Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Monfils, sa bataille

Monfils, sa bataille

Vendredi soir, il était triste. Mais aujourd’hui, Gaël Monfils peut sourire car il est sur la bonne voie.

La logique a été respectée. Le Français, véritable révélation de cette édition 2008, s’est incliné en demi-finale de Roland-Garros, face au numéro un mondial, Roger Federer. Une sortie par la grande porte. En plus de se réjouir de terminer dans le dernier carré d’un tournoi du Grand Chelem, Gaël se doit d’apprécier le chemin accompli. Les trois dernière années n’ont pas toujours été faciles à vivre, mais elles ont au moins permis au prodige prétentieux de se forger un moral d’humble champion.

En 2005, tari d’éloges par les connaisseurs, suite à son titre de champion du monde junior, il arrive pour ses premiers Internationaux de France, un peu trop sûr de lui. La France en mal d’un vrai champion depuis vingt ans, le décrivait comme le nouveau Yannick Noah. Attendu comme le messie, sa jeunesse l’a sûrement poussé à se surestimer. Dès le premier tour, Guillermo Canas, vieux briscard du circuit, s’empresse de lui faire comprendre en le corrigeant en trois sets. Retour sur terre, battu.

C’est une désillusion et s’ensuit alors une bataille de Gaël contre tout ce qui fait tourner la tête d’un jeune adulte encore trop immature.

La gloire, il faudra l’oublier un instant, et gravir moins vite pour ne pas tomber trop vite de l’échelle.

Les contrats mirobolants, qu’on propose à tout sportif prometteur, attendront aussi, car l’argent peut se révéler être un piège.

Une bataille, aussi, pour retrouver son coach, Thierry Champion. Après une collaboration fructueuse qui lui avait permis d’atteindre le 23e rang mondial, Monfils avait décidé de quitter la Team Lagardère. Mais le tennisman comprend très vite qu’aucun autre entraîneur ne le connaît aussi bien que Champion et montre son envie de revenir.

La Team Lagardère le laisse mijoter quelques temps avant de le réintégrer, afin qu’il comprenne que personne n’est à sa disposition. Gaël fait donc son retour sur la pointe des pieds : oubliées les fanfaronnades ! Et cela lui réussit au vu de sa prestation à Roland-Garros : le joueur, toujours aussi décontracté, a su tracer sa route tranquillement mais sûrement. Alors, bien sûr, les médias, assoiffés de sensationnel, ne l’ont pas lâché d’une semelle… mais il n’a pas fait pas la même erreur deux fois !



Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Yannick Harrel Yannick Harrel 9 juin 2008 15:32

    @ l’auteur

    Bonjour,

    Un peu dur cette mise à l’index de votre article, bien que je ne le trouve pas si mauvais que cela même si pour ma part plutôt que de se focaliser sur Monfils il aurait été plus avisé de faire un panorama du tournoi de Roland Garros qui n’a pas manqué de sensations fortes cette année et dont l’apothéose des finales a été à la hauteur de l’évènement. Et à partir de là opérer un zoom sur l’excellente performance de Monfils.

    A titre personnel j’attends de voir ce que ça va donner pour ce jeune sportif : pour l’instant ce sont les tenniswomen qui ont souvent porté haut les couleurs de la France dans les tournois (WTA forcément) tandis que les hommes ont réalisé parfois quelques perfs mais rien de transcendant sur le long terme (je mets à part les 3 Coupes Davis entre 1991 et 2001 qui sont à part du circuit ATP).

    Cordialement


    • Fergus fergus 10 juin 2008 09:25

      Plutôt sympathique, Monfils, cette année, parce que beaucoup plus posé verbalement et débarrassé en grande partie de ses comportements prétentieux antérieurs. Dommage en revanche qu’il conserve de loin en loin cette curieuse attitude qui l’amène face à son adversaire à se frapper le torse d’un poing vigoureux : une attitude d’intimidation purement animale qu’il gagnerait à bannir !


      • Christoff_M Christoff_M 11 juin 2008 06:01

         je pense qu’il sait lui meme qu’il a raté le coche avec un Federer incertain, donc qu’il n’a pas fait un grand match.... alors qu’il avait produit un supertennis contre David Ferrer... je pense qu’il fait preuve d’une certaine maturité et j’espère qu’il ne sera pas pourri par certains journaleux et membres de la fédération qui sont tellement en attente de résultats et de renouveau qu’il vont dire c’est super au lieu de lui dire il y a du travail....

        je dois tirer mon chapeau à Thierry Champion qui un peu comme l’entraineur de Safina chez les femmes a réussi à stabiliser un joueur fantasque et à lui faire passer le stade du petit vélo mental si courant chez les joueurs français avec Grosjean, Gasquet, Mathieu et Mauresmo purs produits de la fédération française de tennis qui fait de la psycho à deux balles au lieu de faire de ses joueurs des battants comme l’école espagnole et américaine.... espérons que Monfils ne tombera pas dans le dévissage mental si commun chez nos champions juniors !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès