Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Sports > Pourquoi le foot peut nous satisfaire si profondément

Pourquoi le foot peut nous satisfaire si profondément

La propension de certains à ne voir dans le football que jeux du cirque tient de l'aveuglement puritain. Le puritain méprise volontiers les foules, trop charnelles et jouisseuses à son goût. Mais quand la balle - notre désir -, perçant soudain la défense, pénètre enfin dans le but, la profonde satisfation qui s'ensuit peut nous faire connaître notre puissance potentielle.

La joie du supporter de foot quand son équipe marque un but s'apparente à celle que nous éprouvons quand nous pouvons enfin percer un bouton devenu mûr et en voir jaillir sa blanche réserve. Disons que ce sont là deux joies en miroir, à la façon du yin et du yang. Deux joies qui nous donnent une satisfaction, une plénitude à la fois sexuelles et philosophiques, en se résumant dans la joie de l'accomplissement. Le bouton percé libère son blanc contenu comme un pénis son sperme, mais en même temps c'est nous qui, en quelque sorte virilement, de nos doigts le perçons. Quant aux joueurs de foot, ils sont bien sûr comme des spermatozoïdes affairés à parvenir au saint des saints, au sacro-saint utérus où ils se qualifieront et assureront leur postérité.

Quand la balle - leur désir -, perçant soudain la défense, pénètre enfin dans la cage ouverte mais relativement étroite, l'extase du spectateur se manifeste par des bonds, des frétillements, des exultations, des cris souvent plus puissants que ceux que lui inspirent les moments les plus forts d'un film pornographique. À noter d'ailleurs que les films pornographiques, pour essayer de donner plus de sensations que n'en peut donner la pornographie, imitent les matchs de foot en cela qu'ils tiennent à montrer les éjaculations, plutôt que de les laisser avoir lieu à l'intérieur des corps, de façon invisible donc.

« Les méfaits du théâtre psychologique venu de Racine nous ont déshabitués de cette action immédiate et violente que le théâtre doit posséder », écrivait Antonin Artaud dans le chapitre « Le théâtre et la cruauté » du Théâtre et son double. Or le football ne « se borne » pas, comme ce théâtre psychologique que dénonçait Artaud, « à nous faire pénétrer dans l'intimité de quelques fantoches. » Le terrain, les joueurs, le ballon, les cages où il tente de pénétrer sont bel et bien matériels. Et l'engouement du public prouve que ce spectacle produit, même si de façon qu'on peut juger grossière, l'office qu'Artaud assignait au théâtre : « il est certain, ajoutait-il, que nous avons besoin avant tout d'un théâtre qui nous réveille nerfs et cœur. »

La propension de certains à ne voir dans le football que jeux du cirque tient de l'aveuglement puritain. Le puritain méprise volontiers les foules, trop charnelles et jouisseuses pour son goût racorni par la phobie. Pour cette raison, il se peut que le puritain soit allergique aussi bien aux manifestations révolutionnaires, aux mouvements sociaux de masse, qu'au football fédérateur de masses. Mais il se peut aussi qu'il compense son puritanisme à l'égard du football, figure d'un plaisir gratuit, « pour rien », par d'autres excitations de groupe jugées « utiles », comme le fait de partir à la guerre la fleur au fusil, pour la patrie, ou d'aller défiler dans la communion scandante et criante, voire mêlée de violences si affinités, pour défendre des droits. Communier pour des idéaux est plus noble, croit le puritain, que communier pour le seul plaisir, comme au foot. Le foot ne vise pas un idéal, il ne donne pas cette satisfaction prétendument élevée à l'esprit avide de vanités. Son but c'est le jeu, et le but du jeu c'est de marquer des buts. Pas avec la main, si habile à former des fantasmes, des images, des représentations de « fantoches », comme dit Artaud, ou des « fantômes », comme disent Kafka ou Guibert, mais avec les pieds, si bas, si humbles, aussi humbles que l'humus qu'ils foulent et parcourent, aussi humble que le corps humain en lui-même, fait d'humus comme l'expriment les mythes, et humide en ses intimités comme là d'où sort la vie, le vivant. Et montrer qu'on peut parvenir avec ce corps, cette condition primitive, à franchir la cage, c'est faire éprouver la satisfaction, la libération que n'obtient pas l'homme kafkaïen, bloqué toute sa vie derrière la porte de la loi par son pervers gardien. C'est, tout simplement, un moment au moins retrouver cet Éden dont deux redoutables chérubins, tels deux gardiens de buts, tiennent paraît-il l'entrée interdite à l'homme depuis sa « chute ».

Le foot nous montre qu'il n'est pas facile, mais pas impossible de nous libérer de la malédiction consécutive au prétendu péché originel. Allons, ne boudons pas notre plaisir. Car il est profond, donc ontologique, et politique. « Pénétré de cette idée, écrit encore Artaud, que la foule pense d'abord avec ses sens (…), le Théâtre de la Cruauté se propose de recourir au spectacle de masses ; de rechercher dans l'agitation de masses importantes, mais jetées l'une contre l'autre et convulsées, un peu de cette poésie qui est dans les fêtes et dans les foules, les jours, aujourd'hui trop rares, où le peuple descend dans la rue. » Si le football, comme jeu du cirque, peut servir les intérêts politiciens des puissants, il suffit de le considérer autrement, de le considérer comme ce qu'il est vraiment : une pensée, comme tout jeu, et une manifestation de vitalité et de vie, pour y trouver une leçon de puissance et d'énergie capable de dépasser et même de renverser les pouvoirs tristes des puissants de ce monde.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Alren Alren 10 juillet 12:09

    Je me méfie de la « psychanalisation » systématique des comportements car au-dessus des pulsions, il y a un cortex qui donne du sens et peut modifier celles-ci et même les déclencher.

    Cependant, ici, je partage exceptionnellement cette vision orgasmique d’un ballon-sperme pénétrant dans un filet-utérus.

    En n’oubliant pas que d’autres succès provoquent aussi des explosions de joie sans qu’on puisse y déceler un inconscient de sexualité satisfaite.

    Mais ce regard freudien sur le foot pourrait expliquer pourquoi ce sport intéresse davantage les hommes que les femmes.


    • Fergus Fergus 10 juillet 12:53

      Bonjour, Alina

      Comparer la joie « orgasmique » du supporter à l’éruption jouissive du pus comparée à l’éjaculation du sperme, même les plus excessifs des contempteurs de la foot-mania n’avaient pas osé ! Du pur délire. Mais au moins cela nous donne-t-il matière à rire ! smiley


      • Alren Alren 10 juillet 18:33

        @Fergus

        Alina parle d’inconscient et de pulsion.

        Deux réalités indéniables qui se manifestent par le lapsus, le « geste manqué » et cette excuse ou explication après certains actes : « Je ne sais pas ce qui m’a pris, je n’étais pas maître de moi. ».

        La théorie des trois cerveaux superposés par l’évolution chez l’homme, un cerveau de « lézard » archaïque pour les besoins fondamentaux dont la sexualité, un cerveau de « singe » pour les émotions et un cortex d’homo sapiens pour les actions rationnelles, tient la route malgré son ancienneté.
        Nous parlons-là avec le but marqué, de la réaction du cerveau de lézard informé par le néocortex.


      • Fergus Fergus 10 juillet 18:54

        @ Alren

        J’ai bien compris de quoi parle Alina.

        Elle semble oublier un élément important : il y a un grand nombre de manières de vivre le football pour les amateurs, de la plus mesurée à la plus délirante. Que cette dernière puisse donner lieu à un regard de nature psychiatrique ne me semble pas absurde. Mais il convient de ne pas amalgamer une minorité d’individus avec la masse de ceux qui vivent leur joie sans excès, même s’ils élèvent parfois un peu la voix au sein d’un groupe.


      • Alren Alren 11 juillet 11:35

        @Fergus

        Tout à fait d’accord !


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 10 juillet 14:20

        Vos métaphores éjaculatoires voudraient stigmatiser les « puritains » alors qu’elles ne font que pointer le voyeurisme des clients de peep-shows dont la virilité est tellement problématique qu’ils se contentent de regarder les professionnels se livrer à une masturbation vénale.


        Le problème des interprétations lacaniennes, c’est qu’on peut leur faire dire tout et n’importe quoi.

        En ce qui concerne Artaud que vous semblez priser, il a aussi écrit : “Il faut suivre la foule pour la diriger. Lui tout céder pour tout lui reprendre.”



        • Clocel Clocel 10 juillet 15:43

          Y’a pas que le foot et le cul dans la vie ma bonne Dame... smiley
          Quant au spirituel, on est pas obligé de s’abreuver au marigot « institutionnel ».


          • Moonlander Moonlander 10 juillet 15:52

            Et quand l’équipe des bras cassés (ca évite de faire des mains) perd c’est l’insatisfaction en profondeur ou en surface ?


            • Amiral terrestre 10 juillet 16:25

              Ma poissonnière me disait la même chose ce matin. Au moins, elle, elle n’écrit pas...
              Ces gosses de bourgeois 68ards rejetant leurs géniteurs trouducs tradis pour finir par nous emmerder depuis 50 ans avec leur psychUnalyse...Vivement la libération ! La vraie ! smiley Un bon coup franc dans le c... !


              • philouie 10 juillet 16:50

                Le foot notre Mère.
                Le foot, c’est la question identitaire.
                L’arène est l’œuf, image de l’utérus primordial.
                Les joueurs sont les bouc-émissaires, l’un sera élevé à l’égal des Dieux, l’autre sera voué aux gémonies.
                Girard nous apprend que ces vastes fêtes, païennes ici, ont pour but de libérer les tensions de la concurrence mimétique. Ce sont des moments de pardon puisque le bon moment vécu ensemble, fait qu’on en oublie ses brouilles.
                C’est alors un moment régressif, retour au paradis perdu, à la Mère originelle.
                 
                S’il y a bien métaphore sexuelle, à celle-ci se surimpose l’expression de la virilité, telle qu’elle pourrait l’être avec une arme, un couteau, une baïonnette, puisque c’est bien en mettant un but, qu’on élimine son adversaire, qu’on le tue. La question identitaire est toujours lié à la question de la négation de l’altérité : il faut tuer l’autre.
                 
                Le foot est un meurtre symbolique qui s’accomplit dans le ventre de la Mère.
                 
                Il a un effet cathartique en cela qu’il permet l’expression d’émotions et de sentiments normalement enfouis.
                 
                Si la république est religieuse, le foot en est un de ses principaux rites.


                • Moonlander Moonlander 10 juillet 17:06

                  Le foot dégage beaucoup d’émission de CO2 : déplacement des équipes organisation émotions des fans, bières etc...

                  après tomber en extase voir en pâmoison devant un type qui tape avec ses pieds dans une sphère gonflée a l’hélium en pensant que c’est le summum qu’un être humain puisse atteindre de son vivant pourquoi pas mais alors ne vous étonnez pas de la suite. 

                  • DTC (---.---.251.49) 10 juillet 17:26

                    Et vous y croyez à toutes vos conneries là ?


                    • zutalors 10 juillet 18:46

                      mouais...la jouissance issue d’une pénétration (étroite, s’il vous plait)...bien sexuel que tout cela.
                      Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert ont confirmé leur victoire en double à Wimbledon. Pourtant, comme si nous avions boudé notre plaisir, incapables d’ y trouver une leçon de puissance et d’énergie susceptible de dépasser et même de renverser les pouvoirs tristes des puissants de ce monde.


                      • Fergus Fergus 10 juillet 19:02

                        Bonjour, zutalors

                        Très sexuelles, les saillies - si j’ose dire - de Pierre Salviac lorsqu’il commentait le rugby et se gargarisait des « pénétrations dans l’axe profond ». smiley

                        Surtout lorsque l’auteur de la pénétration se nommait Labit (prononcer à la méridionale). smiley

                         


                      • Jo.Di Jo.Di 10 juillet 19:00

                        « Ne vous laissez pas distancer par les Ben Soussan ! Ils ont déjà une écran LCD 40 pouces ! Achetez le 50 pouces chez Colonarty ! »
                         
                        « Bobo n’est devenu un objet de science pour bobo que depuis que les écrans LCD sont devenus plus difficiles à vendre qu’à fabriquer. »
                         
                        ‘Crétins du foot’ Marketer anonyme
                         
                        « Au 19e siècle mon grand père avait sa femme-objet soumise qui se piquait de charité et de culture pour cacher son rien-foutre.
                        Moi au XXIe j’ai des RSAistes soumis qui regardent du foot sur un canapé Darty, une canette de Coca dans une main, un hamburger halal de l’autre, payés à juste baffrer l’auge, mais j’ai tjrs grande bobo qui se pique de droitdelhommisme en jetant des cacahuètes aux migrants, pâmée en tortillant du cul devant les caméras, tjrs pour cacher son rien-foutre.
                        Chaque génération capitaliste étend son servage et sa crétinisation féminisation »

                         
                        Seigneur Capitaliste anonyme


                        • Jo.Di Jo.Di 10 juillet 19:03

                          A propos de bobo le libidineux et du puritain :
                           
                          « Le puritain se considérait lui-même, considérait sa propre personne comme une entreprise à faire fructifier pour la plus grande Gloire de Dieu. Ses qualités ‘personnelles’, son ‘caractère’, à la production desquels il passait sa vie [à les améliorer dévotement], était pour lui un capital à investir opportunément, à gérer sans spéculation ni gaspillage. A l’inverse, mais de la même façon, l’homme-consommateur [bobo de gôôôche sexe décérébré multiethniqué multidékulti pousseur de Caddie] se considère comme DEVANT-JOUIR, comme une ‘entreprise-de-jouissance-et-de-satisfaction’. Comme devant-être-heureux, amoureux, adulé/adulant, séduisant-séduit, participant, euphorique, dynamique. C’est le principe de maximisation de l’existence par multiplication des contacts, des religions, par usage intensif de signes, d’objets, par l’exploitation systématique de toutes les virtualités de jouissance.
                          Il n’est pas question pour le consommateur, le citoyen moderne de se dérober à cette contrainte de bonheur et de jouissance, qui est l’équivalent dans la nouvelle éthique de la contrainte traditionnelle de travail et de production. »

                           


                        • Amiral terrestre 10 juillet 20:23

                          @Jo.Di
                          L’auteur, l’auteur, l’auteuse, l’autrice (? ??????) est encore une nullarde politique. Il faut lutter contre le puritain au XXIe s. quand il a disparu avec sa gestion de l’économie de bon père de famille au profit de l’enfant prodigue qui spécule et enc..., contre le curé quand plus personne ne va à la messe, contre le fasciste quand le lobotomisé apolitique qui se branle devant du porno japonais des bas-fonds d’internet (ou des joueurs de foot ?) avec son rap en boucle dans son iphone, règne en maître absolu avec son burger et son bulletin de vote ps-lr-mélenchon-npa (tout ça ça fait 70 à 80 % de l’électorat)...

                          Engendrement réciproque de la libérée qui montre sa touffe au musée (posture « révolutionnaire » du bo-bo) et des négriers Soros-Merkel (version XXI s. en douceur à la Dolto ?), deux faces d’une même médaille de J-anus, collusion au sommet, collusion à la base, conservation du pouvoir...


                        • Milla (---.---.1.10) 10 juillet 19:05

                          http://m.20minutes.fr/sport/football/1886215-20160710-video-euro-2016-avant-france-portugal-bus-celebration-potentielle-bleus-repere-route

                          Voilà la vidéo qui montre le bus spécialement prêt pour fêter la victoire de la France. Il roule actuellement vers Paris. Cela montre que le scénario est déjà prêt concernant la victoire des Bleus. Ils vont nous faire croire que le petit Griezmann et son équipe de bras cassés pourrait gagner contre l’équipe de Christiano Ronaldo....n’importe quoi. Un ballon d’or contre un petit novice qui techniquement ne fait rien de spécial. Comparer Ronaldo à Griezmann c’est peu comme comparer une Porsche Panamera avec une Peugeot 307...de la blague. La meilleure blague de l’année mais plus c’est gros plus ça passe. Le match est déjà payé.


                          • Julien30 Julien30 11 juillet 10:13

                            @Milla

                            « Cela montre que le scénario est déjà prêt concernant la victoire des Bleus. »
                            Oups... 

                          • Cariton (---.---.167.177) 10 juillet 23:00

                            Il satisfait surtout ces menteurs de politiciens pour mieux vous endormir avec des lois travail qui sont a l’oppose de ce qu’il annonceaient avant election,voila a quoi sert se sport qui fait honte avec les milliards qu’il brasse pendant que des enfant crevent de soif ou de faim,allez -y sautez de joie pour un but et tendez l’autre joue pour la loi travaille qui revelera sa vrai nature quand elle sera reellement en usage. Bon match. ,


                            • Milla (---.---.1.10) 11 juillet 01:19

                              @Cariton

                              Exactement !


                            • Moonlander Moonlander 11 juillet 00:35

                              Alors satisfait ?


                              • Milla (---.---.1.10) 11 juillet 01:18

                                Un petit indice ,vous remarquez que la loi travail a été voté au moment où tout le monde était en liesse

                                Il sont pas cons nos gouvernants !

                                Mdr

                                ticotico (---.---.---.40) 10 juillet 18:01 Marrant, personne n’a relevé la remarquable coïncidence temporelle entre un 49.3 et un 2 à 0... Ah, théorie du complot, quand tu nous tiens...

                                Répondre Lien Milla (---.---.---.10) 10 juillet 19:07 @ticoti La loi travail va passer comme une lettre à la poste !

                                Répondre Lien confiture (---.---.---.124) 10 juillet 20:14 @Milla elle est passée hier c’est fini, pour jeff88 le foot c’est fini aujourd’hui aussi, le tour de france n’accroche pas du tout.


                                • Jean Keim Jean Keim 11 juillet 07:24

                                  Imaginons que 10 % et même seulement 1% des tenants des spectacles sportifs se mettent à réfléchir sur ce que pourrait être le sport, et que par un cheminement sain et logique de leur démarche, ils s’intéressent à un sujet plus vaste comme la démocratie, la finance, la monnaie, l’économie, l’éducation, le travail, bref qu’ils se penchent sur le monde actuel, son fonctionnement, ses résultats et la légitimité et/ou les impérities de ses élites cooptées ... bon promis je regarde la TV ce soir pour avoir le sentiment du panthéon sur le résultat de l’euro et ensuite je verrai.


                                  • sarcastelle 11 juillet 10:16

                                    Au lieu de bavarder allez lire la page Wikipedia de l’auteur.


                                    • izarn 11 juillet 10:16

                                      Les jeux du cirque, le théatre, le roman, la fiction, le virtuel...
                                      Organiser la fiction de masse, la est la question...


                                      • Milla (---.---.1.10) 11 juillet 11:54

                                        @izarn Exact !


                                      • Taverne Taverne 11 juillet 10:48

                                        La conclusion s’impose donc : les Portugais sont meilleurs reproducteurs.


                                        • rocla+ rocla+ 11 juillet 10:55

                                          @Taverne


                                          Les Portougaiches  chont des buons  foutebauleures , ché cha qui  é chou  .

                                        • Djam Djam 11 juillet 10:48

                                          Chère Alina Reyes... chacun voit et comprend ce qui l’arrange dans tout phénomène. Je parle bien sûr de l’interprétation que vous faites là du foot qui, semble-t-il, vous plaît comme jeu. Et vous avez tout à fait le droit d’aimer ces grandes manifestations où la masse ne devient plus qu’un seul corps produisant un égrégor... comme disent certains esprits portés sur l’ésotérisme...

                                          Pour autant, lorsque vous écrivez : « La propension de certains à ne voir dans le football que jeux du cirque tient de l’aveuglement puritain, il est difficile de ne pas percevoir dans ce jugement à l’emporte-pièce une nette volonté de discréditer tous ceux qui auraient le malheur d’y voir autre chose que ce que vous voulez y voir !

                                          Et là, chère Alina, je crains que vous ayez perdu la modération et le doute nécessaires à toute analyse d’un événement... Et puisque vous indiquez dans votre profil que »vous écrivez beaucoup de livres", je vous suggère la lecture de deux petits livrets forts utiles en ces temps de footballerie beuglante et hystérisée (tiens, je fais dans la psy aussi smiley) :

                                          LE FOOTBALL, une peste émotionnelle de Jean Marie Brohm et Marc Perelman (Ed. de La Passion)
                                          LES INTELLECTUELS ET LE FOOTBALL, montée de tous les maux et recul de la pensée (de la coupe du monde 98 à la coupe du monde 2002) de Marc Prelman (même éditeur)

                                          Vous y verrez peut-être autre chose que l’analogie sexuelle qui semble vous convenir...
                                          Ahhhh ben oui, on ne voit et comprend que ce qui résonne en soi...nous cherchons toujours à plaquer sur les faits ce qui nous occupe en dedans !


                                          • zygzornifle zygzornifle 11 juillet 11:13
                                            Pourquoi le foot peut nous satisfaire si profondément ,parce ce que l’on peut se rentrer le ballon dans le cul ?

                                            • Taverne Taverne 11 juillet 11:25

                                              @zygzornifle

                                              Tes essais avortés n’intéressent personne...


                                            • zygzornifle zygzornifle 11 juillet 13:27

                                              @Taverne
                                               comme le jour de ta naissance .....


                                            • Pauperes mundi Pauperes mundi 11 juillet 11:19

                                              Article pour le moins « perché », consternant.


                                              • Taverne Taverne 11 juillet 11:23

                                                Les spermatozoïdes ne se font pas des passes. Ils foncent en aveugle et « chacun pour soi ! »

                                                Ce qui peut paraître grisant, en-dehors de toute analogie sexuelle, c’est la vitesse qui est démultipliée (à l’image du désir) grâce aux passes. En effet, comme dit le philosophe Platini : « le ballon ira toujours plus vite que nous ».

                                                Au départ, le football n’était pas un sport, mais un simple jeu qui consistait à faire le fanfaron (« regarde ce que je fais sans les mains ») et à accroître son agilité (chez les Chinois).


                                                • Fergus Fergus 14 juillet 15:22

                                                  Bonjour, Taverne

                                                  A propos de spermatozoïdes, je profite de l’occasion pour rappeler l’excellente chanson de Ricet Barrier 300 millions, popularisée naguère par les Frères Jacques.



                                                • Signal (---.---.5.175) 11 juillet 11:57

                                                  Dommage ! si le poteau avait été carré au lieu d ’ être rond , la Ceufran aurait marqué et même gagné ; il s ’ en serait suivie une spectaculaire remontée dans les sondages pour Bibendum et son petit coq catalan .

                                                  Mais pour se consoler et réconforter les citoyens , il leur reste « l ’ arme fatale » :

                                                  « Vous allez voir ce qu ’ on va leur mettre au FN ! »


                                                  • Milla (---.---.1.10) 11 juillet 12:03

                                                    @Signal

                                                    Un facho sans cervelle qui croit que le FN defend les Francais.


                                                  • gimo 11 juillet 12:09

                                                    REYES = les Rois  du grand vide  si agoravox etait une personne elle aurait  déjà

                                                    demander
                                                    le DIVORCE

                                                    • Pierre 11 juillet 12:22

                                                        Ouf, « ils » ont perdu et dans le cas contraire les médias auraient saturé nos oreilles pendant des jours et des jours, certains y auraient vu la preuve que cela allait mieux.Espérons que la victoire permettra aux portugais d’améliorer leur dette et de donner aux femmes de ménage du coeur à l’ouvrage !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès