillet peuvent-ils laisser tenir pareils propos ?

Il y a là un malentendu qui tient à l’ignorance même de l’évolution du football. On a assisté à une évolution technique, qui a conduit, pour partie, chacun le sait , à l’usage de produits anabolisants. Cela a fait que, dans les dernières décennies, dans bien des sports, la taille et le poids des joueurs ont globalement augmenté, même si on n'a pas atteint, dans le football, les sommets que connaît, par exemple, le rugby. Les « packs » (les huit joueurs de la mêlée) qui, il y a 20 ans, pesaient aux alentours de 750 kilos, y frôlent désormais la tonne ! On voit donc de plus en plus de joueurs de football qui ne sont plus les petits formats d'antan, mais qui atteignent (blancs ou noirs) le mètre 90 ou même dépassent les deux mètres comme l'international anglais Crouch.

Cette évolution n’est pas forcément, loin de là, un plus dans la technique individuelle des joueurs et tous les spécialistes ne s’en réjouissent pas, sans faire la moindre référence à la couleur des joueurs ! On peut remarquer que les trois meilleurs joueurs du monde (le trio au sein duquel a été désigné le dernier « ballon d'or ») est constitué d'un Argentin (Messi) et de deux Espagnols (Inesta et Xavi Hernandez) qui sont très loin d'être des grands costauds (1,70 pour les deux derniers, le meilleur d'entre eux, Messi, prétendant à 1,69) ! De ce fait, on peut légitimement s'interroger sur la politique globale actuelle qui, dans des schémas de jeu très défensifs, recrute volontiers des grands costauds (quelle que soit leur couleur). Certains, (et cela paraît être le cas de L. Blanc) peuvent donc rêver de retrouver de grands techniciens et de fins stratèges comme Kopa ou Platini, pour prendre de grandes références inévitablement anciennes, car les tendances du recrutement français moderne ne sont pas allées dans ce sens. Tout cela n'a rien à voir avec la couleur bien évidemment !

Dans ces débats, la plupart des intervenants ne connaissent à peu près rien au football et ils le montrent souvent dans leurs propos. Une petite illustration comique de la chose dans une récente émission d’Yves Calvi où le problème a été abordé. L'inévitable Patrick Lozès ayant évoqué la venue d’un Messi, le grand spécialiste de la démographie qui lui faisait face, lui a répondu vivement, en déclarant de façon inattendue, dans sa première phrase, qu'il était lui-même « agnostique ». Il avait simplement confondu « Messi » et « Messie » ! La messe est dite !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • le journal de personne le journal de personne 10 mai 2011 12:21

    L’or en blanc

    Laurent Blanc, mon petit Lolo… lol pour les plus grands.
    Regarde-moi bien les yeux dans les yeux et dis-moi que tu ne vas pas toi aussi nous prendre pour des bleus.
    Non… je ne te parlerai même pas de quottas, ni de statistiques à la noix... Non je ne vais pas te la jouer plus royaliste que les rois, ni plus réaliste que les rats de la DTN. On n’en est pas là… Laurent… tu le sais bien au fond qu’il n’y a pas lieu de distinguer, surtout quand on se veut joaillier entre l’or jaune, l’or blanc ou l’or noir…
    Mais ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Tu as dit clairement pour ceux qui aiment le même sport que toi, que ces blacks, que tu adores par ailleurs, ont une valeur athlétique supérieure à la notre. Comme dirait l’autre, ils courent plus vite, sautent plus haut et frappent plus fort.
    Joli compliment ou triste constat ? That’s the question !
    Non je ne te fais pas marcher, je marche, je cours et je vole à ton secours pour dire Non… ce n’est pas une estocade de la part du sélectionneur national, mais juste une boutade…
    Un petit sourire de vestiaire… tu n’es pas R A C I S T E mais avec ce genre de dixit, tu incites nos petits poussins à le devenir. Racistes ! Et nos cadets à s’en souvenir…
    Pour les blancs comme pour les noirs, c’est le tacle de trop, celui qui te vaut une suspension, quand on applique seulement les règles du jeu… ou que l’on se rappelle du premier principe : le respect de l’AUTRE.
    Ce qui ne veut surtout pas dire carte blanche pour égratigner les siens… et c’est ce que tu as fait, mon grand Lolo, à l’insu de leur plein gré, tu as marché sur le pied de tes coéquipiers… ce sont les tiens que tu as offensé noir sur blanc : sous prétexte que les catalans t’ont attesté : qu’on peut escalader le Mont Blanc sans le concours d’un seul black.
    Si j’étais toi, je n’hésiterai pas une seconde : je rendrais mon tablier pour donner la plus belle leçon de FAIR-PLAY… Liberté… que m’importe ton nom, si le ballon ne redevient pas rond pour tout le monde.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/lor-en-blanc/


    • King Al Batar King Al Batar 10 mai 2011 13:20

      Bonjour,

      Je suis d’accord avec vous sur l’histoire des joueurs costauds... D’abord la première chose qu’on oublie de dire c’est qu’effectivement dans les joueurs costauds, il y a des grands blacks, mais pas que... Et vous avez bien fait, Laurent Blanc, quand il etait joueur en était d’ailleurs une illustration.
      Alors oui ca me parait stupide de résumer grand costauds, à grand black, meme s’il y en a. Et que si on veut moins de grands costauds, ce n’est pas une discrimination pour les blacks, mais juste pour les grands costauds... Du reste s’étons soucié du fils d’immigré portuguais d’1.70 m, très technique, a l’époque ou on ne recrutait pas en dessous du metre 85 (de 1988 à nos jours). Est ce qu’on est allé parlé de discrimination à l’encontre des portugais, ou des petits blancs en général...
      Je pense que c’est une connerie.

      Ensuite pour les bi nationaux, ce n’est pas si simple. D’abord il est important de préciser que les stages de clairefontaine, par exemple, sont des stages, qui viennent en plus de la formation qui est fourni par un club. C’est une récompense, je dirai meme l’ultime récompense. En gros, on t’as vu jouer, tu joue bien, et pour te recompenser on te forme au technique de l’équipe de France pour que tu puisse y jouer plus tard si tu confirme. Donc le but de ses formations c’est clairement de porter le maillot bleu. Point !
      Ensuite, effectivement il y a deux cas. Celui qui a fait les stages, a le choix entre les deux equipes, puisqu’il est bi national, et choisit l’autre équipe que l’équipe de France... Personnellement je ne l’ai jamais vu ! On me parle de Drogba, déjà je crois pas qu’il ait fait le moindre stage a clairefontaine, et puis d’autre part personne du staf tricolore ne l’avait repéré...
      Après il arrive, et c’est malheureux, qu’un mec joue à calirefontaine, qu’on pense ensuite qu’il n’est pas si bon que cela, et qu’il ne soit plus selectionner. En voudrait on a ce joueur là de porter le maillot d’une autre équipe nationale ??? Je ne le pense pas puisque de toute facon il n’aurai pas joué chez nous...
      Donc pour moi ce problème me parait être un faux problème que ce pose la fédé, car c’est très rare, voir inédit qu’un mec ait le choix entre deux équipes nationales, mais un choix réel, et ne choisisse pas le maillot des bleus. Après il faut être logique, si on joue sous un drapeau c’est aussi pour esperer gagner des titres, et le maillot bleu peut permettre a des joueurs d’y acceder...
      Alors bien sur, il y a eu des christian Vieri qui a préféré la nationalité Italienne et des Trezegue qui préfère la Francaise, mais dans les faits, j’aimerai qu’on me donne les noms des mecs formés à Clairefontaine qui se sont barré joueur pour une équipe étrangeère, et surtout qu’on ai l’honetetté de dire s’ils auraient pu jouer en bleus...


      • OMAR 10 mai 2011 19:20

        Omar 33

        Salut Usbek : Il n’est donc pas illégitime de penser qu’on pourrait leur demander, puisqu’ils bénéficient d’une formation gratuite pendant des années, de s’engager, dans la suite, à jouer en équipe de France...

        Tout ce qu’esperent et visent les joueurs formés en France, c’est une sélection tricolore......

        Et ce n’est qu’une fois, qu’ils apprennent qu’ils ne leur reste aucune chance d’y figurer, qu’ils se tournent vers le pays d’origine de leurs parents...

        Benarbia a attendu jusqu’à ...trente ans une sélection qui n’est jamais venue, malgré le pont d’or offert par l’Algérie..

        Par contre, vérifiez le nombre et surtout la qualité des joueurs français qui jouent dans les championnats étrangers...

        A-ton pensé à faire payer ces clubs pour profit de formation gratuite ?


        • usbek 10 mai 2011 19:52

          Salut Omar 33
          C’est vrai mais ce serait surtout une façon de couper court à des discussions car bien sûr l’engagement pris de jouer sous le maillot de l’équipe de France ne prendrait effet qu’en cas de sélection !


        • Amaury Legrand 11 mai 2011 09:48

          « Tout ce qu’esperent et visent les joueurs formés en France, c’est une sélection tricolore...... »

          C’est bien pour cela que Sow, l’actuel meilleur buteur de Ligue 1 ; et Issiar Dia ont choisi le Sénégal,
          Kanouté (FC Seville) a choisi le Mali,
          Higuain (né à Brest) a choisi l’Argentine
          André Ayew (Ghana),
          Ryad Boudebouz (Algérie),
          Marouane Chamakh (Maroc),
          Didier Drogba (Côte d’Ivoire)

          Sont-ce des joueurs de seconde zone ? elle aurait eu fière allure notre EDF avec eux non ?

          La France n’est pas la Selecao...elle ne fait pas rêver de la même manière.


        • Gargantua 10 mai 2011 20:05

          @ Usbeck un petit effort pour le penalty.


          • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 10 mai 2011 22:31

            Leo Messi est bi-national Espagnol-Argentin, étonnant non ?


            • usbek 11 mai 2011 10:04

              La mesure proposée pour régler la question (un engagement à jouer, en cas de sélection bien sûr, dans l’équipe de France) est une simple précaution. Celui qui n’est pas sélectionné après avoir posé le problème peut aller jouer dans sa sélection nationale si la FFF le libère de son engagement. On pourrait aussi mettre en place une procédure de libération de cet engagement par remboursement à la FF des frais de formation (comme pour certaines grandes écoles). La médiocrité de notre Ligue 1 est une question bien plus importante ! Usbek


            • usbek 11 mai 2011 10:08

              On a vu le résultat le 21 avril 2002 ! En plus on ne semble pas voir la différence entre « black, blancs, beurs » et l’histoire de quotas. On devrait ouvrir le Petit Larousse pour voir le sens du mot « quota ». On aurait dû ne pas mettre un s à « beurs » car, sauf erreu,r je ne vois que Zidane dans cette affaire. Usbek

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès