Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Panique sans l’oreillette

Panique sans l’oreillette

Donc le Tour de France que je ne regarde plus depuis quelques années sombre dans l’ennui le plus total. Il semblerait que le Tourmalet n’a rien suscité, pas la moindre velleité de quoique ce soit et que la semaine qui nous sépare des Alpes s’annonce tranquille.

Seule perturbation prévue dans ce calme plat, l’essai d’une journée sans oreillette. Je trouvais l’expérience intéressante. Depuis que les cyclistes sont des machines pour lesquels on injecte un peu de ceci puis un peu de cela, avant de stocker des réserves de sang par ici qu’on remet en petites doses ces jours-là, l’élément humain avait disparu de ce sport. L’incertitude aussi : Indurain était vainqueur avant même d’avoir commencé à pédaler, puis Armstrong qui voudrait bien décrocher une huitième fois la Lune.

La fin des oreillettes, c’était réintroduire un peu de spontanéité dans ce monde aseptisé composé d’une proportion affolante d’asthmatiques chroniques. La glorieuse incertitude du sport reprenait ses droits. On ne dirait plus aux avant-postes de ralentir la cadence pour que le leader en train de pisser violet puisse réintégrer le peloton facilement.

Eh bien, c’est Tintin. Par un bel élan de solidarité, les machines ont tourné au ralenti jusqu’à quelques kilomètres de l’arrivée, obéissant bien sagement aux directives des directeurs sportifs qui se sont étranglés de la perte de leur pouvoir stratégique. Sous quel prétexte : la sécurité. Ah mais oui, l’argument qui tue. Celui qui ouvre les portes du pouvoir : la sécurité ; il suffit de prononcer ce mot pour que le débat soit clos. On ne joue pas avec la sécurité, affirme le directeur sportif moyen qui ferme les yeux sur les dizaines d’années d’espérance de vie qu’on élimine pour le cobaye cycliste par des injections variées.

La sécurité doit se créer par l’extérieur donc. On ne peut plus demander au cycliste pro de redoubler de prudence. C’est à se demander s’il n’y a pas un problème de vase communiquant : plus on augmente les capacités physiques du cycliste, moins il a de capacités mentales ? Sinon, comment expliquer que le cyclisme soit devenu un sport télécommandé, dont le but est de supprimer toute spontanéité, toute prise de risque, toute initiative, tout effort personnel de réflexion ? N’est-ce pas retirer au sport son essence même ?

Van Breukelen, pas prêt de rebrancher son téléviseur ces jours

  • Crédit photo : l’alsace.fr

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • MarcDS MarcDS 16 juillet 2009 13:52

    Les directeurs sportifs ont raison de soulever le danger d’une course sans oreillette ! Sans cet appendice, comment voulez-vous que leurs pharmacies sur pattes puissent savoir qu’elles sont en train de dépasser leurs limites ?


    • Fergus fergus 16 juillet 2009 14:19

      Oreillette ou pas, la course (si l’on peut appeler ainis ce défilé) continuera son inisipide défilé dans le cadre du pacte de non-agression tacitement signé par les sponsors des principaux leaders.

      Tout se jouera dans le contre-la-montre et dans les 3 derniers kilomètres de l’ascension du Ventoux.

      Circulez, mesdames et messieurs, il ne se passera rien avant le 23 juillet !


      • meccano44 16 juillet 2009 19:19

        Le 14 journée sans oreillettes tout se passe bien. Le 15 reprise des oreillettes : 43 mecs au tapis. Bonjour l’argument de la sécurité avec les oreillettes !


        • Radix Radix 17 juillet 2009 11:43

          Bonjour

          Malheureux ! Vous voulez leurs supprimer l’oreillette ?

          Mais vous êtes fou, ils vont s’ennuyer à mourir, déjà que c’est pas drôle de pédaler comme un abruti pendant des centaines de kilomètres et vous voulez leurs supprimer leur seule distraction : écouter de la musique pour faire passer le temps !

          Radix


          • ZEN ZEN 17 juillet 2009 12:22

            Dans cette aventure mediatico-commerciale formatée , un artifice de plus ou de moins ne change rien au fond : on a fait le tour du Tour...

            Sur ce, je pars faire mon tour de vélo quotidien...sans oreillettes
            Juste pour le plaisir et pour renforcer mes ventricules et mes ...oreillettes


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 17 juillet 2009 13:39

              Le maintien des oreillettes est une question de sécurité, c’est le motif principal qui est invoqué par les directeurs sportifs !


              Ben merle, pour assurer la sécurité comme il disent... suffit juste à brancher uniquement les oreillettes sur un seul canal qui serait piloter par le directeur de course, avec le nombre de commissaires dans le peloton le moindre incident est rapidement signalé. sqfd !


              De cette façon la sécurité serait assurée, ... et la course retrouverait certainement bien plus d’ intérêt !


              @+ P@py

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

dk


Voir ses articles







Palmarès